Avertir le modérateur

17/07/2016

La guerre de l'ombre au Sahara"

n

«On a fait des livres sur les intérêts des princes ; on parle d’étudier les intérêts des princes : quelqu’un a-t-il jamais parlé d’étudier les intérêts des peuples ?» de Chamfort

 

Extrait "La guerre de l'ombre au Sahara" - ARTE - YouTube

 

 

 

L'accord de paix signé samedi 20 juin à Bamako est censé  tourner la page du jihadisme dans cette partie du Sahel qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d'indépendance du pays, en 1960. En 2012, cette vaste région a été transformée en sanctuaire et en base d'opérations jihadiste, jusqu'au lancement à l'initiative de la France de l'opération Serval en janvier 2013.       
 

Dans notre dossier : un documentaire qui décrypte la forte présence militaire américaine sur le continent et l'envers des récentes opérations militaires en Libye et au Mali, des repères géographiques et chronologiques sur cette guerre au Sahara, et une infographie sur l'internationale jihadiste. 

 Shadow War in the Sahara: Western Military in N.Africa | Documentary - GorwFilm

Guerre de l'ombre au Sahara | ARTE Info : “Guerre de l'ombre au Sahara” - Mondafrique

 

Comprendre la situation au Mali en 5 minutes

n

 [#jdef] Spécial "Mali, un an après"

Il n'y a presque pas un jour où l'on ne reçoit pas de rapports sur des actes abominables de terrorisme commis par les ennemis de la paix et les ennemis de ce pays et de son peuple", s'est indigné le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, cité dans le communiqué.

"Leur cible réelle est l'échec du processus de paix et leur objectif est d'imposer le règne de la violence et du chaos", a-t-il ajouté.

» Lire aussi - Au Sahel, «Barkhane» face à des djihadistes furtifs 

Au Nord Mali, la situation s'enlisse dans une guerre asymétrique faite d'acte de guérilla urbaine : Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques djihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays, y compris à Bamako. Mali: un Casque bleu et 2 civils tués Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a condamné l'attaque  La paix et la sécurité demeurent la responsabilité primordiale des parties maliennes", a-t-il souligné, appelant à l'application de l'accord de paix de 2015 censé isoler les jihadistes mais dont l'application accumule les retards. Par ailleurs, dans la région de Tombouctou, des hommes armés ont attaqué hier un camp de l'armée malienne, selon des sources locale et sécuritaireLe président malien Ibrahim Boubacar Keïtaa réuni hier soir un conseil de défense et "a donné des instructions pour que les forces de défense et de sécurité adoptent plus une position mobile et non plus statique dans plusieurs localités du pays, notamment au nord", a déclaré à l'AFP l'un des participants. 

 Lire aussi :   Au Mali, l’impossible paix ?


Guerre au Mali: le début.

 

Burkina: 11 militaires tués dans une attaque à Nassoumbou au nord du pays, à 70 km de la frontière malienne, a annoncé le haut commissaire de la province du Soum, Mohamed Dah.

"Nous avons un très mauvais bilan. Nous avons perdu onze de nos hommes dans l'attaque de ce matin à Nassoumbou", qui constitue "la plus grosse attaque djihadiste jamais perpétrée" contre l'armée, a déclaré à l'AFP M. Dah joint au téléphone depuis Ouagadougou.

 

Le nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières.

Le détachement victime de l’attaque fait partie du Groupement des forces armées antiterroristes (GFAT), un bataillon de plus de 600 hommes déployés à la fin de janvier 2013, quelques semaines après le début de l’opération Serval lancée par la France contre les forces djihadistes dans le nord du Mali. Cette opération qui s’est achevée en juillet 2014 a été remplacée par l’opération Barkhane chargée de la lutte antiterroriste dans le Sahel.

Lire aussi :   Au Burkina Faso, le pouvoir affirme avoir déjoué une tentative de coup d’Etat

C’est la deuxième attaque directe à laquelle l’armée burkinabée est confrontée depuis le début des attaques djihadistes au premier trimestre 2015 au Burkina. Le nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015.

 
Mali and Burkina Faso join forces against armed groups

Deadly attack targets army base in Burkina Faso http://aje.io/ezgt

Mali : un guerre inachevée ? (Partie 1) (Partie 2 - #DébatF24

Après le nord, le centre du Mali menace à son tour de s’enflammer 7

Exécutions et intimidations se multiplient dans cette région du delta intérieur du Niger gangrenée par des groupes islamistes, et que l’Etat a désertée. Par Christophe Châtelot (Bamako, Mopti, Sévaré, envoyé spécial) LE MONDE Depuis le 22 avril 2015, Issa Dicko est en sursis. Ce jour-là, Amadou Issa Dicko, son cousin et chef du village de Dogo, dans le centre du Mali, a été froidement assassiné en public par deux djihadistes à moto. Les raisons du drame mêlent des considérations sociales, politiques et religieuses, dans cette région du delta intérieur du Niger désertée par l’Etat et qui menace, après le Nord, de s’enflammer.

Lire aussi :   Les violences au Mali ont atteint un niveau inquiétant en 2016

L’histoire que raconte Issa Dicko, rencontré à la mi-décembre 2016 à Sévaré, est emblématique des tensions qui déchirent cette terre d’élevage et de rizières enrichies par les crues du Niger, source de litiges fonciers séculaires et terre de djihad. Un homme incarne le danger. Hamadoun Koufa Diallo, un islamiste radical, qui, depuis des années, laboure les consciences. « J’appréciais certains de ses prêches prônant la constitution d’une république islamique au Mali, reconnaît Issa Dicko, doyen septuagénaire d’unefamille de propriétaires terriens. Mais ce maître coranique a converti des marabouts de la région et, surtout, il a convaincu les plus pauvres de prendre les armes. »

vide étatique

Le succès d’Hamadoun Koufa Diallo est d’avoir ajouté une dimension sociale au discours religieux rigoriste. « Lui et les autres islamistes de la région parlent de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts », décrypte Boukary Sangaré, anthropologue malien, doctorant à l’université de Leyde, aux Pays-Bas. « Il y a dans ce combat une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles quasi féodales », ajoute-t-il. Issa Dicko illustre ce propos : « Normalement, quand tu passes sur une terre avec du bétail, tu paies la redevance au propriétaire. Koufa dit : “Ne payez rien, la terre appartient à tout le monde.” »

Cette jacquerie a connu une embellie en 2011. La moitié du Mali est alors occupée par une coalition instable de mouvements djihadistes, affiliés pour certains à Al-Qaida, et de rebelles indépendantistes touareg qui avait mis l’armée et l’Etat maliens en déroute. « L’intervention militaire française du début 2013 a dispersé les djihadistes. L’accalmie n’a pas duré », se souvient Issa Dicko.

 

 

n


Plusieurs locaux accusés de servir comme éclaireurs de l’armée malienne dans le dédale lacustre du delta ou la brousse sahélienne ont été exécutés sommairement

Un rapport publié le 18 janvier par l’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch souligne ainsi que « beaucoup d’exécutions ont eu lieu dans le centre du Mali, où la présence de groupes islamistes armés et l’intimidation des populations n’ont cessé d’augmenter en cours d’année [2016] ».

Lire aussi :   Après le nord, le centre du Mali menace à son tour de s’enflammer

 La peur et la suspicion empoisonnent maintenant le delta et ses campagnes. Sévaré aussi est touchée..« L’armée malienne ne contrôle que la grand-route allant de Bamako jusqu’à Sévaré, après, jusqu’à Gao, c’est le Far West », s’inquiète un officier de la Minusma. Sans parlerdes voies secondaires de circulation partant du « goudron ». C’est le règne des coupeurs de route, quand elles ne sont pas minées par les groupes armés. Dans nombre de communes de la région, l’Etat a d’ailleurs renoncé à y organiser les municipales en novembre 2016. Autre signe de la crise dans le delta intérieur du Niger, l’Etat malien abandonne le champ de l’éducation républicaine sous la pression islamiste.


« Si l’Etat n’agit pas rapidement, la région va basculer dans la guerre », s’inquiète Soumaïla Sangaré. Mais, à Bamako, tout cela semble bien loin.

Mali: 11 morts dans une attaque contre l'armé au cours d'une attaque contre la base militaire de Boulikessi, dans le centre du Mali, près du Burkina Faso, a annoncé le ministère malien de la Défense dans un communiqué lu à la télévision."Des hélicoptères de l'opération Barkhane ont atterri à Boulikessi pour nous assister", a-t-on indiqué de source militaire malienne.En 2012, le nord du Mali était tombé sous le contrôle de rebelles touaregs et de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda.  Les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Guerre de l'ombre au Sahara | ARTE Info

Niger: état d'urgence à la frontière malienne

Le Niger a décrété vendredi "l'Etat d'urgence" dans plusieurs départements de Tillabéri et Tahoua, deux régions situées dans l'ouest du pays voisin du Mali et souvent victimes d'attaques terroristes meurtrières, selon un communiqué du gouvernement. "Le projet de décret (pris par le conseil des ministre) a pour objet de proclamer l'Etat d'urgence dans les départements de Ouallam, Ayorou, Bankilaré, Abala, Banibangou dans la région de Tillabéri, et les départements de Tassara et Tilia dans la région de Tahoua", précise le texte lu à la télévision d'Etat.

Cette mesure accordera des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité sur les théâtres des opérations dont celui d'ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit. Dans ces zones, les attaques "mettent en péril la sécurité des paisibles populations et l'ordre public", a justifié le gouvernement. Les régions de Tillabéri et Tahoua sont devenues très instables en raison de nombreuses attaques meurtrières, visant régulièrement des positions de l'armée et des camps de réfugiés, attribuées à des groupes jihadistes maliens liés notamment au Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

Ce mouvement est l'une des formations djihadistes visées depuis plusieurs années par l'armée française au Sahel. Fin février, 16 soldats ont été tués et 18 blessés dans une "attaque terroriste" contre une patrouille de l'armée à Tilwa dans la zone de Ouallam.

Niger: état d'urgence à la frontière malienne

Mali: alliance de trois groupes djihadistes

La nouvelle organisation, liée à Al-Qaida, veut étendre les attaques dans la région. la fusion de leurs groupes au sein d’une nouvelle organisation censée chapeauter le combat des islamistes radicaux au Sahel et au-delà.ont scellé la naissance du « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans ». Une nouvelle entité placée sous le commandement d’Iyad Ag Ghali, lequel a prêté allégeance à Al-Qaida et aux talibans afghans.

Les deux principaux groupes djihadistes actifs au Mali, Ansar Dine et Al Mourabitoune, ont annoncé aujourd'hui qu'ils allaient fusionner leurs forces, rapporte l'agence de presse mauritanienne ANI.

» Lire aussi - Au Mali, la paix se fait toujours attendre

Les deux mouvements ont revendiqué de multiples attaques contre les forces maliennes, les casques bleus de la Minusma et les soldats français de l'opération Barkhane.

Al Mourabitoune, lié à Al Qaïda et commandé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, s'est attribué la responsabilité de l'attentat suicide qui a fait jusqu'à 60 morts et plus de 100 blessés le 18 janvier dernier dans un camp militaire de Gao, dans le nord du Mali.

» Lire aussi - Mali : l'armée française revoit à la hausse le bilan de l'attentat de Gao

L'agence ANI, qui s'appuie sur une annonce diffusée via un forum islamiste sur internet, ajoute que les Brigades Massina, un groupe opérant dans le centre du Mali formé principalement de bergers peuls, et l'Emirat du Sahara, une émanation d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), uniront également leurs forces avec le nouveau groupe.

 Cette unification des groupes djihadistes ne surprend pas Dominique Thomas, chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et auteur de Génération djihadistes. Al-Qaida-Etat islamique, histoire d’une lutte fratricide (Michalon, 224 pages, 17 €) : « Cela révèle une volonté chez AQMI d’officialiser un partenariat qui existe depuis 2011 et qui s’est renforcé ces deux dernières années. Ils le font par un acte fort, avec une vraie prise de risques – une frappe de drone, et c’était terminé. Il s’agit aussi de relancer une dynamique sur le terrain qu’on perçoit depuis 2016, avec AQMI à la baguette dans la coordination des attaques contre les forces françaises, notamment. »

 

LIRE AUSSI:

» Au Mali, l'insurrection djihadiste ronge lentement la région de Mopti

ARTE Reportage http://videos.arte.tv/fr/videos/arte-reportage--7294796.h...
Burkina Faso : l’exode des « hommes bleus »
Dans le nord-est du Burkina Faso, près de Dori, le camp de Goudebou accueillait déjà de nombreux réfugiés touaregs, conséquence dramatique de la rébellion menée de l’autre côté de la frontière en mars dernier par les groupes islamistes comme Ansar Dine ou le Moujao.
Depuis l‘intervention de l’armée française au Mali le 11 janvier dernier, leur nombre a fort... Lire la suite

 
Chine : frappée par la crise, la ville de Wenzhou, célèbre pour ses entreprises prospères, est en pleine débâcle.
VIDEOS.ARTE.TV
 
Une série d'infographies, tirées du documentaire "Guerre de l'ombre au Sahara", pour mieux comprendre les racines et les enjeux de la situation qui règne dans cette partie du monde.
INFO.ARTE.TV
 

je ne sais pas si c'est lié ou pas, mais je pense que oui : bcp bcp de trafic depuis deux jours sur l'article Mali : l'uranium de Faléa, un des enjeux du conflit ? - Le Blog Finance LEBLOGFINANCE.COM, Guerre de l'ombre au Sahara TELEVISION.TELERAMA.FR

 

afficher la suite des articles

 

 365 jours au Mali

 

◉ Les Islamistes Dans Le Sahara | La Guerre Du Désert | ARTE Documentaire 2016 HD

France 2 documentaire sur le Mali: Faut il crier victoire? 22/04/13 ...

mali - Le Blog des Documentaires sur l'Afrique

A QUI PROFITE LA GUERRE - Seigneurs de Guerre - Documentaire - 2015

COMPTE RENDU Burkina Faso : au moins onze militaires tués dans une attaque djihadiste

Le nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières.

Guerre de l'ombre au Sahara Par Enkolo dans Accueil le

LIRE AUSSI:

» Face aux djihadistes du Sahel, le soutien indispensable du puissant allié américain 

» Forces françaises au Mali: le temps de la pacification 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu