Avertir le modérateur

26/07/2012

L'internationalisation de l'alimentation

 

LES EMEUTES DE LA FAIM

 Tout le premier semestre de cette année a été marqué par les émeutes de la faim dans de nombreux pays. Pour ne parler que de l’Afrique, le Burkina Faso, le Cameroun, le Sénégal, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, et le Maroc ont connu des manifestations de colère. Si la crise alimentaire ne pose essentiellement, dans les pays déve-loppés, qu’une question de pouvoir d’achat, ses consé-quences sont plus graves dans les pays du sud.


humour 81.jpgLe prix du blé a doublé entre février 2007 et février 2008.
Le prix du riz a atteint son niveau le plus élevé depuis dix ans. Dans certains pays, c’est le prix du lait et du pain qui ont plus que doublé. Et par-tout, on s’inquiète de l’utilisation industrielle des céréales pour fabriquer des biocarburants.


De nombreuses causes ont été avancées pour expli-quer la situation. Quelle est leur part réelle ? Quel-les seront les conséquences de la hausse des prix sur la sécurité alimentaire et sur l’agriculture dans ces pays ? Quelles solutions peut-on envisager pour gérer cette crise et en sortir
?

 

Afin de mieux comprendre : :Documentaire |L'Histoire des Choses : Le néolibéralisme doit sa renaissance au cours du dernier quart du 20ème siècle aux crises énergétiques des années 70, causées par les augmentations importantes et inattendues du prix du pétrole, de l'or( ...) , La dépendance chinoise au charbon ! : Batailles pour l'énergie - Le Monde diplomatique : « Prix du pétrole, pénuries électriques, ruée sur les ressources renouvelables, géopolitique des gazoducs, Est ce la crise de la finance, de la dette ou du capitalisme? – Altermonde, La scandaleuse spéculation sur les matières agricoles - Beurk.com : « Entre 2000 et 2011 le prix des matières premières agricoles de base (blé, maïs et riz) ont connu une hausse moyenne de 150 %. Beaucoup d’économistes démontrent que des spéculateurs sans scrupule parient sur les denrées alimentaires dans le but ultime de s’enrichir au détriment de la vie de millions d’être humain »

 

 

Pour Marx, le capitalisme conduit à des contradictions ("exploitation de l'homme par l'homme"):

  • concentration des richesses sur une classe de la société et misère pour l'autre ;
  • accroissement continu de la rentabilité par le progrès technique ,
  • surpopulation de travailleurs, engendrant le chômage ;
  • augmentation de la production sans augmentation de la consommation provoquant des crises cycliques de surproduction.

Tout n’est pas simple. Les causes sont multiples, les unes structurelles, les au-tres, conjoncturelles. Dans certains pays (Brésil, Chine, Inde), le pouvoir d’achat des gens a augmenté, d’où la consommation alimentaire qui s’accroît. Dans les villes qui grandissent très rapidement, les habitudes alimentaires changent avec une consommation de viande plus élevée. Par contre, la production agricole est moins excédentaire qu’il y a dix ans, et le marché, plus tendu.

 

 

humour 98.jpgL'internationalisation de l'alimentation

 

D’entreprises sont aujourd’hui engagées dans une réelle stratégie de développement à l’export, considéré comme une activité coûteuse avec un retour sur investissement trop lent. Pour les PME, qui se sentent souvent démunies, des solutions d’accompagnement efficaces existent pour relever le défi de l’export à l’international

 

Au cours des 35 dernières années, l'industrie agro-alimentaire mondiale a connu un phénomène d'internationalisation : le taux d'internationalisation de l'agriculture (76,5 en 1985) est plus fort que celui de l'économie française (39,2 en 1981); cette internationalisation concerne la circulation des produits mais également celle des capitaux, les entreprises, les modèles de production. Tous ces vecteurs transforment la nature même de la société rurale et agricole : diminution de l'auto-consommation, spécialisation des systèmes productifs, allongement du processus de production, régression de la population active dans l'agriculture et augmentation dans les autres secteurs de l'économie agro-alimentaire. Ce phénomène est illustre par 4 exemples : l'économie céréalière (taux d'internationalisation passe de 7 a 48 % en 30 ans), l'alimentation animale (a partir de 1970, 1/4 des aliments nutritifs consommes par les animaux passe par le marche et 1/10e est importe), la production de poulets (5 firmes contrôlent 90 % de la production mondiale) et la distribution (montée de la grande distribution). Cette internationalisation pose problème, les mécanismes de régulation des marches étant fragiles : seule une partie des échanges avec la CEE est soumise a des règles négociées et a des systèmes communes de régulation. Pour les échanges commerciaux avec les PVD (30 % des importations et 27 % des exportations de la France en 1981), aucun des stocks régulateurs des accords mis sur pied ne fonctionne de manière satisfaisante en 1983. (IBISCUS-Min. COOPERATION)

 

L'internationalisation du goût en Chine....

Gastronomie chinoise. La première conclusion que l'on tire est simple, les privilégiés du régimes chinois  ont envie de nouveauté. Hamburger, sushi, Chocapic... c’est produits se retrouvent dans tout leurs supermarchés.

Pour répondre à ce début d'internationalisation du goût, et gagner également en productivité, les autorités ont ouvert les portes à de nombreuses multinationales de l'agro-alimentaire.

Plusieurs sociétés qui profiteront de cette tendance. Alors que les goûts culinaires chinois évoluent, elles seront en première ligne pour y répondre. L'agro-alimentaire, c'est le nouveau secteur d'investissement pour maintenir les profits alors que l’Europe connaît une paupérisation.

Le blé est la culture dominante dans le nord, notamment dans le Heilongjiang (au nord de Pékin), dans les plaines du bas Yang Tsé et les plaines du fleuve Jaune. Le riz, à l'inverse, est davantage cultivé dans les régions du sud. Pourtant cette distinction a tendance à s'estomper. Si l’on trouve encore facilement du riz à Pékin, j'ai surtout constaté que le blé commençait à prendre le dessus sur le riz. Et il semble que ce soit un phénomène assez classique.

Le Japon et les pays de l'ASEAN avaient vu à leur tour leur consommation de riz diminuer au profit de la farine de blé. Actuellement, le goût pour le blé est en train de s'étendre à toute l'Asie. Récemment, le Vietnam, l'Indonésie et les Philippines se sont mis à importer d'importantes quantités de blé.

En Chine, les équilibres régionaux sont profondément modifiés par ce changement. Les régions productrices de riz au sud, autrefois exportatrices, commencent à importer du blé du nord. Une tentative d’explication est surtout très intéressante pour nous. Le blé convient mieux à une alimentation diversifiée, car on peut en faire des crêpes, des nouilles, du pain... alors que l'on consomme le riz seulement sous forme de grains.

Cette transition témoigne donc d'un changement  des goûts chinois et des profits pour les grands groupes chinois et étrangers. La Chine a encore beaucoup d'obstacles devant elle. Et en particulier, elle doit d'abord arriver à augmenter sa production actuelle tout en améliorant sa qualité.

 Les raisons qui expliquent la hausse de la consommation alimentaire chinoise

. L'augmentation de la population urbaine entraîne un changement d'habitudes alimentaires, qui se caractérise notamment par une hausse de la consommation de viande. Or le phénomène ne devrait pas s'achever avant longtemps. La population urbaine devrait encore atteindre 822 millions d'habitants d'ici 2030, contre 607 millions aujourd'hui. Pour répondre à la demande, la Chine a commencé à profondément moderniser son agriculture.

La Chine, premier producteur de blé au monde...
Le pays a réussi notamment à devenir autonome en blé en augmentant ses rendements. Ils s'élèvent actuellement à 4,7 tonnes par hectare. C'est plus du double du rendement moyen étasunien. Mieux ( ou pire selon de quel coté, nous nous plaçons) la Chine est aujourd'hui le premier producteur de blé au monde , avec 115 millions de tonnes produites l'année dernière.

Ces performances ont été atteintes grâce un important soutien du gouvernement, notamment dans le choix des semences et une utilisation accrue d'engrais. Les gains de productivité devraient continuer à croître, alors que le gouvernement a encore augmenté les subventions et ses aides. A terme, l'Etat veut mécaniser à 90% les principaux marchés agricoles chinois, contre 30 à 40% aujourd'hui.

Des leaders de la mécanisation de l'agriculture dans le monde. Américaine, cherchent a s’implanter sur le sol chinois et a devenir de  futur leader,

Dans le riz, la production a également fortement progressé. Les efforts chinois en agronomie ont même été récompensés par un prix Wolf, l'équivalent du Nobel de l'agriculture, décerné en 2004 à l'agronome Yuan Long Ping.

Cet agronome, "qui rêve de plants de riz aussi grands que des arbres", a réussi à faire passer les rendements à l'hectare de trois tonnes en 1964, à 12 tonnes en 2012. Notez que le Japon plafonne encore à 6,6 tonnes à l'hectare. Le prochain défi de Yuan Long Ping sera d'atteindre 15 tonnes !

Pourtant d'importants efforts restent à faire avant que l'agriculture chinoise devienne efficace.

La Chine a soif

Le nord et le centre de la Chine connaissent leur pire sécheresse depuis 60 ans. Plus de 5 millions d’hectares de cultures sont aujourd’hui touchés. Et particulièrement les cultures de blé. Or, la Chine en est le premier producteur et consommateur mondial. Reportage vidéo.

La production encore handicapée par trois problèmes

·         La réduction des terres arables

On estime qu'1% des terres arables chinoises disparaissent chaque année sous le double coup de l'urbanisation du territoire et de la pollution des sols. Pire, 15% des sols seraient déjà pollués aux métaux lourds.

C'est particulièrement le cas pour la culture du riz. 10% de la récolte serait contaminée.

·         Le manque d'infrastructures

Le pays perd autour de 10% de sa production de blé chaque année lors du transport et l'acheminement, et 20% de sa production de légumes (le pays est le premier producteur au monde). La moyenne tourne autour de 2% à 4% dans les pays développés.

Au total, le pays perd 300 millions de yuans en produits agricoles chaque année à cause de ses faibles infrastructures de stockage et de distribution.

·         Les scandales sanitaires

Après le lait à la mélanine, le porc aux anabolisants, les pastèques qui explosent et le choux au formole, le moins que l'on puisse dire, c'est que la confiance des consommateurs chinois dans la production nationale s'est quelque peu estompée.

Si la Chine est donc bien un géant agricole, elle est encore un nain de l'agro-alimentaire, c'est-à-dire la transformation des produits. Pour l'instant, un quart seulement de la production agricole chinoise est transformée. Le gouvernement est en train de prendre des mesures pour inverser la tendance.

Ainsi, le marché de l'agro-alimentaire devrait croître de 10% par an jusqu'en 2016.

le secteur laitier
Un secteur va particulièrement profiter du changement alimentaire chinois, celui du lait.,  secteur des marchandises, les produits laitiers.

Le secteur laitier est en train de repartir en forte hausse, quatre ans après le scandale de la mélanine. Grâce à une meilleure régulation et un début de concentration dans le secteur, les consommateurs sont rassurés. La consommation de produits laitiers connaît ainsi une croissance de 5% - 8%.

Surtout, j'ai constaté une forte montée en gamme, similaire à ce que nous avons connu il y a 10 ans en France. Ainsi les "alicaments" (contraction de médicament et d'aliment) sont en plein boom.

 

Rayon "Alicaments" dans un supermarché de Pékin

Pour profiter de ce marché, plusieurs compagnies sont bien positionnées. Ainsi vous retrouverez Mengniu Dairy sur le marché de Hong Kong, et Bright Dairy & Food à Shanghai.

Mais les compagnies étrangères représentent un pari encore plus intéressant. Laminées l'année dernière face à la concurrence des produits chinois, les multinationales de l'agroalimentaire, comme Danone et Nestlé, sont en train de se repositionner sur les yaourts "haut de gamme".

Après les scandales sanitaires à répétition, elles pourraient bien profiter d'une demande de sécurité.

Constat :

Humour 15.jpgTypologie des agro-industries - FAO :

L’agriculture et l’industrie ont toujours été considérées comme deux secteurs radicalement distincts, qu’il s’agisse de leurs caractéristiques ou de leur rôle dans la croissance économique. L’agriculture était le précurseur du développement et celui-ci était jugé au degré d’industrialisation atteint par les pays. La croissance n’était autre chose que le passage plus ou moins graduel d’une économie agricole à une économie industrielle, financé par le produit de l’agriculture.

Aujourd’hui, ce modèle n’est plus valable. D’une part, la contribution de l’agriculture à l’industrialisation ainsi que son importance pour le développement harmonieux et la stabilité politique et économique ont été réévaluées. De l’autre, l’agriculture est devenue une sorte d’industrie: la technologie, l’intégration verticale, la commercialisation, les préférences des consommateurs sont devenues très semblables à ce qu’elles sont dans les autres branches de l’industrie. Elles sont souvent caractérisées par un degré élevé de complexité, de diversité et d’intégration

La Chine avec le ralentissement de son économie et sa demande qui explose, doit rechercher ses ressources minières a l'étrangers afin d'assurer ( et sécuriser son approvisionnement). Elle joue sa survit, sous peine de voir des révoltes des démunis et exclus du système. Elle remplace donc les grands puissances historiques sur le néocolonialisme dans le néocolonialisme économique, alimentaire et énergétique. cf  Enjeux du pétrole ? - Citoyenactif

Car la situation sociale, environnementale et sanitaire se dégrade (24/07/2012  Les pluies meurtrières à Pékin   soulèvent la question des infrastructures ) entrainant des révoltes " vertes)

mobilisation 5.jpgLes «émeutes vertes» se multiplient en Chine : 

 

Excédés par les ravages de la pollution industrielle qui accompagne la folle croissance chinoise, les victimes descendent dans la rue.  La dernière des «émeutes vertes» a éclaté dans la province côtière du Fujian. Des milliers d'habitants de Fengwei protestaient contre la pollution occasionnée par une tannerie et une raffinerie de pétrole, qui auraient empoisonné l'eau et provoqué des cancers de l'estomac et de l'œsophage. Après une manifestation pacifique, devant le peu d'écoute des autorités, les protestataires ont pris des officiels en otages, avant que la pression de la police ne déclenche les affrontements. Il y aurait eu des tirs d'intimidation et des dizaines de blessés.

 

Entre préserver l'environnement et continuer a maintenir la croissance, la Chine est tiraillé. Il y a pourtant urgence pour le pouvoir a trouver rapidement une solutions sous peine de voir les révoltes citoyennes se développer.

 

mobilisation.jpgNouvelle émeute dans le centre de la Chine | Rue89 : 03/07/2007 à 12h52

La banderole affiche les numéros de matricule des deux policiers accusés de violences (Apple Daily)

Une nouvelle fois, un incident mineur dégénère en émeute de masse en Chine, cette fois dans la région de Chongqing, dans le centre du pays, où 10000 personnes s’en sont prises aux forces de l’ordre. Et, une nouvelle fois, les photos se retrouvent très vite sur Internet, faisant le tour de la Chine... et du monde.

Le point de départ a été l’arrestation d’un couple qui protestait contre les autorités accusées d’avoir trop tardé à transporter leur fils mortellement poignardé dans une rixe. Selon le Centre d’information sur les droits de l’Homme et la démocratie, basé à Hong Kong, quelque 10000 personnes en colère ont marché vers le siège du gouvernement de Youyang, et de sérieux affrontements se sont produits avec la police.

Les photos sont révélatrices de la manière dont se déroulent ce type d’incidents

Ce qu’en dits Emeutes | Chine Information

Emeutes

A Shifang, une nouvelle révolution verte 04/07/2012

 

Échauffourées dans le Sud de la Chine

 

Emeutes dans la province chinoise du Zhejiang

 

LIRE AUSSI

» BLOG - L'actualité chinoise vue par notre correspondant à Pékin , 24/07/2012 La Chine réalise sa plus grosse opération d'achat à l'étranger

Sources :
bastamag
foodwatch
alterinfo
> latribune 
latribune
finance times
> courrierinternational
> oecd
leblogfinance

 

Bonne semaine

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu