Avertir le modérateur

28/06/2010

, Edward Bernays, le père de la propagande

Vous aimez l économie et la géopolitique... Nous aussi!

Vous n aimez pas les mensonges et la propagande? Nous non plus..

 Edward Bernays, le père de la propagande

Année: 2008
 

Une interview a été mise sur le site plus conscient sur Edward Bernays, le père de la propagande (Wikipédia ) sur le père de la notion de la propagande

.Le but  de cette enregistrement est de prendre conscience ici des menaces qui pèse sur les civilisation par la propagande. Un moyen efficace de contrôler, d’influencer la population pour se mettre au service de lobbying financiers ou industriels, de dictature. Les lobbyings sont très puissant aux Etats-Unis et en Europe ( voir Industriels Contre Verts : La Bataille Du Lobbying    tiré de la source le monde diplomatique 

 

« L’ingénierie du consentement est l'essence même de la démocratie, la liberté de persuader et de suggérer". – (Edward L. Bernays, "The Engineering of Consent", 1947) »

 

A lire  fr) Qui était Edward Bernays ? (en) Bernays Papers sur le site de la Bibliothèque du Congrès , (fr) Lire en ligne Propaganda(fr) Propaganda, d’Edward Bernays, ou comment manipuler l’opinion en démocratie (entretien de Normand Baillargeon avec Daniel Mermet, dans l'émission Là-bas si j'y suis), (fr) Autre entrevue avec Normand Baillargeon (50 minutes) à propos du contexte historique, d'apparition du livre Propaganda, livre dont il signe la préface de la première traduction en français. (fr) Conférence sur la pensée d'Edward Bernays, (en) [vidéo] The Century of The Self, film documentaire d'Adam Curtis, Naomi Klein - la stratégie du choc, Les vrais maîtres du monde ??? (Durée : 30 min)

 

Louise Michel"Emeutes en banlieue : la mécanique infernale "Des lobbies au coeur de la républiqueBruxelles businessArgent, sang et démocratie - , La démocratie, c'est nousLe complexe militaro-industrielREFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIELa théorie du complot est elle Has been?Créer des problème, puis offrir des solutions , Edward Bernays, le père de la propagande

18/06/2010

Match pitoyable de l’équipe de France.

Pouvait t’on s’attendre a un tel match de l’équipe de France ? Pour ma part, je dirais que oui. Jamais l’équipe de France n’a semblé pouvoir répondre a ce match. Tant en défense, qu’au milieu de terrain et en attaque. Autant le premier match, on pouvait au moins avoir la satisfaction de la rigueur défensive. Très peu de tir cadré et des individualités plutot qu’un socle collectif solidaire  Le problème repose pour beaucoup sur l’entraîneur Raymond Domenech et une partie pour les joueurs. C’est le sélectionneur qui choisi les joueur, qui créer une émulation positive. Sa politique langue de bois, ces choix de positionnement des joueurs, son méprit face aux journalistes lorsqu’il est questionné.

 

Certes, ce n’est pas les médias qui décident du sort d’un sélectionneur, des joueurs, des victoires ou des défaites. Je me rappel qu’Aimé Jacquet avait été critiqué par les médias et que l’équipe avait eu des difficulté, mais il y avait eu une progression visible, un état d’esprit solidaire et conquérant. Là, rie de tout cela. Il y a une fronde des médias, mais aussi des joueurs, mais aussi du président. Le discours de Domenech (voir «Certainement quelque chose à me reprocher» sur sport 24) n’apporte pas ce que l’on espérait. Jamais il n’a mis de réelle diagnostique. On aurait espérer enfin un arrêt du discours langues de bois et enfin faire un véritable diagnostique. Ce qui n’a jamais eu lieu. On peut donc réellement se poser la question de ces capacités à répondre aux exigences de ce poste.

15/06/2010

OGM - UE : La France et l’Espagne ne veulent pas du calendrier de la Commission

par Eric MEUNIER, 14 juin 2010

Le 11 juin 2010, les ministres européens de l’Environnement ont discuté de la proposition de la Commission européenne de permettre d’interdire nationalement des PGM au cas par cas [1]. A l’occasion de cette discussion, une dizaine d’Etats membres – dont la France et l’Espagne - ont rappelé à la Commission son devoir de répondre en priorité aux demandes du Conseil, notamment celle de renforcer l’évaluation des PGM, formulée en décembre 2008 et pour laquelle ils n’ont eu aucune réponse [2].

Le ministre français de l’Environnement, Jean-Louis Borloo, a déclaré : « les Vingt-sept se sont mis d’accord à l’unanimité en décembre 2008 pour revoir complètement les méthodes d’évaluation et d’expertise qui aboutissent aux autorisations [...] considérant qu’en l’état actuel, le système n’est pas suffisamment rassurant, pertinent. [...] J’attends que la Commission européenne nous dise où on en est. Que l’on puisse ensuite discuter d’une éventuelle autorisation avec subsidiarité (NDLR : plus de latitude dans l’application laissée aux Etats membres) ne me choque pas. Mais il ne s’agit pas de troquer, d’échanger cette subsidiarité contre l’absolue exigence d’un rehaussement des conditions d’expertise ». Une position partagée par l’Espagne – le pays qui cultive le plus de maïs GM en Europe –, comme l’a expliqué la ministre espagnole de l’Environnement et de l’Agriculture, Elena Espinosa : « en Espagne, nous avons toujours défendu l’idée qu’il doit s’agir d’un programme européen. L’agriculture est une politique commune et il n’y a aucune raison qu’une production particulière ne fasse pas partie de cette politique commune ». Selon Reuters, la ministre a également déclaré accueillir « favorablement tout renforcement de la transparence et de l’expertise scientifique qui permettraient d’accélérer les processus d’adoption » [3].

La Commission avait déjà pris les Etats membres à contre-pied en autorisant la pomme de terre Amflora de Bayer pour la culture, la transformation, l’alimentation animale et l’alimentation humaine (en quantité limitée) selon les anciennes procédures largement critiquées. Mais elle devrait bientôt disposer d’un argument supplémentaire : à sa demande, l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire (AESA) travaille à la révision des lignes directrices d’évaluation des PGM. Un règlement est d’ailleurs en cours de discussion au sein des instances européennes alors que, et c’est important à noter, la discussion au sein de l’AESA n’est pas terminée. La proposition de règlement pourrait ne pas satisfaire les Etats membres puisqu’elle contient notamment l’abandon des analyses de toxicologie systématiques et le recentrage des procédures sur l’équivalence en substance. Le conflit avec la Commission européenne pourrait alors se compliquer encore plus.

[1] cf. Inf’OGM « Autorisation des OGM à la culture : la Commission fait-elle un cadeau empoisonné aux Etats membres ? », http://www.infogm.org/spip.php?arti... 

[2] cf. Inf’OGM n°16, janvier 2009, http://www.infogm.org/spip.php?arti... 

[3] Reuters, 11 juin 2010, http://fr.reuters.com/article/frEur... 

11:32 Publié dans OGM | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu