Avertir le modérateur

19/06/2013

Erdogan face au mur du silence

 

De Kota Pieghu
  « Solidarité avec les camarades turcs et brésiliens, ainsi que tous les pauvres et les opprimés qui se battent pour un peu de dignité et de liberté, quand ce n'est pas tout simplement pour survivre. Et pendant ce temps en France, personne ne bouge ou si peu... »
Flores Magon i
  1. Il est évident que dans la société actuelle, divisée en maîtres et serfs, la vraie liberté ne peut pas exister; elle ne le pourra pas tant qu'il y aura exploiteurs et exploités, gouvernants et gouvernés.
    kropotkine


    Liberté de la presse et de réunion, inviolabilité du domicile et de tout le reste, ne sont respectées que si le peuple n'en fait pas usage contre les classes privilégiées.
    Mais, le jour où il commence à s'en servir pour saper les privilèges — toutes ces soi-disant libertés sont jetées par-dessus bord.

  2. Cela est bien naturel. L'homme n'a de droits que ceux qu'il a acquis de haute lutte. Il n'a de droits que ceux qu'il est prêt à défendre à chaque instant, les armes à la main.
    kropotkine dans parole d un révolté
  • Photo : Il est évident que dans la société actuelle, divisée en maîtres et serfs, la vraie liberté ne peut pas exister; elle ne le pourra pas tant qu'il y aura exploiteurs et exploités, gouvernants et gouvernés. 
kropotkine
Liberté de la presse et de réunion, inviolabilité du domicile et de tout le reste, ne sont respectées que si le peuple n'en fait pas usage contre les classes privilégiées.
Mais, le jour où il commence à s'en servir pour saper les privilèges — toutes ces soi-disant libertés sont jetées par-dessus bord.
Cela est bien naturel. L'homme n'a de droits que ceux qu'il a acquis de haute lutte. Il n'a de droits que ceux qu'il est prêt à défendre à chaque instant, les armes à la main.
kropotkine dans parole d un révolté
Flores Magon a partagé la photo de Flores Magon.
« Je suis un ami de l’humaine justice, de cette justice non écrite dans les codes, de cette justice qui prescrit que tout être humain a le droit de vivre sans exploiter ni être exploité, sans commander ni être commandé. »
ricardo flores magon

ce ne sont pas les rebellions qui crées les problemes dans le monde mais les problemes dans lemonde qui crées les rebéllions

la rebellion c est la vie la soumission c'est la mort
ricardo flores magon
 

Erdogan face au mur du silence

Extension du mur du silence en Turquie, les manifestations anti Erdogan se multiplient dans tout le pays.

 

Turquie : Silence, on manifeste

En Turquie, les manifestants se refusent à se laisser intimider par la police et les propos musclés du premier ministre.  Le mouvement de contestation contre Receip Tayyip Erdogan se poursuit avec de plus en plus de créativité.

 

La résistance contre le gouvernement d'Erdogan devient de plus en plus folklorique Le concert de vaisselle, à 9 heures pile tout le monde s'y met, dans les restaurants, les bars ou les cuisines. L'objectif est de se faire entendre. Le message : Ils ne céderont pas.

 

" Les gens ne savent plus comment exprimer leur mécontentement. Si on sort, on risque de se faire arrêter, tabasser ou asperger de gaz lacrymogène.. Alors on cherche des alternatives . En tout cas le mouvement de contestation n'est pas prêt de s'arrêter, cela c'est sur".

 

«  On continuera, jusqu'a ce que l'on est trouvé une solution. Ce que nous demandons, c'est d'être entendu pour prendre les décisions ensemble ».

 

Jusqu'à présent, le premier ministre ne semble pas prendre les manifestants au sérieux. Au contraire, il les dits manipuler, les qualifie de naïfs ou de terroristes quand ce n'est pas d'ennemi public. Pour finir, il a même menacé de faire venir l'armée. Une attitude qui discrédite de plus en plus Erdogan auprès de la population.

 

« Nous ne reconnaissons plus le parti au pouvoir. L'AKP, Vu les déclarations et les mesures prises par le gouvernement, il n'a pas compris ce que voulait les manifestants ».

 

D'autres manifestants ont choisi d'entamer une grève de la faim. Très en vogue aussi, les lectures marathon sur la place. Son ami raconte qu'elle lit depuis 28 heures d'affiler et elle n'est pas la seule. Quand à la police, elle assiste perplexe a cette contestation silencieuse.

 

Accueil > Activités > Actualité > L’Union européenne doit donner de la voix face à la répression en Turquie (...)

lundi 17 juin 2013, par Jeunes européens-France


Choqué ! C’est le seul mot qui décrit le sentiment que l’on peut éprouver, à la lecture des derniers témoignages qui nous arrivent de Turquie. Ce samedi 15 juin, après deux semaines d’une répression que le Parlement européen, dans une résolution votée à Strasbourg la semaine dernière, n’a pas manqué de qualifier de « disproportionnée », le pouvoir turc semble avoir perdu la tête.

C’est effarés et horrifiés, que nous apprenons de la bouche de l’écrivaine journaliste Defne Gürsoy, que, place Taksim, « le parc a été évacué de force avec gaz, jet d’eau contenant des produits chimiques causant des brûlures sur la peau, les balles en plastiques ont blessés des dizaines de personnes, dont une femme enceinte ». Le tout, face à des manifestants pacifiques : la démocratie à la sauce Erdogan, ça interpelle !

Plus grave encore, des manifestants auraient été séquestrés dans des immeubles, ainsi que des hôtels, avant d’être massivement gazés : ce n’est plus là du maintien de l’ordre, mais bien à une chasse à l’homme à laquelle nous assistons et à une répression d’une violence inqualifiable !

Face à de telles exactions, le silence de l’Union européenne est coupable. Pourtant, des valeurs aussi fondamentales telles que la démocratie, l’état de droit, ou la liberté d’expression, réaffirmées dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE, devraient pousser les Chefs d’État, et en particulier la Haute-Représentante aux affaires extérieures de l’Union européenne, Catherine Ashton à condamner unanimement et rapidement une telle situation. L’Union européenne s’est construite sur le rejet catégorique des violations aux droits fondamentaux et devrait réagir fermement pour demander au gouvernement turc de faire cesser ces exactions policières.

Seule la voix forte et unie d’un gouvernement européen et non 27 faibles pourrait exercer une pression suffisante pour obliger le gouvernement de M. Erdogan à mettre un terme à cette situation scandaleuse. Aujourd’hui plus que jamais, l’état de droit vacillant en Turquie et la population turque ont besoin d’entendre cette voix de raison.

 En conclusion :

Ne nous en prenons pas aux effets, attaquons toujours les causes !
Bakounine

sans la révolte de l'individu, s'associant à d'autres individus révoltés pour résister au milieu et chercher à le transformer, ce milieu ne changerait jamais.
malatesta

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu