Avertir le modérateur

30/04/2014

De l’audace !

De l’audace !
Martine Bulard

FN 13.jpg

Trente ans de manifestations antiracistes, de pétitions indignées, de pamphlets assassins, de mobilisations morales n’auront rien empêché. Les droites extrêmes ont toujours pignon sur rue, notamment en Europe. Particulièrement virulentes comme en Hongrie, en Grèce ou en Suisse. Plus policées comme en France ou en Italie. Mais toujours actives, à la recherche d’un ennemi intérieur (les Juifs parfois, les musulmans le plus souvent).

Trente ans de posture morale pour mettre en accusation tout à la fois ces ouvriers qui seraient passés du poing levé au doigt pointé vers l’étranger, ces « salauds de pauvres » qui ne se rendent pas compte de ce qu’ils font, ces « petits Blancs » déclassés contraints de vivre en périphérie de tout (de la ville, de la culture, des loisirs…) et qui se vengent, ces vieux frileux qui ont peur de la mondialisation. Sans oublier les boucs émissaires : ces Roms « qui ne vivent pas comme nous » et ces musulmans qui menacent « notre belle civilisation judéo-chrétienne ».

Trente ans d’échec qui mériteraient, à tout le moins, que l’on s’interrogeât sur le diagnostic et, pourquoi pas, sur les éventuels remèdes. Or si le peuple est systématiquement mis en accusation, les élites, elles, se sentent hors de cause. Elles se mobilisent quand elles l’estiment utile et, une fois rentrées dans leurs foyers, continuent à vanter des politiques qui, de droite ou de gauche, alimentent la machine à exclure.

Tout le monde invoque le poids de la crise dans les choix extrémistes. Mais chacun fait comme s’il s’agissait d’un phénomène naturel, regrettable mais inévitable. La déréglementation de la finance, le démantèlement des droits sociaux, la réduction du pouvoir d’achat des couches moyennes, la mise en concurrence des salariés relèveraient de la fatalité, et non de décisions concrètes prises par des individus concrets — les gouvernants et leurs délégués européens (Commission en tête).

Tels sont les choix, assumés et réfléchis, qui entraînent une croissance en berne, une précarisation en expansion, un appauvrissement des plus pauvres et un enrichissement des plus riches : 1 % de la population mondiale détient 50 % de l’ensemble de richesses produites sur la planète. Une explosion des inégalités comme le monde n’en a pas connu depuis la seconde guerre mondiale et qui fait le terreau de l’extrémisme de droite, faute d’alternative réelle.

Cette lame de fond s’explique en effet par une faillite idéologique des belles âmes politiques et intellectuelles, qui restent arc-boutées sur leurs tabous. Toute proposition de rupture avec le capitalisme est renvoyée aux poubelles de l’histoire. Toute hypothèse de sortie de l’euro est taxée de repli coupable. Toute velléité de mener des projets communs avec les autres peuples européens pour contrer le chantage des possédants est rejetée d’un revers de main.

En France, le commissaire européen Michel Barnier, ex-ministre de droite, a même été gratifié du joli qualificatif d’« irresponsable » pour avoir eu l’audace d’envisager de séparer les activités traditionnelles des banques de détail et celles, spéculatives, des banques de marché.

Quant à l’idée d’une démocratisation du système politique avec un Parlement à l’image des populations (et donc des ouvriers, des élus de toute origine ethnique (1)…), avec un droit de vote pour les immigrés non européens aux élections locales, elle est promise à chaque élection et vouée aux gémonies dès le lendemain. Et l’on s’étonne du discrédit des élus, incapables d’honorer leurs engagements.

Sur toutes ces questions, le débat public est devenu quasiment impossible — et le dénigrement des options alternatives, systématique. D’où le déploiement des droites extrêmes, qui ont en commun une conception ethniciste du peuple, une vision excluante de la société nourrie le plus souvent d’une aversion antimusulmane. Il est illusoire de penser les marginaliser en criant au « fascisme » comme dans les années trente, en bricolant des faux-fuyants moralisateurs ou d’éphémères fronts républicains confortant la coupure entre ceux d’en haut et d’en bas.

Seule l’audace sociale et politique peut renverser la vapeur. L’audace de rompre avec ces trente ans de politiques libérales, pour en finir avec la crainte de l’avenir. L’audace de mener bataille sur les valeurs qui fondent une société (solidarité, tolérance, égalité...), pour en terminer avec la peur de l’autre. L’audace de rendre le pouvoir au peuple —par les élections, mais aussi par la participation directe aux affaires qui le concernent, notamment dans les entreprises.

Certes, en ces temps de ruptures indispensables, les forces progressistes n’ont pas toutes les mêmes solutions. Raison de plus pour oser engager, sans attendre, la bataille. Car la désertion idéologique débouche sur la défaite politique.

Martine Bulard

 

 

1er mai 1995. Brahim Bouarram tombe, assassiné par des skinheads d?extrême-droite, qui le jettent dans la Seine. Les skinheads, qui reviennent du rassemblement annuel organisé par le Front National, sont partis à la « chasse aux pédés ». Ils tombent sur un arabe, qui fera l?affaire : Brahim Bouarram avait vingt-neuf ans, et parce qu?il était Marocain, il est mort.

 

Deux mois avant, Ibrahim Ali, adolescent d?origine comorienne avait été tué par une balle dans le dos, tirée par des colleurs d?affiches du Front National à Marseille.

 

 

 

L?extrême-droite tue. Le FN tue.
30 mars 2014. Deuxième tour des municipales en France. 14 villes sont désormais aux mains du FN, parti des assassins.
Les fachos sont dans la rue, les fachos dirigent nos villes.

Depuis 1988, le Front National parade dans les rues de Paris le 1er mai. Il est temps d?organiser la riposte.

 

Le jeudi 1er mai 2014 au matin aura lieu à Paris une manifestation antifasciste. Pour rendre hommage à Brahim Bouarram, mais aussi à Ibrahim Ali, et à Clément Méric. Mais aussi pour dire « Non » au Front National, dire « Non » à la haine, dire « Non » à cette violence. Nous rejoindrons le Pont du Carrousel, lieu de la commémoration unitaire annuelle.

 

Rendez-vous jeudi 1er mai, 10h30,
à la Place Saint Michel

 L?après-midi, nous serons présentEs, avec le réseau VISA (Vigilance et Initiative Antifasciste) à la manifestation syndicale. Vous pouvez passer discuter, nous soutenir, récupérer du matériel (affiches, autocollants, tee-shirts). 


Rendez-vous jeudi 1er mai, 14h30, à l'angle des rues Roubo et Faubourg St Antoine (Métro Faidherbe Chaligny) !

 Marine se fait couler un bain

 

 

27/04/2014

manifeste des anarchistes mexicains 1911

Dossier Révolution mexicaine : le manifeste du 23 septembre 1911

 

décembre 2010 par Commission Journal (mensuel) / 909 vues Version imprimable

Dans Regeneración du 23 septembre 1911, la junte du Parti libéral mexicain en exil à Los Angeles rend public un appel au peuple mexicain. Dans le style ampoulé de l’époque, le texte synthétise ce que, depuis plusieurs mois, le PLM propose comme orientation révolutionnaire. Ce nouveau manifeste, remplaçant le programme réformiste de 1906 tombé en désuétude, ne fait qu’entériner l’évolution anarchiste communiste – bien que le terme ne soit jamais prononcé – de la direction du PLM.


 

 extrait du programme et du manifeste des anarchistes mexicains 1911

 

3 août 2013, 14:29

 

Abolir le principe de propriété privée signifie l'anéantissement de toutes les institutions politiques, économiques,
sociales, religieuses et morales qui composent le milieu dans lequel s'asphyxient la libre initiative et la libre association des êtres humains qui se voient obligés, pour ne pas périr, d'établir entre eux une concurrence acharnée, de laquelle sortent triomphants, non pas les meilleurs, ni les plus dévoués, ni les mieux dotés dans le physique, dans le moral ou dans l'intellectuel, mais les plus malins, les plus égoïstes, les moins scrupuleux, les plus durs de coeur, ceux qui mettent leur bien-être personnel au dessus de n'importe quelle considération de solidarité et de justice humaine.

 


Sans le principe de propriété privée, le Gouvernement n'a pas de raison d'être, car il est seulement nécessaire pour tenir en respect les déshérités dans leurs querelles ou dans leurs révoltes contre les détenteurs de la richesse sociale ; n'aura pas de raison d'être, non plus, l'Église dont l'objet exclusif est d'étrangler dans l'être humain la révolte innée contre l'oppression et l'exploitation en prêchant la patience, la résignation et l'humilité, faisant taire les cris des instincts les plus puissants et féconds avec la pratique de pénitences immorales, cruelles et nocives à la santé des personnes ; et pour que les pauvres n'aspirent pas aux jouissances de la terre et constituent un danger pour les privilèges des riches, ils promettent aux humbles, aux plus résignés, aux plus patients, un ciel qui se balance dans l'infini, plus loin que les étoiles qu'on arrive à voir...

 


Capital, Autorité, Clergé : voilà la sombre trinité qui fait de cette belle terre un paradis pour ceux qui sont arrivés à accaparer dans leurs griffes par l’astuce, la violence et le crime, le produit de la sueur, des larmes, du sang et du sacrifice de milliers de générations de travailleurs, et un enfer pour ceux qui avec leurs bras et leur intelligence travaillent la terre, conduisent les machines, construisent les maisons, transportent les produits ; de cette façon, l'humanité se trouve divisée en deux classes sociales aux intérêts diamétralement opposés : la classe capitaliste et la classe ouvrière ; la classe qui possède la terre, les machines de production et les moyens de transport des richesses, et la classe qui ne peut compter qu'avec ses bras et son intelligence pour se procurer la
subsistance.

 


Entre ces deux classes sociales il ne peut exister aucun lien d'amitié ni de fraternité, parce que la classe possédante est toujours disposée à perpétuer le système économique, politique et social qui lui garantit la tranquille jouissance de ses pillages, tandis que la classe ouvrière fait des efforts pour détruire ce système inique pour instaurer un milieu dans lequel la terre, les maisons, les moyens de production et les moyens de transport soient d’usage commun.

 


........................................

Ces premiers actes d'expropriation ont été couronnés par le plus souvent des succès ; mais il ne faut pas se limiter seulement à prendre possession de la terre et du matériel agricole : il faut que les travailleurs prennent possession des industries dans lesquelles ils travaillent, obtenant de cette façon que les terres, les mines, les usines, les ateliers, les fonderies, les voitures, les trains, les bateaux, les magasins de toutes sortes et les maisons soient ainsi au pouvoir de tous et de chacun des habitants du Mexique, sans distinction de sexe.

Les habitants de chaque région où un tel acte de suprême justice est réalisé n'ont rien d'autre à faire que se mettre d'accord pour que tous les produits se trouvant dans les boutiques, magasins, greniers, etc., soient rassemblés dans un lieu facilement accessible à tous, où hommes et femmes de bonne volonté feront un minutieux inventaire de tout ce qui a été ramassé, pour calculer la durée de ces produits, en tenant compte des besoins et du nombre d'habitants qui devront s'en servir, durée qui devra s’étendre entre le moment de l'expropriation et le moment des premières récoltes, et la remise en marche des industries.

Tout ce qui sera produit sera envoyé au magasin général de la communauté où tout le monde aura le droit de prendre tout ce qui lui est nécessaire selon ses besoins, sans autre formalité que de présenter une carte qui prouve qu'il travaille dans telle ou telle industrie.

 

Comme l'aspiration de tout être humain est de satisfaire le plus grand nombre de besoins, avec le moindre effort possible, le moyen le plus adéquat pour obtenir ce résultat est le travail en commun de la terre et des autres industries. En divisant la terre afin que chaque famille prenne son lopin, outre le grave danger qu'on encourt de retomber dans le système capitaliste, car il ne manquera pas d'hommes rusés ou qui ont l'habitude de faire des économies, et qui arriveront à avoir plus que d'autres et pourront à la longue exploiter leurs semblables ; outre ce grave danger, si une famille travaille un morceau de terre, il lui faudra travailler autant ou davantage qu’aujourd’hui, sous le système de la propriété individuelle, pour obtenir le même résultat mesquin qu'on obtient
actuellement ; tandis que si on groupe la terre et on la travaille en commun, les paysans travailleront moins et produiront davantage. Bien sûr, il y aura assez de terre pour que chaque personne puisse avoir sa maison et un bon terrain pour en faire usage selon son plaisir.

Ce qui se dit à propos du travail en commun de la terre, on peut le dire du travail en commun à l'usine, à l'atelier, etc... ; mais chacun, suivant son tempérament, suivant ses goûts, suivant ses inclinations pourra choisir le genre de travail qui lui convient le mieux, pourvu qu'il produise suffisamment pour couvrir ses besoins et ne soit pas une charge pour la communauté.

 

OEuvrant de la manière ainsi décrite, c'est-à-dire, l'organisation de la production suivant immédiatement l'expropriation, libre alors de patrons et basée sur les besoins des habitants de chaque région, personne ne manquera de rien malgré le mouvement armé, jusqu'à ce que s'achève ce mouvement par la disparition du dernier bourgeois et du dernier représentant de l'autorité. Une fois détruite la loi qui soutient les privilèges, et lorsque tout sera remis aux mains de ceux qui travaillent, nous nous embrasserons tous fraternellement et célébrerons avec des cris de joie l'instauration d'un système qui garantira à tout être humain le pain et la liberté.

Ricardo Florès Magon

Lire également les autres articles du dossier :
 
Edito : les anarchistes dans la Révolution mexicaine
 
Décembre 1910 : une prise d’armes au cri de « Tierra y Libertad ! »
 
Controverse en France : la Révolution mexicaine est-elle communiste ?
 
Chronologie et cartographie de la campagne de Basse-Californie
 
Le magonisme aujourd’hui : une mémoire à se réapproprier
 
Ricardo Florès Magón s’adresse aux femmes

26/04/2014

PISTÉS PAR NOS GÈNES

De la servitude moderne

 

Photo

 

Envoyé par Laura
De La Servitude Moderne  par ClaVieFrere2011

«  C’est l’homme tout entier qui est conditionné au travail productif par l’organisation du travail et hors de l’usine, il garde la même peau et la même tête » citation de Christophe Desjours

La médecine fait mourir plus longtemps » Plutarque

Le stress de ces conditions de travail et de l’ensemble de sa vie sociale sont à l’origine de nouvelles maladies de l’esclave moderne.

Il est malade de sa condition servile et aucune médecine ne pourra jamais remédier à ce mal. Seul la condition la plus complète de la condition dans laquel il vit, peut permettre à l’esclave moderne de se libérer de ses souffrances. La médecine occidentale ne connaît qu’un remède face aux mots dont souffrent les esclaves modernes : la mutilation.  A base de chirurgie, d’antibiotiques, de chimiothérapie que l’on traite les patients de la médecine marchande. On s’attaque au conséquence du mal sans jamais en chercher la cause. Cela se comprend autant que cela s’explique. La recherche amènera à une condamnation sans appel de la médecine et de l’ordre marchand. De même qu’il a transformé tout les détails de notre monde en simple marchandise, le système présent a fait de notre corps une marchandise. Un objet d’étude et d’expérience livré aux apprentis sorcier de la médecine marchande. Les maitres du monde sont déjà prêt a breveté le vivant. Altermonde | dimanche, 20 avril 2014 , L'Indigné | samedi, 26 avril 2014 , L'Indigné Révolté | samedi, 26 avril 2014

De la servitude volontaire ; jeudi, 17 avril 2014

Séquençage complet du génome humain, est le point de départ complet d’une nouvelle stratégie mise en place par le pouvoir. Le décodage génétique n’a d’autre but que détendre et amplifier considérablement les formes de domination. Notre corps lui aussi, après tant d’autre choses nous a échappé.

Un article qui, je le sais déjà, va prêter à la polémique car il aborde un sujet qui fait couler beaucoup d'encre (à raison !) : la manipulation génétique humaine.

 

La Chine invente le clonage de cochon en masse - Huffington Post

 

Beijing Genomics Institute — Wikipédia

 

La Chine veut des tests génétiques pour choisir le QI de ses enfants ...

Une autre vision de la médecine à découvrir

 

Bienvenue À Gattaca part 1 - Vidéo Dailymotion
 
Bienvenue À Gattaca  part 1 , part 2
, part 3 , part 4 , part 5 , part 6 , part 7 ,, Dans un monde parfait, Gattaca est un centre d'etudes et de recherches spatiales pour des jeunes gens au patrimoine genetique impeccable. Jerome, candidat ideal, voit sa vie detruite par un accident tandis que Vincent, enfant naturel, reve de partir pour l'espace. Chacun des deux va permettre a l'autre d'obtenir ce qu'il souhaite en dejouant les lois de Gattaca.

 

 

PISTÉS PAR NOS GÈNES
Un film de Philippe BORREL
2007, 52 mn

voir et agir

Documentaire Pistés par nos gènes - YouTube

 


Des Auvergnats, curieux de leurs lointaines origines, se prêtent volontiers au prélèvement génétique que leur propose un jeune chercheur français de l’université de Pennsylvanie.
Partant de ce qui semble une anecdote, c’est la question d’un fichage « banalisé » de l’ADN qui est posée. Est-ce seulement « pour la science » que cette étude américaine est menée ? En effet, outre le secteur de la santé, ce sont les services de police, les compagnies d’assurances, les cabinets de recrutement qui s’intéressent à notre patrimoine génétique.
Au risque de remettre en cause des droits fondamentaux et de faire des technologies génétiques un outil de contrôle social.

La projection sera suivie d’un débat animé par Antoine GIRARD avec Catherine BOURGAIN, généticienne, auteur de ADN, superstar ou superflic (Seuil), présidente de la Fondation Sciences citoyennes, et Evelyne SIRE-MARIN, magistrate, membre de la Ligue des Droits de l'Homme.

Libre participation aux frais.
N'hésitez pas à faire circule
r

http://www.voiretagir.org/PISTES-PAR-NOS-GENES.html

LCP Assemblée nationale | Docs ad Hoc : PISTE PAR NOS GENES

 

 

J'imagine que ce terme vous évoque en premier lieu L'île du docteur Moreau et autres monstruosités génétiquement modifiées. Mais au-delà des indispensables questions bioéthiques qui se posent (et qui devront être résolues), Ray va vous dévoiler une autre face -- thérapeutique -- de la manipulation génétique. En voici le principe en quelques mots, cette révolution scientifique( révolutions technologique )  se propose de réparer les gènes défectueux responsables d'une maladie plutôt que de lutter contre ses effets...

 

La mort donc, disais-je, est inévitable... Du moins jusqu'à présent

les incroyables statues du Christ voilé réalisé par Giuseppe Sanmartino ou encore de la Pudeur La pudeur d'Antonio Corradini.

  

Mais revenons à nos moutons, et au séquençage génétique. La mort donc, disais-je, est inévitable... Du moins jusqu'à présent.

Google s'attaque... à la grande faucheuse
Il y a quelques mois, la nouvelle a fait grand bruit : Google décidait de s'attaquer... à la mort. Rien que cela. En septembre 2013, la firme américaine annonçait en effet d'une nouvelle entreprise, spécialisée dans les biotechnologies, Calico. Objectif : "se focaliser sur la santé et le bien-être, en particulier le défi du vieillissement et des maladies associées".

Time résumait bien toute l'affaire en titrant : "Google peut-il résoudre la mort ?".

Google avait décidé de mettre toutes les chances de son côté en mettant à la tête de ce nouveau projet Arthur Levinson, l'ancien patron de Genentech, et un des pionniers du secteur des biotechs.

Mais quelle mouche a piqué Google ? Il y a d'abord le défi. La mort, le vieillissement, ce sont effectivement deux problèmes posés à notre entendement humain. Qui ne rêverait pas de pouvoir vivre plus longtemps... voire éternellement. Bon, personnellement, je ne suis pas sûre d'avoir envie de passer des siècles et des siècles sur terre mais certains d'entre vous sont certainement tentés par l'éternité.

Les enjeux économiques de la mort... et de la vie éternelle
Et puis surtout, il y a l'enjeu financier. Selon une étude publiée en 2013 par le cabinet BCC Research et citée par la Tribune, le marché des produits anti-vieillissement devrait représenter 261,9 milliards de dollars fin 2013. Et les perspectives de progression sont telles que la même étude estime qu'il devrait atteindre les 345,8 milliards d'ici 2018. Voilà une bonne raison de s'intéresser à notre vieillissement.

Le marché des produits anti-vieillissement devrait représenter 261,9 milliards de dollars fin 2013

Et 2 000 personnes auraient déjà signé un contrat pour se faire cryogéniser après leur mort. Coût de cette petite folie et de ce pari sur l'éternité ? Entre 30 000 et 200 000 $...

Mais que compte faire Calico ? Sur ce point, aussi bien la société que sa maison-mère sont restées assez floues. Pour ne pas dire complètement mystérieuses...

Voici ce qu'a déclaré Larry Page, le patron de Google sur sa page Google+ après l'annonce de la création de Calico :

"Ces problèmes nous affectent tous, de la diminution de notre mobilité et de notre agilité mentale qui surviennent avec l'âge, jusqu'à des maladies mortelles qui font payer un lourd tribu aux familles. Et même si c'est clairement un pari à long terme, nous croyons pouvoir faire de très bons progrès dans des délais raisonnables".

Une histoire de données personnelles
Ce n'est cependant pas la première fois que Google s'intéresse au domaine de la médecine, et ce pour une très bonne raison : les données. Notre santé, notre ADN, ce sont des données. Et Google est excellent dès qu'il s'agit de récolter, compiler et exploiter des données personnelles. C'est sur cette compétence poussée à l'extrême (le syndrome "BigBrother") que s'est fondée la fortune et le succès du moteur de recherche.

"Ces problèmes nous affectent tous, de la diminution de notre mobilité et de notre agilité mentale qui surviennent avec l'âge, jusqu'à des maladies mortelles qui font payer un lourd tribu aux familles. Et même si c'est clairement un pari à long terme, nous croyons pouvoir faire de très bons progrès dans des délais raisonnables"

Ainsi, Google dispose déjà d'une filiale, 23andMe, spécialisée dans le séquençage génétique. Un domaine vraiment porteur, comme  puisqu'ils ont pu gagner plus de 77% grâce à ILLUMINA, un des grands noms américains du séquençage génétique et la première société à avoir proposé un séquençage complet du génome humain pour moins de 1 000 $ (contre plusieurs dizaines de milliers de dollars pour ses principaux concurrents).

Les précédentes tentatives de Google n'ont pas toutes été des succès. En 2012, le géant américain abandonnait son projet Google Health, un service d'archivage de dossiers médicaux -- qui effectivement posait des problèmes majeurs de protection des données personnelles.

Une incroyable avancée...
Cela fait plusieurs mois donc que Calico se confronte à ces Eldorados que sont la vieillesse et la mort. Et la nouvelle est tombée aujourd'hui : la société est parvenue à ralentir sensiblement le vieillissement d'un rat jusqu'à multiplier par 10 son espérance de vie. Une première étape qui laisse entrevoir un énorme potentiel dans les années qui viennent.

Les précédentes tentatives de Google n'ont pas toutes été des succès. En 2012, le géant américain abandonnait son projet Google Health, un service d'archivage de dossiers médicaux

Selon le communiqué de presse de Calico, la prochaine étape est d'étendre son expérimentation à d'autres races animales pour tenter une phase de test sur un humain d'ici 18 à 22 mois. De quoi espérer un traitement contre le vieillissement et la mort dans les 5 ans à venir ? Peut-être...

Quoi qu'il en soit, cette première avancée fait déjà grand bruit... et donne un énorme avantage à Google et à l'économie américaine. Réagissant à l'annonce de Google, Pékin et Tokyo ont décidé quant à eux d'accroître les budgets dédiés à la lutte contre la mort. Après la course à la lune, c'est aujourd'hui la course à la vie éternelle qui cristallise les confrontations économiques et nationales des grandes puissances mondiales.

Après la course à la lune, c'est aujourd'hui la course à la vie éternelle qui cristallise les confrontations économiques et nationales des grandes puissances mondiales

L'Europe est bien décidée à ne pas être en reste. Notre ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a déclaré que la France devait devenir une grande puissance de la vie éternelle et allait s'en donner les moyens en créant une table ronde de réflexion sur le sujet. Budget mis sur la table... 200 000 euros. A comparer avec le budget alloué par la Chine : 3 milliards de dollars.

Par contre, ce qui est vrai, c'est que la médecine personnalisée et le séquençage génétique sont des axes forts aussi bien de la recherche que de la pratique médicales actuelles. La médecine personnalisée repose sur le principe que chaque traitement doit être adapté au malade, à ses résistances à certains médicaments ou alors à un terrain génétique favorable à tel autre.

La médecine personnalisée et le séquençage génétique sont des axes forts aussi bien de la recherche que de la pratique médicales actuelles

Les promesses de la médecine personnalisée sont de poids : des "traitements plus efficaces", un meilleur taux de guérison ou de rémission, la réduction des effets secondaires et/ou du temps d'hospitalisation, une baisse du nombre de traitements administrés et donc une baisse des coûts médicaux. .

 

Le cauchemar climatisé...   Ce qui est étonnant, avec ces romans antitotalitaires inspirés non seulement par la sauvagerie du fascisme et du stalinisme, mais également par la folie du contrôle total dans les démocraties commerciales, c'est qu'ils continuent d'être remisés au second rayon. En 1953, lorsque Fahrenheit 451 a paru en feuilleton aux Etats-Unis, il faisait pourtant figure de roman très sérieux. Pourquoi cette relégation dans les banlieues de la littérature, dont le seul George Orwell a fini par être extrait ?

 

 

 

Jean-Christophe Rufin, Globalia. Gallimard, Paris 2004 ; réédition, Paris: Gallimard, 2005, 499 p.

 

  Par ailleurs les progrès continus de la technique, l’automatisation industrielle ont raréfié les emplois productifs et, au nom toujours de l’épanouissement personnel, les Globaliens sont vivement encouragés à « se consacrer à des activités de leur choix » plutôt qu’à chercher un travail. Ils sont alors rémunérés au même titre que s’ils remplissaient un « emploi courant », mais ce revenu garanti, s’il permet de vivre et de bénéficier de nombre des raffinements de la modernité, n’apporte pas une véritable abondance à ses titulaires. " Modèle Allemand" : citoyen actif

 

A lire :
PISTÉS PAR NOS GÈNES- L'Indigné, Écrit par : Altermonde | dimanche, 20 avril 2014

 Faites le deuil du monde d'hier, Les maîtres ne sont pas à choisir, mais à destituer !Les maîtres ne sont pas à choisir, mais à destituer !  

 DE LA SERVITUDE MODERNE - YouTube, Crise aux pays des merveilles, Lien entre capitalisme et l’endettement - Antalya, La Finance imaginaire - Hensozu

 

La bourgeoisie telle qu'en elle-même : citoyen actif

 

 

La bourgeoisie telle qu’en elle-même – ZEC plus Ultra, Zebre en cavale

Nous vous invitons retrouver « Un projet de Décroissance

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu