Avertir le modérateur

04/11/2009

Le Syndrome de la Grenouille

LE SYNDROME DE LA GRENOUILLE.jpgAlerte, surchauffe ! « Si vous placez une grenouille dans l'eau bouillante (s'il-vous-plaît, ne le faites pas…), elle cherchera immédiatement à s'en échapper ; mais si vous la mettez dans une eau froide que vous chauffez progressivement, le batracien ne bougera pas jusqu à finir ébouillanté...

 

vidéo explicative   

 

 

 

 

peut on éviter le pire.jpgJe conseils d voir la sorti du dernier Alternative Economique sur Copenhague. Les thèmes abordés sont

Climat : peut-on éviter le pire ?

Le sommet de Copenhague de décembre prochain permettra-t-il de débloquer enfin la lutte contre le changement climatique ? Rien n'est moins sûr.

 

Pourquoi la situation est grave

Catastrophes, disparition d'espèces, hausse du niveau des mers, pénurie d'eau douce..., le réchauffement climatique menace l'humanité.

 

Comment limiter les dégâts

Des solutions existent pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Reste le plus difficile: se mettre d'accord pour en répartir les coûts.

 

Copenhague : pourquoi ça coince

La conférence internationale organisée dans la capitale danoise en décembre prochain doit parvenir à un accord qui succèdera au protocole de Kyoto après 2012. L'affaire se présente mal.

 

 

Climat : peut-on éviter le pire ?

"{Le sommet de Copenhague de décembre prochain permettra-t-il de débloquer enfin la lutte contre le changement climatique ? Rien n'est moins sûr.

 

Le syndrome du Titanic, c'est le titre pas franchement optimiste que Nicolas Hulot a choisi pour son film, sorti sur les écrans ces dernières semaines. Sommes-nous vraiment en train de danser sur un paquebot qui va couler prochainement? Au vu des informations disponibles, il est difficile en effet de donner tort à l'animateur vedette: le changement climatique menace bien la survie de l'humanité. La communauté internationale avait d'ailleurs reconnu la réalité du danger dès le sommet de Rio en 1992, il y a déjà presque vingt ans.

 

Mais depuis, bien peu a été fait, au-delà des discours, pour corriger la route et éviter l'iceberg: les émissions de gaz à effet de serre, responsables du changement climatique, se sont même encore accrues de 38% à l'échelle mondiale depuis 1990, selon l'Agence internationale de l'énergie. Il y a bien eu, en 1997, le protocole de Kyoto, péniblement entré en vigueur en 2005, mais nombre de ses signataires n'ont pas respecté leurs engagements, pourtant modestes au regard de ce qu'il faudrait faire dans les prochaines années. Et surtout le protocole n'a jamais eu le soutien des Etats-Unis, longtemps les premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre. Jusqu'à ce que la Chine les détrône l'an dernier, mais celle-ci refuse également de limiter ses émissions pour l'instant.

 

Cette inertie n'est pourtant pas due au fait qu'on ne saurait pas quoi faire. On sait bien qu'il faudrait en priorité réduire drastiquement l'intensité en énergie de nos modes de production et de consommation. Et on maîtrise de nombreuses technologies pour y parvenir. On sait aussi qu'il faut développer les énergies renouvelables et on sait le faire à des coûts de plus en plus abordables. Enfin, on connaît les outils économiques qu'il faut mettre en oeuvre - normes, interdictions, taxes, permis... - pour amener les différents acteurs à changer de comportement.

 

C'est en fait surtout sur la dynamique sociopolitique que l'on bute: tous ces changements impliquent des investissements très coûteux. Alors que dans un monde extraordinairement inégalitaire et dépourvu de tout pouvoir central, il est très difficile de se mettre d'accord entre Etats sur la répartition de cet effort initial. Et malgré l'arrivée au pouvoir de Barack Obama aux Etats-Unis, rien n'incite à considérer pour l'instant que le sommet qui va se tenir à Copenhague en décembre prochain permettra de dépasser ces blocages. L'iceberg risque bien de se rapprocher encore un peu plus..."}

{{Antoine de Ravignan et Guillaume Duval- Alternatives Economiques - n°285 - Novembre 2009}}

 

Pour comprendre le climat de demain : Un simulateur en ligne

 

Quelle température fera-t-il à Lyon en 2100 ? Pleuvra-t-il souvent en Corse dans 50 ans ? Quelles seront les conséquences du réchauffement climatique en Bretagne ? Retrouvez les évolutions du climat sur le site de Météo France avec un simulateur climatique accessible en ligne.

 

Ce simulateur reproduit les conséquences climatiques en France métropolitaine, pour la période 2050-2100, à partir de deux scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Ces simulations sont celles d’un modèle climatique développé par le Centre de recherches de Météo France pour la reproduction du climat d’une région donnée de la planète. Elles s’appuient sur les résultats des simulations mises à disposition de la communauté scientifique pour l’élaboration du rapport 2007 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ces dernières représentent les différentes composantes du système climatique (atmosphère, océans, glace, sol, végétation...) et leurs interactions en prenant en compte l’évolution de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère  : voir ma rubrique Quels risques climatiques majeurs ? (dioxyde de carbone, méthane).

 

Pour sa part, le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer a lancé le site "www.copenhague.developpement-durable.gouv.fr" dans l’optique de la prochaine Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra du 7 au 18 décembre 2009, à Copenhague.

 

Liens contextuels

 

Le mot de fin : " Ce comportement est comparable à la façon dont l'homme réagit face au réchauffement climatique, à ceci près qu'il n'a pas d'excuse : "on ne pourra pas dire qu'on ne le savait pas" »,

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu