Avertir le modérateur

06/12/2015

La " fin du rêve" européen

n

N

 Je remets deux citations de romans d'anticipations qui ne m'ont jamais paru aussi actuel, ainsi que le documentaire passé sur ARTE.
Et n'oublions pas :« La guerre, c'est la paix
La liberté, c'est l'esclavage
L'ignorance, c'est la force » (1984 George Orwell)© Pierre Grandmonde 2015


 

Jean Christophe Ruffin de pars son expérience en tant que médecin et ambassadeur pour la France a écris trois romans ( rouge brésil, Globalia, et un sur les pélerins de compostels). Contrairement a Orwells, la description qui en est faite est plus pernicieuse, car l'impression de démocratie existe et il n'y a pas de lavage de cerveaux, mais un consentement libre de la population par la peur et la société de consommation.

Le terrorisme, spontané ou provoqué, justifie que les autorités chargées de la « Protection sociale » disposent d'un pouvoir absolu. Cette exception remarquable aux principes affichés de la société globalienne est théorisée ainsi dans le livre :
 
« Chacun est libre de ses actes. Or, la tendance naturelle des êtres humains est d'abuser de leur liberté, c'est-à-dire d'empiéter sur celle des autres. LA PLUS GRANDE MENACE SUR LA LIBERTÉ, C'EST LA LIBERTÉ ELLE-MEME. Comment défendre la liberté contre elle-même ? En garantissant à tous la sécurité. La sécurité c'est la liberté. La sécurité c'est la protection. La protection c'est la surveillance. LA SURVEILLANCE, C'EST LA LIBERTÉ. »

Jean Christophe Rufin pour son livre Globalia - Archive INA

Comme beaucoup, je me suis abstenu et je ne le regrette pas, malgré la non surprise du scrutin : 

 
 
 
Photo de Jean-Pierre Callac.
 

 

Léo Férré Ils Ont Voté : MICKEY 3D La France a peur (clip officiel ... - YouTube

 

L’Europe a été  créer dans un  objectif d’en finir avec les guerres qui ont ravagé ce continent depuis plusieurs centaine d’années et surtout les derniers gros conflits : le génocide mis en place par le nazisme et ces 20 millions de morts ainsi qu’une europe ravagé et mis sous perfusion avec le plan Marshall, sous dépendance américaine. Puis la guerre froide qui s’en ai suivi et le contexte de tension entre les deux bloc : bloc soviétique dirigé d’un coté par l’URSS et capitaliste dirigé par les Etats-Unis. Après 1945, mais surtout 1989 et la chute du rideau de fer, l’Europe a mis en place dans un grand marché commun différents acteurs – pays, a commencé par les deux pays fondateurs ( La France et l’Allemagne) puis par l’élargissement au ex pays satellites de l’URSS. Afin d’éviter de nouveaux affrontements meurtriers et le retour du fanatisme et du nazisme, l’Europe a mis des bases : traité de shengen et la libre circulation des bien, de la finance et des être humain…. Il repose sur 5 piliers, comme les murs d’une maison.

 

Ce qui arrive actuellement m’inspire un constat cruel de la fin du « rêve européen » voulu par ses fondateurs.

 

L’Europe a connu de multiples crises a commencé par « la crise grecque », puis la crise des réfugiés, la crise «  terrorisme – sécurité » synonyme de perte des libertés et du bien être en commun.

 

Si a ces débuts, j’étais plutôt assez convaincu du projet européen malgré ces défauts, il me parait actuellement qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même. Des signes précurseurs pouvaient apparaître, mais compensé par quelques réussites qui permettaient de compenser ou cacher ces atermoiements. Comme on dit, c’est l’arbre qui cache la forêt.

 


 

citation d'une grande actualité

 
 
Photo de Flores Magon.
sa photo.

Les signes les plus graves ont commencé avec la crise grecque. La division des pays européen entre les pays du sud, les plus vulnérable face aux marché financiers mondialisés, à leur endettement ont aussi été les plus durement frapper par des plans de mesures que certains pourraient appelé « casse budgétaire » tant ces plans se sont révélés douloureux et désastreux pour l’économie de ces pays, surtout la Grèce. L’Allemagne et les pays scandinaves ont été se qui s’en de sont sortis le mieux. La France avec certains pays se trouvent entre les deux, mais préservé de cette crise commencé en 2008 et qui a surtout frapper l’Europe. Le manque de cohésion et une sorte d’unanimité de façade pour sanctionner la Grèce, tout en évitant de la voir sortir de l’Union Européenne, ce qui aurait signifier le départ d’autre pays dans la même situation et la fin du projet européen. Les problèmes ont donc été remis a plus tard.

 

La crise Ukrainienne avec l’ingérence de Moscou dans le conflit ont montré le manque de volonté politique et de moyens de pression sur Poutine, qui malgré les sanctions s’en est sorti à moindre cout.

 

Vient enfin la crise des réfugiés, principalement syrien du a une guerre civile, puis régionalisée particulièrement meurtrière et l’apparition de Daesch ou état Islamique sur la scène régionale puis internationale. L’Europe porte une grande responsabilité mais aussi les membres de l’ONU dont aux moins deux sont des dictatures ou pouvoir autoritaires et ont empêché toute résolution du conflit. Un premier retour des «  valeurs européenne » ont été piétinée a commencé par le respet de la conférence de Genève, la libre circulation des personnes dans l’union européenne et la montée des nationalistes, des mouvements populistes et xénophobes. Le retour des murs, symbole de division et de replis qui avaient été pourtant détruit symboliquement en 1989 et qui était sensé ne pas revenir Ce qui m’amène au troisième point :

 

La résurgence sur le continent européen, qui a eu le bonheur de ne pas connaître de guerre depuis 50 ans dans un monde pourtant troublée, se voit rattraper par le contexte internationale et les erreurs passées. Les décisions unilatérales ( après un matraquages médiatiques) des gouvernements européens, de l’OTAN et des Etats-Unis de revenir de privilégier la lutte contre Daesch, quitte a religitimer Poutine, Bachar Al assad, l’Iran et l’Arabie saoudite pourtant largement responsables de la situation humanitaire et sécuritaire actuelle. Ce dernier point a renforcé les mouvements et pays populistes, nationalistes et xénophobes qui mène actuellement, par leurs pressions les décisions européennes.

 

Pour ces raisons, je considère que l’Europe n’a plus de raison d’exister. Elle ne reste plus que l’ombre d’elle-même, et n’est plus qu’a la solde des décisions du marché et des mouvements populistes. Ont le voix de plus en plus avec la criminalisations des mouvements de gauches, pacifiques, des réfractaires a la société de consommation et aux allergiques aux contrôle et a l’état policier.

 


Jean-Christophe RUFIN : "Nous sommes tous entrés en guerre"
 
De fait, rares sont les théoriciens de la chose politique ou les publicistes à voir dans la démocratie un modèle idéal (Fourier constitue une exception remarquable). L'immense majorité se contente de répéter qu'elle est le « moins mauvais des régimes possibles ». La démocratie, en effet, n'est pas d'abord une construction intellectuelle. Elle est une aspiration qui se développe chez les peuples qui se sont déjà accoutumés à l'idée de l'égalité et elle s'instaure sous leur pression. Elle est fragile et imparfaite. Elle est actuellement en périle

 


Anars, écolos, gauchistes, zadistes, anti-télés, révolutionnaires en tous genres... préparez-vous : pensez à vous inventer une couverture, de fausses activités et des opinions maquillées pour vos voisins. Pensez aux nains de jardins, aux CD de Michel Sardou, aux bouquins de Philippe Bouvard, ainsi qu'à faire pavoiser le drapeau. On n'est jamais trop prudent.
Facholand, ça prend un L ou deux L ?
Y.Y.
http://blogyy.net
http://jeluttedoncjesuis.net
 
Un documentaire très intéressant mais aussi très inquiétant. Il y a une tentation, qui ne date pas d'hier surtout pendant les élections, d'une tentation sécuritaire pour éviter les autres tas d'urgences. On le voit que le terrorisme sert de prétexte de fermeture des frontières, de fichages, la mise en place d'état d'urgence qui peut être remis perpétuellement et pas quand France. 
 

 REPORTAGE CHOC 2015 Le MONDE SOUS SURVEILLANCE H24 Un oeil sur Chacun d'entre nous

Certains dirons que l'échec de l'Europe vient du manque de cohésion et de volonté politique des pays qui la composent, de la réussite d'un point qui est la libre circulation financière et la libéralisation des économies.... Mais que l'Europe manque de politique commune entre eux et sur la scène internationale, qu'il n'y ai pas d'armée commune. Peut être ont il raison, mais je vois surtout un problème plus grave : Le seul projet à la fin a été les projets de libéralisation a tout criant, et la politique de la peur.

 

Conséquences des memorandums successifs et de l'austérité...En Grèce, une passe pour le prix d’un sandwich Voilà l’une des conséquences les plus glauques de la crise que traverse la Grèce depuis près de six ans : au cours de cette période, les tarifs des prostituées... LIBERATION.FR

 

Nous avons donc paupériser les grecs au nom du maintien de l'Europe en Etat. cela s'est révélée innefficace et ce sont les lois d'urgences, la montée de l'extreme droite populistes et xénophobes en Europe et la fin des lois des conventions de Genèves qui auront mis a bas ce projet

 

A lire

Jean Christophe Rufin pour son livre Globalia – blog l’indigné révolté

Questions - Réponses sur la réforme du régime de ... - Europa

La suspension provisoire des accords de Schengen est appelée à durer14 : Bruxelles envisage de prolonger de deux ans le rétablissement des contrôles aux frontières.



Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu