Avertir le modérateur

23/07/2013

Soral fait feu de tout bois

n

 
racisme 2.jpg

La pompe à phynance - Les blogs du Diplo : - de Frédéric Lordon ( cf  source : Conspirationnisme : la paille et la poutre - Les blogs du Diplo )

Mis sur facebook : Le peuple est bête et méchant, le peuple est obtus. Au mieux il pense mal, le plus souvent il délire. Son délire le plus caractéristique a un nom : conspirationnisme. Le conspirationnisme est une malédiction. Pardon : c’est une bénédiction. C’est la bénédiction des élites qui ne manquent pas une occasion de renvoyer le peuple à son enfer intellectuel, à son irrémédiable minorité. Que le peuple soit mineur, c’est très bien ainsi. Surtout qu’il veille à continuer d’en produire les signes, l’élite ne s’en sent que mieux fondée à penser et gouverner à sa place.

 

Pour une pensée non complotiste des complots (quand ils existent) : (....)

 

 

 

ALAIN SORAL-OCT 2012 -24/29- Médiatisation du handisport :

L'extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !Alain Soral vs Abdellah Boudami: Débat très musclé sur radio al manar !! Nous avons divisé notre analyse visant à démont(r)er l'imposture soralienne en 7 thèmes :
1°) Doubles discours et contradictions ;
2°) Récupération au profit de l'extrême-droite d'auteurs, de pratiques et de combats qui ne sont pas les siens ;
3°) Fascisme et poujadisme ;
4°) Antisémitisme ;
5°) Stalinisme ;
6°) Apologie de régimes répressifs ;
7°) Arrivisme et haine de classe.


Cette division est en partie arbitraire puisque certaines déclarations d'Alain Soral peuvent avoir leur place dans plusieurs des thèmes ci-dessous développés.
 
Alain Soral: Le sous-fasciste

Alain Soral ? un poseur, un imposteur...((Le crottin des Extrêmes Droites fRançaises:Soral and co))

((Info-Relais/Documents.N-I/AZA))

9 juillet 2013 /http://lahorde.samizdat.net/2013/07/09/alain-soral-un-pos...

 

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/07/portrait_Soral.jpg
 

Alain Soral s’est illustré, dans une vidéo postée le 6 juillet 2013, en commentant l’assassinat de Clément Méric, qu’il qualifie de « dérisoire », de « grotesque », de « fait divers d’ados » (sic), et en insultant Clément sans retenue, se moquant par exemple de son physique… Pire, au nom de la défense de la « minorité opprimée » que seraient les naziskins, il prétend avoir envoyé de l’argent à Esteban Morillo, le meurtrier de  notre camarade. Une provocation de plus de la part de l’un des éléments les plus médiatisés de l’extrême droite française, et l’occasion pour nous de revenir sur cet clown triste : un rappel de quelques vérités semblent nécessaires, en particulier ses fréquentations passées et présentes dans à peu près tout ce que l’extrême droite compte de tordus en tout genre.

 

En quelques années, Alain Soral est parvenu à être dans un premier temps sympathisant du FN, dans un second temps militant voire intellectuel autoproclamé du FN (il faut dire que la concurrence n’était pas vraiment féroce), puis dissident frontiste et finalement leader d’un petit groupuscule oscillant entre la nationalisme républicain et une sorte de nationalisme révolutionnaire new-age (les références politiques en moins), candidat sur une liste antisémite composé de paranoïaques et de marginaux politiques, fondateur/éminence grise d’un pseudo-journal politico-satirique, Flash, et enfin auteur à succès d’opuscules conspirationnistes et antisémites. Girouette mégalomane,  affabulateur conspirationniste, bateleur imbécile, Alain Soral a un parcours tout à son image.

Une jeunesse bourgeoise

 

 

Il y a encore quelques années, de son vrai nom Alain Bonnet de Soral, parlait avec nostalgie des cités ouvrières et du Paris

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/07/Soral-Jeune.jpg

ouvrier dans lesquelles il avait passé son enfance etscandait à qui voulait l’entendre qu’il était fier de s’être hissé socialement grâce à l’école de la République … La réalité est tout autre : Alain Soral est un fils de notaire, scolarisé au collège Stanislas1 à Paris. S’il vécut un temps à Meudon, il habita de nombreuses années rue de Vaugirard à Paris, l’une des rues les plus chères de la capitale…

Après avoir vécu un temps en province, il revient à Paris en 1976, année à laquelle débute sa période « bourgeois-bohème ». Il évolue alors, avec un certain succès, dans un milieu qu’il dénigre aujourd’hui. Il fréquente à la fois le monde de la nuit et celui des intellectuels parisiens, devient étudiant aux Beaux-arts et dans les années 1980, embrasse alors la carrière de journaliste et d’écrivain en pigeant dans divers magazines.

 

En 1990, il découvre les écrits de Michel Clouscard, auteur marxiste critique, inventeur du concept de « libéralisme-libertaire », connu pour son travail sur Mai 68 et ses conséquences sur la société française. Alain Soral s’empare des théories de cet universitaire, sans doute plus par non-conformisme que par réelle l’adhésion théorique, en ne retenant de la critique de Mai 68 qu’une haine viscérale pour tous les mouvements d’extrême gauche issus de cette période. Il prétend encore aujourd’hui être le vulgarisateur et continuateur des thèses de Clouscard, bien que ce dernier ait publiquement dénoncé la récupération de ses idées par Soral dans le journal l’Humanité du 30 mars 20072, expliquant sommairement que Soral n’avait rien compris          ((Soral,germanopratin à 24 Balais)).                                    

 

à ses écrits. A cette époque, il persiste à fréquenter le milieu parisien de « gauche » du monde des médias, dans lequel il grenouille depuis le début des années 1980, espérant s’y tailler une place d’intellectuel de référence. Pourtant, il révélait à Vénissieux le 2 mars 2007, lors d’une réunion publique avec le FN : « dès cette époque [les années 1980] je préfère encore un facho à un gauchiste … ce que je reproche au facho, que je croise en allant draguer l’étudiante en droit du côté de la fac d’Assas, ce n’est pas sa radicalité révolutionnaire, mais le fait que son origine bourgeoise le poussera inéluctablement à rallier l’UDF ou l’UMP une fois son diplôme en poche, comme les Madelin et autres Devedjan. »

 

Alain au pays des soviets

En 1990, en pleine période de l’écroulement de l’URSS, Soral adhère au PCF. Il explique aujourd’hui les raisons de son engagement en déclarant que, selon lui, il est primordial que deux pôles antagonistes coexistent pour que la France puisse continuer d’avoir sa place dans le concert des nations, et la meilleure façon d’aider la nation, c’est de soutenir l’URSS via le PCF. Curieusement, cette position est ni plus ni moins que celle tenue par Alain de Benoist à l’époque, gourou de la Nouvelle Droite et du GRECE. Un individu que Soral croisera à plusieurs reprises dans son parcours, en particulier à l’Idiot International. Étrangement, personne aujourd’hui au PCF ne se souvient du passage d’Alain Soral. Ce dernier donne bien le nom de la cellule à laquelle il appartenait, « cellule Paul Langevin », mais cette appellation est tellement courante qu’il est impossible à ce jour de retrouver des militants affirmant avoir rencontré Soral. Il y a toutes les chances que Soral ait effectivement pris un jour sa carte au PCF, sans pour autant s’être investi dans un travail local ou avoir vendu l’Huma Dimanche, bien qu’il prétende avoir participé à la campagne contre le traité de Maastricht en 1992.

 

A la même époque, il participe, aux cotés de Jean-Paul Cruse3, à la création du « Collectif des travailleurs communistes dans les médias », alias la « Section Ramon Mercader » (du nom de l’assassin de Trotski), dont le logo était deux piolets croisés. Ils publient un bulletin : La lettre écarlate. Malgré les propos de Soral, qui donne beaucoup d’importance à cette aventure4, tout cela restera ultra confidentiel, c’est à dire connu seulement de Soral, Cruse et de leur petit cercle d’amis. Ce genre d’histoires ne peut que convaincre des individus ne connaissant pas l’univers du PCF et de la CGT. En effet, le PCF n’aurait jamais toléré qu’une cellule ou association portant un nom aussi provocateur puisse exister. Quant à la CGT, elle n’aurait pas permis qu’une telle structure puisse exister en dehors du tout puissant Syndicat du Livre. L’importance donnée aujourd’hui à cet épisode est due en grande partie à la publicité qu’en a fait Alain Soral, mais également Didier Daeninckx lorsque ce dernier présenta le dossier à charges des « rouges-bruns » à Georges Marchais, à l’époque premier secrétaire du PCF.

L’affaire des rouges-bruns

 

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/07/idiot-300x148.jpg

A la même époque, Soral appartient à la rédaction de l’Idiot International, le journal de Jean-Edern Hallier, haut lieu de convergence de militants et d’intellectuels de tout bords, en ruptures ou marginalisés d’avec leur milieu d’origine, la plupart du temps ne représentant qu’eux mêmes. Autour de Marc Cohen, rédacteur en chef du journal et membre du PCF, ancien responsable de l’UNEF-renouveau, on trouve pêle-mêle l’équipe de Jalon

5(journal satirique dont certains membres se trouvent avait flirté avec l’extrême droite comme son directeur Basile de Koch, de son vrai nom Bruno Tellenne, frère de Karl Zéro, tous deux proches du GUD durant leurs études), Alain De Besnoit du GRECE et de la revueEléments, le journaliste Frédéric Tadéï6, Jean-Paul Cruse. Cette volonté de journal « trans-courant », voulu par Edern-Hallier, passe par une destruction des clivages gauche-droite. Cette alchimie malsaine aboutira à un texte de Jean-Paul Cruse en 1992 « Vers un Front National » dansl’Idiot International, qui propose une alliance entre les communistes, le Front national et les partisans de Chèvenement et Pasqua pour « conduire une politique autoritaire de redressement du pays ». Après avoir longtemps refusé la paternité du texte, Jean-Paul Cruse aujourd’hui la revendique intégralement, après que Soral a laissé pensé qu’il en serait l’un des auteurs. Ce texte provoque une vive émotion à gauche, surtout au sein du PCF, dont certains membres sont impliqués dans l’Idiot International. La réaction du bureau national du SNJ-CGT ne se fait pas attendre en condamnant le texte, rappelant que « ces idées ne sont pas celles de la CGT », qu’elle les combat « même de toutes [ses] forces »7.

Le PS fait pression sur Edern-Hallier pour virer l’équipe de l’II, et Marchais fait le ménage dans son parti. Soral quitte le PCF en 1993 (ou en est exclu selon les versions qu’il donne de cet épisode). Cette confusion des genres, née principalement pendant la mobilisation contre la Guerre du Golfe, aura quelques répercussions sur le terrain, essentiellement autour de la personne d’Alain de Benoist. Le 10 janvier 1992, il est invité à s’exprimer sur les ondes d’une station radio du PCF et, quelques jours plus tard, il apparaît dans le carré de tête d’une manifestation anti-guerre, le 12 janvier 1991. Il interviendra le 12 mai 1992 dans un débat organisé par l’Institut de recherches marxistes (dirigé par Francette Lazard) à la Mutualité sur le thème « le réveil de la pensée critique »8. Quant à Marc Cohen, il participera à un débat organisé au Musée social à Paris par la revue du GRECE, Eléments, le 19 mai 1992, sur « la recomposition du paysage intellectuel français ».

Coming-out nationaliste

Après cette petite escapade, Soral décide de retourner à son métier d’écrivain, pour lequel il connaît un certain succès, dès 1996, avec « Sociologie d’un dragueur », peaufinant au fil du temps son numéro bien rôdé de macho républicain sur les plateaux de « C’est mon choix » ou de Thierry Ardisson. Bien qu’on lui prête sur cette période (fin 1990 début 2000) une sympathie et un rapprochement avec la mouvance souverainiste de JP Chevènement9, il semble, une fois de plus, que son engagement tienne plus du mythe, se limitant à une dédicace pour l’ancien ministre de la Défense dans l’un de ses ouvrages. Malgré ce succès médiatique et éditorial, Alain Soral est de nouveau tenté par le démon de la politique. Et cette fois-ci, il met la barre à droite toute ! Pour son retour dans l’arène politique, Soral commence en effet par répondre aux questions d’Eléments10en 2004, revue de la Nouvelle Droite où l’on retrouve Alain De Benoist, personnage déjà croisé à l’époque de l’Idiot International. L’année suivante Soral donne une interview au fanzine national-bolchevik Rébellion.

Il franchit un cap supplémentaire le 24 juin 2006 en dédicaçant son livre dans la librairie Facta d’Emmanuel Ratier, à Paris. La même année, il est signataire aux côtés de Fabrice Robert, Philippe Vardon et Gilles Soulas d’une pétition demandant la libération du néonazi Michel Lajoye, condamné pour des attentats à l’explosif contre des bars et résidences de travailleurs maghrébins. Il préface l’ouvrage d’Anne Kling11, La France LICRAtisée, dont les fantasmes sur le lobby juif et la LICRA rejoignent complètement ceux de Soral. Enfin, en août 2006, aux côtés de Marc Robert (FN), Thierry Meyssan (Président du Réseau Voltaire passé aux délires paranoïaques et complotistes), Dieudonné, Ahmed Moualek (La Banlieue s’exprime, pseudo association de banlieue à la gloire du FN) et Frédéric Châtillon (ancien chef du GUD et proche de Marine Le Pen), Alain Soral participe à un voyage au Liban.

 

FN : je t’aime, moi non plus

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/07/Soral-LePen.jpg

 

-Joue-t-on du Soral comme Verchuren jouait de l'accordéon (N.I)-

 

Privé de tête de liste pour les Européennes, Soral se tourne alors vers son « ami  Dieudonné19 » qu’il avait largement brocardé quelques années auparavant et délaissé depuis l’officialisation de son appartenance au FN. Ils se retrouvent alors autour du Parti Anti Sioniste de Yahia Gouasmi pour monter la Liste Anti Sioniste en Ile-de-France, sur laquelle Soral, bien que porte-parole de la liste, se retrouve à la 5ème place, en position inéligible. Cette liste, totalement financée et encadrée par le PAS, ne dépassera les 0,5%. Le résultat est, semble t-il, rude pour la petite bande, certains pensant alors atteindre allègrement les 10%. Même si Soral et Marc George déclarèrent plus tard dans la lettre interne des militants/sympathisants de E&R que du haut de leur grand expérience, ils savaient qu’ils ne dépasseraient pas les 1%, lors de la soirée de fin de campagne de la Liste (où l’on peut apercevoir Thomas Werlet avec son petit béret à la recherche d’amis pour étoffer son gang de boneheads), ça plane sévère niveau estimation.

 

Une fois retombée l’euphorie des résultats pourtant médiocres, les langues ont commencé à se délier concernant l’ambiance au sein de cette liste. Ainsi, Ginette Skandrani de conclure, concernant Soral : l’écrivain n’était «  malheureusement pas un militant de terrain … ». Mais c’est sans doute du côté de Thomas Demada, membre d’Egalité et Réconciliation, militant NR, aujourd’hui responsable de la branche européenne du MDI de Kémi Séba, que la sentence est la plus terrible : selon lui, Soral possède « …une intelligence vraie et débridée, mais trop débridée, au point de tourner à la filouterie et l’opportunisme idéologique ! »20. (....)  !22 Il est frappant de constater qu’une fois le charme du talent oratoire de Soral dissipé, rapidement les gens s’éloignent de lui, ne supportant plus son narcissisme et son inconstance dans ses idées et ses théories.

 

On aurait pu penser que Soral aurait cherché à transformer son fan club « Egalité et Réconciliation » en parti, comme il l’avait annoncé durant l’été 2009 : mais, avec l’exclusion au printemps 2010 du secrétaire général de l’association, Marc George, qui défendait cette ligne, E&R devient ce qu’il est encore aujourd’hui : un simple fan-club d’Alain Soral. Lors du bilan de l’Assemblée générale d’E&R des 27 et 28 mars 2010, il est précisé : « suite à ue grave crise interne, il a en effet été décidé de revoir les documents précédents en rendant à Alain Soral un contrôle total sur son association. »23 

 

Aussi, E&R n’est donc plus aujourd’hui qu’une coquille politique vide, destinée à servir de promotion de la « pensée » soralienne et, parfois, aux productions de ses amis. Une activité particulièrement lucrative pour Soral, son ouvrage pompeusement appelé Comprendre l’Empire ayant connu un véritable succès, en particulier dans la vente en ligne (il serait dans les 100 meilleures ventes du site Amazon…). Bien que n’ayant plus qu’une existence politique virtuelle, Soral, de par l’audience de son site, conserve ainsi un potentiel de nuisance non négligeable, que tout antifasciste se doit de prendre en compte, en rappelant à celles et ceux qui se plaisent à l’oublier d’où il vient, quelles idées il défend réellement et quels sont ses amis d’hier et d’aujourd’hui.

 

Note : l’essentiel de l’article a précédemment été publié dans le bimestriel No Pasaran n°77, hiver 2009-2010.

 

1 Etablissement privé catholique sous contrat du 6ème arrondissement de Paris, lieu de scolarisation privilégié pour les enfants de la haute bourgeoisie parisienne. 

2 Soral n’est plus le seul à l’extrême droite à faire référence à Clouscard. Les nationaux-bolchevik de L’Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne font référence à cet auteur dans le numéro 35 de Rébellion.

3 (....)

13. Il est plus que conseillé à Soral de relire, voire tout simplement de lire Marx, et il verra de lui-même que la doctrine communiste, en matière économique et sociale, est peu compatible avec le programme du FN :

- libérer au maximum l’entreprise des contraintes de toute nature qu’elle subit

- libérer le travail et l’entreprise de l’étatisme, du fiscalisme et du réglementarisme

- renégocier la durée hebdomadaire du temps de travail par branches d’activité

- simplifier le Code du travail

- assurer un service minimum dans les services publics

14 (….)

23 Cité par Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier dans La Galaxie Dieudonné, Syllepse, 2011.

TAGS » alain de benoist, Alain Soral, comprendre l'empire, Égalité & Réconciliation, flash, Front national, GRECE, idiot international, kontre-kulture, nouvelle droite, slide

POSTÉ DANS » Actualités, Extrême droite radicale, Repère

 

Et Badskin dans tout ça???

Une bonne enquète sur le sujet au même endroit (A suivre)

 

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/07/Ayoub_alaune-134x90.jpg

((Sujet vaste et désopilant proposé par steph))

Alain Soral: Le sous-fasciste

Quand Alain Soral éructe sur le handisport Au prétexte fallacieux de lancer un débat sur la médiatisation du handisport, Alain Soral s’est livré à un monologue haineux publié ce matin sur You Tube

 

La pensée complotiste,

pensée complotiste d'A. Soral

Qui est Alain Soral

L'extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !

Enquête : ''La galaxie Dieudonné : pour en finir avec les impostures''

 

 

 

Commentaires

J’ai regardé et écouté votre intervention du 27 octobre 2012, assurément pour mieux comprendre comment parlent ceux qui défendent les droits de l’homme, parti au fond qui sait adroitement suggérer la manière qu’il faut pour défendre les droits de certains par les devoirs des autres. Ce qu’il y a de plus intéressant, à peine perceptible, presque invisible pour les yeux mi-clos, assurément inaccessible pour l’ignorant, c’est cette stratégie des mots que Schopenhauer a si bien démontré dans « l’art d’avoir toujours raison » et que le renard a mis parfaitement en pratique pour prendre au corbeau son camembert. Quand à parler ainsi, c’est celui qui le dis qui a raison, comme le précédent, l’essentiel est de manger l’autre, quant au premier, rien à dire puisqu’il est déjà bien nourri, se prend les décharges nerveuses et les injonctions qui lui permettront de se vider pour ceux qui à l’inverse de lui ne sont pas autant nourris. La solidarité lui dira-t-on, l’attitude qui consiste à plagier en communiste la multiplication des pains. Comprenez lorsque je considère chez vous l’impossibilité à reconnaître l’argument de vos adversaires, il se forme en moi une gêne qui vient confirmer votre mauvaise foi. C’est cela que je dénonce chez vous et à tous ceux de votre rang, cette manière de procéder et de toujours montrer du doigt ceux que vous qualifiez d’extrême droite ou d’antisémite, avec cet œil vicieux, cette goutte de sueur qui coule sur votre visage lorsque vous en prononcez les syllabes, qui magistralement offrent aux oreilles l’infamie la plus grave. Il y a cette peur qui circule en dedans et qui transpire en dehors par le mouvement des lèvres et la crispation des joues et qui finit par vous froisser le plus lorsque vous percevez qu’ils ont raison, les plus minés d’ailleurs par les affronts, hésitant même entre colère et hystérie, constamment retrempé et qui mime sans retenue l’âme offensée. La figure chargée, qu’on voit se refaire dans chaque émission, qui sur imprime son désarroi et son déshonneur de se retrouver sur le même plateau qu’un tel. J’abhorre cette manière de faire, ce manque de virilité qui conduit toujours à se prendre pour le juste ! Ah si vous vous voyez comme je vous vois, mâcher votre fruit pourri, qui entre vos dents s’écoule comme du sang, du sang de ceux que vous maudissez car jamais pour eux vous n’avez fait preuve d’altérité. Pointe là votre rancune, par tâche elle envahit, gluante, puante, dégoulinante et s’essaie en toute rigueur d’attendre le cœur, ce cœur qu’elle couvrira de ténèbres pour se l’approprier, pour vous faire cracher toute la saloperie, vous savez cette saloperie si soigneusement cachée, qui par son apparente humanité parvient à tromper les simples et les naïfs. Je l’a connais bien moi cette putain, car elle use si facilement des langues soumises et se pare d’humilité pour atteindre les autres. Au fond je ne vous en veux pas, mais je suis las de voir avec tant de clarté cette idéologie couvrir les médias et qui n’avance même plus en rampant pour investir chaque citadelle, où l’on veut qu’elle soit, au centre du monde et à sa périphérie, elle forme en elle une image si forte de la vertu, qu’il n’y manque rien pour tromper les peuples de sa noire intention. Pire, elle les atteints comme un virus et s’emmêle en eux pour en faire du bourbier si épais et si gras qu’il finit par occuper l’âme comme sa propre demeure. Et oui, si je combats toute cette architecture, la vôtre, c’est qu’il est en mon cœur de nobles esprits qui ont affairés leur existence au bien de l’humanité et de son bonheur éternel. Elle est éducation en tout cela, pleine de vigueur, d’optimisme et marche sans hésitation vers la lumière, je parle ici de Dante, de Milton, de Saint Augustin, de Saint Paul, de Chateaubriand, de Balzac, de Proust, de Verlaine, de Rimbaud, de Steiner, d’Ezra Pound, de Simone Weil et j’en passe. Vous avez bien compris, ils sont croyants, patriotes, submergés et possédés du génie qui entraîne les peuples. C’est par eux que l’on dépasse le prosaïsme de la vie pour atteindre les questions existentielles, qui nourrissent en courage et en amour l’esprit pour qu’au jour de la chute il puisse imiter noblement le caractère sacré de la vie. Vous pouvez mettre au-dessus tout autre chose, mais elle tiendra en peu de page, à vrai dire comme Tolstoï il vous faudra mette le Christ au-dessus pour être vraiment riche envers les autres. Son immensité, sa tragique mort sur la croix pour le monde, c’est cela l’exemple à suivre, une folie pour certains mais seule manière d’aimer vraiment et il vous faudra lire ces mots de Marcus Malinianus pour en expérimenter tout le sens: l’idée que l’on dût éprouver de l’amour à l’égard d’un dieu me parut tout à fait étonnante. Je peux admettre que l’on éprouve de la crainte, de la terreur ou encore de l’adoration, mais de l’amour ! Je secouai la tête, absolument dépassé par cette loi. Quand à devoir aimer son prochain comme soi-même, c’est une phrase qui me sembla dépourvu de sens. Rien n’est modéré ici, prêt à vous faire apaiser la tempête, une véritable charité, pas de mièvre inclination, on se perd dans l’autre et pour l’autre, pour qu’il puisse s’élever et aimer à son tour comme vous l’avez fait pour lui. Il faut un caractère trempé, en expansion, qui semble chevaucher l’infini, c’est cela être grand, trop chargé de cette charité absolue sans qui notre monde serait devenu empire, un empire d’esclave. Cela vous n’en causez jamais, une caricature même pour un observateur comme vous, quoi qu’il arrive vos droits de l’homme valent tout, d’ailleurs de plus en plus étroits dans ce monde déchristianisé ! Et pour qui voudrait des détails, qui se demanderait pourquoi seuls les hommes de gauche y sont particulièrement attachés, quelque chose derrière leur conscience les empèche d’être loyal envers leur peuple, préférant l’autre peuple, l’autre votant, celui qui rendra caduque l’esprit de famille, l’esprit de la patrie. D’un même rang, fiers et toujours soulevés contre l’homme de droite, patriote et protecteur, les amalgamant à cet anti-chrétien et anti-juif socialiste, avec sa petite moustache noire, presque trop visible pour ne voir qu’elle lorsque l’on veut en parler. Vraiment, il vous sera encore difficile de tenir longtemps ce mensonge vivant, cette mascarade de la parole commence à être dévoilée, mise à nue et montrée en place publique comme une agitatrice hystérique qui scie des croix ou brûle des crucifix ? Sachez bien que votre culture est comme cette tarentule, cette araignée venimeuse qui dit du bien de la vie, tout en restant tapie dans sa tanière, à l’écart de la vie, pour ainsi faire le mal et qui répand son enseignement mortifère en supprimant la vie dans le ventre des mères, en sacralisant l’accouplement des gens de même sexe et en prônant l’euthanasie comme une solution durable pour la dignité de l’homme. Quel amour du surhumain comme dirait Nietzsche, voilà ce que vous êtes, les yeux illuminés, sur votre dos est inscrit en noir un triangle, un emblème qui parle d’égalité, qui devra, désormais, être le nom de la vertu ! Je vous le dis pour finir, sombre est cette destinée, car être heureux dans cette zone de la mort, dans cette zone qui pourtant se nomme la vie, l’homme cet entassement de boyaux, soumis aux maladies, qui tend à devenir bon ou mauvais, n’est pas seulement une ordonnance de chair mais bien avant tout un fils de Dieu, une âme destinée à l’éternité qui devra avant tout être pris en tant que tel pour comprendre comment le mettre debout !
Antoine Carlier Montanari

Écrit par : Carlier Montanari | 31/07/2013

J'ai lu ton com, même si la longueur est assez fatiguant a en saisir tout le sens.
Alain Soral est une pourriture, et je ne dénonce pas l'homme mais c'est idées qui a travers un discours floue et large prône une propagande honteuse vers le front national et ses idées. Ils joue la division en surfant sur les ignorances et les peurs ( peurs de l'immigration, des juifs, de la mondialisation financière....)

Tout les textes et enquêtes un peu sérieuse sur lui va dans le sens de la dénonciation de ce personnage qui a joué la girouette entre le PC, le souverainisme pour finir dans le girond de l'extrême avant de quitter le FN car il ne lui donnait la place pas se que son égaux surdimensionné en demandait

Je suis là pour alerter sur un danger, par pour imposer ma vision comme le fais si bien Soral.
Une chanson pour illustré très bien le personnange : Jacques Dutronc - L'opportuniste (Live).avi - YouTube http://www.youtube.com/watch?v=M6SsRZ0fSNY

Bonne soirée

Écrit par : Citoyenactif | 31/07/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu