Avertir le modérateur

25/03/2012

De la guerre froide au Grand Jeu

ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu

Veto russe et chinois sur la Syrie, menace israélienne de frappes en Iran, tergiversations occidentales, succession périlleuse en Corée du Nord…

L’actualité en 2012 est décidément géostratégique,aprèsavoirété politique en 2011 avec les “indignés” et les “printemps arabes”( En quoi c'est une crise. , néolibéralisme : dates et noms, La constituante en marche! ) . Pour comprendre ce qui se passe, un retour en arrière s’impose. Car la situation présente évoque ce qu’on a appelé le Grand Jeu, une lutte sourde entre la Russie et la Grande-Bretagne tout au long du XIXe siècle. Ces deux puissances coloniales voulaient alors contrôler l’Asie centrale, ses richesses minières et, pour Moscou, son accès à la mer. Coups bas, espionnage, renversements de potentats locaux étaient le lot commun de ces contrées, avec la Perse déjà au cœur du conflit

Aujourd’hui, le Grand Jeu se joue principalement entre les Etats-Unis et la Chine, avec la Russie comme appoint. Il ne s’agit plus de coloniser des territoires, ni de richesses minières, mais de zones d’influence et de pétrole. Les régions en jeu sont presque les mêmes qu’autrefois : l’Iran et le Moyen-Orient, et dans une moindre mesure l’Asie centrale. Mais d’autres zones peuvent intéresser les puissances, l’Afrique notamment et toujours l’Extrême-Orient. L’internationalisation du néolibéralisme ! : De la guerre froide au Grand Jeu , De la guerre froide au Grand Jeu : La bataille de l'énergie, La Chine et la guerre des monnaies ( cliquer ici) , Pendant que la bataille de l'énergie fait rage ( Eau (: La guerre de l’eau), Spéculation sur le bien commun ... , les peuples souffrent L'eau, un enjeu du XXIe siècle

chroniques é,pays émergents,la chine,le canadaQuand la Chine et le Canada décident de s'entendre :

 La Chine et le Canada ont signé le mois dernier une série d'accords destinés à booster le commerce bilatéral qui plafonnait jusqu'alors à des niveaux modestes. En particulier, ces accords vont remettre en selle immédiatement les exportations de boeuf canadien et de produits issus des graisses animales après une pause de neuf années.

Ces accords ont été signés à Pékin par Wen Jiabao et le Premier ministre canadien Stéphane Harper et les deux pays doivent conduire une revue juridique de ces accords et les ratifier avant qu'ils ne prennent effet.

Mais ces accords couvrent une large gamme étendue à d'autres domaines. Il est en fait question de renforcer un partenariat stratégique entre les deux pays.

Les Canadiens sont particulièrement intéressés à augmenter leurs exportations de pétrole, mettant en avant le besoin de diversifier leurs exportations au-delà des Etats-Unis qui restent le plus grand importateur d'énergie canadienne.

Les exportations de boeuf avaient été stoppées en 2003 après que le Canada a découvert un cas de vache folle dans un troupeau. La Chine s'était engagée dès 2010 à reprendre le commerce du boeuf canadien. Des deux côtés, on a passé en revue les 18 années de négociations traitant à la fois de la promotion de l'investissement étranger et de la protection commerciale réciproque.

Le montant actuel de commerce bilatéral, qui est en dessous de 60 milliards de dollars canadiens en 2010, montre le potentiel énorme qu'il y a pour une croissance de celui-ci.

D'après le Premier ministre canadien, l'investissement canadien en Chine a augmenté de 39% en 2010 par rapport à 2009 pour atteindre près de 5 milliards de dollars canadiens.

De l'autre côté, les investissements chinois au Canada pour la même année totalisent 14 milliards de dollars,en augmentation de 9% par rapport à 2009. Le Canada est déterminé à ouvrir de nouveaux marchés et à réduire sa dépendance aux Etats-Unis, qui absorbent environ 75% de toutes les exportations canadiennes.

Depuis peu en effet, Ottawa intensifie ses souhaits de diversifier ses exportations après que Washington a opposé un veto politique à un pipeline qui aurait transporté du brut canadien de la province d'Alberta vers le Texas. Pour l'instant, la Chine n'importe pas de pétrole canadien mais se déclare intéressée pour le faire.

L'accord signé par les deux pays porte sur l'énergie (le pétrole, le gaz, et l'énergie nucléaire) mais concerne aussi le commerce et les investissements. Cet accord va augmenter les possibilités d'attirer les capitaux des deux côtés et améliorer l'accès aux marchés pour les ressources canadiennes en énergie, de même que les technologies et les services associés.

Ainsi, une grande banque d'investissement canadienne, CANACCORD FINANCIALS, est en train de s'associer avec la banque chinoise IMPORT EXPORT BANK OF CHINA (connue sous le nom d'EXIMBANK) pour créer un fonds d'un milliard de dollars qu'ils appellent le Canada-China Natural Resources Fund, destiné à être investi dans des compagnies canadiennes exploitant les ressources naturelles.

Comme vous le voyez, le voyage du Premier ministre canadien en Chine a eu pour but de créer des liens plus étroits entre les deux pays sur le plan économique, et il a demandé aux officiels chinois de permettre aux compagnies canadiennes d'investir en Chine.

Sur un autre plan, et dans l'autre sens, les capitaux chinois se sont déversés sur le secteur canadien des ressources naturelles – notamment sur l'énergie. Les compagnies d'Etat chinoises ont investi dans les sables bitumineux canadiens et s'intéressent au secteur des mines, avec en vue des accords importants.

Avec le nouveau fonds dont je vous parle, le flux d'argent ne peut qu'augmenter. Les objectifs du fonds portent également sur le développement durable. La création de ce fonds démontre le rôle accru des marchés financiers canadiens dans le développement des compagnies de matières premières, et l'expansion continuelle de la participation chinoise dans le secteur des ressources naturelles, partout dans le monde.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu