Avertir le modérateur

30/06/2012

Royaume-Uni : les banquiers coupables de délits

 

La justice  veut poursuivre les délits d’initiés pour "usurpation ". Ce n’est pas un type, mais le modèle capitalisme néolibérale qui en ai responsable

Photo 122.jpg 

étincelle à Athènes, incendie à Paris, c'est l'insurrection qui vient 1/2

Un document explosif sert de fil conducteur à cette émission de radio. Il s'agit d'une note confidentielle rédigée par Nicolas Doisy, chef économiste auprès d'une grande société de brokerage française, à l'intention de ses clients investisseurs. Nicolas Doisy a accepté de se faire interviewer sur le contenu de son rapport. Il explique que François Hollande s'est volontairement montré vague dans ses promesses électorales car il sait qu'il n'aura pas d'autre choix que de démanteler l'Etat social et de supprimer le CDI pour éviter que la France ne s'enfonce dans une spirale d'endettement à la grecque. Nicolas Doisy décrit comment il s'agira de manipuler l'opinion publique afin de ne pas lui donner l'impression que le gouvernement socialiste se plie à la volonté de la finance. L'économiste ne doute pas de ses conclusions: la France s'est en effet tellement endettée que sa marge de manœuvre est nulle. Partie 2 http://www.dailymotion.com/video/xrsw66_etincelle-a-athenes-incendie-a-paris-c-est-l-insurrection-qui-vient-2-2_news. devise du capitalisme "Tout s'écroule, je gagne donc de l'argent. Mais si tout s'envolait, j'en gagnerais aussi,  Voir Moraliser le capitalisme, comme le marché financier – système capitaliste ?, Dans DSK : Flamme bourgeoise, cendre prolétarienne, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique)", Source 10 mai 1981 - 15 mai 2011 , triste anniversaire, 10 mai 1981, triste anniversaire(source monde diplomatique)voir aussi Les patrons orphelins de DSK – blog Saltabank , L'Europe des lobbies,

 

La com, un monstre doux , Les financiers au coin du bois , La Finance imaginaire, Les vrais maitres du monde ???

"Coup de pouce" de la gauche molle

Michel Sapin, ministre du travail et de l'emploi, a annoncé une hausse de 2 %, soit 21,50 euros net par mois du salaire minimum.

Laurence Parisot, présidente du MEDEF est ravie :

"Nous avons toujours dit qu'il fallait rester dans les critères économiques objectifs qui depuis des décennies permettent d'augmenter le Smic en fonction de l'inflation. Le gouvernement a été au delà, mais dans des proportions qui témoignent qu'il a intégré la réalité de l'économie d'aujourd'hui et l'objectif premier qui est l'emploi, l'emploi et l'emploi."

Benoît Roger-Vasselin, président de la commission sociale du Medef est également ravi :

"Nous avons le sentiment que le gouvernement a tenu compte de nos inquiétudes sur la situation des entreprises."

Merci à la gauche molle ! La France et l'Europe libérales lui vont à merveille.

 

humour 90.jpg

Précisions

Sur les 2 % de hausse annoncés,  1,4 % est destiné à prendre en compte en avance l'inflation intervenue depuis la dernière revalorisation.

Le véritable "coup de pouce", hors prise en compte de l'inflation, se limite donc à 0,6 %.

C'est ce que le PS appelle une augmentation significative.

Calculette

Pour qui aime les chiffres, le  directeur général des finances publiques, Philippe Parini, nous apprend que le bouclier fiscal  a coûté 735 millions d'euros à l'Etat l'an dernier.  Et ce n'est pas fini.

Depuis son entrée en vigueur, le bouclier fiscal aura représenté un coût de près de 3 milliards pour le Trésor public.

 

Photo 096.jpgRoyaume-Uni : les banquiers coupables de délits doivent en répondre devant la justice

C’est l’exemple non pas d’une dérive d’un homme, mais d’un système. La crise des subprime a révélé le scandale, lorsque l’appât du gain de ces clients (banques et clients) en cherchant a retirer leurs sous, ont eu des pertes

 

 

On a beau accuser la spéculation, les paradis fiscaux, l’opacité et le manque de contrôle de l’industrie financière – en particulier des hedge funds –, la menace de dépression, voire d’effondrement qui pèse sur l’économie mondiale n’est pas due au manque de contrôle ; elle est due à l’incapacité du capitalisme de se reproduire. Il ne se perpétue et ne fonctionne que sur des bases fictives de plus en plus précaires. Prétendre redistribuer par voie d’imposition les plus-values fictives des bulles précipiterait cela même que l’industrie financière cherche à éviter : la dévalorisation de masses gigantesque d’actifs financiers et la faillite du système bancaire.

 

Or, il est impossible de séparer le bon capitalisme productif du mauvais capitalisme financier. Il n’existe pas d’un côté une économie qui produit des richesses et de l’autre une économie virtuelle, une finance parasitaire; il s’agit des deux faces d’une même réalité. Depuis le début de l’économie capitaliste, celle-ci ne peut fonctionner sans la finance, c’est-à-dire le crédit, les Bourses, la spéculation

 

Les banquiers qui ont commis des délits financiers doivent en répondre devant des tribunaux, a estimé samedi le ministre britannique de la Justice Ken Clarke, alors qu'une nouvelle série de scandales secouent la City.LA CITY - LA FINANCE EN EAUX TROUBLES.avi - YouTube (durée 51 min) : la city de londres : citoyen actif : la city : citoyen actif


n
https://www.youtube.com/watch?v=iOKrRxJRSE0

 

Un film de Mathieu VERBOUD
2011, 52 mn

Au coeur de Londres, se niche l’arpent de territoire le plus riche que la terre ait jamais porté : la City.
Capitale mondiale de la finance, la City est un des acteurs majeurs de la dérégulation financière, des bonus extravagants, de la culture du profit à court terme, de la fiscalité douce mais aussi du secret bancaire, de l’évasion fiscale et du blanchiment d’argent.
Bref, un paradis fiscal dont les agissements ont des répercussions sur l’ensemble de la planète et ses populations.
Enquête, avec ses acteurs et ses détracteurs, sur une "vieille dame", fort peu respectable.

Mathieu VERBOUD, réalisateur du film, .

Les Paradis fiscaux et judiciaires (PJF), c’est quoi ?

  • Paradis fiscaux et judiciaires : cessons le scandale !La brochure de la Plateforme paradis fiscaux et judiciaires (juin 2007)
  • et, en complément, un texte de Gérard Gourguechon : La situation des PJF après le G20 de Cannes des 3 et 4 novembre 2011

Photo 093.jpg"Des investigations doivent bien sûr encore être menées, mais une fois que ces enquêtes seront terminées, si des délits ont été commis, leurs auteurs devront être traduits en justice", a-t-il expliqué sur la BBC, jugeant "choquants" les comportements révélés par ces affaires."Nous ne traitons pas comme il le convient les délits financiers au plan judiciaire dans ce pays", a-t-il ajouté. "Je pense qu'il est plus facile de s'en tirer quand on commet un délit financier que pratiquement n'importe quel autre délit".

M. Clarke a aussi prôné un meilleur encadrement du secteur financier, soulignant que le gouvernement devrait résister aux pressions de la City.cf

"Il faut réfléchir à des règles plus contraignantes, comme nous avons prévu de le faire", a-t-il expliqué. "Nous devrons résister aux puissants lobbies qui vont nous dire que nous allons trop loin, que cela va nuire à la compétitivité (de la City) et autres choses du même acabit".

La banque britannique Barclays a écopé mercredi d'amendes record pour avoir tenté de manipuler des taux d'intérêt de référence définissant le prix auquel les banques se prêtent de l'argent, mais aussi indirectement ceux des crédits aux ménages et aux entreprises.

Nombreux sont ceux qui réclament la démission de son patron, Bob Diamond, symbole de tous les excès de la City avec ses bonus faramineux et ses déclarations fracassantes.

L'autorité des marchés financiers a en outre révélé vendredi des "manquements graves" de la part des quatre grandes banques du pays: Barclays encore, Royal Bank of Scotland (RBS), Lloyds et HSBC. L'affaire porte sur la commercialisation de produits financiers plus ou moins complexes à des PME.

RBS a aussi cette semaine essuyé les foudres de ses clients, après un bug informatique qui a empêché pendant plusieurs jours des millions de personnes de retirer de l'argent ou de faire des virements.

"Quelque chose est vraiment allé de travers dans le secteur bancaire britannique, et nous avons besoin de le remettre en ordre", a résumé vendredi le gouverneur de la banque d'Angleterre Mervyn King.

Le Premier ministre David Cameron a aussi réclamé des enquêtes approfondies sur les récents scandales, pour que les responsables rendent des comptes.

Les nouveaux maîtres du monde -Goldman Sachs ( durée 48 min)

S'il le fallait encore, une nouvelle étude réalisée par l'Institut de l'économie allemande vient apporter une preuve supplémentaire que le niveau de l'endettement étatique peut, dans une large mesure, peser ou soulager la croissance d'une économie.

Depuis la récession en 2009, les rendements obligataires allemands ont chuté de façon significative. Les intérêts générés par la dette publique ont diminué d'environ 50 milliards d'euros.

Alors que le budget du gouvernement allemand a profité de cet important allégement, d'autres pays de la zone euro ont dû faire face à une forte augmentation de ce poste, ce qui n'a fait qu'aggraver leur récession. Certains demandent de nouvelles dépenses publiques financées par le crédit pour sortir de cette récession, mais cela ne fera qu'augmenter la dette publique et alimenter la prochaine crise.

De 2009 à 2012, en Allemagne, les rendements à 10 ans ont diminué de 200 points de base (pb), en France de 50 pb seulement alors que, sur la même période, ils ont augmenté de près de 200 pb en Italie et en Espagne.

Pendant cette période, les spreads entre les rendements obligataires de ces pays et ceux des Bunds n'ont fait que se creuser.

Suite à la baisse de ses taux, le gouvernement fédéral allemand a économisé, depuis 2009, 52,5 milliards d'euros sur ses bons du Trésor à court terme et sur ses obligations à long terme. Sur la période de janvier à mai 2012, ce sont 7,4 milliards d'euros qui ont été économisés.

Pour 2012, le FMI estime que la dette publique allemande atteindra 1 431 milliards d'euros ; celle de la France 1 715 milliards ; celle de l'Italie 1 606 milliards ; celle de l'Espagne 712 milliards et celle de la Grèce 315 milliards euros.

Quel allègement cela aurait-il été pour les pays de la zone euro si les écarts avec les Bunds étaient restés à environ 0-2% !

Destatis a estimé la dette brute en pourcentage du PIB à fin 2011 : pour l'Allemagne à 81,2%, pour la France à 85,8%, pour l'Italie à 120,1%, pour l'Espagne à 68,5% et en Grèce à 165,3%. Pour 2012, la Commission européenne a prévu une augmentation de ces chiffres : Allemagne 82,2%, France 90,5%, zone euro 91,8%. Selon les dernières données connues, la dette publique de l'Espagne se situe probablement à environ 90% du PIB.

En 2012, le déficit budgétaire est prévu en baisse à 0,9% du PIB en Allemagne et à 4,4% en France. Le déficit diminue alors que la dette continue d'augmenter. L'Institut de recherche RWI estime possible un budget équilibré en 2013 pour l'Allemagne.

Conclusion : La mise en œuvre du pacte budgétaire synonyme de réduction du service de la dette et du déficit budgétaire. A contrario, de nouveaux programmes de relance financés par les dettes ne permettront pas de sortir de la crise du surendettement. Ce sujet est actuellement l'objet d'une divergence entre les pays de la zone euro, et dans le jargon du tennis on pourrait dire : avantage Allemagne.

Enjeux alimentaires et profits, Le modèle actuel vaut-il la peine d'être sauvé? , Espagne : les YayoFlautas, ces "papys-mamys indignés" qui reprennent le flambeau – AFP, L’Afrique est une « mine d’or » pour les investissements, selon Pékin:  – Altermonde

La police norvégienne veut poursuivre le tueur d'Oslo pour "crimes contre l'humanité". Ce n’est pas un type, mais toute la communauté européenne qui en ai responsable

Enjeux énergétiques et alimentaire : le nouvel opium néolibéralisme :

Certains gourous de la finance comme George Soros (voir mon article intitulé « Qui est Georges Soros ? - citoyenactif : est reconnu dans le monde de la Finance comme l'un des plus grands spéculateurs du XXe siècle. A son actif, plusieurs "coups" retentissants... notamment en 1992.) misent déjà sur l'agriculture. Mais même si cette question est prioritaire, les réponses apportées – en particulier pour les investisseurs – sont diverses.

Les déséquilibres et aux enjeux agricoles dans les pays émergents..« Le marché » (terme générique pour désigner tout les acteurs spéculatifs de la société de marché…) l’on bien comprit et peuvent grâce : un ETF consacré aux matières premières agricoles

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu