Avertir le modérateur

26/08/2013

Velvet Goldmine


n

n

 

Le Dernier Nabab (The Last Tycoon ) est un film américain réalisé par Elia Kazan, sorti en 1976 et adapté par Harold Pinter du roman Le Dernier Nabab de F. Scott Fitzgerald, paru en 1941. Wikipédia

http://www.youtube.com/watch?v=s2fY9ghrC5I

 

Le dernier nabab

Drame réalisé en 1976 par Elia Kazan  
Avec Robert De Niro , Tony Curtis , Robert Mitchum ...  
 

Dans les années 1930, le producteur Monroe Stahr règne sans partage sur l'un des grands studios de Hollywood. Malgré les efforts de Cecilia Brady, la fille du directeur de la compagnie, Monroe reste fidèle au souvenir de son épouse décédée, la comédienne Minna Davis. Un soir, alors qu'un tremblement de terre secoue la ville, Monroe aperçoit une jeune femme qui lui rappelle la défunte. Il s'agit de Kathleen Moore, une jolie femme dont il ne tarde pas à tomber amoureux. Mais le bonheur qu'il éprouve auprès d'elle est bien éphémère, puisque leur idylle ne dure pas. Par ailleurs, Pat Brady, le directeur du studio, décide de se passer de ses services...

Le dernier nabab | ARTE

 

Film Complet VF - YouTube

 

 

Velvet Goldmine

Comédie dramatique réalisé en 1998 par Todd Haynes  
Avec Jonathan Rhys Meyers , Ewan McGregor , Christian Bale ...  
Date de sortie : 09 décembre 1998  
 

New York, 1984. Le «Herald Tribune» commande au journaliste anglais Arthur Stuart un article sur son ancienne idole, Brian Slade. Vingt ans auparavant, cette star du glam rock s'était offert une sortie fracassante en mettant en scène son propre assassinat, en plein concert. Alors qu'il retrace le parcours de Slade, Stuart se souvient de Manchester, la ville où il a passé son enfance et, surtout, se remémore sa jeunesse, fortement marquée par la figure et la personnalité charismatique de l'extravagant rockeur. Son enquête l'amène à rencontrer Cecil, le manager de Slade, Mandy, sa femme, et Curt Wild, qui fut son amant...

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 09/12/1998

L’Angleterre du début des années 70 et la déferlante du glam rock, à la fois musique et « mouvance » de l’époque (lire page suivante), sont au coeur du nouveau film de Todd Haynes (auteur du sidérant Safe, en 1996). Mais Velvet Goldmine n’est pas un chapitre illustré de l’encyclo- pédie du rock. Plutôt la spéculation romantique, ouverte à toutes les chimères et éminemment personnelle d’un cinéaste, autour d’un temps révolu et de ses tapageuses figures de proue.

Velvet Goldmine part1 - YouTube : , part 2 , part 3,  part 4, part 5,  part 6,   part 7 , part 8, part 9

 Brian Slade (interprété par Jonathan Rhys Meyers, nouveau venu, mélange d’instinct et de fragilité) évoque d’emblée David Bowie :  , période Ziggy Stardust. Curt Wild (Ewan McGregor) a tout d’un ersatz d’Iggy Pop, étrangement mâtiné de Kurt Cobain (voir article ci-contre). Leur musique, leurs chansons forment un indescriptible alliage de morceaux d’époque réorchestrés, et de compositions nouvelles, « à la manière de »…

. Pourtant, et c’est l’idée maîtresse du film, ce culte viscéral était voué à du vent. Brian Slade, Curt Wild et consorts n’ont été que de pures apparences, instruments virtuoses des puissances de l’illusion, héritiers d’une tradition du mensonge, que Todd Haynes fait remonter à Oscar Wilde Oscar Wilde ( film) , selon une généalogie baroque et imagi- naire : un petit talisman circule entre les différents personnages – symbole de cette filiation de l’excentricité, du dandysme et de la décadence – dont le prologue révèle qu’il a appartenu à Wilde en personne.

. L’ex-madame Slade (l’excellente Toni Colette, découverte dans Muriel, de Paul J. Hogan), repêchée, éteinte, au fond d’un bar, ne trouve pas ses mots.

Comment parler d’un vertige, une fois qu’il est passé ? Que dire d’un chanteur qui n’était qu’une surface ? Que faire, après l’embellie de l’ivresse ? La réponse de Todd Haynes est aussi radicale ou aussi ir- ritante – c’est selon – que son film, puisqu’elle est le film lui-même avec toute sa délectation nostalgique. Soit un aller simple pour le passé, en direction d’une contrée d’autant plus attirante qu’elle n’a jamais vraiment existé • Louis Guichard

Louis Guichard

Velvet Goldmine (Dir. Todd Haynes, 1998) -- opening on Vimeo :

Interview Jonathan - Velvet Goldmine : Interview Ewan Mc Gregor - Velvet Goldmine

BBC: Kings of Glam (2006) : Profiling the leading men of the glam rock era, Lisa Tarbuck guides us through the glittering careers of Marc Bolan, David Bowie, Noddy Holder, Brian Ferry, Elton John and honorary glam king Suzi Quatro. Industry men including producer Tony Visconti, songwriter Mike Chapman and photographer Mick Rock give the insider angle to the work of these artists.

David Bowie - The Very Best of 1969 to 1973 :

This is a self-compiled collection of what I believe are the best Bowie songs from this era. This is the first of six collections regarding Bowie's best. The second collection (The Very Best of 1973 to 1976) is coming next month sometime.

The Ziggy Stardust Companion - Velvet Goldmine - The Movie (1/2) :

Ziggy Stardust and the Spiders from Mars :

David Bowie The Rise And Fall Of Ziggy Stardust - 1972 - Full Album : 

 

Velvet Goldmine - l'indigné Révolté

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu