Avertir le modérateur

27/04/2013

l'ère du pétrole va t'elle s'achever ?

n
 
n
 
 
 
« Quand vous y pensez, l'énergie a toujours été un moteur (sans jeu de mot) de nombre d'initiatives humaines, en particulier les guerres. Dans l'Antiquité, il fallait conquérir des esclaves ; dans notre monde moderne, les nations s'étripent politiquement, économiquement et souvent même par la voie des armes pour la possession d'un champ de pétrole ou de mines d'uranium ».

 
 
Samir Bouzid : « Cette crise planétaire est encore plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 1930. Elle a de lourdes conséquences géopolitiques; le démembrement économique donne lieu à des guerres régionales, à la fracture des sociétés nationales et, dans certains cas, à l'anéantissement de pays. Elle constitue de loin la plus grave crise économique des temps modernes 
 
 
Dans l’article Agora Vox Nucléaire et gaz de schistes dans un modèle libéral - AgoraVox le ... pose la question « A priori l'exploitation des gaz de schiste nécessite beaucoup moins d'investissements que la filière nucléaire. En revanche l'État français ayant nationalisé le sous sol, il en tirera des revenus colossaux qui le rendent immédiatement suspect pour bien évaluer la dangerosité du procédé. Comment croire l'État qui a accumulé une dette de plus de 2000 milliards d'euros lorsque 400 à 800 milliards de revenus providentiels se profilent à l'horizon »  Le choix entre sécurité et sauvegarde de l’environnement d’un coté et  profit court terme pour état et multinationales ; le choix semble vite être fait.

 

Faisons un tour des enjeux et des  lobbies derrière le Gaz de Schisme en commençant par l’état des lieux aux Etats Unis, les enjeux économiques et des multinationales qui se placent dessus comme BHP Billiton

 
 Batailles pour l'énergie - Le Monde diplomatique  « Prix du pétrole, pénuries électriques, ruée sur les ressources renouvelables, géopolitique des gazoducs Comprendre le grand jeu de l’énergie dont dépend notre avenir implique une démarche volontariste : on s’arrête, on réfléchit...  Ses enjeux ? Le gaz et le pétrole. Ses protagonistes — Etats-Unis, Russie, Union européenne, Chine, Japon — se débattent dans un enchevêtrement d’intérêts commerciaux et de rivalités stratégiques. » III Consommation et reconvention
 
La spéculation monétaire est un type de spéculation visant à tirer un profit individuel de l'évolution des cours d'une devise par rapport à une autre, autrement dit sur l'évolution des taux de change
 

Les shale oilsont "un grand tournant dans l'histoire de notre Nation".

Cette déclaration de Jack Gerard, président de l'American Petroleum Institute, le lobby industriel des pétroliers, rend bien compte du bouleversement stratégique que constitue le shale oil, ou pétrole de schiste, aux Etats-Unis. Les shale oil, ou pétrole de schiste, est ce pétrole que l'on peut désormais exploiter grâce aux techniques de fracturations hydrauliques et de forages horizontaux. Aujourd'hui, de nouveaux Etats se découvrent des ressources immenses de pétrole de schiste, comme le Dakota, le Texas ou encore le Colorado. Pour Jack Gerard, ce pétrole permettra de "réaligner l'axe énergétique vers l'ouest, et sous notre contrôle

Effectivement, contre toute attente, la production américaine de brute remonte depuis 4 ans. En 2012, la production était de 6,43 millions de barils. Et elle sera de 8 millions de barils en 2014. Pour l'Agence internationale de l'énergie (AIE), elle rejoindra même son niveau de 1970 en 2020.

Au-delà du déplacement de "l'axe énergétique", ce pétrole va surtout permettre de soutenir une éventuelle reprise économique aux Etats-Unis. Car les sommes en jeu sont phénoménales. Selon la banque Citigroup, l'essor du gaz et du pétrole de schiste pourrait ajouter 2 à 3% au PIB américain, soit entre 370 et 624 milliards de dollars. Il pourrait également créer 3,6 millions d'emplois et abaisser le déficit commercial américain sous les 3%.

Le problème, c'est que la soudaineté du décollage du pétrole américain a pris de court les opérateurs pétroliers.

Le Dakota concurrence Manhattan
Ce dysfonctionnement est effectivement visible dans les villes du Dakota, premier spot historique du shale oil. Halliburton, la fameuse firme parapétrolière, a ainsi été obligée d'importer le village olympique de Vancouver, plus au nord, pour loger ses employés, tant le manque d'hôtels restreignait les possibilités d'hébergement. Une chambre meublée vaut désormais 3 000 $ dans la petite ville d'Alexander, dans le Dakota du Nord, soit plus cher qu'à Manhattan. Mais la conséquence la plus visible s'est illustrée dans l'acheminement du pétrole vers les raffineries.

Le Dakota, Etat agricole s'il en est, n'était pas préparé à recevoir toute une industrie pétrolière. Après quelques errements, le problème de l'acheminement du pétrole est en passe d'être résolu. C'est par train que le shale oil est désormais transporté. Par contre, au Texas, le nouveau spot du secteur, le problème persiste.

Dans l'Etat symbole du pétrole américain, ce sont les pipelines déjà existants qui ont été réquisitionnés pour transporter le nouveau pétrole. Mais c'est le que le bât blesse, il n'y a pas assez de pipelines pour tout le monde. Et les solutions alternatives n'existent pas. Comme le rappelle Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, à Bloomberg, "la plupart des wagons [destinés au transport du pétrole] sont utilisés dans le Dakota du Nord". C'est pourquoi le problème de l'acheminement du pétrole au Texas est une préoccupation majeure actuellement. La première conséquence a été d'affaiblir les prix du WTI.

Le WTI plonge
Le pétrole texan issu des shale oil afflue depuis quelques années en masse vers le terminal de Cushing – le principal lieu de stockage de pétrole des Etats-Unis. Le Le "carrefour des pipelines du monde" abrite entre 5 et 10% des stocks américains de pétrole, si bien que c'est à partir du niveau de ses réserves qu'est déterminé le prix du WTI sur le NYSE. A partir des années 1980, la production américaine chutant, il a accueilli de plus en plus de pétrole importé du Moyen-Orient, qui arrivait sur les côtes texanes à Houston. Le boom actuel du pétrole texan a obligé à inverser les flux, pour permettre l'acheminement du pétrole vers les raffineries côtières.

Problème, les infrastructures ne sont pas suffisantes pour rejoindre la côte, obligeant les pétroliers à stocker de plus en plus leur pétrole à Cushing. Les niveaux ont ainsi augmenté considérablement, et les prix du WTI ont chuté. L'écart de prix entre le WTI et le Brent, le contrat européen, a atteint le niveau historique de 20 $ en 2012.

Des pétroliers pris à la gorge...
Ces problèmes de pipeline ont obligé les producteurs à vendre leur pétrole avec de fortes remises. Les huiles qui sortent de la formation de Midland, dans le bassin des shale oil Texan appelé Permien, sont vendues en moyenne à 9,82$ en dessous du prix du WTI. Pour vous donner une idée de l'ampleur du changement, depuis 1991, l'écart de prix entre les deux n'avait jamais excédé les 52 cents. D'ailleurs, l'écart est d'autant plus surprenant que, comme le souligne Michael McMahon, directeur des investissements sur l'énergie au sein du fonds Pine Brook, "le pétrole de Permien est de très haute qualité et devrait être vendu au-dessus du prix de référence".

Que faut-il en conclure ? 

 En dépit des problèmes logistiques, les pétroliers n'arrêtent pas d'investir. Selon la Barclays, les compagnies pétrolières vont dépenser cette année 644 milliards de dollars pour trouver du pétrole. Les pétroliers texans ont pris le taureau par les cornes en investissant directement sur les tuyaux.

... qui attendent les nouveaux tuyaux
Aujourd'hui, trois routes sont empruntées, le pipeline de Centurion et de Basin, qui relient le Texas à Cushing, et le WTG qui envoie le pétrole texan vers le réservoir de Longview. L'idée des pétroliers est de construire directement des pipelines vers les raffineries, sans passer par l'Oklahoma, où est situé Cushing.

Voici, ci-dessous, une petite carte des 4 projets de "raccourcis" imaginés par les pétroliers.

  • L'extension du West Texas Gulf

Titre : Les pipelines texans empruntent un raccourci

 

·         L'extension du West Texas Gulf

Le premier projet est d'inverser le pipeline qui relie Big Spring City, dans le bassin de Permien, vers Houston et Longview. La capacité de transport sera de 30 000 barils par jour. Pour ce faire, l'opérateur du pipeline, Sunoco Logistics, devra inverser le pipeline entre la côte et la fourche – héritage de l'époque où les Etats-Unis importaient du pétrole. Le pipeline sera opérationnel d'ici la fin du trimestre.

·         Longhorn

Le deuxième concerne également un retournement du sens d'un pipeline existant. Celui-ci mène de la côte vers le bassin de Permien. En inversant le sens, les producteurs du Permien pourront transporter 225 000 barils par jour d'ici mi-2013 pour le raffiner à Houston.

·         Permian Express I

Le troisième projet concerne encore une inversion du sens d'un pipeline, mais cette fois entre Wichita Falls, sur la route de Cushing, et Houston. Il s'agit d'être capable d'exporter du pétrole – ici 150 000 barils par jour – d'ici la fin de ce trimestre. La deuxième phase (Permian Express II) vise à renforcer les capacités de transport vers le WTG à partir d'autres gisements du Permien.

·         BridgeTex

Enfin le quatrième projet concerne l'action menée par un des pétroliers avec Magellan, le constructeur de pipelines, sur le projet BridgeTex. Il s'agit de construire un nouveau pipeline d'une capacité de 278 000 barils par jour. Il reliera Big Spring City aux terminaux de stockage de Magellan localisés à Houston. Il rentrera en fonction en 2014.

L'arrivée de ces nouvelles capacités de transport sur 2013 et 2014 va permettre aux petits producteurs de shale oil d'une part de vendre leur pétrole au prix du marché, et d'autre part d'augmenter leur volume. Il faut s'attendre à une véritable explosion en bourse de ces acteurs.

Et vous pensiez que l'ère du pétrole allait s'achever ?
Par Florent Detroy, rédacteur de Matières à Profits

Le gaz de schisme nuit au bien être ,

 

Le bout de la logique et ses conséquences ( forum Creavignon , forum Planete attitude ,

 

gaz de schisme, lobby pétroliers batailles pour l'énergie, le monde diplomatique, pétrole et gaz de schiste, spéculation monétaire, lobbies pétroliers, lobby, capitalisme, néolibéralisme, risques climatiques

 

une photo de Guy Bernard.

 
 

 

Commentaires

Merci Citoyenactif, de ce très bon article sur les enjeux politique, économique et financier et les risques sociale, sanitaire et écologique du pétrole et gaz de schisme aux états Unis ( d'ailleurs a voir le documentaire Gazland)

La Chine, l'autre pays du schiste : Mais la stratégie chinoise ne s'arrête pas là. En autorisant dans son dernier appel d'offre l'intervention d'entreprises étrangères, Pékin affiche clairement la couleur : les compétences des entreprises étrangères sont les bienvenues

La visite de'Hollande en VRP du patronat en Chine le montre bien ( accompagné d'une délégation de diplomates et de patrons ( patron d'AREVA, EDF....)



Mais que peux faire les citoyens subissant les conséquences sociales, écologique et sanitaire et les Ni les droit de l'Homme bafoué en Chine
face aux faces aux immenses intérets commerciaux en jeux. Et que peut peser la France ( la grenouille) face à l'ogre chinois ( deuxième puissance mondiale) ?

Surtout que les intérets plus grands sont en jeux :
- France et Europe en récession
- 22e hausse du chomage
- Pression du patronat
- Basculement deu monde ( la création de richesse) et de l'offre et de la demande ( surtout demande : population moyenne chinoise qui s'enrichie).
- relancer les exportations françaises ( touchée par la récession en Europe)
- Baisse de la quote de popularité
- La chine : deuxième puissance mondiale, face à la France en récession

Écrit par : L'indigné révolté | 27/04/2013

Indigné révolté, je peux déjà commencer par la citation :

" Quand le dernier arbre sera abattu, La dernière rivière empoisonnée, Le dernier poisson pêché, Alors vous découvrirez Que l'argent ne se mange pas"

Nous subissons ainsi les conséquences des choix des états ( vision court termiste, réduire la dettes publiqu ) et des multinationales ( course aux maintien des profits et des zones de parts de marché) alors que nous vivons dans une planète finie. Cela a pour conséquence, ce que tu viens de signaler : les droits de l'Homme oubliés, augmentation des risques sanitaires, sociales et écologiques ( L'ex de la fuite de Total sur l'une des plateformes du champ gazier d'Elgin-Franklin. En fin de semaine dernière, le groupe tentait de temporiser et de rassurer en indiquant : la comparaison avec le spectre de BP en 2010 est dans toutes les têtes... La fuite de gaz Total en mer du Nord hors de contrôle )

Ainsi qu'une pression sur les ressources des lmatières premières et alimentaires ( spéculation, hausse des prix et émeutes de la faim)

La géopolitique est devenue un terrain du plus fort ( état plus riche, multinationales plus puissantes) , ou les peuples n'ont pas leurs places ( mot a dire)

N'attendons pas qu'ils partent, concertons nous, créons des synergies pour les faire partir, car ils ne partirons pas d'eux meme. A voir : Le monde selon Mosanto...)

Écrit par : citoyenactif | 27/04/2013

Autre éléments de l'exploitation du pétrole et gaz de schisme :
- La disparition des terres arables ( pollution des sols, stérilisation de la terre, occupation par des grands propriétaires et multinationales des terres ) au détriment des paysans. Ces fléaux s'ajoutent à la monoculture, aux grandes chaine de production agricole

la surface agricole utile (SAU) en danger

Bien entendu, la hausse spectaculaire des prix agricoles, qui a débouché sur la crise alimentaire de 2007, tire en partie sa source de l'arrivée de la Chine sur les marchés pour compenser la réduction de ses surfaces cultivées.

Depuis des années, les politiques menées ont conduit à la formation de bulle de prix dans toutes les classes d'actifs. (...)

La croissance économique s'accélérant dans les années 1990, les superficies des terres arables ont commencé à reculer. Elles sont passées de 130 millions d'hectares en 1996 à 121,7 millions d'hectares en 2008 selon le Bureau National des Statistiques. De même, la taille des terres cultivables par tête se monte actuellement à peine 40% de la moyenne mondiale

Écrit par : L'Indigné | 28/04/2013

A voir ces deux documentaires :

La sale guerre des terres rares - YouTube :
Les terres rares sont des métaux aux noms mystérieux : cerium, terbium, samarium, gadolinium... Peu connus, ils sont pourtant très présents autour de nous : dans nos écrans, nos téléphones et jusque dans nos billets de banque. Les terres rares sont le pétrole du XXIe siècle, le moteur des industries d'aujourd'hui. Avec la fermeture des mines aux USA, la Chine est actuellement le seul producteur de ces métaux. Le reste du monde s'est engagé dans une lutte sans merci contre ce monopole. La guerre des terres rares, c'est l'histoire d'un conflit économique aux conséquences dévastatrices pour les hommes et pour l'environnement : une sale guerre. Dans cinq ans, la Chine ne pourra plus répondre à ses propres besoins en terre. Les Chinois recherchent des partenaires et effectuent un retournement de stratégie. Ce pays qui avait tant oeuvré pour conserver ce monopole n'en veut plus : épuisement de la ressource et pollution l'obligent à chercher à l'étranger la réponse à ses besoins croissants. Le monde entier se lance dans la recherche des ces terres rares pas si rares que ça : il y aurait des gisements en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, sur la Lune et au fond des mers. Des mines fermées rouvrent aux USA. Mais les peuples sont plus exigeants sur le plan environnemental ; c'est peut-être une occasion de repenser le monde !

Origine du media : France
Durée : 51mn 52s
Année de production : 2012
Réalisation : Serge Turquier, Guillaume Pitron



Chine Etats Unis Une guerre sans limite


Les rapports entre la Chine et les États-Unis marqueront sans nul doute le XXIe siècle. Si l'affrontement militaire demeure le maître mot entre les deux puissances, il y a une autre façon de gagner la guerre sans effusion de sang, une nouvelle forme de conflit dans laquelle la Chine est passée experte. Si celle-ci s'arme militairement, son économie envahit le monde dans le même temps. Si partout où la planète s'embrase les deux puissances s'opposent en coulisses, les armes de la République Populaire de Chine sont aussi financières, informatiques, technologiques, commerciales ou médiatiques. Dans ce grand combat des empires pour diriger le monde, la Chine s'appuie sur les faiblesses de ses concurrents. Elle a engagé une guerre sans limites, qui si elle aboutissait, forcerait l'adversaire à faire sa volonté. Car il faut méditer la phrase de Deng Xiaoping : Il ne peut y avoir deux tigres sur la même colline

Écrit par : L'indigné révolté | 28/04/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu