Avertir le modérateur

01/02/2012

La liberté de la presse en chute libre au Japon

Description : Le Japon est aujourd'hui très connu en France, à travers sa culture populaire - manga, animé - et sa cuisine. Mais que sait-on au juste de cette "face cachée de la lune", située quelque part entre l'extrême-orient et l'extrême-occident ? Au-delà des clichés, ce blog apporte un éclairage sur quelques aspects méconnus de la société, de la vie politique et de la culture populaire dans l'archipel.

Contact

Partager ce blog

Mercredi 1 février 2012 3 01 /02 /Fév /2012 00:00
La liberté de la presse en chute libre au Japon

 
Le Japon a connu cette année une chute importante dans le classement de la liberté de la presse établi chaque année par l'organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF). Sur 179 pays analysés, la Japonpasse en effet de la 11ème à la 22ème place. Si RSF avait par le passé critiqué le système de la presse au Japon et notamment l'existence des kisha kurabu  favorisant la connivence entre politiques, industriels et journalistes, cette année c'est le traitement de l'information de l'accident de Fukushima par la presse japonaise qui est visé.
 
Selon l'organisation, la couverture de cette catastrophe
"a donné lieu à des restrictions abusives" . Et malheureusement dans l'actualité récente les exemples ne manquent pas venant confirmer cette analyse. Ainsi fin janvier, deux caméramen français ont été arrêté pour avoir filmé la zone interdite près de la centrale accidentée de Fukushima Dai-Ichi. La police les accuse d'avoir falsifié les documents leur permettant de pénétrer dans cette zone. Par ailleurs, un journaliste canadien établi depuis plusieurs années au Japon a été arrêté à son retour de vacances en Corée, enfermé dans la zone de non-droit que constitue la prison pour étrangers de l'aéroport de Narita, avant d'être expulsé.
 
En plus d'avoir été racketté à plusieurs reprises par des employés de l'aéroport, et menacé de mort par un garde, il aurait subi un interrogatoire des plus étranges. En effet bien que les faits qui lui sont reprochés concernent son visa, les officiers de l'aéroport de Narita semblaient être particulièrement intéressés par son activité de journaliste dans la préfecture de Fukushima. Voici un  extrait de l'interrogatoire qu'il aurait subit selon ses dires :
 
"- Quels sont les noms des hotels où vous avez résidé en avril dans la zone dévastée? Quels sont les noms des personnes que vous avez rencontré à Fukushima?
- Et bien, j'ai séjourné à différents endroits, j'ai rencontré plusieurs centaines de personnes?
- Quels sont leurs noms?
- Il y en a beaucoup trop.
- Vous refusez de répondre à la question ! Vous devez répondre en détails !"
 
Mathieu Gaulène

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu