Avertir le modérateur

06/07/2012

La concentration dans les médias en France

 

 

Malédiction ! - Saltabank : Malédiction ! Antoine de Ravignan
Alternatives Internationales Hors-série n° 011 - juillet 2012

 

Photo 096.jpgSocialisation des pertes et privatisation des profits - Alternatives ... : Avec les interventions publiques en vue de stopper la crise financière reviennent les critiques sur le thème de l’opposition entre socialisation des pertes et privatisation des profits : la puissance publique paierait les pertes liées à la crise, alors que les profits accumulés en période d’expansion iraient uniquement dans les poches des acteurs privés, ce qui serait injuste. Cette idée est profondément fausse et témoigne généralement d’une absence de réflexion au profit de condamnations morales faciles. privatisation des bénéfices et socialisation des pertes : citoyen actif

La privatisation du capital de grandes entreprises auparavant publiques constitue peut-être la traduction la plus immédiate et la plus tangible de la globalisation au niveau des organisations productives. A telle enseigne que les procédures de privatisation sont parfois appréhendées, de par leur ampleur, à la fois comme un instrument et une conséquence de la globalisation. En France, et plus largement en Europe, les mutations de la propriété du capital des grands groupes qui ont eu lieu depuis le milieu des années 1980 ont touché de multiples domaines d’activité, allant du secteur de l’énergie à celui des biens d’équipement, en passant par le commerce, les transports, les télécommunications, les assurances ou encore les organismes bancaires (Dion, 1995). Dans ces secteurs, les grandes entreprises qui étaient devenues publiques lors des grandes phases de nationalisation entre 1935 et 1983 deviennent des groupes privés soumis aux contraintes de la concurrence mondiale….

Deux exemples :

-          Les médias avec les «  Nouveaux chiens de Gardes »

-          Les OPA favorisants les grands trusts, ou comment même ou grâce a la crise, le grand capital (groupes) profitent pour se former.

La concentration dans les médias en France (OFM)

14 avril 2004 - Analyse de l’OFM - Janine Brémond

 


Les nouveaux chiens de garde.jpgLe grand nombre de titres de presse écrite, de chaînes de télévision, d’éditeurs de livres masque l’ampleur de la concentration dans les médias et ses effets dévastateurs. La concentration au sein de chaque média (concentration dans la télévision, la presse...) n’est qu’un aspect de la concentration car les groupes les plus puissants sont multimedia. Ils ont des positions fortes à la fois dans la télévision, la presse, l’édition, ... et sont intégrés à des groupes industriels (Lagardère, Bouygues, Dassault, ...).

La concentration est aussi amplifiée par les alliances entre les groupes de médias : des convergences d’intérêts naissent à travers des entreprises dont le capital est détenu conjointement par les groupes alliés (alliance Vivendi-Lagardère, alliance TF1-M6, ...).

L’ampleur de cette concentration met en cause l’indépendance des hommes politiques vis-à-vis des médias, le pluralisme et la qualité de l’information et rend donc nécessaire, et urgente, l’adoption d’une loi limitant réellement la concentration dans les médias.cf Les médias et la politique

 

Photo 342.jpg1. La télévision, un média très concentré : TF1 en position dominante

Les chaînes de télé qui appartiennent à TF1

TF1, ce n’est pas seulement la télévision

TF1 au sein du groupe Bouygues

Les groupes Pinault et Arnault, actionnaires de Bouygues


Dans la télévision payante, l'alliance Vivendi-Lagardère

Le groupe Canal Plus, propriété de Vivendi

L’alliance Vivendi-Lagardère dans la télévision

Les chaînes de télévision contrôlées par Lagardère


Quelles relations entre le pôle TF1-M6 et le pôle Vivendi-Lagardère ?
Une concentration inacceptable
2. La concentration dans la presse
Le paysage de la presse : Trois leaders français multi-secteurs, deux groupes étrangers

Les groupes spécialisés


Quelques tendances lourdes : Multiplication des alliances

Au-delà de la concentration, comme dans la télévision, on voit apparaître des coopérations, voire des alliances entre groupes dans des domaines précis 

Vers des journaux 100% publicitaires ?


3. La concentration dans l'édition
Les multinationales dans l'édition

« La concentration dans l’édition s’accélère au profit des groupes multinationaux. Après le contrôle de Flammarion par le groupe italien Rizzoli, la reprise par le groupe Lagardère de 40% d’Editis (ex Vivendi-Universal Publishing), les éditions du Seuil viennent d’être absorbées par le groupe La Martinière (devenu La Martinière-Le Seuil). D’autres concentrations sont attendues, à travers en particulier la vente de la partie d’Editis non reprise par Lagardère (Cette opération a été finalisée depuis la mise en ligne de ce document, pour plus d’informations sur ce nouveau mouvement de concentration, cliquer ici ). Les multinationales contrôlent au moins 60% de l’édition française (Lagardère, Bertelsmann, Atlas, Rizzoli, Reed-Elsevier, Média Participations, Wolters-Kluwer, ...). Dans les mains des multinationales, le livre est une marchandise, l’édition n’est qu’un contenu intégré dans la communication. Les conditions de création d’une œuvre intellectuelle et les possibilités de la faire connaître s’en trouvent altérées ».


humour 76.jpgLa domination du groupe Lagardère
Marketing et pression médiatique contre le pluralisme
Il n'existe aucune législation antitrust spécifique


  L’OFM ouvre un large débat pour aboutir à une législation qui limite véritablement la concentration dans les médias

Chapitre 1 : Les grandes entreprises et la globalisation

humour 98.jpgLa notion de globalisation[1][1] est très fréquemment reprise, aussi bien par les politiques, journalistes et dirigeants d’entreprise que par les chercheurs en économie ou en sciences sociales. La plupart du temps employée de façon assez abstraite et connotée – soit comme un fléau, soit comme une opportunité – elle se caractérise d’abord par un manque de définition précise. Souvent, elle est assimilée à une force quasi naturelle et extrapolitique. De tel sorte que l’on éprouve les plus grandes difficultés à distinguer ce à quoi elle renvoie précisément dans la réalité et à évaluer ses conséquences sur le monde du travail. Pourtant, la globalisation paraît générer un certain nombre de manifestations directes sur les entreprises qui sont loin d’être réductibles à sa dimension purement financière – même si celle-ci demeure l’une de ses caractéristiques principales aujourd’hui. Ainsi, la globalisation recouvre des politiques économiques spécifiques, des réformes financières, des institutions économiques internationales, un accroissement de l’internationalisation des échanges de biens et de services, des modifications de la structure du capital des entreprises, des stratégies et organisations productives typiques ou encore une progression de l’incertitude de l’activité. cf Et si Karl Marx avait raison ? : Crise financière et capital fictif - Temps critiques, Les contradictions de la mondialisation: et si Marx avait raison (1) la globalisation financière, Qui est Georges Soros ? , Loi 1973 et gardes fous

 

Un témoignage

 

humour 97.jpg. . cf Tant qu'il y aura de l'argent ..., En quoi c'est une crise., De l’argent il y en a

riches,pauvres: deux poids,deux mesures,privatisation des bénéfices,socialisation des pertes,défiscalisation,exil fiscal,paradis fiscaux,néolibéralisme,capitalisme,isf,finance,economie,société,la spéculation,socialisation des pertes et privatisation des profits,opa,délocalisation,chomage de masse,destruction créatrice’ et inondation de liquidités,bulles et crises,la finance a-t-elle un visage,paradis fiscaux Les IPO, OPA, OPRA se poursuivent

 

 

En conclusion :

 

C’est OPA ne sont pas le signe d’un capitalisme néolibéral en expansion, mais au contraire d’un capitalisme en déclin, sur la défensive qui essaye de sauvegarder ses profits et son pouvoir ( de nuisance) sur les travailleurs et le pouvoir.

 

 

Au delà de ces scores, plusieurs constatations s'imposent, qui sont plutot révélateurs Destruction créatrice’ et inondation de liquidités, bulles et crises , privatisation des bénéfices et socialisation... : Blog de Nico Citoyenactif sur Netlog,

Sur Indigné Révolté : Sauve qui peut II ! : Autre article sur le thème: Mots-clés economie - Créez votre blog sur nouvelobs.com : Interview par Jean-Loup Izambert sur le fonctionnment des Oligarchies, Le capitalisme synonyme de problèmes économique , écologique et sociaux - Altermonde , Un autre monde est possible…. ! - citizen Khane



[1][1]Tout au long de ce premier chapitre, on utilisera les termes de globalisation ou de capitalisme financier pour décrire les diverses mutations dont a fait l’objet le capitalisme contemporain au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu