Avertir le modérateur

19/05/2016

Chacun sa réalité

nla publication de Hervé Crouzet.

 
 
 
Photo de Hervé Crouzet.
Hervé Crouzet
 
 

‪#‎oklm‬
« Raciste ? On l'est tous plus ou moins à un moment d'une journée. » la publication de Quartiers Libres.

 
Vidéo : les policiers sont-ils racistes, alcoolos et violents ?StreetPress a demandé aux fonctionnaires qui manifestaient contre la « haine anti-flic »WWW.STREETPRESS.COM la photo de Denis Fayollat.:Denis Fayollat A Manosque autour de la manif unitaire de ce matin, certains policiers affichent clairement la couleur... Un facho "en service" décomplexé (voir un des insignes...Afficher la suite " A Manosque autour de la manif unitaire de ce matin, certains policiers affichent clairement la couleur... Un facho "en service" décomplexé (voir un des insignes qu'il arbore sur le coeur) affiche son appartenance à un mouvement fascisant et trouble l'ordre public en provocant la population, sous l'oeil bienveillant de ses confrères....
et après les policiers manifesteront pour qu'on les respecte, voire qu'on les aime. Vous avez du ménage à faire Monsieur le Ministre de l'Intérieur !!!"
 
 
 

"Partout il faut étendre la mobilisation et descendre dans la rue. Partout il faut résister à la répression et aux intimidations. Partout il faut exiger la levée immédiate de l’état d’urgence et l’arrêt des poursuites." d' Alternative libertaire, le 17 mai 2016

 

 
 Joli coup monté, ne tombez pas dans le panneau ! Quelques pseudo-casseurs, une voiture de flics qui arrive pile au bon moment sous l'oeil d'une vingtaine de journaleux... Trop fort ! Je décerne la Palme d'or à Cazeneuve dans la catégorie série Z !!!
 
 
 
 Tout a fais ok avec toi, quand le flic sort et part, le mec qui lui tape sur l'épaule certainement lui disant bien jouer. a tout a fait l'air d'un manifestant alors que c'est un type de la bac
 
Paris Lutte info publie Ce samedi 14 mai, un lycéen nantais de 18 ans a été mis en examen pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » après une garde à vue de 48 heures. Il a été immédiatement incarcéré sur un mandat de dépôt criminel. Cette inculpation est très grave, sans aucune comparaison possible avec les habituels « outrages et rébellion » et autres « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique » qui s’accumulent dans les audiences de comparutions immédiates. Elle inscrit les faits dans une procédure « criminelle » qui prévoit des peines pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité…
 

nous savons combien les peines sont plus sévères pour les accusés qui comparaissent menottés que pour celles et ceux qui comparaissent libres. Et qu’il ne serve pas de cadeau de la justice à des syndicats de police bien contents de se voir « aimés » par leurs collègues en robe noire. Qu’il ne serve pas non plus d’exemple repoussoir à une jeunesse qui refuse le monde qu’on lui prépare.

Il est partie prenante du mouvement actuel au même titre que tous les manifestants et grévistes qui y ont pris part. On ne le laissera pas tomber.

Aujourd'hui, rafle sans précédent à Nantes. 70 manifestants ont été interpellés et emmenés au commissariat ! Le préfet se venge. Nantes a bravé massivement l'interdiction de manifestation.

Appel à se réunir devant de commissariat Waldeck-Rousseau, arrêt Motte Rouge, ligne2, en solidarité avec les arrêtés !Loi Travail. Plus de 60 interpellations à la manif interdite de NantesOUEST-FRANCE.FR

 
 

Combien de crânes ouverts et autres blessures graves, d’hospitalisations comme de points de suture, de tirs de flashballs, d’insultes, de menaces, d’arrestations jusque devant les lycées, de gardes à vue et de procès, avant que nous ne cessions de tolérer cela ? Combien de Malik Oussekine, combien de Rémi Fraisse, finiront-ils par s’autoriser, combien d’Amine Bentounsi, de Zyed Benna, de Bouna Traoré et de violences policières quotidiennes dans les quartiers populaires surviendront encore, si nous ne mettons pas un terme à cette mécanique aussi sinistre qu’indigne ?

 

cinq femmes et 14 hommes, interpellés, entre 6 et 7 heures, sur des stations de la périphérie rennaise en flagrant délit de dégradations « sur les bornes de validation des titres de transport », a précisé le procureur.

bon,quand on voit que de remplir les bornes de mousse polyexpansé ,ça peut interrompre le trafic,on comprend mieux pourquoi "ça manifeste " contre la haine antiflics .....
intimidations,interdictions de manifs,assignations à résidence ,je pense que la prochaine étape,c'est des camps de rééducations
on se laisse pas intimider,motivez les copains et copines : la rue nous appartient"

 
 
Dix-neuf personnes ont été interpellées en flagrant délit de dégradation dans le métro de la ville bretonne. Elles sont soupçonnées de s’être organisées depuis…
LEMONDE.FR
 

renaud "ou c'est que j'ai mis mon flingue?"

 

Une telle violence exprime bel et bien l’infini mépris à l’égard de ces jeunes que François Hollande avait prétendu mettre au cœur de son mandat"

 
 
 
Photo de La Horde.
 
nla photo de La Horde.
 
 
Paris, le 12 mai 2016.
cc Vincent Nakash/AL Paris-Sud
  • Plusieurs d'entre vous se sont étonnés de mon soutien aux émeutiers parisiens durant la journée d'hier et se sont dit choqués par ma photo satirique concernant l'incendie d'une voiture de police près du canal St-Martin.

    POUR LA DÉFENSE DES ÉMEUTIERS

    On m'a notamment transmis ce texte sévère d'une journaliste de l'Huma sur les émeutiers qui, paraît-il, circule beaucoup depuis hier :

    - - - - - - -
    "Vous avez des gueules de fils à papa. Je vous hais comme je hais vos pères - bon sang ne saurait mentir. Vous avez le même regard mesquin. Vous êtes apeurés, sans certitudes ni espoir, certes, mais vous savez aussi être tyranniques, faire du chantage, et vous montrer arrogants et effrontés : prérogatives de petits-bourgeois, mes chers. Tandis qu'hier à Valle Giulia vous vous battiez avec les policiers, moi, je sympathisais avec eux. Car eux sont fils de pauvres." Voilà ce qu'écrivait Pier Paolo Pasolini en 1968. Je n'ai aucun penchant pour l'uniforme. Je suis plutôt du côté du mouvement que du côté de l'ordre. Je préfère sans nuances la liberté à la sécurité. J'ai grandi et je me suis engagée avec en tête les noms de Malik Oussékine et de tous les autres. J'ai observé avec frayeur, un certain 11 janvier, les camions de CRS fendre la manifestation pour recueillir les applaudissements d'une foule hagarde. J'écoute depuis trois mois mon fils me raconter, à chaque retour de manifestation, les gamins nassés, asphyxiés, matraqués sans raisons. Mais là. Mettre le feu à une voiture de police avec, dedans, un agent et une adjointe de sécurité qui doit gagner 1200 euros par mois pour se manger toute la misère du monde. Images de propagande garanties pour la campagne de l'héritière Le Pen. Merci, les gars. D'un côté, la manifestation contre la "haine anti-flics" qui tourne au meeting FN. De l'autre, les petits cagoulés surexcités prêts à "rôtir des poulets". Le décor est planté. Acte 2, Cazeneuve à la sortie de l'hôpital, ton sûr, air grave, manifestations interdites, libertés encore amputées, "c'est abject", "les Français", "nous sommes déterminés". La vérité, c'est que la stratégie de tension choisie par le gouvernement est en train de porter ses fruits. Avec la complicité objective de quelques petits pantins. La vérité, aussi, c'est que lorsque le pouvoir verrouille tout, lorsque la parole politique se résume à cette injonction : "il n'y a pas d'alternative", ce qui est semé, c'est le nihilisme et, en dernière instance, la violence. Il faut rester unis et nombreux. Ne pas déserter les mobilisations. Faire comme à Paris, le 1er mai : aller ensemble jusqu'au bout du parcours malgré les intimidations, malgré la politique du chaos qui reste la dernière cartouche de ce lamentable gouvernement."
    - - - - - - -

    Cette odieuse citation de Pasolini rappelle l'ignoble procès de Clément Méric par Pierre Carles qui le traitait de bobo, de fils à papa et de futur cadre de la classe dominante — dans un article de juillet 2013 alors que son cadavre était encore chaud — tout en défendant l'indéfendable Esteban Morillo au prétexte de sa condition plus modeste et de son ignorance crasse.

    Non, les révolutionnaires ne sont pas tous des bobos, bien au contraire, en Grèce comme en France, et si, j'en conviens, certains flics sont issus des milieux populaires, les SS aussi étaient souvent des fils de prolo tout comme les abrutis intégristes de Daesh. Cette lecture des faits est aussi injuste qu'insultante à l'égard de mes compagnons de lutte, car elle procède — comme celle de Pierre Carles en juillet 2013 — en inversant totalement les rôles.

    Quant à la deuxième partie du billet, moins critiquable, elle omet outrageusement que parmi les nombreuses formes de luttes qui composent l'Histoire du mouvement ouvrier, les émeutes et les insurrections sont aussi légitimes que les autres, et ont également marqué notre longue marche vers l'émancipation et l'égalité sociale.

    Pour ma part, je suis donc entièrement solidaire de mes camarades émeutiers, de même que je le suis de ceux qui luttent autrement, à condition qu'ils soient également respectueux de notre diversité : insurrectionnalisme ou non-violence, abstentionnisme ou électoralisme, champ social ou environnemental, etc.

    Maintenant, plus que jamais : ne nous laissons pas diviser par nos tyrans sanguinaires et leurs collaborateurs serviles.

    De plus, concernant l'affaire de la voiture de police brûlée, hier, beaucoup de commentateurs omettent bizarrement que le flic au volant à sorti son arme de poing (à 3mn40) en menaçant les émeutiers. D'ailleurs, je précise avec force : mes camarades émeutiers dont je suis totalement solidaire. Peu importe si ça choque.

    Les mêmes faits durant la Commune de Paris ou l'Espagne de 36 sont regardés avec bienveillance au passé, mais jamais au présent.

    Je n'ai pas l'indignation sélective et je ne pratique pas le soutien anachronique.

    Les vrais casseurs sont ceux qui cassent le monde et ceux qui les servent dans cette criminelle entreprise.

    Yannis Youlountas

Photo de Yannis Youlountas.
Le cout des émeutes ( politique, financière, économique et en terme d'image a l'étranger), n'est pas encore mesurables. Cela me fait penser aux émeutes de Banlieue" en 2005 et l'instrumentalisation par Sarkozy pour se faire réélire en mettant de l'Huile sur le feu et en considérant par des déclarations fracassantes qu'une partie de la population ne devait pas faire partie de la République. A voir ci dessous :‪#‎ToutLeMondeDétesteLaPolice‬, ‪#‎Résistance‬ ; Yannis Youlountas, Béa Ausardia, Chantal Joubertagricole, , #Résistance ; ‪#‎loitravailnonmerci‬ ;‪#‎OnLâcheRien‬ ; ‪#‎OnVautMieuxQueCela‬,
Lycéens, étudiants ‪#‎Debout‬, ‪#‎MerdiasOfficielsAuxOrdres‬, . 
Spécial Investigation Ecolos Ennemis D'Etat Émission du 30…
 
Dix ans après le drame de Clichy-sous-Bois, le tribunal n’a pas retenu les charges…
un lien.
 
 

Grèves et blocages reconductibles

Mobilisations reconduites demain

 
 
Photo de Philippe Bernard.
 
intimidations. Partout il faut exiger la levée immédiate de l’état d’urgence et l’arrêt des poursuites.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu