Avertir le modérateur

24/06/2012

La révolution énergétique ?

 

 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales

 

On a beau accuser la spéculation, les paradis fiscaux, l’opacité et le manque de contrôle de l’industrie financière – en particulier des Hedges funds –, la menace de dépression, voire d’effondrement qui pèse sur l’économie mondiale n’est pas due au manque de contrôle ; elle est due à l’incapacité du capitalisme de se reproduire. Il ne se perpétue et ne fonctionne que sur des bases fictives de plus en plus précaires. Prétendre redistribuer par voie d’imposition les plus-values fictives des bulles précipiterait cela même que l’industrie financière cherche à Éviter : la dévalorisation de masses gigantesque d’actifs financiers et la faillite du système bancaire. Chaque jour ou presque voit l'eau monter d'un ou deux centimètres supplémentaires... sans que l'ordre d'évacuation soit donné. La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique..

 

 Ce sera en trois points :

 

1- Une manipulation des cours : Il sera question de l'asymétrie d'information ( , c'est-à-dire Désinformer signifie communiquer sciemment de l'information fausse destinée à tromper Synonyme : manipuler) des indices  boursier  

 

2- Les indices, thermomètre du système économique mondialisé : Mesurent les performances divers compartiments du marché (thermomètre). Il consistent en cela des éléments économiques " précieux" pour suivre et permettent aux investisseurs (spéculateurs), mais aussi de suivre les économies des états. Ils servent aussi de support a des produits dérivés.

 

3-  Crise économique et écologique généralisé 

 

1 et 2 tiré Succession de mauvaises nouvelles ? - blog Citoyenactif

de Une manipulation des cours : S’agit ils  d’une seconde tentative de manipulation éhontée des marchés en l’espace de 24 heures ?.S’il a fallu recourir à deux reprises à l’expédient de la désinformation pour faire grimper artificiellement les cours, il est facile d’imaginer  quelle est la pente naturelle des indices, thermomètre des économies néolibérales !

▪ Qui tire les ficelles de manière aussi grossière ?
▪ Les rumeurs sur le sort des banques espagnoles n’en finissent plus
▪ Espagne et créances douteuses et ruines saisies  (...) C’est bien là le problème : .

▪ Les indices américains font de l’équilibrisme, attention aux coups de vent
En Europe et  Aux Etats-Unis aussi, Enchaînement  les mauvais chiffres…!

 

.3 - Crise économique et écologique généralisé : La « restructuration écologique » ne peut qu’aggraver la crise du système. Il est impossible d’éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis cent cinquante ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur trois ou quatre d’ici à l’an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l’ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85 % jusqu’à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°C ( …) Preuve numéro un : le Japon ! Le Japon a connu suite au Krach de la bulle immobilière et financière, une récession et déflation longue et douloureuse. puis la catastrophe nucléaire de Fukushima a fini de les achevés.,

La France va avoir besoin de charbon très rapidement.

C'est la conclusion à laquelle Christophe-Alexandre Paillard, directeur de recherche à l'Institut Choiseul, s'est rendu lors d'un colloque sur l'énergie organisé à Paris par l'IHEST (Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie).

Plusieurs départements sont en train de sonder leur potentiel, au premier rang desquels l'Allier, l'Aveyron, et peut-être la Nièvre. D'ailleurs, des minières sont déjà en train de repérer les futurs sites. Le point important, c'est que ce nouvel intérêt pour le charbon, à peine huit ans après la fermeture de la dernière mine française en Lorraine, révèle une tendance à long terme : « le monde recommence à s'intéresser au charbon ».

Toutefois, les raisons sont nombreuses et parfois confuses : âge d'or du gaz naturel, sortie de l'atome, baisse du fret, législation environnementale... pour vous aider à définir une stratégie d'investissement, voici quelques lignes d'explications.

« Le succès » du gaz américain...
C'est un drôle de chassé-croisé auquel nous assistons actuellement sur les autoroutes énergétiques du Pacifique. La révolution des gaz de schiste. Ce sont bien entendu les Etats-Unis qui ont été à l'origine de cette « percée » technologique. Fracturation hydraulique et forage horizontal représentent désormais ce que devaient figurer la pelle et la pioche au XIXe siècle dans le Klondike.

Le résultat, c'est que la multiplication du nombre de forage en Amérique du Nord — un tiers des forages réalisés dans le monde — ont fait chuter les prix du gaz. Dorénavant, le prix est passé en dessous des 3 $ le MBTU,

Pétrochimie, électricité et peut-être bientôt transport sont actuellement bousculés par cette irruption. Mais l'arrivée du gaz a bousculé un autre marché, celui du charbon.

Les plus grands groupes charbonniers, qui ont bâti les heures glorieuses de l'industrialisation des Etats-Unis, sont en chute libre. C'est pourquoi ils se sont tournés sur les marchés internationaux pour y revendre leurs productions.

Cette tendance a ainsi eu des conséquences importantes en Asie.

... crée des opportunités spéculatives pour le charbon en Asie.
A première vue, on pourrait croire que la Chine se détourne du charbon. Depuis quelques mois, les importateurs chinois n'arrêtent pas d'annuler ou de reporter leurs contrats. Alors que le mix énergétique chinois repose à 70% sur le charbon, ce mouvement a tôt fait d'inquiéter les investisseurs. Pékin est-il en train de sortir du charbon ?

La concomitance du ralentissement économique chinois et de la découverte de gaz de schiste en Chine a laissé penser que Pékin commençait effectivement à évoluer. Pourtant corrélation n'est pas causalité.

La raison essentielle de la baisse des importations n'est pas liée à une moindre consommation, mais simplement à un calcul économique : les prix du charbon cotés en Australie sont en chute libre depuis février. En mai, la tonne est même passée en dessous des 100 $. Or les acteurs chinois ont signés des contrats lorsque les prix étaient encore très hauts. Ainsi Pékin a décidé de renégocier ses contrats de manière unilatérale.

Les importations de charbon devraient naturellement reprendre dès que les prix se seront stabilisés. A plus long terme, on peut même avancer que « l’avenir du minerai noir est assuré ». La méfiance envers l'atome nourrit désormais le marché du charbon.

Après l'atome, et avant le gaz, le charbon triomphe
Alors que le charbon a eu tendance à augmenter sa part dans le mix énergétique mondial, passant de 25 à 30% en cinq ans, l'accident de Fukushima a définitivement placé le charbon au coeur de ce mix.

Le dramatique accident a amené le Japon et l'Allemagne à se passer de l'atome. Le charbon est devenu mécaniquement indispensable, alors que les infrastructures pour importer du gaz naturel ne sont pas encore prêtes.

« Comme le rappelle Charles Butcher, journaliste à Power Magazine, 50 GW devront être créés en centrale à charbon d'ici 2020 en Europe. Le chiffre prend toute son ampleur lorsque l'on sait que l'Europe n'en a installé que 10 entre 2003 et 201 » Au Japon, alors que les prix du MBTU, l'unité du gaz naturel, tournent autour de 17 $, Tokyo devrait encore longtemps compter sur le charbon pour se désintoxiquer de l'atome.

En conclusion :
Le charbon est donc une énergie devenu, “indispensable au maintien des équilibres énergétiques mondiaux”, L'Asie est ainsi devenue la terre promise du charbon. La Chine aura de plus en plus besoin dans les années à venir de charbon. La question environnementale, sociale ne peut être laissé dans des mains de dirigeants acquis a la doctrine néolibérale ( du «  laisser faire ») et des multinationales.

Seule une révolution sociale et citoyenne rejetant le rapport de force de l’exploitation a outrance pour aller vers un autre monde possible solidaire et respectueux de la nature

 

Modèle Japonais généralisé , Sauve qui peut ! , Est-ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme ?- Citoyenactif, mur Facebook), cycle économique ! – Citizen Khane, Sauve qui peut ! - l'indigné, Sauve qui peut II ! - Indigné révolté, Ces immigrés européens qui fuient la misère en partant vers l’Afrique - Altermonde, Modèle Japonais généralisé ( forum planète vivante) , Modèle Japonais généralisé ( forum planète attitude) , Les vivants et les morts - Anarkia, cycle économique ! - Alterfinance, Quel Croissance?

Ces thèmes ont été déjà abordé dans Finance, Economie, société, gaz de schisme, géopolitiques, documentaires Economie, politique, société, La simplicité volontaire (ou sobriété heureuse

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu