Avertir le modérateur

03/12/2013

Le pays qui n'aimait pas les femmes

Le pays qui n'aimait pas les femmes

Société par David Muntaner

 

Saroj, 11 ans, est une miraculée. Dans son village du Rajasthan, on tue les filles à la naissance, parce que la dot du mariage coûte cher. Sa mère, aidée par une femme qui milite depuis trente ans pour que les petites aient la vie sauve, l'a soustraite à la mort après avoir été obligée d'étouffer ses deux premières filles. A Delhi, Sunita, 25 ans, a quitté son mari après avoir subi ses coups pendant un an - la violence conjugale toucherait 65% des femmes en Inde. Suzanne, 38 ans, vit à Calcutta. Elle a décidé d'aller au bout du procès pour viol qu'elle a engagé à visage découvert. Enfin Gulab Bai, 84 ans, fait partie de ces veuves abandonnées aux rues de Vrindavan, haut lieu de pèlerinage du pays. En Inde, quand le mari meurt, sa femme, sous prétexte qu'elle porte malheur, est mise au ban de la société.

La critique TV de télérama du 30/11/2013

 

En décembre 2012, le viol d'une étudiante dans un bus, à New Delhi, avait suscité des manifestations dans tout le pays, et poussé le gouvernement à modifier la législation. Un sursaut national qui, dans les faits, n'a pourtant pas réellement fait évoluer la condition des femmes. Considérées comme des fardeaux, jugées inutiles, elles sont encore, dans certaines régions, assassinées à la naissance. Et celles qui ont le droit de vivre expérimentent, bien souvent, une existence de sacrifice et d'humiliation.

En 2006, La Malédiction de naître fille (1) , récompensé du prix Albert-Londres, évoquait déjà cette situation révoltante. Ce film brosse un état des lieux similaire, en s'appuyant sur le parcours et la parole de plusieurs femmes d'âges et de milieux différents : Saroj, une petite fille du Rajasthan, sauvée de l'infanticide par une mère qui avait, avant elle, été forcée à sacrifier deux filles. Gadgendra, une courageuse militante qui tente de faire évoluer les mentalités dans les campagnes. Sunita, une femme de New Delhi, martyrisée par son mari et par sa belle-famille. Suzette, première femme à avoir témoigné à visage découvert dans les médias indiens du viol qu'elle a subi. Et enfin Gulab Bai, une veuve octogénaire devenue mendiante dans la ville sainte de Vrindavan.

 

Mosaïque de témoignages poignants, révélant, de manière brutale, les facettes les plus sombres, obscurantistes, de la société indienne. Seul bémol : il n'était pas franchement nécessaire de mettre en scène, en guise de fil rouge, une voix off censée porter les réflexions imaginaires d'un bébé à naître. Ce procédé artificiel appuie lourdement un propos qui se suffisait pourtant largement à lui-même.

 

 

(1) Documentaire d'Alexis Marant et Manon Loizeau.

Hélène Marzolf

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu