Avertir le modérateur

27/10/2016

Patrick Buisson, le mauvais génie

n

 
 
Aucun texte alternatif disponible.
Xavier Delucq
 

crin crin

"Sur France 3 là, avec l'argent des contribuables, documentaire totalement cirage de pompe sur Bruno Le Maire. Un documentaire niveau zéro du journalisme et de la "politique" (aucun débat de confrontation d'idées politiques, juste une sorte de guerre intestine totalement inintéressante entre carriéristes du même parti)".

De "ploucs" à "sans-dent", les valets des capitalistes ont en commun le même mépris de classe! Le PDG de l'Agence France-Presse regrette la fuite dans "l'Obs" de propos prononcés par l'ancien président lors d'un déjeuner. Propos que, malgré les démentis, nous confirmons aujourd'hui.


 
Z.E.P Nique la France

Z.E.P Nique la France Créé le vendredi 26 octobre 2012

 
"On va pas être déchu, déchu..."France Inter [HUMOUR] "C'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de décorer notre constitution avec un portrait du Maréchal Pétain." Sophia Aram revient sur la déchéance de nationalité. 
 
Jeu d’influences”, un jeu en ligne pour comprendre le monde trouble des spin doctors Jeu en ligne | Pour accompagner un documentaire sur les spin doctors diffusé mardi 6 mai, France 5 propose un jeu interactif dont vous êtes le héros. Pas seulement ludique, mais aussi instructif. source télérama, blog skyrock :

"Les bons spin doctor ont une influence sur notre opinion" - YouTube :

Jeu d'influences : Les stratégies de la communication ... - YouTube :   

Bienvenue dans le monde merveilleux de la com Jeu d'influences, un jeu en ligne dont vous êtes le héros, et qui accompagne un documentaire sur ce même thème diffusé par France 5 ce mardi 6 mai 2014.

Dans ce projet interactif produit par Premières Lignes et les Nouvelles Ecritures de France Télévisions, écrit et imaginé par Julien Goetz (La Contre-Histoire des Internets) et Florent MaurinVous pouvez jouer ici à Jeu d’influences Du poison dans nos robinets

 Pour les scientifiques, l'imprégnation par les produits chimiques omniprésents, n'est pas étrangère au développement de maladies comme le cancer du sein ou l'obésité. Industrie agro-alimentaire...

 

Excellent décodage de l'ascension du conseiller et idéologique Patrick Buisson, célèbre pour avoir conseiller Sarkozy " a son insu".

[TEASER] Patrick Buisson, le mauvais génie - YouTube

  

P.Buisson: "Le Mauvais Génie" livre choc sur l'idéologue du FN le 18/03

Bienvenue dans le monde merveilleux de la communication de crise et de ses conseillers, les spin doctors, où ce qui paraît vraisemblable est plus important que la vérité. Vous vous êtes déjà demandé comment un homme politique ou une entreprise parvenait à se sortir d'un scandale médiatique avec l'aide de ces conseillers de la dernière chance ? Comment un Jérome Cahuzac avait tenté de se dépêtrer de son mensonge à propos de son compte bancaire en Suisse ? Comment une entreprise comme Findus avait fait en sorte que sa marque ne soit plus systématiquement associée au scandale de la viande de cheval ? Comment Castorama a influencé les discussions sur le travail du dimanche ? C'est une plongée dans ce monde obscur du lobbying et du storytelling que propose Jeu d'influences, un jeu en ligne dont vous êtes le héros, et qui accompagne un documentaire sur ce même thème diffusé par France 5 ce mardi 6 mai 2014.

Dans ce projet interactif produit par Premières Lignes et les Nouvelles Ecritures de France Télévisions, écrit et imaginé par Julien Goetz (La Contre-Histoire des Internets) et Florent Maurin, vous êtes dans la peau de Louis Esmond, le pdg d'une entreprise de BTP, Habinat, symbole d'une success-story à la française. Tout vous sourit jusqu'à ce que votre bras droit se suicide. Un geste entouré de zones d'ombre qui poussent les médias à creuser dans des aspects méconnus de votre réussite. Et vous voilà obligé de faire appel à un de ces fameux conseils en communication de crise pour sauver bien plus que les apparences. Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour conserver votre entreprise, votre image, votre honneur, votre famille ? Pourrez-vous mentir, les yeux dans les yeux ? Etes-vous capable de sacrifier ceux qui vous sont proches ?

Au fil des deux cent vingt scènes qui ponctuent les cinq chapitres du jeu, l'interface vous guide simplement à travers des choix qui, eux, deviennent de plus en plus compliqués, et de plus en plus troublants, pour parvenir jusqu'à une des fins possibles (il y en a plusieurs mais à vous de les découvrir). A chaque chapitre, vos réponses seront comparées à celles des autres joueurs afin de vous situer. Et attention au « game over » en cas de mauvaises décisions.

Les auteurs ont pris le parti d'une interface sobre (on joue d'un clic) constituée de très beaux fonds dessinés signés Fano Loco, et de sons, ce qui permet au final de mieux s'immerger dans la peau du personnage. Certaines scènes sont appuyées de véritables interviews documentaires ou de vrais-faux sujets de JT (Elise Lucet a joué le jeu pour les rendre crédibles), afin de comprendre tous les enjeux de la communication de crise.

Ce serious game se révèle plus subtil que bien d'autres productions du même genre qui cèdent aux raccourcis, à la facilité et aux choix de jeu manichéens (oui ou non, tuer ou pas…). Déjà, fin 2013, avec Fort McMoney, le projet ambitieux de David Dufresne qui vous mettait aux commandes d'une ville canadienne régie par l'exploitation des sables bitumineux, on avait enfin atteint un niveau de subtilité et de complexité intéressant. Avec un degré moindre d'ambition, Jeu d'influences réussit le même pari en jouant la carte de l'empathie : vous mettre dans la peau d'un personnage hors du commun et peut-être vous faire apprendre sur le sujet du jeu et un peu sur vous-même.

Vous pouvez jouer ici à Jeu d’influences

 Politicaillerie Nous sommes passés en quelques semaines de la question « comment combattre le terrorisme ? » à cette autre question : « Comment exploiter cette situation pour se faire réélire en 2017 ? ». Edifiant selon POLITIS.FR
 
Mais rien n’y fait. Et cette affaire nous fait entrer, comme par effraction, dans les sous-sols du pouvoir. Pour ne pas dire « les bas-fonds ».Florian Philippot  les Belges lui ont apporté la contradiction. Pris par la patrouille, le Premier ministre s’est de nouveau connecté sur son profil Facebook pour supprimer le passage sur l’Allemagne. Mais lundi, quelques minutes, après le post, Libération relevait quelques erreurs du Premier ministre. 

un lienSur la déchéance, Manuel Valls révèle ses lacunes sur Facebook E. LIBERATION.FR Cécile Duflot "Si j'avais su qu'un jour je viendrais commenter la déchéance de nationalité...FRANCEINTER.FR


 

 Bayrou: Valls critique Sarkozy sur ses attaquesLe premier ministre Manuel Valls a critiqué aujourd'hui la vive offensive de Nicolas Sarkozy et de son camp contre le dirigeant du MoDem François Bayrou, dénonçant "des attaques" qui "ne rehaussent pas le débat".M. Jacob avait appelé M. Valls à démissionner après ses propos disant sa "colère" et la "honte" ressentie par les militants après la publication des confessions de François Hollande dans le livre polémique "Un président ne devrait pas dire ça". Il a fustigé "un président Narcisse qui s'est noyé dans un torrent de confidences qui ont abimé la fonction présidentielle et sa propre image" et dévoile "des opérations classées secret défense".


Patrick Buisson détruit Nicolas Sarkozy sur le 20h de Pujadas le 28/09/2016
 A moins de deux mois de la primaire à droite, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy règle ses comptes avec l'ancien chef d'Etat dans son nouveau livre, La cause du peuple (éditions Perrin).

 n

Pourquoi Sarkozy gouvernera avec l'extrême droite
 
Publié le 19 mars 2012 par L'as de Madrid | Catégorie : Actualité, Analyse
Les élections présidentielles se gagneront ou se perdront à sa droite. Nicolas Sarkozy en est conscient, et tente aujourd'hui de rallier ceux qui firent sa fortune en 2007 : les électeurs du Front National. Pour ce faire, les appels du pied à l'électorat nationaliste se multiplient mais ne semblent pas suffire à siffler le réservoir des voix de Marine Le Pen. Le faux débat sur la viande halal, la remise en cause des accords de Schengen et les sorties répétées de Claude Guéant ne sont que l'avant goût de ce que Sarkozy peut nous réserver au deuxième tour : une union des droites nationales. Beaucoup en ont rêvé, pourquoi ne le ferait-il pas?
 
L'entourage immédiat de Sarkozy, des hommes sous influence

On ne le dira jamais assez : la politique ne se fait pas que dans les discours ou dans les actes, elle se décide dans les couloirs et les coulisses. L'entourage de Sarkozy  pour sa campane de 2012 a ceci de surprenant qu'il compte un certain nombre d'individus issus des rangs de l'extrême droite française. A commencer par Patrick Buisson, dont le chef de l'Etat ne peut visiblement plus se séparer. Conseiller privilégié, membre de sa garde (très) rapprochée, Nicolas Sarkozy disait de  lui en 2007 qu' « il est l'hémisphère droit de mon cerveau » (Libération 15/03/2012).
En l'espace de cinq ans, le sinistre homme de l'ombre de Sarko a acquis une place prédominante dans la stratégie du candidat de l'UMP.
 
Les parasites au chômage, les mangeurs de viande halal, la France forte, c'était lui. Ce charmant conseiller, transfuge des branches les plus dures de l'extrême droite hexagonale traîne derrière lui une carrière édifiante : vice président de la FNEF en 1968 (opposée aux étudiants qui se révoltaient), directeur du journal Minute dans les années 80 (journal du Front National avant la rupture avec Marine Le Pen), puis conseiller de Philippe de Villiers, il a inspiré à Nicolas Sarkozy toutes les idées réactionnaires du quinquennat : ministère de l'immigration, débat sur l'identité nationale... Celui qui avait publié les fameux livres OAS, Histoire de la résistance française en Algérie ou  L'Album Le Pen a bel et bien pris une place prédominante dans la campagne. Militant de la première heure d'une union des droites nationales, il déclarait en 1986 déjà que « Le Pen et le RPR , c'est la droite. Souvent, c'est une feuille de papier à cigarettes qui sépare les électeurs des uns ou des autres ». (Nouvel Observateur 20/11/2008).
 
patrick-buisson.jpg
Patrick Buisson dans sa jeunesse, lorsqu'il travaillait au Journal Minute
 
Les années Minute de Patrick Buisson, conseiller de Sarkozy- Rue-89 : "
Celui qui vante au Président la chasse aux voix FN est un ex-journaliste de l'hebdo d'extrême-droite. Nous avons relu ses articles." voir UMP et les mouvements racistes - citizenkhane, face au racisme : virons les lois scélérates et ceux qui l'imposent

 
Reportage de Complément d'enquête - Décryptage de la statégie
 

 
Un autre visage emblématique de ce rapprochement des droites est celui de Guillaume Peltier. Jeune loup fougueux au verbe haut et à l'arrogance primaire, cet ancien villiériste convaincu (encore ?) a lui aussi fait ses classes auprès de crânes rasés et de nostalgiques notoires. Avant d'être nommé secrétaire national de l'UMP aux enquêtes d'opinions (janvier 2012), et balancés sous les feux de la rampe sarkoziste dans la campagne présidentielle, cette tête à claques (appelons un chat un chat) affiche un CV à faire pâlir Marine Le Pen : Jeunesse Action Chrétienté, Front National dela Jeunessesous Jean-Marie, MNR sous Mégret, puis MPF sous de Villiers, le bougre a multiplié les casquettes d'extrême droite avant de finir rue dela Boétie. Aujourd'hui, on lui sert le café au siège de l'UMP et Guillaume est devenu quelqu'un de parfaitement fréquentable. La preuve, il est envoyé en première ligne sur les plateaux télé pour défendre le fabuleux bilan de son candidat préféré. Encore un qui rêve depuis toujours d'une union des droites et qui a conscience qu'il faudra bien que Sarkozy s'ouvre à la droite nationaliste pour pouvoir remporter le grand chelem.
 
guillaume-peltier.jpg
Guillaume Peltier au MPF de Philippe de Villiers avant de rejoindre l'UMP
 
Guillaume Peltier sur France 5


Guillaume Peltier, secrétaire national de l'UMP en charge des Etudes d'opinion


 
La Droite Populaire, passerelle de l'extrême droite

Les meilleurs des meilleurs se cachent sous ce nom on ne peut plus populiste. La droite Populaire, groupuscule d'une cinquantaine d'élus UMP, souhaite peser comme jamais dans cette campagne présidentielle. Depuis sa fondation en 2010 autour de Lionnel Luca, Thierry Mariani et Christian Vanneste (le monsieur anti avortement de Sarkozy), elle n'a cessé de prendre de l'ampleur dans le camp sarkozyste en multipliant les coups médiatiques : apéro saucisson vin rouge dans les couloirs de l'assemblée, manifestation à Cannes contre le film Hors la loi, déclarations tempétueuses sur la délinquance roumaine... Tout y est passé. Ses différences avec le Front National ? A priori aucunes, si ce n'est l'indécrottable volonté de ses membres d'être élus à l'assemblée, chose impossible pour quiconque rejoindrait le FN. Sur le reste, la droite populaire défend à peu près le même bout de gras que Marine Le Pen, à savoir : la sécurité (revendiquée comme « la première des libertés » dans sa fameuse charte), la fin de l'immigration massive, l'identité nationale et les autres bêtises sexistes ou xénophobes habituelles. Les membres de la DP sont d'ailleurs les bienvenus dans les rangs des organisations d'extrême droite (et inversements) : au mois de février dernier devait se tenir un débat à Paris sur le thème
« Peut-on raisonnablement calculer le coût de l'immigration », dans lequel devaient se rencontrer Gilbert Connard (pardon, Collard) soutien inconditionnel de Marine Le Pen,  Jean-Yves Le Gallou (FN puis MNR) et... Christian Vanneste. Annulé au dernier moment, ce débat semblait bien répondre aux attentes formulées parla Droite Populaire : créer un grand rassemblement des droites autour de l'UMP, en recentrant Nicolas Sarkozy autour des « vraies valeurs françaises ».
 

Lionnel Luca et la droite populaire contre le film Hors la loi

Un « je t'aime moi non plus » historique
L'histoire des droites en France est, comme celle des gauches, fondée sur la concurrence et non l'adversité. De programme commun, les droites n'en ont pas connu, certes ; mais dans bien des situations les formations politiques ont su s'entendre et coopérer pour œuvrer conjointement à leur projet de société, relativement semblable. Nous ne citerons ici que le Service d'Action Civique (SAC) du général De Gaulle dont pléthore de membres furent étroitement liés aux mouvances d'extrême droite dans les années 60, ou l'Union Nationale Interuniversitaire (UNI), organisation étudiante qui fait régulièrement la part belle aux militants du FNJ et du GUD malgré son allégeance envers Nicolas Sarkozy...   
 
Quand on y regarde de plus près, il n'existe pas de frontière morale imperméable entre l'extrême droite et la droite dite classique, bien au contraire. Les droites se disputent leurs électeurs dans des frondes parfois virulentes mais se retrouvent régulièrement autour de mots d'ordre communs, comme un couple passionnel tiraillé entre haine et amour. Les programmes de L'UMP et du Front National  pour les élections présidentielles sont l'illustration parfaite de ce rapprochement idéologique :

Au sujet de l'Europe, Marine Le Pen propose la « remise en cause des accords de Schengen sur la libre circulation des personnes : la France reprendra le contrôle de ses frontières ». Nicolas Sarkozy, dans son fameux discours de Villepinte affirmait que « les accords de Schengen doivent être révisés » afin de ne « pas laisser la gestion des flux migratoires entre les seules mains des technocrates et des tribunaux »
 
En terme d'immigration, lorsque Marine Le Pen avance qu'il faut « supprimer l'AME (aide médicale d'Etat) réservée aux migrants clandestins », le projet UMP pour 2012 explique que « L'aide médicale d'État (AME) pour les étrangers en situation irrégulière sera mieux contrôlée et recentrée sur les situations d'urgence sanitaire et sur les risques épidémiques ». Les exemples abondent dans ce sens (récidive, système universitaire, place de la famille et j'en passe) pour illustrer cette connivence élémentaire entre les propositions politiques des deux organisations. On a beau s'égosiller de part et d'autre des droites qu'on ne veut pas fréquenter son voisin, il semble aujourd'hui évident à tout un chacun que l'heure du rapprochement politique a sonné.
 


La voix est libre 26.02.2011 Partie 2

 
Une stratégie délibérée en temps de crise

Partout en Europe on observe une tendance au rapprochement entre les droites classiques et les droites extrêmes. La crise financière et sociale a précipité un processus entamé depuis des années dans certains pays européens (Italie, Hongrie etc...).
Désormais, qu'on se le dise, on discute avec l'extrême droite un peu partout sur le continent. Aux Pays Bas, l'importance croissante du PVV (Parti pour la liberté) de Geert Vilders a abouti en 2010 à la formation d'un gouvernement d'union des droites nationales : les chrétiens démocrates et les conservateurs étaient dans l'obligation de conclure un accord avec ce dernier pour espérer obtenir une majorité parlementaire. En Grèce, le gouvernement de Lucas Papademos censé rétablir l'ordre social dans un pays exsangue a ouvert sa porte à quatre ministres issus des rangs du parti d'extrême droite LAOS (notons que ces ministres ont démissionné au mois de février 2012). Partout, les organisations d'extrême droite font des percées historiques au sein des parlements nationaux, et obligent ainsi les partis de droite de gouvernement à composer avec elles. Sarkozy sait très bien qu'il ne gagnera pas les élections de 2012 s'il ne laisse pas la possibilité à l'extrême droite de grignoter un bout de l'os. C'est pourquoi il pourrait rapidement proposer aux électeurs nationalistes une alliance de circonstance, avec portefeuilles ministériels à la clé



Patrick Buisson : l'extrème droite à l'Elysée. Doc octobre 2016

 n 

Rappelez vous : 

 

Pourquoi la politique de surenchère de N. Sarkozy mène a l’impasse.

 

Projet de budget 2011 : 3500 suppressions de poste dans la police nationale sont envisagées au cours des trois prochaines années

Opposition, Association des maires de France : amples protestations contre la mise en cause des municipalités accusées de laxisme

 

Les déclarations guerrières contre « Voyou » restent les mêmes. Les promesses de rétablissement de l’ordre, aussi lorsqu’il s’agit de nettoyer les « Halls  d’immeuble » ou de pacifier les « zone de non droit ». Mais la méthode Sarkozy sur la sécurité s’est essoufflée. « J’ai tuée le métier de Ministère de l’intérieur » a expliqué Nicolas Sarkozy. Le sens de la Méthode n’était pas celui attendu : avec ces choix budgétaires, lorsqu’il était ministre de l’intérieur, M.Sarkozy a rendu impossible la tache de ses successeurs, contrains de réduire les effectifs et donc de fragiliser les forces de l’ordre. Des suppressions de poste vont se poursuivre en 2011.

Brice Hortefeux a repris la Méthode de N. Sarkozy : réactivité face aux faits divers, frénésie législative et multiplication des annonces, comme celles attendues, mardi 17 août, dans le cadre du déplacement du ministre a Toulon pour inaugurer un commissariat. Mais M. Hortefeux hérite d’une situation extraordinairement difficile sur le terrain, coincé entre l’obligation (imposée par le gouvernement) de réduction des effectifs, la lassitude des policiers face à la politique du chiffre et la crainte des violences dans les quartiers sensibles. Un contexte qui éclaire le choix des politiques dans les quartiers sensibles : Un contexte qui révèle / éclaire le choix politique effectué après les élections régionales, dévoilé lors du « discours de Grenoble » le 30 juillet : Pour donner le sentiment qu’ils peuvent encore agir, alors que toutes les cartouches en réserve ont déjà été tirées, N. Sarkozy et son gouvernement sont contraint d’aller plus loin dans la surenchère verbale et législative. Voir Comment Sarkozy a rendu possible la dérive raciste à droite Politiquement incorrects :  , La droite menacée d’un 'siphonnage' au profit de l'extrême droite " et nous citoyen victime parmi les victimes   la nouvelle droite radicale en Europe

 

Pourtant, en 2010 sur France 5, François Hollande jugeait l’extension voulue par le chef de l’Etat d’alors « attentatoire à ce qu’est finalement la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens ». Nicolas Sarkozy avait en effet proposé, dans son discours de Grenoble, prononcé en juillet 2010, de retirer la nationalité française « à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme ou de toute personne dépositaire de l’autorité publique ».

Invité sur France 5, le François Hollande d’opposition posait alors une série de questions qui lui sont aujourd’hui renvoyées par son propre camp :

« Est-ce que ça va améliorer en quoi que ce soit la protection et la sécurité de nos concitoyens ?
Est-ce que c’est conforme à notre histoire, nos traditions, notre Constitution, quand on sait que depuis 1889 la nationalité française s’exerce par la naissance et s’acquiert par mariage au bout de quelques années après un contrôle ? »



 
  • Manuel Valls, des principes républicains à la gauche qui s’égare
 
 
 

 

Le Manuel Valls d’opposition multipliait, en 2010, les arguments contre l’extension de la déchéance de nationalité voulue par la droite au pouvoir. Il expliquait ainsi sur BFM que la possibilité de déchoir de sa nationalité une personne qui avait « porté atteinte aux intérêts de la nation » existait déjà dans la loi. « Il faut en resterlà », assénait-il alors, dénonçant « un jeu politique où on essaie de faire croire qu’immigration et insécurité, c’est lié. C’est insupportable et ce n’est pas la France ».

 

Déchéance de nationalité : "C'est une reconnaissance glorieuse du combat des jihadistes", dit le porte-parole du PS : " INVITÉ RTL - Olivier Faure, député socialiste de Seine-et-Marne, estime que la déchéance de nationalité est "un contresens" et une mesure "impraticable"

Tout cela fait le jeux du Front national et de Marinne Le Pen

 la photo de Non à la déchéance de nationalité dans la constitution.Florian Philippot sur Ajaccio : "Le laxisme,…


Dans une  la publication de Le Monde.fr Politique. : Quand Hollande et Valls conspuaient la déchéance de nationalité au nom de grandes valeurs LEMONDE.FR


Affaire Bygmalion : « Envoyé spécial » (très attendu)
 

 

Qatar: un livre pointe les «dérives» de politiques français

Les journalistes Georges Malbrunot* et Christian Chesnot dénoncent dans un livre-enquête les "dérives" de la relation entre le Qatar et des personnalités politiques de tous bords, dont Jean-Marie Le Guen et Rachida Dati, qui portent plainte.

Dans ce livre Nos très chers émirs (Michel Lafon), dont l'hebdomadaire Le Point a publié jeudi les bonnes feuilles, ils racontent comment l'argent a "pourri" cette relation avec les monarchies du Golfe et en particulier comment, selon eux, l'ambassade du Qatar à Paris est sollicitée par des politiques. "A Noël, Mohammed al-Kuwari (ex-ambassadeur du Qatar à Paris, ndlr) offrait aux membres du groupe d'amitié France-Qatar à l'Assemblée nationale des montres Rolex ou des bons d'achat dans des grands magasins", selon ces extraits.

Les deux journalistes, selon les extraits du Point, citent nommément le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, le député PS Nicolas Bays, l'ex-garde des Sceaux LR Rachida Dati, l'ancien premier ministre Dominique de Villepin ou encore la sénatrice centriste Nathalie Goulet.

Selon Christian Chesnot, Jean-Marie Le Guen "voulait imposer une agence de communication pour gérer des déclarations d'hommes politiques, pour contrôler un peu les déclarations au Parlement qui seraient critiques vis-à-vis du Qatar". Rachida Dati aurait, elle, demandé à l'ambassade du Qatar "pas moins de 400.000 euros pour son association", un "club des ambassadeurs", somme qui lui a été refusée, affirment-ils.

"J'ai appris avec stupéfaction et consternation les allégations délirantes contenues dans (ce) livre", a réagi M. Le Guen sur Facebook. "Evidemment, je porte plainte pour diffamation", a-t-il ajouté. Les avocats de Mme Dati ont dénoncé dans un communiqué à l'AFP "mensonges" et "calomnies" et annoncent que "toutes les actions seront entreprises pour faire cesser les atteintes répétées à la probité" de la maire du VIIe arrondissement de Paris. Rachida Dati a précisé à l'AFP qu'elle portait plainte.

Nicolas Bays aurait demandé à se "faire inviter dans un hôtel de Doha" et se faire "payer un billet d'avion sur Qatar Airways", essuyant un refus. Ce que l'intéressé a démenti "formellement" dans un tweet.

Nathalie Goulet "essuya, elle aussi, chaque fois, un refus clair et net (...) Elle a pourtant multiplié les demandes", écrivent les auteurs cités par Le Point. Elle a indiqué à l'AFP qu'elle portait également plainte.

Dominique de Villepin est également évoqué, décrit comme un "vieil ami de la famille régnante, qui fait beaucoup d'affaires au Qatar". Il "exige d'être en première classe, sinon il boude les invitations à Doha", écrivent les journalistes, citant un diplomate de l'ambassade du Qatar.

* Georges Malbrunot est journaliste au Figaro
 
Cela entraine une méfiance accrue dans le systeme politique français. Ainsi 2/3 des Français jugent les politiques corrompus Les politiques comptent parmi les catégories perçues comme les plus corrompues, selon cette enquête pour l'association Transparency international France et le cabinet Tilder.

Renouvellement politique

Pour lutter contre "la corruption de la vie politique", les personnes interrogées jugent à 84% qu'il serait positif de "favoriser le renouvellement des responsables politiques (limitation des mandats dans le temps et interdiction du cumul d'un mandat de parlementaire avec un mandat d'exécutif local). 83% estiment également efficace de limiter et contrôler plus strictement le financement de la vie politique "venant des partis, des entreprises et des particuliers".
Un encadrement plus strict du lobbying (79%), un renforcement de l'indépendance de la justice (78%) et un contrôle a priori de la situation fiscale des ministres et des hauts fonctionnaires (78%) sont également plébiscités.

Les dispositions pour permettre aux citoyens "de participer plus activement aux décisions qui les concernent" (développer les pétitions, les "consultations citoyennes" en ligne...) recueillent l'assentiment de 75% des personnes interrogées.
Enquête réalisée en ligne du 23 au 25 août auprès de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Sarkozy, le bulldozer // Documentaire octobre 2016


 

Jeu d'influences : les stratèges de la communication - YouTube

Les stratèges de la communication se sont imposés dans toutes les sphères du pouvoir, dans l'ombre des politiques mais aussi des grands patrons. Inconnus du grand public, ces «spin doctors» sont au coeur de la production de l'information. Ils façonnent l'image de leurs clients et influencent les journalistes.


Ce premier volet se penche plus précisement sur les stratèges de la communication de crise, appelés en urgence par des grands patrons pris dans la tourmente médiatique. Ainsi l'affaire Kerviel, avec la longue guerre de l'image entre les stratèges de la Société générale et les conseillers du trader. D'autres professionnels, comme Ramzi Khiroun et Anne Hommel, ont sauvé Richard Gasquet, empêtré dans une affaire de dopage. Des agences arrivent aussi à faire émerger des débats de société pour le compte d'intérêts privés, comme le travail le dimanche.

"Emeutes en banlieue : la mécanique infernale "

 A l'heure des déclarations raciste de Claude Guéant:L'UNI est elle d'extreme droite?,  
[c=black]Cette UMP qui penche à l'extrême droite- médiapart
Droite : Sept candidats pour un fauteuil ( entretien video 31 minutes)

Sources Patrick Buisson, Le Mauvais Génie - Documentaires - France 3

“Patrick Buisson, le mauvais génie”, ou l'extrême droite au cœur du pouvoir : Télévisiondocumentaireextrême-droiteFrance 3la chaîne Histoire , Nicolas Sarkozy , Patrick Buisson 

“Patrick Buisson, le mauvais génie” Créé le jeudi 27 octobre 2016, Les médias et la politique

Patrick Buisson, le mauvais génie

Comment Sarkozy a rendu possible la dérive raciste à droite : citoyen ...

Le populisme au féminin -Par Enkolo dans Accueil le |Par Enkolo dans Accueil le TRUST - Métal Express Documentaire Bérurier Noir - integrale :) 

L(in)sécurité : Un champ de bataille ( 2) 

État d'urgence : l'État policier pour éluder tout bilan critique a bas l'etat policier Jean Christophe Rufin pour son livre Globalia

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu