Avertir le modérateur

04/03/2017

EI et l'Asie

n

 

https://lookaside.fbsbx.com/…/Pascal%20Boyer%20Et%20L%20H... J’aime la publication de Flores Magon

Tout se passe comme si, au fur et à mesure qu’elle perd du terrain au Moyen-Orient, en Syrie et en Irak, une organisation telle que l’Etat islamique (EI) faisait des adeptes en Asie du Sud-Est.

Le groupe Etat islamique a occupé un temps un tiers de l’Irak, mais il ne cesse de perdre du terrain depuis deux ans face aux multiples offensives soutenues par l’aviation et les conseillers au sol de la coalition internationale dirigée par Washingtonmais Daech gagne du terrain dans le Sinaï, malgré l'omniprésence de l'armée égyptienne Lire aussi :   Bataille de Mossoul : la reprise de la deuxième ville d’Irak cartographiée jour par jour  A lire Les guerres cachées contre... 

 Les états-majors occidentaux continuent de vendre médiatiquement la peau de l’ours jihadiste avant de l’avoir tué, à Mossoul, voire à Raqqa. On attend avec intérêt le plan d’élimination de Daech que le président Trump a commandé à ses généraux pour le 28 février au plus tard. Il est pourtant à craindre que les stratèges jihadistes aient encore un temps d’avance, avec en ligne de mire l’Asie du Sud-Est, où vivent bien plus de Musulmans que dans tout le monde arabe.

Résumons : une zone frontalière propice à toutes les infiltrations entre le troisième pays musulman le plus peuplé du monde (après l’Indonésie et le Pakistan) et un Etat qui dénie les droits de sa minorité musulmane ; des camps de réfugiés et de déplacés, foyers naturels des engagements les plus intransigeants ; une propagande jihadiste qui dénonce un consensus international de fait pour laisser se poursuivre le supplice d’une population musulmane ; un groupe obscur, Yakin, sans doute prêt à se rallier au plus offrant. Toutes les conditions sont bien réunies pour que la Birmanie devienne à terme un nouvel abcès de fixation jihadiste. Espérons que la médiation d’Annan sera plus efficace qu’en Syrie pour conjurer un tel cauchemar.

 

En Indonésie, l’hypothèque djihadisteLE MONDE | ar Flavie Holzinger, Véronique Malécot et Floriane Picard


 

L'État islamique a réalisé une avancée impressionnante ces derniers mois. L'organisation est parvenue à entrer dans el-Arish, la capitale du Nord-Sinaï. Égypte : dans le Sinaï, l'exode des chrétiens traqués par l'État islamique cf Les défis des Égyptiens

Terrorisme. Le dangereux déni du gouvernement bangladaisASIE - BANGLADESH - THE INDIAN EXPRESS - BOMBAY ) Publié le .[...]

Le profil du suspect identifié par les enquêteurs russes, de nationalité russe et né au Kirghizistan, pose un défi majeur à Vladimir Poutine.Si cette piste devait se confirmer, elle signerait la première attaque d’ampleur sur le territoire russe d’un kamikaze originaire d’Asie centrale, et enverrait un signal alarmant pour le Kremlin, de plus en plus inquiet face à la montée de l’islam radical dans les ex-républiques soviétiques. Il s’agit d’un « défi lancé à tous les Russes (…) y compris à notre président », Vladimir Poutine, a réagi, mardi, son porte-parole, Dmitri Peskov.

COMPTE RENDUAttentat de Saint-Pétersbourg : la piste de l’islamisme en Asie centraleSyrie : mission impossible

 

DE L’AFGHANISTAN AUX PHILIPPINES

Un djihadiste présumé a déposé une bombe artisanale dans la cour d'un bâtiment du gouvernement indonésien, ce lundi. L'assaillant a été tué par la police après des échanges de tirs. Ces dernières années, le pays connaît une résurgence de l'islamisme radical.

L’implantation de Daech en Afghanistan était jusqu’à récemment limitée à la province orientale de Nangarhar, à la frontière du Pakistan. Mais c’est dans le nord-ouest du pays, à la frontière du Turkménistan, que Daech a tendu une embuscade, le 8 février 2017, à un convoi du Comité international de la Croix Rouge (CICR), tuant six de ses agents et en enlevant deux autres... On rappellera que le tueur du Nouvel An à Istanbul était ouzbek et avait été entraîné dans un camp de Daech en AfghanistanAu Pakistan, Daech n’a pas encore d’implantation territoriale, mais elle a semé une fois de plus la terreur, le 16 février 2017, en tuant au moins 75 personnes dans un sanctuaire soufi de la province du Sindh. Par ailleurs, plus d’un millier de militants ont quitté l’Asie du Sud-Est pour rejoindre les rangs de Daech, en Syrie plutôt qu’en Irak. Trois groupes jihadistes de l’île philippine de Mindanao ont prêté allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi au tout début de l’année dernière

La tentation du djihad gagne la jeunesse au Cachemire indien

Dans une impasse à cause de la répression implacable de l’armée indienne, la cause indépendantiste s’islamise de plus en plus.

Cette revendication aurait été inimaginable à la fin des années 1980, lorsqu’au pic de l’insurrection, le Front de libération du Jammu-et-Cachemire se battait pour l’autonomie d’un Cachemire séculier. Désormais, des voix s’élèvent parmi la nouvelle génération pour réclamer l’instauration d’un « califat » dans cette région que se disputent l’Inde et le Pakistan. Pour la première fois, Al-Qaida a annoncé, fin juillet, la création d’une cellule au Cachemire, nommée Ansar Ghazwat-ul-Hind.
Indonésie : attentat contre un bâtiment gouvernemental

 

Les islamistes philippins d'Abu Sayyaf, ralliés à l'organisation État islamique (EI), ont exécuté avant-hier Jurgen Kantner, 70 ans, après l'expiration d'un délai qu'ils avaient fixé pour le versement d'une rançon de 30 millions de pesos (560.000 euros).

n septuagénaire allemand exécuté par le groupe islamiste Abu Sayyaf, mLire aussi - Philippines : Duterte proclame la loi martiale après des combats entre l'armée et Daech


S'adressant au gouvernement allemand et à la famille de la victime, le président Duterte s'est dit "vraiment désolé" pour la mort du septuagénaire et a affirmé que l'armée avait intensifié son offensive contre le groupe Abu Sayyaf dans le but de sauver l'otage.

Mais il a souligné que son gouvernement était fermement opposé au paiement de rançons. "Nous ne cédons pas aux demandes de rançon (...) Si vous cédez et vous payez, il y aura encore plus de victimes", a-t-il ajouté.

Armed fighters working with criminals and corrupt politicians is common across Mindanao, where a Muslim separatist rebellion has claimed more than 120,000 lives since the 1970s.

What's behind the latest crisis in the Philippines? - Inside Story

Source: News agencies » Lire aussi - Rodrigo Duterte, le président flingueur des Philippines

Ces centaines d'extrémistes originaires d'Indonésie - le pays musulman le plus peuplé du monde - confrontée depuis un an à une montée en puissance des attaques en relation avec l'EI, sont partis à l'étranger combattre dans les rangs de l'EI.

l'US Army appuie les Philippines dans le combat contre Daech à Mindanao

L'engagement américain témoigne de la crainte de voir l'EI établir un nouveau front en Asie du Sud-Est. Mindanao, île de 22 millions d'habitants du sud de l'archipel philippin, a été placée sous le régime de la loi martiale le 23 mai dernier, après la prise de certaines parties de la ville de Marawi par des rebelles des groupes Abou Sayyaf, considéré par l'ONU proche d'Al Qaïda, et Maute, qui se réclame de l'Etat islamique et comprend d'anciens membres du Front Moro islamique de libération

. En dépit de bombardements nourris et du déploiement d'hélicoptères d'attaque lourdement armés, et de la mort d'au moins 200 islamistes, les forces de Manille n'ont pas tenu leur objectif: reprendre Marawi, le Jour de l'indépendance nationale, lundi 12 juin.Des centaines d'hommes armés ont attaqué aujourd'hui 21 juin des militaires dans un village du sud des Philippines, une opération qui pourrait avoir eu pour objectif de desserrer l'étau sur les insurgés islamistes de Marawi.

Philippines : Duterte poursuit ses croisades malgré les pressions : escadron de la mort Source: News agencies » Lire aussi : Philippines : Duterte proclame la loi martiale après des combats entre l'armée et Daech , » Philippines : les djihadistes perdent du terrain à Marawi , » Daech veut créer un califat aux Philippines

L'inspecteur de police Realan Mamon a affirmé que cette attaque pourrait avoir été une diversion pour aider les combattants de Marawi. M. Padilla a affirmé que les assaillants de Pigkawayan appartenaient aux Bangsamoro Islamic Freedom Fighters (Biff) wikipedia , une faction dissidente du Front Moro islamique de libération (Milf), principal groupe rebelle musulman du pays avec lequel le gouvernement a lancé des négociations de paix.

Honk Kong: des domestiques se radicalisent

Un petit nombre d'Indonésiennes travaillant comme domestiques à Hong Kong se sont laissées convaincre et radicaliser par la propagande du groupe Etat islamique (EI), affirme aujourd'hui un think tank indonésien.

Des organisations musulmanes et des associations de défense des travailleuses immigrées contactées par l'AFP ont affirmé ne pas être au courant d'un tel phénomène, mais elles se sont inquiétées des répercussions de cette étude sur la façon dont sont perçues et traitées les domestiques. Une poignée de domestiques se sont également rendues en Syrie, selon l'Ipac, un cercle de réflexion qui a publié de nombreuses études sur les conflits en Asie du Sud-Est.

 

 Le poison islamiste en Asie du Sud-Est 

Indonésie : menaces sur l’islam tempéré de l’archipel : Le plus grand pays musulman du monde, traditionnellement modéré, connaît une montée du conservatisme. L’islamisme intégriste met en cause ce modèle de cohabitation et de tolérance. LE MONDE |

Depuis la chute du régime autoritaire du général-président Suharto, en 1998, la traditionnelle modération de l’islam « nusantarien » (Nusantara désigne « l’archipel », c’est-à-dire l’Indonésie) connaît une résurgence du conservatisme et de la bigoterie. Une forte proportion de femmes musulmanes portent le jilbab – vêtement ample couvrant la tête et le corps –, le ramadan est plus observé qu’auparavant, des groupes de pression s’agitent pour forcer le gouvernement à réglementer la vente d’alcool.

L’Indonésie est, de longue date, déchirée entre des conceptions religieuses antagonistes. Mais dans éditorial du « Monde ».LE MONDE | . Le fondamentalisme musulman gagne du terrain dans cette partie du monde, et avec lui une dérive djihadiste de plus en plus inquétante. Autant qu’un retour du religieux, ce qui est à l’œuvre en Indonésie révèle une revendication identitaire. Majoritaires, les musulmans se sont sentis marginalisés.
 Longtemps terre d’islam tolérante à la multitude de minorités ethniques et religieuses qui la caractérise, l’Asie du Sud-Est est, chaque jour davantage, en proie à l’islamisme et à sa ­dérive naturelle et violente qu’est le djihadisme. Tout se passe comme si, au fur et à mesure qu’elle perd du terrain au Moyen-Orient, en Syrie et en Irak, une organisation telle que l’Etat islamique (EI) faisait des adeptes en Asie du Sud-Est.

La crainte est de voir s’implanter une base djihadiste – comme à Rakka en Syrie ou à Mossoul en Irak – servant à la préparation d’attentats

L’Indonésie a connu le terrorisme islamiste dans les années qui ont immédiatement suivi les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Mais elle est maintenant le théâtre d’une évolution politico-religieuse lourde de dangers à venir. La troisième plus grande démocratie du monde – 255 millions d’habitants, dont 87 % de musulmans – connaît une montée en force de l’islamisme.

 En un sens, les autorités centrales portent une part de responsabilité dans l’éruption fondamentaliste actuelle dans le pays. En 2001, elles ont autorisé la ­pratique de la charia – la loi islamique – dans la province d’Aceh. C’était un ­premier accroc à une tradition indonésienne d’aimable libéralisme religieux. Depuis, le wahhabisme a gagné d’autres régions d’Indonésie, à mesure que les universités du Golfe forment (ou plutôt « déforment ») des milliers de jeunes Indonésiens.

l'organisation extrémiste Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB). Les autorités attribuent à ce groupe la responsabilité de l'attaque contre un café de Dacca qui avait fait 22 morts l'année dernière, pourtant revendiquée par le groupe État islamique (EI).

La montée de l'extrémisme islamiste pose un danger grandissant pour ce pays à majorité musulmane, où le pourrissement d'une interminable crise politique a conduit à la radicalisation de l'opposition au gouvernement. Depuis l'attentat contre le café Holey Artisan Bakery le 1er juillet 2016, les forces de sécurité ont tué plus de 70 jihadistes.

LIRE AUSSI : » Au Bangladesh, la police réagit contre la menace islamiste» Attentat de Dacca : les djihadistes étaient des fils de bonne famille

Presque toute l'Indonésie compte des cellules de Daech

Le chef des armées indonésiennes a informé la communauté internationale lundi à Jakarta de la présence de cellules dormantes de l'EI dans «presque toutes les provinces» du pays.L'armée indonésienne a signalé lundi par la voix de son chef, le général Gatot Nurmantyo, la présence de cellules dormantes de l'État islamique sur son sol. Face aux attaques répétées dans les Philippines voisines, Djakarta s'inquiète de l'existence de ces extrémistes islamistes.«Ces cellules dormantes peuvent facilement se déclencher" 

Indonésie: une candidate à un attentat-suicide condamnée inspiré par l'organisation Etat islamique (EI) contre le palais présidentiel, a indiqué aujoud'hui son avocat.

» Lire aussi - Presque toute l'Indonésie compte des cellules de Daech

Les Indonésiennes jouent un rôle de plus en plus actif dans l'extrémisme violent et certaines cherchent à devenir des kamikazes pour l'EI, selon un rapport publié en début d'année par l'Institut d'analyse des conflits (Ipac) de Jakarta.

LIRE AUSSI :» Indonésie : attentat contre un bâtiment gouvernemental  L'État islamique à la conquête de l'Asie du Sud-Est» L'État islamique s'attaque à l'IndonésieAsia Pacific Philippines

Chaos, injustice, corruption, répression et inégalité sont les engrais du djihadisme.
La Birmanie regroupe tout cela, comme avant lui la Lybie, l'Egypte, Afghanistan Irak et Syrie.

L'EI appelle les Ouïgours à «verser des rivières de sang en Chine»

Des combattants de l'État islamique (EI) issus de la minorité chinoise ouïghoure ontmenacé depuis l'Irak de "verser des rivières de sang" en Chine, un avertissement adressé à Pékin qui est inédit, relève un expert. Les Ouïghours sont une minorité ethnique majoritairement musulmane originaire du Xinjiang, dans nord-ouest de la Chine. Cette région est un immense territoire semi-désertique, frontalier notamment avec l'Afghanistan

Cette vidéo constituerait la "première menace directe" de l'Etat islamique contre la Chine, a déclaré Michael Clarke, expert du Xinjiang à l'Université nationale australienne à Canberra.

C'est également "la première fois que des militants s'exprimant en ouïghour font allégeance à l'EI", ajoute-t-il.

Depuis une sanglante émeute ayant frappé la capitale du Xinjiang Urumqi en 2009 (environ 200 morts, principalement des Hans), Pékin impose des mesures de sécurité draconiennes dans la région: patrouilles, checkpoints, arrestations.

L'accroissement de la pression militaire dans le Xinjiang s'est traduit par une montée de l'irrédentisme et du fanatisme religieux dans cette province autonome de l'ouest de la Chine.L'état islamique menace de planter son drapeau noir sur la Chine. Une vidéo publiée par le groupe djihadiste montre des Ouïgours en arme s'entraînant en Irak: un véritable cauchemar pour Pékin, qui s'inquiète de voir revenir sur son territoire des extrémistes issus de la minorité musulmane du ...

Alors que les tensions s'exacerbent au Xinjiang et que Pékin dénonce la radicalisation religieuse du mouvement ouïgour, ces affirmations suscitent la prudence des experts occidentaux. «Cette filière n'est pas aussi importante que le prétend la Chine, qui a toujours cherché à lier les violences au Xinjiang à des organisations terroristes internationales pour obtenir l'appui des puissances occidentales. Mais elle n'a jamais apporté de preuves convaincantes», juge Nicholas Bequelin, expert de Human Rights Watch

Les autorités craignent que ces combattants ne reviennent en Chine semer la terreur», explique Li Fifan. Cette théorie du retour calquée sur le modèle du djihadisme sévissant en Europe laisse Bequelin sceptique. «Il est très difficile de revenir au Xinjiang, vu la répression sécuritaire qui y sévit», estime ce spécialiste basé à Hongkong, pour qui la «filière chinoise» se résumerait plutôt à des individus isolés qui se radicalisent au contact de contenus fondamentalistes en ligne.

La Birmanie, nouvelle terre de jihad ?

La Birmanie, où la minorité musulmane est victime de terribles exactions, pourrait devenir un abcès de fixation djihadiste, alors que tous les regards sont tournés vers la région irako-syrienne.

 

LE SUPPLICE DES ROHINGYAS

La Birmanie, nouvelle terre de djihad ? POST DE BLOG

LIRE AUSSI:

» Philippines: le groupe islamiste Abou Sayyaf accusé d'attentat

Otage tué: le président philippin s'excuse

» Philippines: le groupe Abu Sayyaf décapite un Canadien

LIRE AUSSI :

» Les communes à la peine face à la radicalisation islamiste

» Radicalisation : une note décrit l'infiltration des salafistes dans les quartiers

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu