Avertir le modérateur

28/03/2016

Le travail à tout prix ?

 

 

De Béa Ausardia 26 mars, 14:55 ·

 

Les salariés mis dans l'obligation de demander et d'attendre l'accord par mail de leur chef pour aller aux toilettes... mobilisés !

L. O. "Teleperformance : les c…, ça ose tout
A Blagnac, les patrons de Teleperformance, le leader mondial des centres d'appel, envisagent d'imposer aux salariés de faire une demande par email avant chaque pause-pipi. Ils ont réalisé l'an passé 3,5 milliards de chiffre d'affaires sur le dos des travailleurs, mais ils en veulent plus, en grappillant quelques minutes par-ci, par-là.
Le CHS-CT a dénoncé ce projet, et la direction hésiterait à mettre en application son idée. La pression des travailleurs, qui ont débrayé, devrait l'aider à ne plus hésiter et à retirer son projet pour de bon. Mais cela illustre la bêtise et la rapacité de certains patrons qui vont chercher leurs « idées » dans les WC."

 
 

Citation la publication de Le travail à tout prix ? : De l’école à l’hôpital en passant par l’Etat, le chercheur Thibault Le Texier montre dans son ouvrage «Le Maniement des hommes» que plus aucun territoire n’est imperméable aux méthodes managériales, au risque de ne plus juger l’individu qu’à l’aune de l’efficacité.

 
 
 
LIBERATION.FR
 

Une nouvelle idée de La Poste, qu'ils disaient. Monistrol-sur-Loire. Après avoir quitté, en larmes, son poste de travail à La Poste, une factrice s’est donnée la mort au domicile de ses parents. C’était le 15 février dernier, à Sainte-Sigolène. La jeune fille avait 21 ans.

 
AMSPACHER |
  • d'Optim'services, réunie autour Xavier Roche. 160.000 salariés SNCF recours services nouvelle entité.

    d'Optim'services, réunie autour de Xavier Roche. 160.000 salariés de la SNCF ont recours aux services de cette nouvelle entité. - Photo Samuel Croix

     


    Business case En rassemblant, sous une même ombrelle, nombre de services support de la SNCF, le directeur général de la nouvelle structure, Xavier Roche, vise des prestations optimisées en coût et en qualité.

La SNCF fait les choses en grand. Le 26 janvier, les 500 cadres de la direction des centres de services étaient conviés dans les lounges du Stade de France. Officiellement, il s'agissait de parler de décloisonnement et d'organisation.

Rassemblés depuis l'hiver dernier par la juxtaposition de plusieurs centres de services (paie, comptabilité, RH, SI, environnement du travail) et centres de services partagés issus des trois établissements publics (Epic) de la SNCF, ces 5.500 agents ne sont guère rodés à travailler ensemble. Ce séminaire parisien était donc l'occasion pour ces cheminots, venus de toute la France, de découvrir leur feuille de route, ainsi que la nouvelle identité de leur direction, Optim'services. A en juger par les visages ébahis, ce secret avait été bien gardé.

Compliments et mises en garde

En quelques formules bien choisies, Jacques Rapoport, président délégué du directoire de la SNCF et président de SNCF Réseau, a planté le décor :

- une baisse nette de la confiance des pouvoirs publics sur le sujet de la sécurité depuis les accidents de Brétigny et d'Eckwersheim,

la montée de la concurrence intermodale encouragée par la loi Macron - notamment celle des autocars low cost -,

enfin la stagnation des ressources publiques alors que la rénovation du réseau exige des recettes supplémentaires.

« A ce titre, l'organisation de fonctions transverses sous forme de CSP constitue un facteur de performance et d'économies d'échelle s'inscrivant dans le cadre des plans Excellence et Réseau 2020 », a-t-il éclairé. Alternant les compliments et les mises en garde, le président Rapoport a cherché à mettre les équipes sous tension. Evoquant la bascule des systèmes d'information des trois Epic de la SNCF sur le système HR Access, en juillet, il a parlé d'« une oeuvre titanesque qui a parfaitement réussi grâce à la mobilisation des métiers », mais il a toutefois pointé le retard des agents en matière de digital.

Tout au long de ce « séminaire des 500 », il fut abondamment question de numérique, la clef de la transformation, selon Xavier Roche, le directeur général d'Optim'services.

Maîtriser les coûts de fonctionnement

Après avoir annoncé l'équipement de tous les agents en smartphones qui leur permettront moult opérations en ligne, il a dévoilé son plan : délivrer une meilleure qualité de services aux 160.000 bénéficiaires tout en maîtrisant les coûts de fonctionnement. Pour y parvenir, la feuille de route est stricte et exigeante : simplifier les process pour optimiser la gestion administrative, industrialiser - en particulier la mise à jour des dossiers du personnel - puis réorganiser les offres. « La production de services est bonne, mais la satisfaction des clients internes est modérée, car l'offre est confuse. Joindre le bon interlocuteur n'est pas simple, quelle que soit la question (facture fournisseur, note de frais, procédure de recrutement, etc.). »

A moyen terme, l'ex-directeur financier de RFF espère également éradiquer le papier et constituer un portail unique d'accès à l'ensemble des services. A la manoeuvre, un cabinet interne d'excellence opérationnelle, dirigé par un ancien de McKinsey, devrait permettre d'atteindre les 2 % annuels de productivité visés. En priorité, « pour fluidifier, les équipes travailleront sur une organisation de bon sens », a annoncé l'ex-consultant Stéphane Boulanger. « Au moment de l'ouverture à la concurrence, l'entreprise se doit de se présenter le plus svelte possible. L'Etat ne pourra durablement financer une entreprise qui ne se situe pas aux standards du marché », a de son côté insisté Xavier Roche. S'il ne fut jamais question de « lean management », la thématique affleurait.

Présent au grand complet, le comité de direction d'Optim'services s'est toutefois voulu rassurant sur l'emploi. « En délivrant des services de qualité, les agents d'Optim'services permettent aux cheminots d'accomplir leur métier, faire rouler les trains », a rappelé Xavier Roche, avant de s'engager : aucune activité ne sera « off-shorisée », nulle menace de plan social ne plane. « Optim'services, en revanche, doit maigrir », a t-il reconnu. Afin de « prendre sa part » du plan de 1.400 suppressions d'emplois de SNCF en 2016, les départs en retraite ne seront pas remplacés et certains postes disparaîtront : « Déchargés de tâches sans valeur ajoutée, les agents pourront se concentrer sur les demandes les plus complexes. »

Les ateliers ont, par grappes, abordé les notions de digital, de productivité et de performance. Ils ont aussi présenté divers métiers d'avenir : analyste paie, contrôleur interne, chef de projet solutions SI, etc. A leur issue, les managers ont reçu un kit de communication incluant une vidéo sur le sens de la réforme. A eux désormais « d'embarquer » leurs équipes et de transformer cette direction en « centre de valeur ajoutée ».

La signification du mot « néolibéralisme » a beaucoup varié au cours du temps : le terme n'est pas du tout consensuel et son utilisation requiert une grande prudence, tant il a oscillé entre différentes significations :

Lorsqu’il apparaît, en 1844, le terme désigne -de manière assez générale- une forme de libéralisme qui admet une intervention limitée de l'État[2].

A la fin des années trente, des économistes français -comme notamment Auguste Detœuf ou Louis Marlio- utilisent ce terme pour désigner une forme de libéralisme qui n’est pas forcément synonyme de laissez-faire (on parle alors de libéralisme manchestérien)..
Dans cette lignée, (Depuis les années 50, jusque vers la fin des années 70 ), le mot a une signification proche de social-libéralisme. Dans ce sens Donald Moggridge présente John Maynard Keynes comme l'un des premiers néolibéraux à défaut de meilleur terme pour le qualifier[3]. Quoi qu'il en soit cette forme de libéralisme émerge à la même époque que l'ordolibéralisme allemand avec lequel il est intéressant de le comparer.

À partir des années soixante-dixMilton Friedman et de Friedrich Hayek le mot néo-libéralisme prend un autre sens. À partir de Michel Foucault, le néolibéralisme est alors présenté comme une technique de gouvernement, une politique économique et sociale étendant l'emprise des mécanismes du marché à l'ensemble de la vie. ,. Le contexte économique marqué par la fin du système de Bretton Woods relance les discussions entre écoles économiques et leur intensité a contribué à populariser ce terme.

Dans le débat contemporain, (il est vrai très controversé, sinon polémique depuis les années 70 ), le terme « néolibéral » est couramment utilisé par les courants critiques du libéralisme pour qualifier leurs adversaires.


A lire : « lean management »Le prix a payerLes Mulliez, une famille en or

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu