Avertir le modérateur

03/06/2013

Le "printemps turc"

n
 
 Sur les perspectives révolutionnaires en France
 
 Vous accordez bien au peuple "l'égalité des droits" mais vous gardez bien de lui concéder "l'égalité des moyens de les exercer"; car tous mes droits, si je n'ai pas moyen de les exercer, sont pure fiction, pur mensonge.

BAKOUNINE


Il y a .une différence immense entre la "liberté sociale", large, humaine, bienfaisante et réelle pour tout le monde que réclame le prolétariat, et la "liberté politique", nécessairement privilégiée, exclusive et restreinte que réclame aujourd'hui vainement le radicalisme bourgeois.

"Comment, restreinte et privilégiée !" s'écrient les vertueux républicains radicaux indignés. "Ne demandons-nous pas l'égalité des droits civils, juridiques et politiques pour tout le monde et une constitution populaire fondée sur le suffrage universel, avec un Assemblé nationale composée de représentants du peuple et dont 1es décisions seront même soumises au besoin à la votation directe du peuple ?".

Taisez-vous tartufes; car vous savez fort bien qu'avec tout cela vous resterez les maîtres et le peuple, l'esclave !

bakounine

 

Le printemps turc

En Turquie, les contestataire sont toujours déterminé à demander la démission du premier ministre . cf

 

Turquie, contestation de fond

Le mouvement de contestation de recep Tayyip Erdogan gagne de l'ampleur. 235 manifestations en moins d'une semaine, selon des sources officielles. La nuit dernière a encore été agité à Istanbul et Ankara. Turquie : La dérivea autoritaire de l'AKP : Un petit air de place Tahrir et de printemps arabe. Nous ne sommes pas au Caire, mais à Istanbul, des dizaines de milliers de personnes ont convergés vers la place Taxin cette après midi dans le calme après deux jours d'émeutes et de répressions violentes. Une victoire pour ceux qui réclament le départ du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan accusé de dérives autoritaires.

 

Sirri Sureya Onder, député turc ( pro-kurde) :

" Oublier le peuple, ne pas l'inclure dans les décisions et tenter de dire ; " c'est fait, c'est comme cela" , la période est révolue. "

 

Ce lundi, Istanbul ressemble à un champs de bataille, la nuit dernière a été agité. C'est à coup de lance à eaux et de grenades lacrymogènes que les manifestants ont été délogés de la place Taxin. Ils se sont remobilisés ensuite, jusque tard dans la nuit près des bureaux du premier ministre Receip Tayyip Erdogan dont ils réclament la démission pour son islamisation à marche forcée de la société turc. A Ismir, les manifestants ont mis le feu au siège de l'AKP , affrontement également à Ankara ou de nombreuses personnes ont été arrêtées. 1700 dans tout le pays selon le ministère de l'intérieur, qui affirme que la plupart ont été relâchées, ce que confirment les organisations des droits de l'Homme. Selon Amnesty International, 2000 personnes ont été blessées et deux autres ont été tuées ces 5 derniers jours.

 

Sous la pression international, Receip Tayyip Erdogan a finit par concéder du bout des lèvres des actions parfois extreme de la police, mais il reste droit dans ses bottes.

 

Recep Tayyip Erdogan, premier ministre turc :

" Les manifestants disent que Tayyip Recep erdogan est un dictateur, je n'ai rien a dire s'il nomme une personne qui s'est mis aux services de la nation de dictateur".

 

Recep Tayyip Erdogan a confirmé qu'une mosquée serait bâti sur la place taxin, principale lieu de manifestation d'Istanbul. C'est ce projet de réaménagement urbain qui a mis le feu au poudre, signe de l'irruption de la religion dans l'espace public, de l'autocensure des médias et de la corruption des sphères du pouvoir qui a mis le feu au poudre. Alors que le mouvement gagne de l'ampleur en Turquie, la diaspora dénonce les violences policières et réclament à son tour le départ du gouvernement.

 

En savoir plus :

La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans

La colère contre le " Nouveau Sultan"  - L'indigné révolté

Commentaires

Turquie : la mobilisation continue

En Turquie, le mouvement prend de l'ampleur après la mort d'un deuxième manifestants. Le plus grand syndicat entame une grève deux jours en signe de soutien.





La rue toujours sous tension :

Un mort et plus de 1500 blessés. Dans la nuit, les manifestants anti Erdogan ont encore une fois ont encore fait les frais de la violence policière. Et ce ne sont pas les excuses du vice premier ministre qui apaiseront la situation. Sur la place Taxin, devenu le symbole se la contestation turc, des milliers de personnes continuent de se réunir pour dénoncer l'autoritarisme du Sultan Erdogan

Sachez que des témoignage a été enregistré sur le site Internet .

Écrit par : L'indigné | 05/06/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu