Avertir le modérateur

28/11/2016

Etienne de la Boetie

n

 

" Il n'y a pas d'alternative "
 
21/07/2011" Les réformistes acceptent l'économie de marché non seulement parce que l'on n'a pas le choix, mais aussi parce qu'elle est garante de libertés."
Rocard

 

 "Pensez ! Mais vous ne pouvez pas penser, parce que vous avez des administrateurs à élire, parce que vous avez des ministres à introniser, parce que vous avez besoin de parlements, parce que vous ne pouvez pas vivre sans gouvernement, parce que vous ne pouvez pas vivre sans chefs. 
...
Pensez ! Vous n'avez besoin de rien d'autre.
Laissez d'un cœur apaisé et insouciant s'effondrer la vie économique; elle ne m'a pas apporté le bonheur et elle ne vous l'apportera pas non plus."
B. TRAVEN
texte entier: http://hensozu.blogzoone.net/wp-content/plugins/sem-exter... 100% 50% no-repeat;">http://fr.wikisource.org/wiki/La_Gr%C3%A8ve_des_%C3%A9lec...

Les primaires, une illusion démocratique
Ce système privilégie le jeu politique plutôt que les enjeux, pointe le chercheur Rémi Lefebvre.LE MONDE IDEES | 24.11.2016 à 18h32 | Propos recueillis par Benoît Floc'h

 

Dimanche 20 novembre, dans le centre de vote de l'école Minerve à Viry-Châtillon (Essonne).

 

Dimanche 20 novembre, dans le centre de vote de l'école Minerve à Viry-Châtillon (Essonne).
En quelques années, les primaires se sont imposées au sein des deux grands partis politiques français. Qu’ont-elles changé dans la vie politique ? S’agit-il vraiment d’une avancée démocratique ? Rémi Lefebvre, membre de longue date du Parti socialiste, est professeur de sciences politiques à l’université Lille-II. Auteur des Primaires socialistes. La fin du parti militant (Raisons d’agir, 2011) et des Primaires ouvertes en France (Presses universitaires de Rennes, 320 p., 24 euros, coécrit avec le politologue Eric Treille), il analyse le phénomène.Une révolution démocratique ?

 Instincts Primaires : François Fillon tacle Alain Juppé, "s'est-il trompé d'élection ?" (Vidéo), Bande-annonce : INSTINCTS PRIMAIRES : COULISSES D'UNE ELECTION, mercredi 30 novembre à 21h

Une révolution démocratique ?

« Depuis quelques années, les primaires ouvertes, qui ne sont pas réservées aux militants, se développent comme mode de désignation des candidats dans de nombreux pays – l’Italie, l’Argentine, la France, le Royaume-Uni, l’Espagne. Il y a un effet de mimétisme : chacun s’inspire de ce qui se fait chez son voisin.

Cela ouvre un droit nouveau aux sympathisants, invités à participer à un processus qui n’est plus confiné au parti. En cela, les primaires sont “démocratiques”. Mais cette dimension démocratique est trompeuse.

Si les partis ont adopté le système des primaires, ce n’est pas, en effet, pour donner plus de pouvoirs aux militants ou aux sympathisants : c’est pour trouver une solution aux problèmes de leadership qu’ils n’arrivent plus à régler eux-mêmes.

Ces dernières années, les votes internes ont souvent été entachés d’irrégularité Présidentielle américaine : pour Trump, «des millions» de gens «ont voté illégalement» Le président élu a dénoncé dimanche une «grave fraude» électorale, affirmant sans en apporter la preuve que «des millions de gens» avaient voté «illégalement».LIRE AUSSI: Donald Trump, de clown à président

Après la consultation sur "le transfert" de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, organisée de façon à obtenir le résultat voulu (périmètre, question, information officielle), rien n'est réglé : à la légitimité donnée par la consultation d'un côté, va être opposée la légitimité du droit (recours, non respect des règles européennes), des mobilisations citoyennes et de la désobéissance civile au nom de la défense d'intérêts supérieurs (terres agricoles, zones humides, climat) de l'autre, faisant naître un conflit de légitimité démocratique. Pour le dire autrement, la consultation renforce paradoxalement la possibilité de désobéir au nom de l'impératif climatique ! Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique !

Cette semaine dans Marianne en kiosques
#jelismarianne #presse #magazine #une #primaire #Fillon #elections#Debbouze

MARIANNE.NET
 

François Fillon a-t-il déjà décroché son ticket pour le second tour de la présidentielle ?

Un jour, nous cesserons de considérer comme un aboutissement un système politique dans lequel une majorité exerce un rapport de domination sur une minorité, au prétexte de quelques pourcentages d'écart...

L'AUTORITÉ DU NOMBRE

La démocratie est la préhistoire de l’anarchie. La démocratie sous toutes ses formes, variantes et déclinaisons. C’est un balbutiement, un germe, un mythe. Mais on est encore loin du compte. La démocratie annonce un objectif d’égalité qu’elle est incapable d’atteindre. Depuis 2500 ans, elle ne parvient pas à lâcher la branche qui la sépare de la plaine où l’être humain se redressera politiquement pour vivre et penser la société debout, à l’égal d’autrui. La démocratie reste à l’orée du bois, au rai de lumière, au chaud dans le décorum à peine modifié de l’Ancien Régime. On est encore loin de la liberté véritable, de l’égalité réelle et de la fraternité universelle. Et ce, parce qu’il reste une chaîne à briser, un cordon ombilical à couper, une branche à lâcher pour marcher ensemble debout. C’est le pouvoir. Tant que le système politique ne sera pas débarrassé de ce fléau, il continuera à singer les mêmes grimaces au-dessus des foules infantilisées et instrumentalisées. Nous sommes encore à l’âge de pierre de la politique, mais rien n’est terminé. Un jour, nous cesserons de considérer comme un aboutissement un système politique dans lequel une majorité exerce un rapport de domination sur une minorité, au prétexte de quelques pourcentages d'écart. Non, ce n'est pas toujours la majorité qui a raison. Et quand bien même, cela ne justifie en rien qu'elle puisse imposer tout et n'importe quoi à d'autres : minorité électorale, groupes humains vivant sur des territoires ou individus désireux d'inventer leur vie hors des sentiers balisés. C'est pourquoi, pour sortir totalement des systèmes politiques autoritaires et réaliser pleinement l'émancipation individuelle et sociale, il sera nécessaire de continuer à chercher et expérimenter au-delà de l'utopie démocratique.

Yannis Youlountas

 

La Grève des Electeurs - un lien.: Discours de la servitude volontaire - La Boétie - Idées - France Culture Comment la servitude peut-elle être volontaire ? comment peut-on avoir le désir de se soumettre ? Comment la liberté peut-elle se nier elle-même ?...FRANCECULTURE.FR
Etienne De La Boetie - De le servitude volontaire ... - YouTube

Une chose m’étonne prodigieusement, j’oserai dire qu’elle me stupéfie, c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose.

 

Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ?Et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet incurable dément ?


Octave Mirbeau
...
texte entier: http://fr.wikisource.org/wiki/La_Gr%C3%A8ve_des_%C3%A9lec...   

 texte entier: http://hensozu.blogzoone.net/wp-content/plugins/sem-exter... 100% 50% no-repeat;">http://fr.wikisource.org/wiki/La_Gr%C3%A8ve_des_%C3%A9lec...

 Octave Mirbeau : La Grève des Electeurs - Octave Mirbeau - 1

 

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé en1549 par Étienne de La Boétie à l'âge de dix-huit ans. Sa première publication date de 1574.
 
Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l'absolutisme qui étonne par sonérudition et par sa profondeur, alors qu'il a été rédigé par un jeune homme d'à peine dix-huit ans. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d'analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »). source wikipedia

  un lien.: Discours de la servitude volontaire - La Boétie - Idées - France Culture Comment la servitude peut-elle être volontaire ? comment peut-on avoir le désir de se soumettre ? Comment la liberté peut-elle se nier elle-même ?...FRANCECULTURE.FR

La Grève des Electeurs -

"Salut à toutes et tous
C'est fait, la droite a choisi son candidat pour la présidentielle, c'est donc Fillon. Une vraie tête de champion celui-là : conservateur, catho, ultralibéral, identitaire national ... tout ce qu'on aime. Le signal donné est clair, avec sa primaire, les paroles des uns et des autres, le programme du vainqueur mais aussi celui des perdants, tout cela constitue une véritable déclaration de guerre contre les milieux populaires (...) "Lire la suite

 cf voir pour le cas de la France À LIRE sur LeMonde.fr : Les dépenses de l'Etat gelées pour 3 ans»
François Fillon a annoncé cet après-midi que les dépenses de l'Etat seraient gelées pour les trois années à venir dans le but de lutter contre le déficit. Il a précisé que, bien entendu, il ne s'agit pas d'une politique de rigueur, juste d'un petit gel des dépenses. Rien d'extraordinaire en temps de crise.  

Rivaux, journalistes...

Chacun en a pris pour son grade.

Primaire à droite : les séquences qu'il ne fallait pas rater pendant le dernier débat télévisé FRANCETVINFO.FR

Ils doivent se sentir obligé d'aller dans la surenchère droitière. On bombe le torse, on parade, on contourtise le bon petit bourgeois qui aime le loto, le sport, ou les deux : le loto sportif. Qui veut sa baguette de pain et n'aime pas voir les salariés en colères ou une personne d'origine étrangère envahir son pallier. Bien le bonjour fillon 

Ben voyons ! Copé veut "rendre obligatoire à l'école le lever du drapeau en chantant La Marseillaise"(1) ! Et puis quoi encore ? Saucisson obligatoire, Maréchal nous voilà et signe de croix ?

 Copé vs Fillon : la guerre des chefs continue à l'UMP.

A lire sur le sujet :
- L'UMP a deux papas : http://bit.ly/UQc5Ym
- Quand l'UMP raillait le PS : http://bit.ly/XV0l7G
- Copé envoie au front Morano et Tabarot : http://bit.ly/SYlFD2

"Les dossiers judiciaires de Balkany sont mieux logés que nos SDF."
Dernière chronique de la saison pour Pierre-Emmanuel Barré dans La Bande Originale - France Inter.
 


Quelque chose, mais quoi ? Cet éclatement de la "famille" néo-sarkozyste (comptons le nombre d'occurences de ce mot "notre famille"), on l'observe sans vraiment parvenir à décider ce que l'on voit. Une crise de nerfs, une scène de ménage supplémentaire, à ajouter au long chapelet des guéguerres de la droite la plus bête du monde ? Ou bien l'explosion grandiose du parti hégémonique de la droite, victime de la droitisation de ses militants, et qui provoquera d'imprévisibles réactions en chaîne ? On en a vu, des bastons, dans les partis, au lendemain des défaites. Si l'on mettait bout à bout toutes les savantes prophéties sur la fin de l'UMP ou du PS, on aurait de quoi relier la terre à la lune. Mais il se trouve que les partis ont la vie dure. Ils maîtrisent les investitures, et recueillent les subventions publiques, deux puissantes raisons qui font hésiter le bras des parricides. Voilà comment, contre toute logique, et comme certains couples, ils survivent, parce qu'il fait froid dehors.

Se surajoute au pugilat une lutte, plus traditionnelle, de jeunes rénovateurs vertueux contre les vieux crocodiles en place. Car l'affrontement des crocodiles a masqué le second vote, à l'UMP, celui sur les motions, remporté par la motion "La droite forte", se revendiquant de Sarkozy, et dont les signataires, deux trentenaires chic et choc, veulent supprimer le droit de grève des enseignants, ou encore -ce n'est qu'un exemple- rajouter dans la Constitution la phrase : "la France est une République laïque de tradition chrétienne". N'en tirons encore aucune conclusion. Ce n'est qu'une pièce supplémentaire du puzzle qui s'assemble sous nos yeux, et dont nul ne connaît la figure finale.

Une affaire de famille

 la photo de Castor Prod.t le reste, comme d'habitude, en est estompé. Cessez-le-feu à Gaza, reculade de Hollande sur la "liberté de conscience" des maires devant le mariage homo, épreuve de force sur le budget européen : tout passe au second plan, quand la machine braque ses puissants projecteurs sur l'affrontement Copé-Fillon. Mais ne boudons pas notre plaisir de spectateurs. Si le spectacle fonctionne, c'est pour toutes sortes de raisons que je ne rappellerai pas, ne souhaitant pas lasser les lecteurs, mais aussi parce que s'impose le sentiment qu'il se passe quelque chose, authentiquement. Les combattants se sortent les tripes, et jouent leur vie. Ces petits soldats du sarkozysme, ces automates à éléments de langage, qui ont saturé l'espace cinq ans durant, les voici entraînés par la spirale de la guerre, réalisant progressivement que leur vie se joue là, maintenant, qui ne s'appartiennent plus. Aussi stupéfiant que cela paraisse, Fillon, le si prudent Fillon, semble sincère, quand il vient au 20 heures de TF1 souffler "je n'ai pas confiance", à propos de cette "commission des recours", où les séides de Copé l'attendent, bras et coeurs grand ouverts bien entendu, mais dagues planquées sous les vestons.

Déjeuner Valls/Hollande à l'Elysée: "ambiance cordiale"Manuel Valls a quitté aujourd'hui à 14H35 l'Elysée après un déjeuner avec François Hollande qui s'est prolongé pendant deux longues heures au lendemain d'un week-end de vives tensions au sommet de l'exécutif, le premier ministre n'ayant pas exclu de se présenter contre le président à la primaire du PS.

Selon l'Elysée, le déjeuner s'est déroulé dans "une ambiance tout à fait cordiale et studieuse". L'action de l'exécutif va pouvoir "bien entendu" se poursuivre sereinement, a-t-on assuré de même source.

Dans une interview au Journal du Dimanche, le premier ministre n'a pas exclu de se présenter contre lui lors de la primaire organisée par le PS les 22 et 29 janvier, comme l'avait suggéré samedi le président PS de l'Assemblée Claude Bartolone. "Chacun doit mener ses réflexions en responsabilité. Je prendrai ma décision en conscience", a observé Manuel Valls, se gardant donc d'écarter l'hypothèse d'un face-à-face avec François Hollande.

LIRE AUSSI
» Hamon : «La compétition entre Valls et Hollande n'est pas saine»
» Valls : «Je n'imagine pas manquer le rendez-vous» de 2017

LIRE AUSSI - Valls met en demeure Hollande

  n politique !!
Obama sert la pogne à Trump, Sarko sert la pogne à Marine, Hollande sert la... merde, y'a personne !!
Ah, des poignées de mains y'en a en pagaille ...on voit qu'on est en période électorale...des poignées de mains fuyantes.. voire "glissantes" Les "illuminati" seront aussi de la partie !
Un "parti" émerge .. pas vraiment un parti d'ailleurs, une idée seulement une idée !
Si les "chercheurs de voix" n'en trouvent aucune, ils vont creuser pour en obtenir... et là, ils ont trouvé.. ""on va forer"" le cerveau du citoyen... et si possible effectuer une ablation de ce qui reste de pensées positives.. Alors on te présente ce qui pour sûr va sauver le "monde capital pour la survie d'une poignée ".. le français moyen !
très moyen d'ailleurs puisqu'il se gausse d'un "Brice" qui nous fait oublier de pleurer sur des êtres chers pour encenser une planche de surf ! Mais oui Français moyen ..je te traite de con... faut l'accepter... ou continuer à être con !
mais je te connais français.. quand t'es au pied du mur..tu te révoltes.. et ben là, ça y'est tu t'y trouves.. alors """"ne va pas voter"" ..abstiens toi !

 

 
 

homme, casier vierge, n'a pas mangé depuis 3 jours....il va prendre 3 mois ferme ( pour une bûche de chèvre). LES MISÉRABLES.

 Aucun texte alternatif disponible.

J’aime

Le fossé entre riches et pauvres continue de se creuser, selon l'OCDE

 

Les inégalités n’ont jamais été aussi importantes dans le monde et «le fossé entre riches et pauvres continue de se creuser.» Le dernier rapport de l’OCDE dans le monde souligne que la situation n’a jamais été aussi critique. «Dans la plupart des pays de l’OCDE, les inégalités sont aujourd’hui à leur paroxysme depuis que les données ont commencé à être rassemblées», c’est-à-dire depuis les années1980, indique le rapport. Pendant ce temps lors du congrès du PS, la motion de Cambadeleis est arrivé en tête. Selon des résultats partiels, la motion A menée par le premier secrétaire sortant approche des 60 %, devançant la motion B des frondeurs, aux alentours des 30 %.  Chacun des deux camp -s veut voir en la participation, pour l'heure estimée à «55-56%» par le secrétaire national du PS aux Élections, une preuve de "sa légitimité".

Brexit, le blues des eurodéputés Cinq mois après le référendum britannique, le Parlement européen fait preuve d'une étonnante inertie, tiraillé entre ceux qui espèrent encore sauver l'unité des 28 pays membres et les souverainistes qui trépignent d'activer le divorce. Reportage à Bruxelles et à Strasbourg, au cœur de cet étrange système qui nous gouverne.Il savoure l'élection de Donald Trump comme sa propre victoire. Nigel Farage, le hussard à l'origine du Brexit, s'est empressé de venir féliciter le 45e président des Etats-Unis. Tout sourire devant les portes dorées du triomphe, les deux hommes, qui symbolisent à eux seuls la crise des démocraties occidentales, se sont entretenus durant une heure dans le bureau pas encore tout à fait ovale mais déjà imposant au sommet de la Trump Tower, à New York. Theresa May, Premier ministre de Grande-Bretagne n'a eu le droit, elle, qu'à un rapide coup de téléphone du vainqueur sans date de visite

la vidéo de France Inter.Enseigner l'arabe dès le CP en inquiète certains, et Guillaume Meurice a tenu à savoir pourquoi. Si tu écoutes, j'annule tout

La gauche de l'Institut Montaigne, Le moment Meurice Guillaume Meurice s'est rendu au colloque de l'Institut Montaigne pour y parler argent, finance, tout ça tout ça. Il y a cherché des traces de la gauche... mais il n'est pas sûr d'en avoir trouvé.

 Cela va pas faire remonter dans mon estime des maires, députés qu'ils soient du LR ou autres comdamner pour harcellement sexuelle, viol, détournement, mépris du peuple et des plus pauvres.... Il faut toujours rappeler que le chef n'est pas si chef que ce qu'ils pensent ( ou veut)

Selon L'express Culture du viol de décriminalisation des violeurs, violences racistes et mépris de classe à Chevigny-Saint-Sauveur:
"C'est le maire tout de même ! Pour qui elle se prend ?" Comme s'il était inconvenant qu'une petite employée municipale saisisse la justice contre le patron de la commune.
Une double peine. Maïssa* a été victime d'agressions sexuelles par son employeur, le maire LR de Chevigny-Saint-Sauveur, Michel Rotger, 66 ans. Si l'homme a été condamné par la justice début juin, c'est elle qui est bannie de la ville. En arrêt maladie depuis le 30 janvier 2014, date de la dernière agression sexuelle devant témoins, la veille de son dépôt de plainte, cette lingère d'une cantine communale a fini par accepter son "exfiltration" dans un hôpital psychiatrique de Dijon en janvier 2016. "J'étais enfermée chez moi comme dans une prison", confie-t-elle. En raison de la violente hostilité contre elle et les attaques racistes d'habitants prêts à défendre un prédateur sexuel et à bannir les femmes victimes.

 
 Bon, Macron c'est fait (avec des œufs, le 6 juin à Montreuil). Bruno Le Maire, ça vient d'être fait aussi (avec du yaourt, hier soir à Bruxelles).

APRÈS MACRON ET LE MAIRE, À QUI LE TOUR ?

Le pouvoir repose sur du vent : des images et des gardiens. Le désacraliser, c'est faire la moitié du chemin vers l'émancipation sociale.Yannis Youlountas a ajouté 3 photos.

France Culture

La conquête de la Maison blanche par Donald Trump s'est aussi construite sur les talents d'orateur du candidat. Analyse sémantique grâce à un expert en données. Le futur président des États-Unis a construit sa victoire sur un discours fait de phrases courtes et de mots brefs répétés 7 à 8 fois lors de ses meetings. Analyse d'un phrasé qui a fait mouche.

Les mots de Donald Trump FRANCECULTURE.FR

 

--- Lettre à nos cousins d'Amérique ---

La politique est essentiellement l’art de la manipulation des apparences, du faux-semblant, du stratagème, des jeux à trois bandes, du coup d’État permanent, de la mauvaise foi et de la domination, bref : du mensonge efficace. Quoi de plus logique que d’élire comme président un menteur patenté. Ceux qui voient dans cette élection le triomphe d’une politique de la « post-vérité » parce que le vainqueur du jour ne s’est jamais soucié de « respecter les faits » tentent lamentablement d’occulter l’évidence que s’il a été élu, c’est précisément parce qu’il incarnait la vérité de la politique, la vérité de son mensonge. Ce qui rend la gauche partout haïssable, c’est de mentir sur le mensonge en faisant de la politique avec des bons sentiments. Chaque fois que la gauche s’en est pris à l’obscénité de Trump, elle n’a donné à entendre que le caractère faux-cul de son propre moralisme. La retenue dont la gauche se prévaut est aussi bien retenue de la vérité, qui éternise le règne du mensonge. C’est ainsi que Trump est devenu, pour certains, le nom de la fin du mensonge. Il leur manque seulement d’avoir lu Gracian, qui disait de l’homme de cour : « Quand son artifice est connu, il raffine sa dissimulation, en se servant de la vérité même pour tromper. Il change de jeu et de batterie pour changer de ruse. Son artifice est de n’en avoir plus. »

Afficher la suite
Trump est élu. Trêve de bavardages.
LUNDI.AM
 

Internet a-t-il modifié le discours en lui-même ? Son registre, son lexique ?

France Culture Sponsorisé ·

Mariette Darrigrand était l'invitée de la Nuit spéciale “Nos politiques pris aux mots” consacrée à la parole en politique. La sémiologue décrypte les enjeux et les mots du discours politique. Voici son interview retranscrite et ponctuée d'archives diffusée dans le cadre de cette Nuit.

"La parole de nos politiques trahit une crise narcissique" FRANCECULTURE.FR

 

Sources

Le Conseil d’Etat sondé sur des centres de rétention pour les personnes fichées « S » - Le Monde : 

De façon explicite, le ministère de l’intérieur demande ainsi au Conseil d’Etat si la loi peut permettre l’internement administratif des personnes qui font l’objet d’une fiche « S » (pour prévenir des menaces à la sécurité publique ou à la sûreté de l’Etat), mais qui n’ont jamais été condamnées. Place Beauvau, on assure pourtant ne pas être à l’origine de cette proposition « formulée par un membre de l’opposition dans la foulée des attentats ».

François Hollande, dans son discours au Congrès le lundi 16 novembre, avait indiqué que dans « un esprit d’unité nationale » le gouvernement saisirait le conseil d’Etat pour vérifier la conformité de propositions venues d’autres horizons, notamment de Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez à droite. « Cet avis sera rendu public et j’en tirerai toutes les conséquences », avait affirmé le président de la République.

« La loi peut-elle autoriser une privation de liberté des intéressés à titre préventif et prévoir leur rétention dans des centres prévus à cet effet ? », interroge ainsi le texte révélé par le site Lundi Matin, qui confirme les informations publiées samedi par Le Monde (« A Beauvau, certains voudraient interner les fichés S »). Une telle mesure irait ainsi plus loin que le camp des Etats-Unis à Guantanamo, qui ne concerne pas les citoyens américains.

Lire aussi : Fiche S, déchéance de nationalité, expulsions : 11 propositions « sécuritaires » passées au crible

 

Les souris votent pour les chats

  n   Non, la gauche n'a pas sauvé les meubles ce soir. Ce discours que j'entends est totalement dé

 

Les souris votent pour les chats
 
Il est marrant dans notre société de se réveiller le jour des élections et de découvrir que l'extrême droite existe, que Daesch existe, que le réchauffement climatique existe . Que Marinne Le Pen est dangereuse..... On dirait des enfants qui découvrent le monde, Mais pas de critique du capitalisme, du rapport de force dans nos société et de la comédie électorale qui amène des voix au FN

 A lire Nouveau Parti d'Emmanuel...

« Choisir ces chefs, c'est juste choisir qui nous mènera a l'abattoir »

Wellcut lance le nouveau GIF vidéo : simple, instantané, gratuit et... avec du son. Les Militants en parlent:
"Je m'engage et je défends mes idées en partageant les phrases CHOC grâce à Wellcut."
L'illustre inconnu.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://poweruser.wellcut.tv/

le sénateur du Vermont Bernie Sanders a dominé le débat présidentiel démocrate, assénant des coups efficaces et répétés à son adversaire Hillary Clinton, sur la question de ses «relations» incestueuses avec Wall Street. «Vous avez perçu 600.000 dollars d'émoluments de Goldman Sachs pour des conférences!», a-t-il lancé à l'ex Secrétaire d'Etat, l'attaquant à son point faible

«Si vous avez une administration remplie de représentants de Wall Street, il est difficile de mener les réformes nécessaires», a-t-il insisté, rappelant que les deux précédents présidents républicain comme démocrate avaient nommé un homme de Wall Street comme secrétaire au Trésor. «Je peux vous promettre que cela ne sera pas le cas si je suis président», a dit Sanders sous les applaudissements, appelant à une révolution politique qui coupe le lien entre les intérêts spéciaux et le Congrès, à commencer par une réforme du financement des campagnes électorales. Pour lui, couper ce lien est le cœur du réacteur, le moyen de «rendre l'Amérique au peuple». «Je suis fier d'être le candidat qui a levé le plus de petites contributions individuelles dans l'histoire des campagnes présidentielles», a-t-il poursuivi.

Hillary Clinton a tenté de se défendre en se posant en avocate de la réforme financière d'Obama

 

L'élection présidentielle américaine de cette année brasse énormément d'argent. Des milliards de dollars.

En termes de contribution financière, et jusqu'à présent, les gigantesques Comités d'action politique (PAC, aux Etats-Unis) dépassent les dons des particuliers dans une proportion de 5,5 contre 1.

Différents milliardaires apportent leur soutien à leur candidat favori (sauf dans le cas de Bernie Sanders), afin de pouvoir exercer leur influence sur le candidat par la suite.

En observant qui ils sont et en disséquant les petites phrases des candidats des deux partis, vous pouvez affiner votre stratégie d'investissement.

D'abord, je veux évoquer un autre élément contribuant à la consolidation du pouvoir. Il s'agit des fusions et acquisitions. Pourquoi ? Parce que des lois complaisantes favorisent ces mariages entre entreprises, qui permettent d'augmenter l'envergure de puissantes sociétés. Wall Street agit en entremetteur.

Tout puissant Goldman Sachs
En 2015, les fusions et acquisitions ont atteint un record aux Etats-Unis, totalisant 1 700 milliards de dollars, soit un chiffre plus élevé qu'en 2007. C'est un signe de crise imminente. Et lorsque survient une crise, la chute est plus rude pour les secteurs comptant le plus de fusions.

Devinez qui figure en tête de liste des conseillers, en matière de fusions et acquisitions ? Goldman Sachs (quatre autres membres des Big 6 figurent au Top 5).

Devinez qui a participé financièrement aux campagnes d'Hillary Clinton, Ted Cruz, Marco Rubio et Jeb Bush ? Goldman.

Devinez qui a versé 675 000 $ à Hillary pour qu'elle prononce des discours ?

A lire Goldman Sachs Les nouveaux maîtres du monde - YouTube : Documentaire : le pouvoir trouble de Goldman Sachs : Goldman Sachs : la Maison Blanche sous influenceGoldman Sachs -Les nouveaux maîtres du monde - YouTube

Un candidat, un secteur
Washington fait passer les lois. Wall Street est à l'affût d'accords basés sur ces lois, ou sur la répartition du budget fédéral.

Les plus grands accords se déroulent dans les univers de la santé, des technologies et de l'énergie. Pourquoi ? L'Obamacare a eu une incidence colossale sur les fusions au sein des secteurs de l'assurance et des laboratoires pharmaceutiques : les grandes compagnies d'assurance nationales ont reçu une manne de clients captifs et ont racheté leurs concurrents avec ces primes supplémentaires (voilà pourquoi les primes ont tellement augmenté aux Etats-Unis depuis son entrée en vigueur).

Le secteur des technologies s'en sort toujours bien dans un environnement d'argent pas cher.

Le secteur de l'énergie (pas les énergies propres) faisait figure de favori, à Wall Street, selon le principe d'indépendance pétrolière véhiculé par Obama (qui concerne réellement les deux partis). Mais les PME du secteur de l'énergie, qui ont fusionné dans un océan de dettes, sont laminées par les faibles cours du pétrole, et cela va freiner les fusions dans ce secteur.

Si Trump ou tout républicain, excepté Kasich, remporte les primaires républicaines et les présidentielles, le secteur de la défense sera sur le radar des fusions, à Wall Street. La plupart des supporters du parti républicain veulent renforcer l'armée. Rubio, soutenu par des milliardaires orientés technologies, créerait une défense liée au renseignement. Trump, de l'armement lourd.

Si Hillary Clinton remporte les primaires démocrates et les présidentielles, vous pouvez vous attendre au statu quo. Ce serait un troisième mandat de Bill Clinton, en quelque sorte, ou un quitte-ou-double d'Obama : cela revient au même. Les fusions persisteront au sein du secteur de la santé. Au sein des médias également.

Si Bernie Sanders l'emporte, les sociétés du secteur des énergies propres seront boostées. Les compagnies d'assurance resteront dans la partie car bien que Bernie veuille aller plus loin qu'Obama, cela prendra du temps.

Globalement, les banques de Wall Street chuteront encore plus, cette année, en raison de l'augmentation des défauts de paiement et des conséquences de ces années d'argent pas cher. Au cours de ces six derniers mois, le secteur bancaire a chuté dans les mêmes proportions qu'avant de s'enfoncer dans la crise, en 2008.

Mais quel que soit le vainqueur des présidentielles, excepté Bernie, Wall Street aura le sourire aux lèvres. Personne ne va démanteler les grandes banques, ni stopper la spéculation.

Pas même Trump, qui ne serait pas devenu Trump sans le financement de Wall Street. Donc, peu importe le Président, le club des Big 6, celui qui entretien les liens les plus étroits avec Washington, sera le grand gagnant.

 


Bruit Noir - L'usine
 
 

 

 Suicide19.04.2012 | The New York Times

En s'obstinant à imposer toujours plus d'austérité à des pays en difficulté comme l'Espagne, les dirigeants européens mènent le continent à sa perte, affirme le Prix Nobel d'économie Paul Krugman.

Le 14 avril, The New York Times s'est fait l'écho d'un phénomène qui se développe en Europe : le suicide lié à la crise économique, les gens se donnant la mort par désespoir, après avoir perdu leur emploi ou vu leur entreprise faire faillite. L'article était bouleversant. Mais je suis sûr que je n'ai pas été le seul lecteur, notamment parmi les économistes, à me dire que le problème n'était peut-être pas tant les individus que l'apparente détermination des dirigeants européens à pousser l'ensemble du continent au suicide.

FLICS, PATRONS ET GOUVERNANTS, VOUS ALLEZ REGRETTEZ L'HUMILIATION DU 23 JUIN

La plupart des éditocrates prophétisent déjà la fin du mouvement, au prétexte du refus de la plupart d'entre nous (90% à Paris) de participer à la parodie de manif du 23 juin et, par là même, de ratifier l'invention de la manif-prison.

Ne croyez pas une seule seconde ce qu'ils vous racontent dans leurs pages nauséabondes et sur leurs plateaux télés volontairement coupés des réalités. Rien n'est terminé, même si certaines formes vont probablement changer, évoluer, se réinventer, se diversifier.

Cet été, c'est encore dans la rue que ça se passe : le jour, mais aussi la nuit, à Paris comme en province, dans les villes et ailleurs, contre la Loi Travaille et son monde.

Grèves, manifs, mais aussi et surtout, blocages, irruptions, intrusions, casserolades, porte-voix et big bazars en tous genres (même brefs, c'est déjà ça, surtout si vous le faites bien savoir, multipliez les vidéos et photos, comme pour les entartages), affichages sauvages et tags dans les lieux stratégiques, sur les symboles du pouvoir arrogant et dédaigneux devant nos quatre mois de luttes, dans les zones passantes, sur les routes les plus fréquentées, notamment sur les voies touristiques de l'été, à toutes sortes d'endroits, sans oublier les sabotages (ce mot pouvant signifier beaucoup de choses, à vous de voir, en tout petits groupes invisibles et imprévisibles).

Nous n'avons rien à craindre. La peur est le poison qui paralyse les assis, sous le masque mélancolique de la résignation. Et rester assis, c'est se mettre à genoux.

Y.Y.

René binamé-la révolte .flv

 

 

 

À FORCE DE NOUS CHERCHER...

S'il continue dans ses délires autoritaires, c'est nous qui pourrions, un jour, lui faire goûter sa recette : par exemple, en l'obligant à chanter La révolte(2) en brandissant un drapeau noir...

... ou autre chose selon vos préférences !

"Libérons-nous de cette pourriture... donnons l'assaut au monde autoritaire !"

  
La bonne résolution, c'est l'autogestion
La bonne résolution c'est l'autogestion ou comment travailler sans actionnaires et sans patrons qui empochent bien trop de dividendes, de hauts salaires et retraites chapeaux... pour plus de justice sociale parce que l'économie du partage c'est peut-être pas vraiment  Uber POP et Airbnb L'autogestion, une révolution économique
 

On Ira à Istanbul  rencontrer les sociétaires de la première coopérative turque qui fabrique des pulls en autogestion.
La Coopérative de Textile Özgür Kazova est un des plus importants héritages de la Résistance du Parc Gezi de Taksim, en Mai - Juin 2013.
Puis à Montreuil à la Boulangerie "La Conquête du Pain", une boulangerie bio autogérée ouverte depuis septembre 2010.
Une boulangerie qui a  décidé de s'organiser différemment et de ne pas avoir de patron, et qui prend les décisions lors d'assemblées générales hebdomadaires et alimente diverses caisses de solidarité pour appuyer des associations et des luttes.
Et enfin à Cuba à la coopérative d'agriculture urbaine située à Alamar à quelques kilomètres de la Havane et qui est devenue par la force des choses et du blocus une expérience exemplaire de production agricole qui conjugue écologie et justice sociale.
Un reportage d'Antoine Chao
pulls sans patron © http://ozgurkazova.org" style="outline: 0px; font-weight:inherit;font-style:inherit">http://ozgurkazova.org - 2016
Coopérative turque, des pulls 100% sans patronozgurkazova.org/fr/
Boulangerie Bio autogérée à Montreuil http://www.laconquetedupain.fr/
Vivero Amar, Cuba farmcuba.org/#home
 
Musiques :   Bandista -

à lire également
 

11 La Société Elle A Mauvaise Haleine - Liberté Autogestion

 

Pour plus de vidéos sur le mouvement social en cours:
www.taranisnews.com
https://www.youtube.com/channel/UC7H198GlIEz9GQt8sLLcWdw

 

Elections présidentielles américaines de 2016 : qui en profitera économiquement ?
Nomi Prins, chroniqueuse pour Intelligence Stratégique

 

 
 
 
L’image contient peut-être : texte

20 août 1899 : manifestation anarchiste contre l’antisémitisme
"Le dimanche 20 août 1899, à Paris, une manifestation libertaire en faveur de Dreyfus tourne à l’affrontement avec les antisémites et la police. Les manifestants, refoulés, pillent l’église St-Joseph. Un commissaire de police est gravement blessé après avoir voulu s’emparer d’un drapeau rouge."

 
Le dimanche 20 août 1899, à Paris, une manifestation libertaire en faveur de Dreyfus tourne à l'affrontement avec les antisémites et la police.
PARIS-LUTTES.INFO
 
 
 
 
Exclu
LUNDI.AM
 

Abstentionnisme

Quand le FN parlait d'évasion fiscale - vidéo dailymotion :

Un dirigeant du FN mis en examen dans le cadre de l'enquête sur le financement du parti : enquête se poursuit autour du financement des campagnes électorales du Front national.

Jean-François Jalkh, vice-président chargé des affaires juridiques du parti, a été mis en examen, annoncent des sources concordantes à l'AFP, vendredi 22 mai.

L'eurodéputé est mis en cause en tant que secrétaire général de Jeanne, le microparti dirigé par des pro

Congrès : les motions A et B se disputent l'enjeu de la participation

 

ches de Marine Le Pen, également mis en examen dans cette affaire. LOOKING FOR NICOLAS SARKOZY FULL FILM 

 Rémi Lefebvre, membre de longue date du Parti socialiste (PS), est professeur de sciences politiques à l’université Lille-II. Auteur des Primaires socialistes. La fin du parti militant (Raisons d’agir, 2011) et des Primaires ouvertes en France (Presses universitaires de Rennes, 320 pages, 24 euros, coécrit avec le politologue Eric Treille), il analyse le phénomène.
 
Elections présidentielles américaines de 2016 : qui en profitera économiquement ?
Nomi Prins, chroniqueuse pour Intelligence Stratégique
Mercredi 30 novembre 21:00 - 22:40 Instincts primaires : coulisses d'une élection Documentaire Réalisé en 2016 par  Bruno Joucla, Elise Baudouin Fiche programme

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu