Avertir le modérateur

13/03/2012

la ‘destruction créatrice’

En vieillissant, le système néolibérale est devenue obsédée par le fait d’ériger des garde-fous économiques, de tendre des filets de protection, d’aplanir les courbes et de légiférer pour entourer de papier-bulle presque tous les accidents qui pourraient arriver. Résultat : le système financier  est en déclin, mais pas mort est confiné, étouffé par d’innombrables excès et “protections”.

Ce système ne  supporte plus l’adversité économique… même lorsque cette adversité est au service d’un objectif économique essentiel (la survie du système institutionnalisé mondiale avec ces protecteurs : Hommes politiques, le développement du corporatisme…). Ils veulent l’été sans l’hiver ; la victoire sans vaincus ; le succès sans l’échec.

Fonctionnement : Crise et bulles : . Les défauts et les faillites sont le produit d’économies qui prospèrent à long terme. “Le capitalisme, ce n’est pas que des réussites — c’est là la partie facile”, observe James Grant, chroniqueur au Grant’s Intérêts Rate Observer. “C’est également des échecs — les reconnaître, les traiter, les éliminer et les valoriser correctement”.

Schöpferische Zerstörung signifie “destruction créatrice” en allemand. Aux Etats-Unis, nous en avons oublié la signification. Dorénavant, les politiques des banques centrales : la Réserve fédérale et Banque Centrale européenne, même se point du système néolibérale est dilué en d’autre terme : «  créations destructrices du gouvernement, le processus de destruction créatrice ne prend plus que rarement racine dans le sol américain ».

Destruction créatrice - Wikipédia : Wikipedia   explique :à son niveau le plus fondamental, la ‘destruction créatrice’ décrit la façon par laquelle le développement économique capitaliste naît de la destruction d’un ordre économique antérieur… Depuis les années 1950, le terme de ‘destruction créatrice’ — parfois aussi appelé ‘tempête perpétuelle’ selon la formule de Schumpeter — est devenu plus aisément identifié grâce à l’économiste austro-américain Joseph Schumpeter. Ce dernier l’a adapté et popularisé comme une théorie de l’innovation économique dans Capitalisme, Socialisme et Démocratie (1942)” « Ce processus de Destruction Créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme : c'est en elle que consiste, en dernière analyse, le capitalisme et toute entreprise capitaliste doit, bon gré mal gré, s'y adapter. Malheureusement pour certains la destruction créatrice peut être douloureuse. Les ouvriers ayant des compétences rendues obsolètes par les nouvelles technologies perdent leur emploi ». voir aussi Destruction créatrice’ et inondation de liquidités, bulles et crises

Destruction créatrice avec l'industrie du charbon - Vidéo Dailymotion

 

Mouvement zéro - Le capitalisme comme destruction ...http://www.youtube.com/watch?v=4G5U4hTSb1A

 

-Le sauvetage provisoire de la Grèce. « Provisoire car l'économie grecque est loin d'être sauvée. Le marché des changes a salué l'évènement non pas par une hausse de l'Euro mais par une baisse car le fait que la Grèce reste dans la Zone Euro va affaiblir celle-ci. Les investisseurs commencent à s'en rendre compte. Comme je l'ai dit, et vous futes, selon mon sondage d'alors, nombreux à partager ce sentiment, il faudrait que ce pays quitte la Zone Euro tant il la tire vers le bas. Mais la politique est ce qu'elle est et les dirigeants en ont décidé autrement.
En tous cas, si la baisse de l'Euro se poursuit, n'oubliez jamais que ce serait une bonne chose pour les sociétés du CAC qui son exportatrices et facturent en dollars une large partie de leur production
 ».


-A propos des entreprises du CAC justement, elles ont fini la semaine dernière d'annoncer leurs résultats 2011. Le profit cumulé est de 74 milliards d'euros. Soit une baisse de 10.5% par rapport à 2010. La crise de confiance qui a frappé les marchés l'an dernier a finalement eu un impact non négligeable sur les profits, qui étaient, en début d'année, estimés en hausse de 15% en 2011. Un tel chiffre aurait donc conduit à un profit cumulé de 95 milliards et non 74.
Aussi, avec un CAC actuellement à 3500 points, nous avons calculé une capitalisation cumulée de 900 milliards. Soit un PER 2011 de 12.1 ».

 

La partie destructrice de la ‘destruction créatrice’ joue un rôle essentiel, thérapeutique du néolibéralisme ( et capitaliste) . Mais les dirigeants financiers des Etats-Unis et de la Zone, c’est pour sauver le système , injectent des milliers de milliards de dollars de nouveaux crédits dans des banques insolvables comme un fluide d’embaumement dans un cadavre. Mais le crédit frais ramène rarement à la vie un système en déroute (ces cadavres financiers, politiciens « égaré » . Il leur permet simplement d’être encore là, retarder l’échéance et d’empuantir l’atmosphère.

Sérieusement la FED et la BCE affirme vouloir faire revivre la croissance économique long terme, « elle attacherait aux pieds des grandes banques américaines insolvables des ‘chaussures de ciment’ et les pousserait dans l’Hudson », taxer les riches a mort.

▪ La destruction est pour eux nécessaire et importante
La destruction créatrice n’est pas uniquement une affaire de destruction mais essentiellement de création des opportunités d’investissement qui en résultent. Lorsque les entreprises se soldent par un échec, une nouvelle génération de capitalistes peut descendre dans l’arène pour gagner la génération suivante de fortunes.

C’est ainsi que fonctionne ce monde… ou du moins qu’ils veulent le voir fonctionner. L’histoire récente des défauts souverains et des dévaluations de monnaie illustre très clairement ce phénomène.

Quelques années après un défaut ou une dévaluation, la plupart des pays entrent dans une nouvelle phase de croissance forte. « Ce processus n’est pas facile et ne va pas sans douleur mais il est extrêmement efficace pour liquider les parties avariées afin que de nouvelles entreprises puissent s’épanouir ».

▪ Quelques exemples… Le défaut de paiement désigne le fait qu'une entreprise ou un pays ne soit pas en mesure d'honorer une partie ou la totalité de ses engagements envers un tiers. Le défaut de paiement de la part d'une entreprise peut entrainer la faillite de celle-ci.

Fréquences : Les défauts de paiement de la part d'États souverains sont devenus assez fréquents, en particulier depuis 1982. L'agence de notationStandard and Poor's a ainsi recensé 90 pays ayant fait défaut depuis 1975, dont certains à plusieurs reprises. Par exemple, le Pérou a fait défaut en 1976, puis en 1978, puis à nouveau en 1980, puis enfin entre 1983 et 1997.

Certains défauts ont provoqué des crises financières particulièrement importantes. Avec destruction de valeurs ( sociale, emplois… et un enrichissement pour certains

Le gouvernement russe a fait défaut en 1998 (août 1998 , le défaut de la Russie sur ses emprunts d'État, les GKO, a provoqué une crise financière d'une importance exceptionnelle). Cet exemple hypothétique n’est pas une exception : il est la règle. « Un investisseur qui avait acheté des actions un an après la dévaluation du baht thaïlandais ou de la roupie indonésienne en 1997 ou celle du peso argentin en 2002 aurait dans chaque cas plus que doublé son investissement au cours des 12 mois qui ont suivi ».

Le défaut du Brésil en 1990 fut une exception. « Un investisseur aurait perdu de l’argent au début. Mais en bout de deux ans, cet investissement aurait également très bien rapporté ».

Par ailleurs, en 2001 la crise économique argentine a, entre autres, provoqué le défaut de l'Argentine sur tous les compartiments de sa dette et en 2002, la crainte d'un défaut du Brésil en cas de victoire de Lula a provoqué des mouvements importants sur le marché obligataire

Le message est on ne peut plus clair : la destruction peut être très créatrice de profit.

 

le système néolibérale,la ‘destruction créatrice’« Qu'est-ce que la démocratie directe ? » (Prologue)

 : "Les problèmes et la limite de la démocratie, dans nos systèmes prétendument démocratiques, qui ne le sont effectivement pas tant que cela. De plus, dans notre système capitaliste actuel, si on analyse le monde de l'entreprise, c'est à dire du travail, c'est à dire le monde de tous les jours pour la plupart d'entre nous, c'est pour le coup une dictature quasi-totale, contrôlée de a à z par les patrons, qui ont droit de vie ou de mort sur l'employé de façon quasi-arbitraire. Mais cela ne vient pas de du problème de la démocratie en soi, mais juste que la démocratie n'est pas respectée justement ! – source Démocratie réelle et directe". Voir et partager le site internet suivant : http://laconstituanteenmarche.net

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu