Avertir le modérateur

18/08/2015

"Des conflits géopolitiques sous couvert de religion"

n

"Les concepts religieux fonctionnent comme cela, il réalise le miracle d'être exactement ce que les gens vont transmettre parce que les autres variantes ont été oubliées ou abandonnées en chemin. La magie qui semble produire des concepts parfaits à l'esprit humain est simplement la conséquence d'événements sélectionnés."
..........

"La religion est une épidémie mentale qui conduit les gens à développer des concepts religieux assez semblables."

 

(Pascal Boyer / Et l'homme créa les dieux)

en http://monoskop.org/File:Boyer_Pascal_Et_L_Homme_Crea_Les_Dieux_2003.pdf 

« Et si les conflits du Moyen-Orient contemporain n’étaient pas de nature religieuse ? Pour l’historien et économiste libanais Georges Corm, cette approche réductrice de la géopolitique ne sert qu’à légitimer la thèse du « choc des civilisations ». Dans son livre Pour une lecture profane des conflits*, l’universitaire démontre les nombreux mécanismes qui ont permis de légitimer des guerres injustes depuis la fin de la Guerre froide. Une politique qui passe par l’instrumentalisation du religieux. » source "Des conflits géopolitiques sous couvert de religion" : "-, Stéphane Thuault via Editions La Decouverte -  Propos recueillis par Matthieu Stricot - publié le 22/07/2015
3 min · 
 
 
 

 

"Il a dit qu'en me violant, il se rapproche de Dieu." 

Le viol, arme de guerre du groupe Etat Islamique : Les djihadistes ont construit une véritable théologie du viol appliquée à des femmes réduites en esclavage. La minorité religieuse Yézidie, présente en Irak et en Syrie, en est la principale victime. sur FRANCEINTER.FR
  

 Daech c'est l'histoire qu'ils ont lu et dont ils étaient fiers. 

Mais lorsqu'ils l'ont vu à l'époque contemporaine, ils essaient de la nier ou de s'en débarrasser

 

 

 Le 13 août 2015, un reportage du New York Times a montré à la face du monde qu'en Irak et en Syrie, les combattants de l'État islamique (Daech) violent des femmes, parfois pré-pubères, dont la religion n'est pas l'islam : « Une théologie du viol », titrait le quotidien nord-américain, mâtinant d'élans doctrinaires une monstruosité dont l'Histoire n'est pas avare. Et qui revient aujourd'hui tel un serpent de mer, vingt ans après un précédent qui avait secoué les consciences

 

Parmi d'autres crimes, les viols commis par les combattants de l'État islamique (Daech) frappent l'esprit public. Retour sur ces violences sexuelles devenues stratégies d'épouvante à l'encontre de populations ennemies, qu'étudient les historiens depuis un quart de siècle. Entretien vidéo avec Julie Le Gac et Fabrice Virgili : de la guerre de Troie à la Syrie, en passant par les campagnes napoléoniennes et la Bosnie. Titrait dans ces colonnes Médiapart sous le titre « Comment les viols de guerre sont devenus des armes de terreur » -

 |  PAR ANTOINE PERRAUD 

Ce Montréalais affirme avoir déjà sauvé 128 femmes et enfants, issus des minorités yazidies et chrétiennes. Chaque libération coûterait entre 1500 et 2000 euros. Dévoile le figaro

 

Depuis quelques jours, la presse canadienne relaie l'étonnante initiative de Steve Maman. Cet homme d'affaires canadien s'est mis en tête de libérer des esclaves sexuelles, issues des minorités yazidies et chrétiennes, et capturées par le groupe terroriste Etat islamique (EI). Contacté par Le Figaro, le Montréalais affirme avoir financé grâce à sa fortune personnelle une centaine de libérations. Ne pouvant plus assumer les dépenses, il a créé une fondation pour prendre le relais en juin dernier. Grâce à un appel aux dons lancé dans la foulée, une trentaine d'autres enfants ont déjà été libéré

 

Une initiative controversée

Si son initiative est souvent saluée, des voix s'élèvent et l'accusent de financer Daech. À Montréal, le milieu universitaire s'interroge sur la méthode employée. «Plusieurs régimes occidentaux se demandent si c'est la chose à faire puisque quand on commence, ça ne finit plus, souligne Frédéric Castel, géographe à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Et même pour des kidnappings d'otages en nombre de quelques dizaines, on est déjà contre. Qu'est-ce que ça va être quand on est avec des milliers?», demande l'enseignant, interrogé par le site d'informations La Presse.

En France, le directeur du Centre d'analyse du terrorisme (CAT) Jean-Charles Brisard se montre tout aussi sceptique. «En versant de l'argent contre la libération d'otages, je pense que cette initiative privée fait le jeu de Daech», commente-t-il, ajoutant que les rançons représentent 10% du financement de l'État islamique. «Ce qui est loin d'être négligeable!» Pour Natalie Maroun, analyste à l'Observatoire international des crises, la question est davantage morale: «Est-ce que c'est normal d'acheter un enfant pour le libérer, à l'heure où l'esclavage est aboli?»

 un lien.

 
n

L'organisation extrémiste Etat islamique a détruit un monastère syriaque catholique du 5e siècle dans le centre de la Syrie, annonce le site le figaro et AFP  a rapporté aujourd'hui l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "L'EI a détruit hier le monastère de Saint Elian à al-Qaryataïne", localité de la province de Homs capturée par les jihadistes le 5 août. "Au moyen de bulldozers, ils ont détruit le monastère sous prétexte que les gens y adoraient un (autre) dieu que Dieu", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire.

Le groupe ultra-radical a posté en ligne des photos du monastère et celles de bulldozers opérant des destructions de parties du lieu.
Le monastère, qui porte le nom d'un saint de Homs martyrisé par les Romains pour avoir refusé d'abandonner le christianisme, était un lieu de pèlerinage et de dialogue entre les religions à al-Qaryataïne, elle même symbole de coexistence entre chrétiens et musulmans.

la photo de Jack London 
 
 Il n'y a pas que Daesch qui déffré la chronique avec sa Barbarie et sa brutalité. Ainsi France Inter évoque aussi d'autres mouvements, qui ne se revendique pas tous de l'idéologie salafiste Les victimes de l'Armée de Résistance du Seigneur / France ... : réécouter l'émission en podcast 

 Un reportage de Grégoire Pourtier, correspondant au Soudan du Sud

Justin Ebere Genena :

« Nous sommes dans un centre monté en 2010, après l’incursion dans cette zone de l’Armée de Résistance du Seigneur, qui s’est alors adonnée aux enlèvements massifs de femmes et d’enfants. Ces personnes font ainsi partie de ceux qui ont été relâchées ou ont pu être libérées par les forces alliées… »

  

Justin Ebere Genena est un fonctionnaire sud-soudanais, responsable de ce centre de transit où l’on recueille les victimes de la terrible Armée de Résistance du Seigneur, la LRA.

Car cette rébellion née en Ouganda à la fin des années 80 est un mouvement d’une extrême violence, et qui a quitté depuis quelques temps son pays d’origine pour se réfugier dans les épaisses forêts du Soudan du Sud, donc, mais aussi de la République Démocratique du Congo et la République Centrafricaine.

Reportage à Yambio, où d’anciens prisonniers de la LRA se réadaptent à la vie en liberté avant de retourner chez eux.

 

KONY 2012 French (version française) [VOSTFR] - YouTube : « KONY 2012 est un film et une campagne d'Invisible Children (Enfants Invisibles en français) qui a pour but de rendre Joseph Kony célèbre, non pas pour le glorifier, mais pour apporter soutien à son arrestation et créer un précédent pour la justice internationale. »

 

n
 
En ce moment,c'est récurrent,dès que je publie un dessin sur les chrétiens sur ma page,j'ai une poignée de bigots(qui ont dû se perdre) qui viennent me casser · 
 
 
 
 n
n
De Diyarbakir en Turquie à Hassaké en Syrie, en passant par le mont Kandil en Irak, rencontre dans les régions du Kurdistan avec un peuple qui résiste pour...
HUMANITE.FR
 

n

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu