Avertir le modérateur

09/07/2016

Expulsions, la honte

n

 

 Le gouvernement envisage de diminuer le montant des aides personnelles au logement au-delà d'un certain loyer. 80 000 foyers devraient être concernés.

 

France est l'un des pays les plus riches du monde.
Pourtant, près de dix millions de personnes sont touchées de près ou de loin par la crise du logement.
Le poids du logement atteint en moyenne 25 % du budget des ménages contre à peine 13 % dans les années 1980.
En dix ans, le prix du mètre carré a augmenté de 200 %.
Cette bulle immobilière est entretenue par des professionnels qui en vivent très bien comme les banquiers, les promoteurs, les agences immobilières et les rentiers.
Durant huit mois, les deux réalisatrices sont allées à la rencontre de ceux qui ont des difficultés pour se loger.
Elles ont également interrogé les responsables de ces blocages ainsi que des experts.

La France en face, le scandale du logement | documentaire francais

 
sur WordPress.Un exemple concret pour contrer la désinformation politique et les diversions médiatiques. Emilie n'était pas opposée à ce qu'on fasse savoir ce qu'il lui arrivait et, elle même, l'avait fait savoir autour d'elle, y compris dans la presse locale. La lutte sociale est une lutte pour tous et pour chacun à la fois. Parce que, comme l'écrivait Nikos Kazantzakis : "La seule façon de te sauver toi-même, c'est de lutter pour sauver tous les autres." Y.Y.
Photo de Yannis Youlountas.

Expulsions, la honte - INFRAROUGE - YouTube

Vacances: la menace des expulsions ressurgitavec AFP

 

depuis ce matin, pour une raison qui m'échappe, on commente beaucoup sur ma photo pour les sdf...je vous mets la version originale ici...sachons que été comme hiver, les sdf sont dans le besoin, ne détournons plus le regard...cela peut arriver à nous tou(te)s!

 

Les Sales Majestés - Sois pauvre et tais-toi !

 

Pas moins de 14 % de sans-abri ont suivi des études supérieures et 10 % sont

La semaine passée, Souleymane, 14 ans, terminait son troisième trimestre avec les compliments du conseil de classe. Aujourd'hui, il risque de se retrouver à la rue, la fin de l'année scolaire coïncidant avec l'expulsion de sa famille.

Les expulsions des familles avec enfants scolarisés sont généralement suspendues pendant l'année scolaire pour ne pas arracher les enfants à leur environnement. "Dès la fin de l'année scolaire, il y a une vague d'expulsions qui dure tout l'été", explique le secrétaire général du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées René Dutrey, qui s'en alarme: pour les familles, "l'expulsion c'est le moment de décrochage, le début de l'errance d'hôtel en hôtel..."

Dans le petit deux-pièces qu'elle occupe à Paris depuis 14 ans, la mère de Souleymane, Bineta S., 51 ans, a préparé quelques cartons "en prévision". Mise à la porte par sa propriétaire qui souhaite revendre l'appartement, elle a reçu un courrier du commissariat lui intimant de quitter les lieux. La menace est imminente. "Je rêve qu'ils sont là, qu'ils défoncent la porte...", confie la mère de famille, le visage tendu.

C'est pour son fils surtout que Bineta, qui vit du RSA, s'inquiète: "il est premier de sa classe. Si on se retrouve à l'hôtel, il ne pourra pas travailler, on ne pourra même pas se faire à manger...". Alors elle l'a envoyé dans la famille, au Sénégal, pour ne "pas qu'il soit là".

Pour Benoît Filippi, économiste du logement et membre du réseau Stop aux expulsions de logement (Résel), l'expulsion de cette famille qui a toujours payé ses loyers enfreint la loi Alur, adoptée en mars 2014. Celle-ci prévoit que le juge peut "vérifier la réalité du motif du congé" et le déclarer "non valide si la non-reconduction du bail n'apparaît pas justifiée par des éléments sérieux et légitimes".

Dans le cas de Bineta, "la propriétaire met en avant une situation financière qui la met aux abois, mais elle possède plus de 35 logements, dont certains vacants, qu'elle pourrait vendre", expose M. Filippi, estimant que si elle s'en prend à la locataire, c'est une "mesure de rétorsion": la locataire l'avait contrainte à effectuer de coûteux travaux de lutte contre le saturnisme dans l'appartement.

Le Dalo pas respecté 

Comme Bineta, Jamal Y. aussi a éloigné ses enfants l'été arrivant, pour éviter qu'ils assistent à l'expulsion. Longtemps au chômage, il a cumulé 30.000 euros de dettes, qu'il a peu à peu remboursées: "aujourd'hui je leur dois 10.000 euros", explique-t-il. Mais pour Benoît Filippi, là aussi, le congé viole la loi notamment car le logement, examiné par le service technique de l'habitat, ne répond pas aux obligations de décence et de salubrité.

Comme Jamal et Bineta, des milliers de familles sont expulsées durant l'été. Certaines, comme Bineta, sont pourtant reconnues prioritaires au titre du droit au logement opposable (Dalo). La circulaire Valls/Duflot du 26 octobre 2012 avait d'ailleurs demandé aux préfets de "veiller à mettre en oeuvre systématiquement le relogement effectif du ménage" reconnu prioritaire Dalo avant l'expulsion.

Une circulaire "très insuffisamment respectée", a commenté le Défenseur des droits, Jacques Toubon, interrogé par l'AFP. Or l'expulsion de familles prioritaires Dalo est "contraire à deux droits fondamentaux: le droit au logement et le droit des enfants à être mis à l'abri". En conseil de Paris, en décembre 2015, la représentante du préfet de police de Paris avait dit "s'attacher à appliquer" la circulaire Valls/Duflot, tout en précisant que des "circonstances exceptionnelles" conduisaient la PP à procéder "très ponctuellement" à l'expulsion de ces ménages. Parmi ces circonstances, le refus d'une ou plusieurs propositions de relogement, les difficultés sociales graves du propriétaire, l'entrée dans les lieux par voie de fait, la sous-location, ou encore les troubles de jouissance.

Sollicitée, la préfecture de police de Paris n'a pas souhaité en dire plus. En 2014, en France, plus de 132.000 décisions d'expulsion ont été prononcées, et 59.357 commandements de quitter les lieux, selon les chiffres de la Fondation Abbé-Pierre. Dans plus de 11.000 cas, l'expulsion s'est déroulée "manu militari", une augmentation de 83% en 13 ans.

 


Expulsions, la honte - INFRAROUGE
 

sa publication.

 
 
Cedric Bellelis a

N°833---PUNK-L@ND
ThX A

 

 
 
YOUTUBE.COM
 
 n
 
WWW.LEPOINT.FR|PAR LE POINT, MAGAZINE
 
 
Plus Bure sera leur chute ... > Information > Violente expulsion du bois de Mandres : à quand un convoi d’opposant-e-s pour expuler la Préfecture et l’ANDRA ?
VMC.CAMP
 
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu