La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

31/05/2012

Modèle Japonais généralisé

 

Mon article va commencer par un article intitulé La Grèce bientôt privée d’électricité ?

 

economie,poitique,société,inflation,dettes souveraines,récession« La croissance ne se décrète pas, elle se construit Elle se construit ( dans la logique du système)  par l'attrait des investisseurs, des réformes sur la compétitivité ou encore la réduction des déficits. Eux préfèrent parler investissement publics, euro-bonds. Bref, endettement ». Elle est tout simplement plus possible dans un monde fini alors que la doctrine néolibérale a besoin d’une croissance infinie Lorsqu’une telle chose se produit, elle peut durer très longtemps.

economie,poitique,société,inflation,dettes souveraines,récessionCrise économique et écologique généralisé : La « restructuration écologique » ne peut qu’aggraver la crise du système. Il est impossible d’éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis cent cinquante ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur trois ou quatre d’ici à l’an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l’ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85 % jusqu’à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°C ( …) Preuve numéro un : le Japon ! Le Japon a connu suite au Krach de la bulle immobilière et financière, une récession et déflation longue et douloureuse. puis la catastrophe nucléaire de Fukushima a fini de les achevés.,

Le Financial Times rapportait cette semaine que 1 000 yens investis dans les actions en 1985, “même en incluant les dividendes et l’inflation… n’ont absolument rien rapporté”. PDF]  Pierre Fortin, UQAM.pptm

Une grande partie des japonais connaissent une précarité… … depuis une génération. Si ça peut arriver aux japonais… est-ce que ça pourrait arriver aux américaines — et occidentales dans leur ensemble ?

Bien sûr, pourquoi pas ?

Les Etats-Unis sont déjà “devenus japonais” en ce qui concerne les taux d’intérêt zéro perpétuels. Les problèmes de chômage structurel et l’échec complet des programmes de relance ressemblent au vécu japonais. Comme leurs homologues japonais, les décideurs américains n’ont pas de nouvelles idées… Ils n’ont que des idées aussi usées que mauvaises.… gare à la bombe !

▪ La ressemblance avec le modèle Japonais ?
Deux choses.

D’abord, la situation en Europe pourrait se résoudre de manière bien plus grave qu’on l’attend. La Zone euro frôle le désastre depuis si longtemps que la plupart des gens pensent qu’elle restera éternellement à la marge… comme s’il y avait une barrière invisible l’empêchant de franchir le rebord.

« Nous avons remarqué une chose : les désastres semblent mettre plus de temps qu’on le pense à démarrer… puis ils évoluent plus rapidement qu’on l’avait anticipé. Vous vous rappelez l’explosion des dot.com ? On pouvait la voir arriver depuis des années. Et lorsqu’elle s’est produite… elle a vite éclaté. Pouf… des centaines de milliards de feuilles d’oseille… disparus ! » « Idem pour l’effondrement du secteur immobilier américain — en particulier des prêts subprime –, qui était visible bien longtemps avant de se produire. Nous avons attendu. Attendu. Et attendu encore. Ensuite, lorsque la catastrophe a commencé, les choses se sont produites si rapidement que nous avons eu du mal à suivre ».

L’effondrement de l’Europe pourrait se produire rapidement lui aussi.

citation d’un gestionnaire de hedge fund : Je ne sais pas pour vous”, , “mais si j’étais en Grèce, je chercherais des moyens de sortir mon argent du pays. Il y a de bonnes chances que les Grecs convertissent leurs dépôts en euros en drachmes. Les autorités fermeront sans doute les banques. Les Grecs vont probablement se révolter et brûler les banques… sinon les banquiers”. « “Alors que feriez-vous si vous étiez en Espagne… ou en Italie ? Est-ce que vous ne vous projetteriez pas un peu dans l’avenir ? Et ne voudriez-vous pas aussi tirer votre argent de là ? », « Bien sûr que si. C’est pour cette raison que les Suisses parlent d’imposer des taux d’intérêt négatifs, pour essayer de décourager les autres Européens d’échanger leurs euros contre des francs suisses »”.

Inutile de regarder très loin pour voir ce qui se passerait. Attendez que les gens commencent à faire la queue devant les banques pour en retirer leur argent. Si vous étiez à Athènes et que vous voyiez une telle scène… est-ce que vous n’entreriez pas dans la file ? La plupart des gens le feraient. Et les banques n’ont pas assez d’argent pour honorer les demandes de tous ces déposants. Les banques doivent donc faire faillite… et tout ça s’écroule brutalement”.

Selon les médias, tout le monde se prépare à ce que la Grèce dise auf wiedersehen à l’euro. Mais même une sortie “ordonnée” de la Grèce est estimée à 1 000 milliards de dollars. Et il n’y a pas assez d’argent dans toutes les banques de l’Euroland pour payer une sortie désordonnée.

C’est l’une des raisons pour lesquelles nous maintenons notre drapeau d’Alerte au Krach.

▪ Deuxième cause majeure de krach
L’autre raison majeure est la suivante : toutes les grandes économies de la planète frôlent la récession.

Une récession mondiale soit au dernier trimestre de cette année, soit au début 2013. Si on lui pose la question des probabilités, Faber les met à “100%”.

Cent pour cent, ce n’est pas une probabilité,, selon de nombreuses citations. Cela ressemble à une certitude. Nous doutons qu’une chose puisse être aussi certaine, en économie. Mais disons que les chances d’une “récession mondiale synchronisée   ” ne sont que de 50%. Cela met encore une grande marge entre les prix des actions actuels… et un plancher causé par une récession. Nous ne voudrions pas nous tenir dans cette marge, de peur que les marchés ne s’effondrent sur nos têtes.

Quelques suppositions. « La Zone euro ne s’effondrera pas… ou du moins pas complètement. Les Allemands cèderont. Ce ne sera pas joli. On ne trouvera pas de “solution élégante”. Au lieu de ça, une combinaison maladroite, moche… et même grotesque… de concessions, de compromis et de corruption permettra de maintenir le projet européen en place. En fait, il sera même resserré. François Hollande et Angela Merkel trouveront un moyen de préserver l’union. Il est très probable que les Européens suivront les leçons des Etats-Unis. Ils écriront un gigantesque chèque aux Etats-membres pour couvrir… intégralement ou en partie… les dettes du passé.

Un scénario : L’Union sera responsable des dettes de la Grèce ou de l’Irlande, disons. La nouvelle dette garantie par l’Union européenne… sera d’une durée extrêmement longue (. Les dettes de l’avenir, en d’autres termes, seront de la responsabilité des Etats-membres (gare aux prêteurs !). Tout le monde sauve la face. Les prêteurs (les banques) obtiennent leur argent (plus ou moins). Les emprunteurs peuvent éviter les faillites désordonnées et la banqueroute (plus ou moins). Et l’Allemagne et la France peuvent garder leur Union européenne bien-aimée (plus ou moins)… sans se retrouver sur la sellette à cause du comportement grec à l’avenir.

Quant au deuxième danger — celui d’une récession et d’un marché et économie baissier mondiaux –, les probabilités sont assez élevées.

Attention à la disparition de l’oseille durant un krach. Ensuite, attention aussi : l’oseille disparue pourrait le rester pendant très longtemps.

Le Quotidien du Peuple en ligne (Magazine en ligne, organe du Parti communiste chinois) : Intéressant pour comprendre les luttes intérêts et les compromis économique et politique.

Sauve qui peut ! , Est-ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme ?- Citoyenactif, mur Facebook), cycle économique ! – Citizen Khane, Sauve qui peut ! - l'indigné, Sauve qui peut II ! - Indigné révolté, Ces immigrés européens qui fuient la misère en partant vers l’Afrique - Altermonde, Modèle Japonais généralisé ( forum planète vivante) , Modèle Japonais généralisé ( forum planète attitude) , Les vivants et les morts - Anarkia, cycle économique ! - Alterfinance, Quel Croissance?

30/05/2012

Ce soir Emma

 

Ce soir :

 Téléfilm : Emma sur France 2

Trois enterrements sur ARTE

 Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely sur ARTE

Culture réalisé en 2010 par Anne Julien, Louise Faure  

 

 Téléfilm : Emma sur France 2

 Téléfilm dramatique par Alain Tasma

 Pierre a donné plusieurs belles-mères à ses deux enfants, Jérôme et Emma. Jérôme est le fils de Nina, sa première femme, et Emma la fille de Léa, la deuxième. Pierre s'est remarié une troisième fois, avec Irène. Ils ont une petite fille, Lola. Irène est une belle-mère parfaite. Pierre un père qui semble indestructible. Emma est une jeune fille sérieuse et inquiète, dont le malaise ne se manifeste pas dans la provocation et le goût du risque, comme chez son demi-frère Jérôme. Elle se tait, observe et pense souvent à la mort. Dans la maison de vacances au bord de la mer, comme chaque été, Jérôme est arrivé avec Vincent. Emma et Vincent se connaissent depuis l'enfance. Cet été-là, tout change...  http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/emma,37894732.php

 

 Trois enterrements - télérama

 Drame réalisé  en 2005 par Tommy Lee Jones

 Melquiades Estrada, paysan mexicain, est retrouvé en plein désert, où il a été rapidement enterré après son assassinat. Pete Perkins, contremaître de la région et meilleur ami de Melquiades, va mener sa propre enquête. Il découvré le meurtrier et décide de lui faire déterrer le corps. Son but? offrir à son ami le plus beau voyage de sa vie, vers une sépulture honorable dans son eldorado natal, le Mexique.

 Trois enterrements - YouTube

 

 Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely

Culture réalisé en 2010 par Anne Julien, Louise Faure  

Niki de Saint Phalle und Jean Tinguely - YouTube,

Niki de Saint Phalle Schießbilder - Youtube

documentaire Le Cyclop de Jean Tinguely © Arne Steckmest ( durée 77 min)

Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely : liste des épisodes

Les Bonnie and Clyde de l'art - jeudi 31 mai 2012 

Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely se rencontrent à Paris en 1955, dans l'effervescence artistique de l'après-guerre. Ils ont 25 et 30 ans, sont tous les deux mariés et deviennent amis. Il leur faudra cinq ans pour tomber amoureux et décider de créer et de vivre ensemble. Durant quarante ans, ce couple nomade n'a pas fait d'enfants mais des sculptures, monumentales de préférence, partout dans le monde. De l'Europe au Japon, leurs oeuvres ont su convertir un public immense, enchantant petits et grands avec de sacrées machines et des créatures multicolores. Témoignages et images d'archives aident à retracer leur vie et leur épopée artistique

 

Documentaire Niki de Saint Phalle Part 1 ( durée 11 min), Niki de Saint Phalle Part 2 ( 11 min)

 

 

Sauve qui peut !

 

Cher lecteur- lectrice,

economie,politique,finance,crise,crise permanente,capitaliste,fuite des capitaux,europe,plan de " sauvetage"Alerte, surchauffe ! « Si vous placez une grenouille dans l'eau bouillante (s'il-vous-plaît, ne le faites pas…), elle cherchera immédiatement à s'en échapper ; mais si vous la mettez dans une eau froide que vous chauffez progressivement, le batracien ne bougera pas jusqu’ à finir ébouillanté

economie,politique,finance,crise,crise permanente,capitaliste,fuite des capitaux,europe,plan de " sauvetage"vidéo explicative (citation adaptables a toute les problématiques de notre temps Pas besoin de longues explications pour comprendre que cette comparaison s'applique à la zone euro

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital. Elle s’explique principalement par un bouleversement technoscientifique qui introduit une rupture dans le développement du capitalisme et ruine, par ses répercussions, la base de son pouvoir et sa capacité de se reproduire

 

On a beau accuser la spéculation, les paradis fiscaux, l’opacité et le manque de contrôle de l’industrie financière – en particulier des hedge funds –, la menace de dépression, voire d’effondrement qui pèse sur l’économie mondiale n’est pas due au manque de contrôle ; elle est due à l’incapacité du capitalisme de se reproduire. Il ne se perpétue et ne fonctionne que sur des bases fictives de plus en plus précaires. Prétendre redistribuer par voie d’imposition les plus-values fictives des bulles précipiterait cela même que l’industrie financière cherche à

éviter : la dévalorisation de masses gigantesque d’actifs financiers et la faillite du système bancaire. Chaque jour ou presque voit l'eau monter d'un ou deux centimètres supplémentaires... sans que l'ordre d'évacuation soit donné. La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique..

economie,politique,finance,crise,crise permanente,capitaliste,fuite des capitaux,europe,plan de " sauvetage"Les capitaux quittent le navire européen...
Les investisseurs fuient les pays périphériques de la zone euro (Grèce, Portugal, Italie, Irlande, Espagne...) pour se réfugier dans les bras de l'Allemagne... et même de la France. « La semaine dernière, l'Allemagne a placé des obligations à 3 ans à rendement zéro. Signe que les investisseurs préfèrent encore une fois la sécurité (illusoire) des Bunds allemands à la rentabilité ».

Conséquence de cette émission obligataire à rendement nul, les obligations françaises et leur rendement à 2,41% sur 10 ans (un plus-bas historique) ont suscité l'intérêt des marchés. Les rendements de la dette française sont donc en baisse – puisque la demande est plus élevée.

Il y a aussi l'argent des particuliers... Ce bank run dont tout le monde parle depuis quelques jours. En Grèce, c'est très loin d'être un phénomène nouveau.

Mais les capitaux fuient aussi la zone euro dans son ensemble.

"Récemment, plusieurs dirigeants de grands fonds, et pas seulement anglo-saxons, ont publiquement fait part de leur retraite partielle voire totale d'Europe. Le gérant américain Merk, spécialisé dans les devises, a ainsi annoncé avoir cédé l'intégralité des avoirs en euro de son fonds Merk Hard Currency, afin de privilégier par exemple le dollar singapourien. D'autres, comme Amundi, reconnaissent une extrême sélectivité, sans pour autant sortir des principaux marchés européens, comme l'Allemagne, la France ou l'Italie", nous apprend L'Agefi.

D'après le cabinet Nomura, cité par le Financial Times, la différence entre les investissements entrants en zone euro et les investissements sortants a atteint 35 milliards d'euros en mars dernier. Principale raison à cela : les investisseurs européens se sont précipités sur les investissements étrangers (à hauteur de 60 milliards d'euros).

Les ports qui pourraient servir de refuge se lancent dans le protectionnisme
La situation de la zone euro inquiète, en particulier ceux qui comme la Suisse voient les liquidités affluer, alors que les investisseurs sont à la recherche d'une devise refuge.

Depuis plusieurs mois déjà, la Banque nationale suisse (BNS) fait tout pour contrôler l'appréciation de sa devise face à l'euro. Elle a déjà effectué des achats massifs d'euros. En septembre dernier, la BNS a décidé d'intervenir en fixant un objectif de parité entre le franc suisse et l'euro, autour de 1,20. Une mesure qui n'avait pas été prise depuis les années 70 et qui est le signe de l'inquiétude grandissante de la Suisse face au marasme de la monnaie unique. La Suisse envisage aujourd'hui d'aller encore plus loin en instaurant un contrôle aux frontières des capitaux.

economie,politique,finance,crise,crise permanente,capitaliste,fuite des capitaux,europe,plan de " sauvetage"Mais la principale source d'inquiétude pour le navire euro est que les membres d'équipages refusent d'admettre la catastrophe (volontairement ou pas) ... et tout particulièrement l'Espagne. Le gouvernement espagnol multiplie les déclarations pour assurer qu'il n'aura aucun besoin de l'aide de la Troïka (BCE, FMI et zone euro) pour financer la recapitalisation de ses banques.

Celles-ci se sont en effet vues fixer de nouveaux seuils de fonds propres destinés à assurer les probables futures pertes sur nombre de leurs actifs immobiliers. Pour satisfaire à ces règles, les banques espagnoles peuvent soit lever des fonds (quand elles le peuvent) soit faire appel à l'aide étatique, via le FROB.

Mais comment le gouvernement espagnol pourra-t-il payer ? :

"Tout le monde a bien compris que ce conglomérat de caisses régionales moribondes rebaptisé Bankia allait avoir besoin d'une recapitalisation massive. Il a tout d'abord été question de 10 milliards d'euros, puis de 14 milliards en début de semaine dernière — et enfin d'un total de 23,5 milliards d'euros (en comptant 4,5 milliards déjà versés) aux dernières nouvelles".

"Là, l'Etat espagnol commence à avoir un vrai problème parce qu'il va devoir injecter 30 milliards d'euros supplémentaires à répartir — par ordre alphabétique — entre Banco de Valencia, CatalunyaCaixa et NovacaixaGalicia qui sont également en survie artificielle depuis deux ans".

"Depuis le sommet de Bruxelles, Mario Rajoy s'efforce de convaincre les marchés que l'Espagne va réussir le prodige d'engloutir 50 milliards d'euros dans son système bancaire... sans alourdir la dette de son pays grâce à des injections de titres de dette publique échangeables contre des liquidités auprès de la BCE".

"Sauf que l'organisme chargé de doter les banques de ressources négociables — le FROB — ne dispose que du dixième de la somme nécessaire (cinq milliards d'euros au lieu de 50). Cela implique que l'Espagne lève plusieurs dizaines de milliards d'euros de liquidités au cours des prochains mois".

"A pratiquement 6,50% pour un refinancement à 10 ans, la situation devient intenable. Il ne reste plus, pour retarder la situation, qu'une intervention massive de la BCE : un appel à l'aide de Madrid adressé à Bruxelles ou au FMI serait interprété comme le signe précurseur d'un scénario à la grecque".

Aujourd'hui, le rendement espagnol à 10 ans est passé au-dessus des 7%. Quelques centimètres d'eau de plus dans la cale du navire.

Comment certains en profitent ?
Pour être très clair avec vous, certains profitent pour  DIVERSIFIER et s’ intéresser à des marchés décorellés des marchés actions.

Ces derniers mois, nous vous avons recommandé deux investissements alternatifs :

- la forêt : les 5 avantages spéculatif du foncier forestier :
1. Le bois, un actif demandé
2. L'avenir prometteur du cours du bois
3. Un foncier stable et bon marché
4. Des rendements attractifs
5. Des avantages fiscaux en termes de taxation et de succession

- le marché de l'art : le premier avantage de l'art, c'est qu'il se porte très bien malgré – et peut-être même à cause – de la crise.

Et là encore, l'art offre de très nombreux avantages fiscaux : ISF, droit de succession, impôts... ...

 Est-ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme ? La disparition de cette société représente un tel bouleversement qu’on ne l’envisage pas nécessairement avec légèreté. Mais nous ne sommes pas condamnés à tenter de sauver l’économie qui chancelle et nous écrase. Nous pouvons contribuer à sa disparition. Pas pour le néant, mais pour un monde sans État et sans classes, un monde pour toutes et tous, sans exploitation ni domination. CF

Sauve qui peut ! - Citoyenactif, mur Facebook), cycle économique ! – Citizen Khane, Sauve qui peut ! - l'indigné, Sauve qui peut II !– Indigné révolté

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu