Avertir le modérateur

07/06/2013

Clément Méric

n

n
 

Flores Magon
C'est la destruction complète de la société actuelle et sa réorganisation sur de tout autres bases sociales qui amèneront à la disparition définitive de la peste nationaliste
voline

Appel pour commémorer les 6 mois de la mort de Clément .

26 novembre 2013Hommages, InitiativesComité pour Clément

 

 clement

Le 5 décembre 2013, cela fera 6 mois que notre ami et camarade Clément est décédé des suites de l’agression dont il a été victime de la part des fascistes.

Nous appelons tous les collectifs antifascistes de France et d’ailleurs à commémorer, sous une forme ou sous une autre, le meurtre de Clément.

Si vous organisez vers le 5 décembre une action à la mémoire de Clément dans votre région ou dans votre ville, n’hésitez pas à nous envoyer des photos, des textes, des vidéos pour que nous puissions les rediffuser et montrer ainsi la force de la solidarité antifasciste.

A jamais dans nos coeurs …

Le comité pour Clément

Accueil - 2012-13 - émissions de 260.juin   
Clément, 05 juin 2013
Le vendredi 7 juin 2013

C’est un état de choc jusque dans les profondeurs de la mémoire du pays, partout des manifs , des rassemblements avec , en tête, les militants ANTIFA, dont Clément faisait partie. Un choc qui peut être un réveil face à une extrême droite qui a repris du poil de la bête immonde ces derniers temps, encouragée par la banalisation du Front National et la résignation générale. Si cette prise de conscience va au-delà de l’émotion et entraine une mobilisation organisée contre les groupuscules xénophobes et violents, alors Clément ne sera pas tout à fait mort pour rien. C’est là, en tout cas le véritable hommage qui lui serait rendu. 

Reportage dans les rassemblements à Paris, Anaelle Verzaux. Entretien avec Zev Sternhell , historien, auteur de "Ni droite ni gauche" 

 France Inter 15 heures

 

mps de lecture : 4 minutes
 

LE PLUS. Après le lynchage d’un jeune militant anti-fasciste par des skinheads, Marine Le Pen a rejeté tout lien entre cette agression et les thèses du Front national. Au point de se mettre en colère contre Jean-Michel Aphatie, qui l'interviewait ce jeudi matin. Un acte de déni, que décrypte notre contributeur.

Édité par Antoine Rondel 

Marine Le Pen

Marine Le Pen lors d'une réunion à Hénin-Beaumont, le 23 mai 2013 (C.BAZIZE/SIPA)

 

Marine Le Pen est une très bonne comédienne et elle a bien failli rouler dans la farine les auditeurs de RTL, ce jeudi 6 juin au micro de Jean-Michel Aphatie. Au journaliste qui l’interrogeait sur l’agression fasciste dont a été victime un militant d’extrême-gauche en plein Paris, elle a commencé par dérouler un discours de compassion et de fermeté. Jusqu’à ce qu’Aphatie l’interroge sur ses responsabilités dans ces violences. Alors, elle a libéré ses démons et montré son vrai visage : elle s’est mise à vociférer. Comme Jean-Marie son père.

 

Marine Le Pen "s’associe à la peine"

 L'intervieweur de RTL lui demande d’abord de commenter l’agression de ce jeune homme de 18 ans, militant anti-fasciste, par des activistes d'extrême-droite.

Marine Le Pen joue alors sur du velours. Elle commence par multiplier les adjectifs pour exprimer sa peine et son indignation et bien montrer qu’elle-même et le Front national sont désormais à classer dans le camp des gentils et pas des méchants, notamment depuis qu’elle a pris les rênes du parti et qu’elle l’a dédiabolisé : nous avons droit à "épouvantable" (à deux reprises au moins),  "terrible" et une phrase bien convenue dans laquelle elle "s’associe à la peine de ceux qui ont milité avec lui".

 Avec ruse et aussi beaucoup de culot, elle laisse entendre ensuite que c’aurait pu être l’inverse, et qu’un militant du FN aurait pu être à la place de la victime. On a du mal à la croire.

 Puis, dans son évidente volonté de clore au plus vite ce sujet qui la gêne, notamment vis à vis de la frange la plus dure de ses électeurs, elle dit que l’enquête est quasiment bouclée, que ce "groupement" est connu de la police et que les auteurs de cette agression sont en passe déjà d’être identifié. Question suivante, donc.

 Heureusement, Jean-Michel Aphatie est dans un bon jour et ne se laisse pas impressionner. Il insiste sur le fait que cette violence est signée par l’extrême-droite. Il demande également à Marine Le Pen (qui commence à s’agacer) s’il y a des contacts entre le Front national et les Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscule d'extrême-droite auquel on soupçonne les agresseurs d'appartenir. Farouche démenti de la présidente du FN, qui répète que l’enquête est en passe de se terminer et que c’est à "la justice de faire son travail".

Un t-shirt du Front national

 

Aphatie insiste, lance une bande son de laquelle il ressort un témoignage décisif : d'après un témoin de la scène, un des agresseurs portait au cou un tatouage en forme de croix gammée et un autre homme, très grand, avec… un t-shirt du Front national !

 

Alors, on sent la patronne du FN soudain fébrile, cherchant une issue pour s’en sortir face à cette mise en cause qu’elle n’avait pas prévue. Elle balbutie d’abord des propos mesurés : "J’ai déjà vu ces amalgames… Si certains se servent de cela pour salir le Front national, ils devront en répondre."

 

Marine Le Pen était l'invitée de Jean-Michel Aphatie sur RTL le 6 juin 2013 (par rtl-fr)

 

Puis soudain, elle se fâche en s’en prenant au journaliste, qui ose ainsi la mettre en difficulté : "Je n’entends pas être mis en accusation par vous", lui lance-t-elle avant de mettre en doute la réalité du reportage qu’elle vient d’entendre et qui ne correspond pas à ce qu’elle a lu de l’agression.

 

Si l’un des auteurs du lynchage avait porté un t-shirt du FN, dit-elle en substance, le Front de gauche n’aurait pas manqué d’en faire état dans son communiqué, explique-t-elle avant de chercher à se ressaisir et de retrouver le ton du début, fait d’indignation et de commisération en reprenant son chapelet d’adjectifs sympas : "inadmissible", "insupportable", "terrible" et en concluant une fois de plus que "le FN n’a aucun rapport ni de près ni de loin avec cette agression".

Son hommage hallucinant à Dominique Venner

l’hommage hallucinant qu'elle a rendu à Dominique Venner, cet intellectuel d’extrême-droite qui s’était suicidé d’une balle dans la tête dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle avait exprimé son "respect" pour ce "geste éminemment politique", au risque d’encourager ce genre d’actions extrêmes, dans un contexte particulièrement sensible (les manifestations contre le mariage gay et la montée de l’homophobie). , Jean-Marie Le Pen

 Dans une véritable logorrhée, elle déclare en vrac que Dominique Venner n’a "fait de mal à personne", que oui, elle a du respect pour cet homme, et que Jean-Michel Aphatie n’est pas un journaliste impartial :

 "La manière dont vous mélangez toutes ces affaires est profondément malhonnête. Mais ça n’étonnera pas [les auditeurs qui le connaissent car, s’il l’attaque ainsi, c’est] pour "des raisons politiques".

Le journaliste de RTL reste calme, explique en gros que RTL fait son travail et que lui, il voit un lien entre les thèmes du Front national et ce lynchage par des skinheads d’un jeune militant antifasciste. N’en déplaise à Marine Le Pen, nous aussi.

 Décodage de 24 techniques de désinformation.

 
130205-desinformation-cerveau2

 »La désinformation est un ensemble de techniques de communication visant à donner une fausse image de la réalité, dans le but de protéger des intérêts privés et d’influencer l’opinion publique. Elle est parfois employée dans le cadre des relations publiques. Elle est très souvent utilisée en politique lors de débats télévisés, dans les médias, de la part des Etats ou de personnes mal intentionnées qui, par ce biais, peuvent amener à faire croire à des « faits » qui n’ont pas de véritables fondements. Voici un décodage de 24 techniques relativement souvent employées pour vous berner. »

Technique n°1 : Evitement

Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

Technique n°2 : Superficialité

N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

Technique n°3 : Indignation

Rejeter le sujet de façon indignée (« jamais une chose pareille ne serait possible »). Jouer sur le sentiment d’incrédulité (« il y aurait eu des fuites », « ça se saurait », …)

Technique n°4 : Rumeur

Considérer la controverse comme une rumeur de plus,sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

Technique n°5 : Homme de paille

Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

Technique n°6 : Messager

Décrédibiliser le porteur du message. Par extension,associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que « excentrique », « extrême-droite », « gauchiste », »terroriste », « conspirationniste », « radical », « fanatique », ou même « blonde » etc…

Technique n°7 : Biais

Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à toute autre forme de biais.

Technique n°8 : Confusion

Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

Technique n°9 : Autorité

S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

Technique n°10 : Innocence

Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

Technique n°11 : Amalgame

Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

Technique n°12 : Diviser

Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

Technique n°13 : Pseudo-débat

Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

Technique n°14 : Confession

Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées.Les opposants cependant en ont tiré partie pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

Technique n°15 : Enigme

Les énigmes n’ont pas de solution. Étant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

Technique n°16 : Solution complète

Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

Technique n° 17 : Omission

Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

Technique n°18 : Sang froid

Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

Technique n°19 : Expertise

 

Technique n°20 : Preuve impossible

Technique n° 21 : Déni

Technique n°22 : Fausse preuve

Technique n°23 : Grand Jury

Technique n°24 : Diversion et distraction

 
Chris Tof... si ça peut réveiller tous ceux que le FN fait fantasmer ...de groupuscules il n'y a pas ... c'est juste les ouvriers du FN, le FN n'étant que la vitrine commerciale

RIP Clément ... martyr pour ralentir la connerie humaine généré par tous ces politiciens de gauche et de droite qui ne regardent que leur nombril ... colère ...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu