Avertir le modérateur

17/02/2012

En Grèce, la tragédie de la « dette »…

A présent, tout le monde tombe d’accord pour dire que la farce a assez duré.

en grèce,la tragédie,la « dette »…Un petit récapitulatif :

Les grandes banques ont prêté de l’argent aux Grecs. Ensuite, les banquiers se sont versé de gros bonus — pour se récompenser d’avoir décroché de si beaux clients.

L’état avec l’aide de Goldman Sachs, ils ont truqué leurs comptes de manière à paraître un meilleur risque crédit que ce qu’ils étaient en réalité. Ils ont ensuite spéculé sur la « crise de l’euro » et imposer leurs membres aux post clés des gouvernements

Mais au lieu de casser ce monstre qu’est Goldman Sachs et de sortir de la soumission a la logique libérale… comme il l’avait fait depuis toujours, les états s’en sont allés défendre les responsables et punir les victimes . Il a promis de gérer la situation de manière à ce que les prêteurs imprudents n’aient pas à encaisser les pertes qu’ils méritaient. Comment ? En prêtant plus d’argent à l’emprunteur ! En refinançant s’est organisme bancaire sans contrepartie

On a donc plus de rigueur aux Grecs… en leur disant de s’amender. C’est vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière.

▪ Des efforts… et un résultat négatif

Les Grecs sont saignez a blanc . Au lieu d’être protégé par « l’Etat nation », ils sont attaqués et brutalisés. Des milliers de fonctionnaires ont été licenciés, des budgets ont été limités… des ceintures ont été resserrées.

Interviews

« Salut,
 
il fallait vraiment que je vous dise ce qui se passait à ce moment-là .
 
A lire la une du Monde, vous ne risquez pas la surinformation à  propos de
la
Grèce.
 
Donc, les chefs des 3 partis soutenant le gouvernement non élu de Papadimos (ex Goldman Sachs, ex gouverneur dela Banque Centralede Grèce...), à  savoir:
Papandreou (Pasok), Samaras ((Néa Dimokratia, droite), Karatzaferis (Laos, extrême-droite) se sont réunis, pour faire semblant de négocier (on savait depuis le départ qu'ils diraient oui à toutes les exigences dela Troïka.
Résultat des courses : (j'en oublie forcément ...)
 
1) suppression des conventions collectives, tout le monde à  la même enseigne; Elargissement de la érégulation, emploi à  temps partiel, conditions d'embauche spéciales pour les - de 25 ans (voir + bas)
 
2) baisse de 22% du salaire minimum (le portant à  600 euros bruts; soit env. 480 nets). Cela influe sur TOUTES les primes (enfants, mariage, diplômes...) qui s'ajoutent éventuellement au salaire de base et sont calculées à  partir dusalaire min.
 
3) 10% de baisse, en plus, pour les - de 25 ans (donc salaire de base à  527 euros bruts pour eux, moins de 400 euros net, à  condition bien sûr de travailler à  plein temps).
 
4) gel du salaire minimum pour 3 ans (jusqu'en 2015)
 
5) gel des primes à  l'ancienneté  tant que le cômage ne sera pas à  moins de 10% (les calendes grecques, quoi)
 
6) baisse de 2% des cotisations sociales en 2012, et de 13% en 2013
 
7) baisse des grilles des salaires dans la fonction publique (et bien sûr ce n'est pas la première)
 
8) baisse de 15% des retraites complémentaires (pour toutes les retraites complémentaires, quel que soit le montant total perçu par les retraités)
 
9) la question des retraites principales reste ouverte
 
10) baisse de 15% des retraites principales à  DEI (équivalent d'EDF), OTE (le téléphone) et dans les banques nationalisées ou semi
 
11) suppression directe de 15.000 postes dans la fonction publique, et de 150.000 (par non reconduction de postes après retraites, etc...) d'ici 2015.
 
Les enfants font cours dans des écoles sans chauffage, on attend toujours les livres (mais ça, ça paraît franchement anodin comparé à  tout le reste), pour faire des examens à  l'hôpital, il faut avancer les frais (et être remboursé à  70%, si la caisse de Sécu existe encore à  la date du remboursement...) et comme on ne paie pas nos impôts divers (on est imposable à  partir de 5.000 euros par an..., + impôt sur la propriété, et bon nombre de Grecs, pauvres par ailleurs, sont propriétaires, etc etc.),... on nous fait une ponction à  la source sur nos salaires.
 
Mon dernier salaire (janvier, sans la ponction automatique d'environ 30 euros pour impôts, et avant les baisses annoncées aujourd'hui) était de 758 euros. Byzance, quoi.
 
Mon loyer est de 320 euros, le fuel est à  1,06 euros le litre, l'essence à  1.69 (dans le meilleur des cas), le pain à  1.60 le kg, les patates à  0.8, le lait à  1.2 ...
 
Dans les médias, on subit une offensive de propagande incroyable ("c'est dur, mais il faut ça pour se sauver", "c'est l'occasion de mettre de l'ordre avec tous ces tricheurs", etc...),  et les pas nombreux, et seulement dans les médias alternatifs, boycottés et censurés systématiquement, qui affirment qu'il faut dire non, refuser ce prêt et tout ce qui va avec, et retourner à  la drachme qui nous permettrait enfin de nous remettre debout (parce que tant qu'on est ficelés par la monnaie commune, on ne peut rien faire, sinon être plongés encore un peu plus dans la récession), sont accusés de folie, de communisme, enfin bref de tous les maux de l'humanité.
 
Le gouvernement NON ELU et placé là au mépris de la constitution, signe un arrêt condamnantla Grècepour les 50 prochaines années (ce n'est pas une exagération). C'est systématique, organisé, délibéré, et ça fonctionne.
Les Allemands, après avoir retiré leur demande de placer un proconsul en Grèce (Ça a provoqué un tollé, même chez les Allemands ! ), insistent pour que soit créé un compte spécial, destiné au service de la dette, et géré... par eux (les créanciers). On ne précise nulle part qu'ils veulent, c'est un fait, que ce compte soit alimenté non seulement par le prêt à  venir, mais aussi par les recettes de l'Etat, si besoin est.
Ça a un nom : colonisation.
 
On va monter à  Athènes avec Christos, on ne sait encore franchement pas trop pour quoi faire,  je vous tiendrai informés. Je sais que vous faites tout ce que vous pouvez pour faire passer les infos, continuez, c'est la première chose à  faire, on a vraiment besoin de votre soutien.
Beau cadeau d'anniversaire pour Cécilia, hein ? ...  Bon, on lui fera quand même quelque chose d'aussi sympa que possible, sans doute la semaine prochaine.
On pense à vous, on vous embrasse
 
Marie-Laure
Traductions grec-anglais-français
Aighion
Tel/Fax: 00 30 26910 24157
 
INTRO. Sonia est fondatrice du groupe "initiatives des femmes contre la dette grecque", elle est luxembourgeoise. Son mari, Yorgos, est économiste, membre du CADTM, et co-fondateur de l'ELE (le comité pour la constitution d'une Commission d'Audit dela Dette Grecque).
C'est eux qui ont organisé la conférence en mai, à  Athènes (où  j'ai fait de l'interprétariat, et rencontré plein de gens); on doit les rencontrer ce week end, s'ils ont le temps, avec Christos
.
 
« Je viens de tomber là-dessus - je me suis abonée à  Mediapart, je ne regrette pas. Vous pouvez faire circuler, c'est du sérieux.

Mediapart publie le discours de Sonia Mitralia, membre du comité grec contre la dette, prononcé le 24 janvier dernier devant le Conseil de l'Europe à Strasbourg.
Elle y rappelle que le «droit international oblige (...) les Etats à  donner la priorité  à  la satisfaction des besoins élémentaires de leurs citoyens et non pas au remboursement de leurs dettes».
 
Presque deux ans après le début du traitement de choc imposé par la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne (de l'U.E) et le Fonds monétaire international (FMI) sur  la Grèce :  son bilan est catastrophique, révoltant et inhumain.
Tout d'abord, même les inspirateurs de ces politiques admettent maintenant ouvertement, non seulement leur échec patent mais aussi que leurs recettes étaient dès le début totalement erronées, irréalistes, inefficaces et même contre-productives.
 
En voici une illustration qui concerne non pas une question secondaire mais le coeur du problème, la dette publique grecque elle-même.
Selon tous les responsables du désastre grec, si leurs politiques (d'austérité  plus que draconienne) s'avéraient efficaces à 100%, ce qui est d'ailleurs totalement illusoire, la dette publique grecque serait ramenée en 2020 à 120% du PIB national, c'est-à-dire au taux qui était le sien... en 2009, quand tout ce jeu de massacre a commencé !
En somme, ce qu'ils nous disent, maintenant, cyniquement, c'est qu'ils ont détruit toute une société européenne... absolument pour rien !
 
Mais, comme si tout celà ne suffisait pas, ils persistent à imposer aux Grecs - mais aussi pratiquement à  tout le monde -   exactement les mêmes politiques, qu'eux-mêmes admettent en échec. C'est ainsi qu'on est désormais, en Grèce, au septième « Mémorandum » d'austérité et de destruction des services publics, après que les six premiers aient fait preuve d'une totale inefficacité !
 
On assiste au Portugal, en Irlande, en Italie, en Espagne et un peu partout en Europe à l'application de ces mêmes plans d'austérité draconiens qui aboutissent partout au même résultat, c'est-à-dire enfoncer les économies et les populations dans une récession et un marasme toujours plus profonds.
 
En réalité, des expressions telles qu' « austérité draconienne » sont absolument insuffisantes pour décrire ce qui est en train de se passer en Grèce.
 
Les salaires et les retraites sont amputés de 50 % ou même, dans certains cas, de 70 %. La malnutrition fait des ravages parmi les enfants de l'école primaire, la faim fait son apparition surtout dans les grandes villes du pays dont le centre est désormais occupé par des dizaines de milliers de SDF misérables, affamés et en haillons.
Le chômage atteint désormais 20 % de la population et 45 % des jeunes (49,5 % pour les jeunes femmes). Les services publics sont liquidés ou privatisés avec comme conséquence que les lits d'hôpitaux sont réduits (par décision gouvernementale) de 40 %, qu'il faut payer très cher même pour accoucher, qu'il n'y a plus dans les hôpitaux publics de pansements ou de médicaments de base comme des aspirines. L'Etat grec n'est toujours pas capable, en janvier 2012, de fournir aux élèves les livres de l'année scolaire commencée en septembre passé.
Des dizaines de milliers de citoyens grecs handicapés, infirmes ou souffrants de maladies rares se voient condamnés à  une mort certaine et à brève échéance après que l'Etat grec leur a coupé  les subsides et les médicaments.
 
Le nombre de tentatives de suicide s'accroît à  une vitesse hallucinante, comme d'ailleurs celui des séropositifs et des toxicomanes abandonnés désormais à leur sort par les autorités. Des millions de femmes grecques se voient maintenant chargées des tâches normalement assumées par l'Etat à travers ses services publics quand ceux-ci n'étaient pas encore démantelés ou privatisés par les politiques d'austérité. La conséquence en est un véritable calvaire pour ces femmes grecques : non seulement elles sont les premières à être licenciées et sont contraintes d'assumer les tâches des services publics en travaillant de plus en plus gratuitement à  la maison, mais elles sont aussi directement visées par la réapparition de l'oppression patriarcale qui sert d'alibi idéologique au retour forcé des femmes au foyer familial.
 
On pourrait continuer presque à  l'infini cette description de la déchéance de la population grecque.
Mais, même en se liimitant  à  ce qu'on vient de dire, on constate qu'on se trouve devant une situation sociale qui correspond parfaitement à la définition de l'état de nécessité ou de danger reconnu depuis longtemps par le droit international. Et ce même droit international oblige expressément les Etats à  donner la priorité  à  la satisfaction des besoins élémentaires de leurs citoyens et non pas au remboursement de leurs dettes.
Comme le souligne la Commission du droit international de l'ONU, à  propos de l'état de nécessité : « On ne peut attendre d'un État qu'il ferme ses écoles et ses universités et ses tribunaux, qu'il abandonne les services publics de telle sorte qu'il livre sa communauté au chaos et à l'anarchie simplement pour ainsi disposer de l'argent pour rembourser ses créanciers étrangers ou nationaux. Il y a des limites à ce que l'on peut raisonnablement attendre d'un État, de la même façon que pour un individu. »
 
Notre position, partagée par des millions de Grecs, est claire et nette et se résume au respect du droit international. Les Grecs ne doivent pas payer une dette qui n'est pas la leur pour plusieurs raisons.
 - Primo, parce-que l'ONU et les conventions internationales signées par leur pays mais aussi par les pays de leurs créanciers " intiment à  l'Etat grec de satisfaire en toute priorité non pas ses créanciers mais plutôt ses
obligations envers ses nationaux et les étrangers qui se trouvent sous sa juridiction."
 - Secundo, parce-que cette dette publique grecque, ou au moins une part très importante, semble réunir tous les attributs d'une dette odieuse, et en tout cas illégitime, que le droit international intime de ne pas rembourser.
 
C'est d'ailleurs pourquoi il faudrait tout faire pour faciliter la tâche de la campagne grecque pour l'audit citoyen de cette dette afin d'identifier sa part illégitime  et non pas tout faire pour l'empêcher, comme l'Etat grec le pratique maintenant.
Notre conclusion est catégorique : la tragédie grecque n'est ni fatale ni insoluble. La solution existe et la répudiation, l'annulation et le non paiement de la dette publique grecque en font partie en tant que premier pas
dans la bonne direction. C'est-à-dire, vers le salut de tout un peuple européen menacé par une catastrophe humanitaire sans précédent en temps de paix... »
 
Marie-Laure
Traductions grec-anglais-français
Aighion
Tel/Fax: 00 30 26910 24157
 »
 
Les indignés de France: Calendrier des événements
Combien de temps faudra-t-il pour voir une telle situation en France ? Faudra-t-il attendre la faim pour que le peuple français s'indigne ?
 
en grèce,la tragédie,la « dette »…Viviane Charvey a partagé une photo de Univers Sab. 18 févr.: Manifestation de solidarité avec la Grèce - austérité / Paris 16e

Bien entendu, ça a provoqué un ralentissement économique. Le PIB a chuté de 5% au troisième trimestre de l’année dernière. Au quatrième trimestre, il chutait encore plus rapidement, au taux annuel de 7%. Le New York Times nous en dit plus :

Selon de nombreux indicateurs, la Grèce subit une transformation sans précédent dans l’histoire occidentale moderne. Un quart de toutes les entreprises grecques a fait faillite depuis 2009, et la moitié de toutes les petites entreprises du pays déclare être incapable de payer leurs salaires. Le taux de suicide a grimpé de 40% au premier semestre 2011. Une économie de troc est née, les habitants tentant de contourner un système financier en panne. Près de la moitié de la population des moins de 25 ans est au chômage. En septembre dernier, les organisateurs d’un séminaire parrainé par le gouvernement et concernant l’émigration en Australie — un événement qui avait attiré 42 personnes l’année précédente — ont été inondés par 12 000 inscriptions”…

La situation au niveau macro-économique est encore plus ‘transformationnelle’. Les Chinois ont en grande partie pris le contrôle du Pirée, le principal port grec, en vue d’en faire un couloir d’expédition de marchandises en Europe”.

“[...] Le dernier plan d’austérité était censé satisfaire les créditeurs de la Grèce et permettre de nouvelles infusions d’aide financière, évitant ainsi le défaut involontaire — et un ralentissement économie mondial –, mais il rendra néanmoins la vie des Grecs ordinaires encore plus difficile. Le plan réduit le salaire minimum de plus de 20%, approuve des milliers de licenciements et réduit certaines retraites, confirmant probablement le fait que les grèves et les manifestations continueront de faire partie du paysage grec”.

▪ La classe moyenne en première ligne
Comme en Argentine il y a 10 ans, la classe moyenne grecque est frappée de plein fouet. Les classes supérieures sont protégées. Elles ont des actions. Elles ont des comptes dans des pays étrangers. Les plus pauvres, quant à eux, n’avaient rien avant la crise. Ils n’ont pas perdu un centime.

Mais les classes moyennes, elles, perdent des emplois, des revenus… et des allocations. Venant grossir la classe populaire qui a déjà tout perdu. Bref la paupérisation de la Grèce et bientôt de l’Europe

C’est ce qui se passe aux Etats-Unis aussi — et dans une très grande partie de l’Occident. La richesse de la classe moyenne accumulée entre 1980 et 2007 était majoritairement une illusion. C’était de l’argent emprunté sur l’avenir… qui hypothèque désormais l’avenir.

Et M. Prestidigitateur Gouvernemental ne peut pas y faire grand-chose. Le problème, c’est un excès de dette (résidu ou conséquences du système néolibérale. En rajouter ne sert à rien. Saignez a blanc les peuples n’ont plus.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu