Avertir le modérateur

17/06/2011

Le pire n'est pas sûr, mais on ne regrette jamais d'y être préparé

Oui, toujours pas de croissance en vue trois ans après le début de la crise. La situation commence même à sentir le roussi. Notre "laboratoire du pire", le Royaume-Uni, est actuellement confronté à la stagflation, officieusement la Grèce va être déclaré en état de Bankrut (Le voir Figaro - Conjoncture : L'effet domino d'une faillite grecque ... les plans de relance  contre rigueur ne font que retarder l’échéance du pire, mais l’Europe veut éviter a tout une contagion trop rapide. Et il est probable que nous partagions d'ici peu de temps ce sort peu enviable  en nous enfonçant dans la Crise 2. Cf  Un État peut-il être en faillite ?  ( article déjà dépasser, puisque la note a été rabaissé a C, renchérissant le crédit), Et si la Grèce faisait faillite... - LExpansion.com De toute façon, ce scénario catastrophe n’est pas voulu par l’Europe, qui serait prête a donner son aide financière a la Grèce, mais sans l’accord du FMI. Un risque de sorti de l’Euro, avec toute les conséquences (banques européenne investi en Grèce, baisse des échanges commerciaux en Europe,dislocation du pacte européen : La Grèce préfigure la Tiers-Mondialisation de l’Europe). Citation Regardez les Grecs! - Le blog d'André Boyer

 « La pièce n’est pas terminée et elle ménage bien le suspense. Quel en sera l’épilogue ? Soit le gouvernement grec réussi à imposer des mesures drastiques de réduction de la consommation à sa population, soit il décide de dénoncer la spéculation internationale qui le contraint à quitter l’euro provisoirement. Franchement, je ne vois pas de solution intermédiaire et pour ma part, il me semble que la deuxième hypothèse est plus probable ( rajoute préférable) que la première, en raison de l’extrême difficulté pour un gouvernement démocratique d’imposer de lourds sacrifices à sa population sans qu’elle n’y soit contrainte de fait. Mais je me trompe peut-être, nous verrons… » voir aussi article du POI sur la dette publique

La faible croissance prépare le terrain de la rechute
La stagflation, cette "inflation sans croissance", fait actuellement baisser le niveau de vie de M. & Mme Smith (les cousins anglais de Mr. & Mme Michu) cf inflation des matières premières, des denrées alimentaires dans les supermarchés. Mais les choses ne s'arrangent pas non plus outre-Atlantique. Aux Etats-Unis, M. Le Marché se remet à loucher vers l'ouest. L'immobilier ne sort pas du trou. La création d'emplois s'effondre (38 000 emplois créés selon ADP alors que les économistes en attendaient 177 000). Les indicateurs d'activité industrielle sont tous au rouge.

Le constat est sans appel : la croissance n'est pas suffisante, voir très sombre pour éponger les dettes. C'est vrai des deux côtés de l'Atlantique..Le pire n'est peut-être pas certain, mais on ne regrette jamais de s'y être préparé. «Personne n'a jamais regretté d'avoir pris trop de précaution, mais j'ai connu beaucoup de gens qui ont pleuré pour n'en avoir pas assez pris.".

Dans le reste du monde, Attention à l'onde de choc chinoise

Désormais, la Chine est victime de son succès. Il y a des signes qui ne trompent pas. Inflation, croissance à deux chiffres, villes fantômes qui fleurissent dans les campagnes... une belle bulle s'est formée sur l'immobilier depuis quelques mois. D'ailleurs, la grande question qui préoccupe les analystes n'est pas s'il y a une bulle, mais plutôt quand va-t-elle exploser. Nous pouvons maintenant répondre : en juin 2011. Depuis une semaine, les signaux rouges s'accumulent. Préparez-vous à l'atterrissage. Reste à savoir s'il sera d'urgence...  voir L'implosion – explosion  de la Chine, de l'Economie Mondiale?( blog Saltabank)

L'immobilier chinois est devenu fou : En 2006, un appartement coûtait en moyenne 100 000 $. C'était l'équivalent de 32 ans de revenus pour un résident moyen.  En 2011, le prix moyen a plus que doublé, à plus de 250 000 $ ! Mais la tendance a commencé à s'essouffler. D'après une étude de Standard Chartered Bank, des villes moyennes comme Dalian et Tianjin pourraient se retrouver avec l'équivalent de 20 mois de stocks immobiliers en fin d'année.

Pékin en ligne de mire Le brasier immobilier chinois est peut-être effectivement en passe de s'éteindre. Le gouvernement est même venu confirmer le ralentissement : le prix du km2 a baissé en moyenne de 4,86% sur un an dans neuf grandes villes.Le mouvement a même commencé à toucher les grandes villes. Depuis janvier, les ventes d'appartements à Shanghai ont baissé de 37%.

Un ralentissement salutaire... ?
Standard Chartered prévoit une baisse des prix entre 10% et 20% dans "plusieurs villes". Ce mouvement pourrait annoncer le début d'un retournement sur l'ensemble du marché. L'essoufflement est à première vue une bonne nouvelle. Le ralentissement des prix était un des objectifs du gouvernement. Le gouvernement a mis de sérieuses barrières au crédit et à la spéculation immobilière ces derniers mois. La ville de Pékin a même imaginé créer une loi de "l'appartement unique" dans les plus grandes villes. Malheureusement, ces décisions ont peut-être été trop efficaces. ...

qui pourrait faire boule de neige
La volonté du gouvernent de ralentir le marché ne peut qu'être ou moindre mal. Alors que l'inflation a encore augmenté de 5,5% en mai, des mesures étaient nécessaires. Mais l'éclatement de la bulle immobilière pourrait se répercuter sur bien d'autres marchés. Car la Chine est depuis plusieurs années la tour de contrôle des matières premières. Il suffit de regarder le marché chinois pour prévoir les prix du cuivre ou du zinc. Avec l'éclatement de la bulle immobilière, plusieurs matières premières pourraient passer dans le rouge.

La "grippe espagnole" touche Pékin La Chine risque de voir le scénario espagnol se répéter : l'explosion de son secteur du BTP. Avant la crise de 2008, l'Espagne consommait la moitié du ciment en Europe. La crise de la dette a fait voler en éclat cette industrie. En cas de retournement, la Chine connaîtra le même scénario. Les premières victimes seront bien entendu les groupes de BTP chinois.

Un risque systémique pour le pays ? L'explosion pourrait d'ailleurs aller bien au-delà du secteur de la construction. La Chine est une "économie tirée par l'immobilier". Cette déclaration est venue de l'économiste Jonathan Anderson, de la banque UBS. Selon ses analyses, la construction a compté pour 13% du PIB chinois en 2010. C'est le double de ce que la construction représentait en 1996. Vous imaginez les conséquences pour le pays ? Le plus inquiétant n'est d'ailleurs pas là. Depuis 1996, la Chine a fait beaucoup de chemin. Notamment, elle s'est ouverte au monde pour aller chercher des matières premières. La baisse du marché chinois aura donc des conséquences bien au-delà de la mer de Chine.

Répercussion de l'onde de choc sur toute la région asiatique
Le premier pays affecté par la déprime du marché sera l'Australie, fournisseur officiel de charbon, de fer et de gaz naturel de la Chine.  Les pays d'Asie du Sud-est seront également concernés, au premier rang desquels la Thaïlande et le Vietnam avec leur caoutchouc. Les monnaies de ces pays, largement boostées par les importations chinoises, connaîtront également un léger passage à vide. L'onde de choc pourrait même se propager de l'autre côté du Pacifique.

L'Amérique du Sud et l'Afrique
L'alliance du Brésil avec la Chine dans le groupe des BRICS reposait sur un secteur en particulier : les matières premières. Le Brésil, appelé désormais "la ferme du monde", a délibérément orienté ses exportations vers l'Asie. L'effondrement de cette alliance aurait des conséquences graves pour Brasília. Le raisonnement vaut également pour les autres pays du continent Le Chili n'est-il pas le premier producteur de cuivre au monde ? Or les prix spot du cuivre ont déjà commencé à baisser, avec une chute de 5% depuis mars.

Les pays développés ne seront pas épargnés
Un nombre croissant de firmes étrangères sont venues chercher en Chine le surplus de croissance qui leur manque sur leurs marchés nationaux. Les groupes étrangers de construction, comme Caterpillar, se sont également engagés dans la folie constructrice chinoise.

Article sur plusconcient.Net :   Zone euro, éclatement dans les dix-huit mois ? Crise: l'Irlande secourue, et après ?, David Mascré. crise, krach, collapsus, Création monétaire et endettement, Faut-il sortir de la crise par la croissance ou par la rigueur ? Pour en savoir plus sur la thématique de la dette  des états, crise financière et réelle ( blog citoyenactif)  : cf La crise dans les années 30 et Aujourd’hui ( voir Chris Harman), ,  On oublie que ces dettes étatiques proviennent d’une crise financière, et non d’une crise réelle. Elle est donc illégitime. Nous sommes rentrés dans un cercle vicieux grave La vraie limite de la croissance ? Solution : " Au lieu de privatiser les bénéfices et socialiser les pertes", faisont l'inverse. Libéralisme, écologie et Europe ( plusconcient.net) Année: 2008 Durée: 24' 16'', Les vrais maîtres du monde ??? Serge Halimi sur "Le grand bond en arrière (plusconcient.net) Année: 2004 Durée: 50' 51''

Commentaires

Aller le vieille adage de la Grenouille.... Ou de la phrase du film La Haine : C'est un homme qui tombe du 50 étages e qui dit : "Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien... Le plus dure, ce n'est pas la chute, c'est l'attérissage.

" La Grenouille. Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.? Le feu est allumé, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager. La température continue à grimper. La grenouille dans la marmite se dit déjà: Sommes-nous déjà à moitié cuits ? L'eau est maintenant chaude. La grenouille n'apprécie pas, ça la fatigue, mais ne s'affole pas.? L'eau est cette fois vraiment chaude. Elle commence à trouver cela désagréable, elle s'est affaiblie, elle supporte et ne fait rien. La température continue à monter, la grenouille va tout? simplement finir par cuire et mourir.? Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite. ?Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue lentement, il échappe à la conscience et ne suscite aucune réaction, opposition ou révolte.? Si nous regardons ce qui se passe aujourd'hui, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.? Des tas de choses qui nous auraient horrifiés jadis, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent mollement à ce jour,? ou laissent carrément indifférents la plupart des gens. Au nom du progrès les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité , à l'intégrité de la nature, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies. Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.? Le GAVAGE PERMANENT des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses. Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuit, donnez le coup de patte salutaire renseigner vous sur l'ECONOMIE, la GEOPOLITIQUE, les RAPPORTS DE FORCE, les MOYENS DE SE MOBILISER avant qu'il ne soit trop tard. "

Écrit par : citoyenactif | 17/06/2011

Merci citoyenactif Moi je préfaire être préparé aux pire, c'est pour cela que je me renseigne et que je suis très critique des médias, des politiques et institutions qui nous mentent. Merci pour ces deux citations ( de la Grenouille et de la Haine) Un peuple ignorant, est un peuple controlable.

Écrit par : Anne | 17/06/2011

Oui " Le pire n'est pas sûr, mais on ne regrette jamais d'y être préparé ' . Ils semblerait que ce soit pour les crises financières ou industrielles - écologiques, le système n'est pas anticipé le pire. Je rajoute ceci Le Japon bientôt inhabitable ? - source agoravox
Cela fait trois mois aujourd’hui que la catastrophe nucléaire de Fukushima a eu lieu, et malgré les tentatives du lobby nucléaire qui tente de nous rassurer, la situation est aux antipodes d’être réglée.

Écrit par : Saltabank | 17/06/2011

Bravo, bonne article

Tout pourrait déraper sur une flaque d'huile grecque ?! Une étapes dans la chute du système capitaliste
La Fed révèle enfin le vrai péril qui menace la planète, preuve que la situation est grave sur la Grèce, mais aussi les autres économies. La réalité, c'est que les taux grimpent dans des pays émergents où la croissance flirte avec la surchauffe -- alors qu'il n'y aucun souci de solvabilité. En revanche, ils tendent vers le zéro absolu dans les pays étouffés par leur dette et qui n'ont plus les moyens de soutenir leur économie. D'où ce paradoxe suprême : Un système avec de déflation ( Europe, USA, Japon, Australie) et un risque de sur inflation fort. « La réalité, c'est que les taux grimpent dans des pays émergents où la croissance flirte avec la surchauffe -- alors qu'il n'y aucun souci de solvabilité. En revanche, ils tendent vers le zéro absolu dans les pays étouffés par leur dette et qui n'ont plus les moyens de soutenir leur économie. »

▪ C'est assez rare pour être souligné. Le communiqué final de la Fed, pourtant conforme aux attentes, a plongé Wall Street dans des abîmes de perplexité. Ben Bernanke revoit comme prévu à la baisse les perspectives de croissance en 2011 5 CF voir [PDF] Economie ( source société générale) . Il répète que le ralentissement économique ("soft patch") n'est que temporaire, et que l'activité économique devrait réaccélérer au cours du second semestre. Ils veulent surtout nous le faire, plus qu’il y croit

Écrit par : saltabank | 25/06/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu