Avertir le modérateur

23/12/2009

Suicides : le document qui accuse France Telecom

Révélation : un document interne d'une rare brutalité annonçait dès 2006 la vague de suicides.

20 octobre 2006. Devant des cadres supérieurs, Didier Lombard et les dirigeants de France Télécom annoncent l'accélération de la restructuration de l'entreprise. Mediapart et Santé & Travail s'en sont procuré le compte-rendu. Les propos sont crus, brutaux, martiaux parfois. Relire ce document trois ans et 34 suicides plus tard fait frémir : la tragédie est annoncée...

 

C'est un document que beaucoup à France Télécom ont oublié mais que Mediapart et Santé &Travail se sont procuré. Il s'agit du compte-rendu très précis de 14 pages (répétitions et maladresses syntaxiques comprises) d'une réunion de cadres supérieurs avec l'état-major de l'opérateur téléphonique, qui s'est tenue le 20 octobre 2006. Il correspond en tous points au compte-rendu mis en ligne à l'époque par le syndicat Sud (disponible sous ce lien).

Dans le petit amphithéatre de la Maison de la Chimie, à Paris, 200 cadres dirigeants de France Télécom sont conviés par Acsed, l'association des cadres supérieurs de France Télécom, réputée proche de la direction. Toute la matinée, ils vont débattre de la "transformation sociale" de l'entreprise avec des invités de marque : le PDG Didier Lombard, en poste depuis 2005 ; son numéro deux, Louis-Pierre Wenes, chargé des opérations en France et redoutable «tueur de coûts» ; le directeur des ressources humaines, Olivier Barberot ; le directeur financier, Gervais Pelissier. La réunion est informelle : pensant (à tort) ne pas être enregistrés, les cadres dirigeants ne prennent pas de gants pour parler de la transformation sociale en cours. Le ton est tranchant, martial parfois. Le DRH tente de galvaniser les troupes avec la métaphore guerrière du «combat». Dans un langage très cru, les dirigeants de l'entreprise y annoncent l'«accélération» de la vaste restructuration alors lancée depuis quelques mois.

Celle-ci a commencé début 2005, quand Didier Lombard est arrivé aux manettes. Après son prédécesseur Thierry Breton (parti au ministère de l'Economie), qui a en partie désendetté le groupe et déjà supprimé plus de 20 000 emplois, Didier Lombard veut aller plus loin. Il lance le programme NEXT, réorganisation en profondeur qui doit durer deux ans, entre 2006 et 2008. Obnubilé par la féroce concurrence mondiale, il veut internationaliser le groupe, tourner l'entreprise vers le client, dégager plus de cash pour les actionnaires. Et continuer à réduire les effectifs. Le plan Act ("Anticipation et compétences pour la transformation") est lancé. Objectif: supprimer 22 000 postes, recruter 6 000 personnes, en réorienter 10 000 vers des secteurs dédiés aux clients (par exemple les centres d'appel). Le tout, sans plan social, car une grande partie des salariés sont des fonctionnaires. Fin 2008, l'objectif sera atteint : 22 450 personnes auront quitté l'entreprise, 14 000 auront changé de métier. Entre 2001 et 2008, 44 700 postes auront été supprimés, dont 94 % étaient des emplois de fonctionnaires.Lire la suite. voir Le triomphe de la cupidité, Le film " Let's Make Money

 

Commentaires

Il n'y a pas que France télécom. C'est un système généraliser.
Un directeur de la Poste voulait «exterminer» ses vendeurs, il a été muté. J'ai été conseillère financière a la poste, j'avais une énorme pression, car le directeur d'agence en question ( que je nommerais pas) avait une politique de résultat important avec des brefing tous les soirs. Toute personnes n'étant pas d'accord avec lui était muter dans un autre bureau. Je gagnais bien ma vie, mais la pression m'a amener a prendre une année sabatique.

Écrit par : hotmail.com | 16/04/2010

Objet : Monsieur le directeur (De Philippe Thivet )
Monsieur le directeur
A retourné ses poches,
Et la main sur le cœur
Il nous a dit : c'est moche,
Chers collaborateurs,
Vous mes amis, mes proches,
Messieurs les travailleurs,
Notre rupture approche.

Je t'nais personnell'ment
A venir l'annoncer :
Votre licenciement
Vient d'être prononcé.
Bien sûr humainement
Je vous aurais gardés,
Economiquement
Je dois me résigner.
LA SUITE ICI --->http://www.facebook.com/l/e7234;evolutionnaire.free.fr/texte30.php#1

Écrit par : mandy | 12/06/2010

Il n’y a pas que France Télécom et ces nombreux plans sociaux Le plan Act ("Anticipation et compétences pour la transformation), comme le révèle Rue 89 Ces tout un système entreprenariale à la Française qui est en cause. PSA, Alcatel-Lucent, Sanofi-Aventis. PSA PREC, les fameux « plans de redéploiement des emplois et des compétences » lancés par le constructeur automobile,Fameux " diviser pour mieux régner ", qui va à l'encontre des intérêts de l'ensemble de la population

Écrit par : saltabank | 13/06/2010

France Télécom classe un suicide en accident du travail
[ 13/07/10 - 13H49 ]

Le directeur général de France Télécom , Stéphane Richard, a reconnu mardi pour la première fois le suicide d'un salarié comme accident du travail, malgré des avis défavorables de l'Inspection des affaires sociales et d'une commission interne.
Ce geste revient pour l'entreprise à endosser la responsabilité du décès d'un de ses employés. Le cas concerne un fonctionnaire qui s'est suicidé le 14 juillet 2009 à Marseille, laissant une lettre qui mettait en cause son travail à France Télécom.
Dans une lettre lue par un directeur territorial mardi, à l'occasion d'un rassemblement commémoratif en l'honneur du disparu, Stéphane Richard a indiqué qu'il avait décidé de classer ce suicide comme accident de service.
"France Télécom doit assumer un devoir d'assistance et de mémoire vis-à-vis des disparus et de leur environnements familiaux et professionnels", a déclaré un porte-parole du groupe, rapportant les propos contenus dans la lettre du directeur général.
"Stéphane Richard souhaite également tout mettre en oeuvre pour que, tous ensemble, nous puissions surmonter ce moment particulièrement douloureux. Dans cet esprit, il a décidé de considérer ce suicide comme un accident de service", a ajouté le porte-parole.
Après avoir été secoué par une vague de suicides de salariés qui s'est particulièrement intensifiée à la rentrée 2009, France Télécom a nommé Stéphane Richard au poste de directeur général le 1er mars dernier, en remplacement de Didier Lombard.
Le groupe a décidé d'intégrer un volet social plus fort pour répondre aux demandes syndicales dans un nouveau plan stratégique sur cinq ans présenté la semaine dernière et intitulé "Conquêtes 2015".

Écrit par : cathy | 13/07/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu