Avertir le modérateur

04/04/2017

la menace d'une nouvelle crise

n

Le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles
 
RESEAUINTERNATIONAL.NET|DE RÉSEAU INTERNATIONAL
 
 
On croit mourrir pour son pays, mais on meurt pour des industriels, des financiers et pour la gloire et la carrière de quelques politiciens . Le FN voudrait s'inspirer de la politique de Trump, cela promet. Le président américain a porté ses premiers coups.
Les banquiers de Wall Street se sont aussitôt réjouis
Le directeur du Conseil économique national à la Maison Blanche est l'ancien numéro 2 de Goldman Sachs et il a aussitôt déclaré: "Tout cela n'a rien à voir avec une volonté de leur faire plaisir "
Un des mensonges grossiers du jour...
 

Les enfants de Trump au coeur d'un livre

En élisant Donald Trump, les Américains ont propulsé sur le devant de la scène les trois enfants de son premier mariage: Ivanka, Don et Eric. Un nouveau livre de leur mère, Ivana, promet de révéler quelques secrets de cette famille très soudée.L'ouvrage, intitulé "Raising Trump" (Elever les Trump), à paraître le 12 septembre prochain, devrait certes donner des détails sur la jeunesse tchécoslovaque d'Ivana Trump, ses premiers pas de mannequin et sa rencontre avec le futur président américain, dont elle fut l'épouse de 1979 à 1992.Mais il "porte surtout sur la façon dont elle a élevé ses enfants", la très influente Ivanka et ses fils Don et Eric qui ont hérité de la direction des affaires de Donald Trump, assure la maison d'édition Simon and Schuster dans un communiqué.

Dans ce livre "apolitique", l'auteure de 68 ans promet de dévoiler comment elle leur a appris "la valeur de l'argent, à ne pas mentir, tricher ou voler, le respect des autres", et aussi des "histoires personnelles sur Don, Eric et Ivanka depuis leur plus tendre enfance jusqu'à ce qu'ils deviennent les 'premiers fils et fille'".

Après Ivana, réputée la première à avoir surnommé son ex-mari "The Donald", Trump épousa l'actrice Marla Maples, avec laquelle il avait eu une liaison qui alimenta la presse "people". Ils eurent une fille Tiffany, restée jusqu'ici bien plus discrète que ses demi-frères et soeur, puis divorcèrent au bout de six ans.

Donald Trump, 70 ans, est marié depuis 2005 à Melania, de 24 ans sa cadette, ex-mannequin comme Ivana et originaire de Slovénie. Ils ont un fils, Barron, qui aura 11 ans le 20 mars.

 

Comprendre d'où vient la menace d'une nouvelle crise financière en 5 minutes

Au cours du mois de janvier 2016, les marchés financiers tremblent. La valeur des actions a baissé de 6 % à Paris, de 23 % à Shanghaï et de 8 % à New York. La panique boursière s’accompagne d’inquiétudes économiques concrètes.

D’où vient cette crise qui menace ? Pourquoi la stabilité et la croissance sont-elles en danger ? Eléments de réponses.LE MONDE Comprendre d'où vient la menace d'une nouvelle crise ... - Le Monde

revenir sur cette histoire de bulle.

Intuitivement, tous les investisseurs savent bien qu'une période de hausse sans interruption est suivie d'une phase de chute des marchés. Cette phase peut être une correction (le temps que les investisseurs prennent leurs bénéfices) ou un krach d'ampleur variable.L'ampleur de cette baisse est d'ailleurs généralement liée à celle de la hausse qui l'a précédée.

pour le site contrepoing. org Il est dans l’idée que nous avons mis en ordre notre système bancaire depuis 2008, que nous l’avons régulé comme a été régulé le système de prêts aux logements aux USA. Dans la réalité, la spéculation s’est déplacée des banques vers le shadow banking. De quoi s’agit-il ? le shadow banking est un système spéculatif qui repose sur la base de prêts extrêmement risqués aux entreprises. Les proportions prises par ce système sont devenues gigantesques. Les résultats qui ont été la conséquence des prêts insolvables aux particuliers seront les mêmes sur les prêts insolvables consentis aux entreprises fin 2016 ou début 2017.Notre problème est que notre banque traditionnelle qui a émis ces titres sera tenue pour responsable selon les règles françaises. La faillite d’une banque importante ferait exploser le système bancaire national, et l’État interviendrait pour la sauver. N’oublions pas que cela est arrivé en 2008. Neuf ans plus tard, les conséquences sont lourdes pour l’économie mondiale et plus particulièrement pour l’économie française ; et le shadow banking n’a toujours pas été réglementé.Aujourd’hui en 2016 le risque n’a jamais aussi été élevé et dans les milieux autorisés, on chiffre déjà ce risque à 75 000 000 000 000 euros.La pire crise financière que le monde n’a jamais connu est à notre porte… et que faisons-nous ?

La prochaine crise financière s'annonce gravissime | Contrepoints

Or, nous sommes dans une phase particulièrement haussière (qui a commencé avec l'élection de Donald Trump en novembre dernier) d'un grand mouvement haussier (qui lui, a débuté en 2009). Comme il existe de la crème double (ou du gras double), nous sommes en présence d'une hausse double.

Deux membres du Sénat américain ont demandé par écrit au PDG de l'influente banque d'affaires Goldman Sachs prié de s'expliquer sur les décrets de Trump et de  s'expliquer sur l'implication éventuelle de salariés de son groupe dans la rédaction de certains des décrets présidentiels signés par Donald Trump sur la réglementation bancaire et financière.

Donald Trump a signé ses premiers décrets de dérégulation de l'économie - LIBERATIONFR

Dans leur lettre, datée du 9 février et rendue publique vendredi, les élues démocrates Elizabeth Warren et Tammy Baldwin demandent à Lloyd Blankfein des précisions sur les activités de "lobbying" de la banque liées à la remise en question de la loi Dodd-Frank et de la règle fiduciaire sur le conseil en investissement.En décembre, Donald Trump a nommé Gary Cohn, ancien président et directeur général adjoint de Goldman Sachs, à la tête du Conseil économique national de la Maison blanche, une instance chargée de coordonner la politique économique fédérale.La semaine dernière, le président a ordonné par décret un réexamen des règles d'encadrement des activités bancaires entrées en vigueur depuis la crise financière de 2008, s'attirant des critiques du camp démocrate, qui lui reproche de défendre les intérêts de Wall Street. Outre Gary Cohn, Donald Trump a choisi un autre ancien de Goldman Sachs, Steven Mnuchin, comme secrétaire au Trésor.Dans leur lettre, Elizabeth Warren et Tammy Baldwin demandent que leur soient transmis tous les échanges entre des salariés de la banque et Cohn, Mnuchin, Jay Clayton, pressentie pour prendre la présidence de la SEC, le gendarme des marchés américains, ou encore Steve Bannon, "stratège en chef" de la Maison blanche.

Commençons avec Mathieu Lebrun, qui exprimait ses inquiétudes vendredi dernier dans Agora Trading :

Sur les indices américains, nous avons atteint de grosses zones cibles (cf. les 2 400 points du S&P 500) de manière unidirectionnelle (sans même évoquer la série haussière journalière jamais connue du Dow, Wall Street vient plus largement d'aligner une sixième semaine de hausse d'affilée). Trop rapidement à mon goût.

Bref, couplé à un segment obligataire qui retombe en zone basse, je pense qu'un retour de bâton guette.

 

Pour l’économiste Christopher Dembik, La politique monétaire prépare la prochaine crise financière en maintenant les taux au plancher, les banques centrales renforcent la dépendance de l’économie à la drogue du crédit.LE MONDE ECONOMIE |

Le succès est tel que l’entreprise prévoit de multiplier par 4 son chiffre d’affaire cette année

La start-up Opendoor vise les biens dans les villes de taille moyenne et a déjà…
BUSINESS.LESECHOS.FR

La politique de taux bas des banques centrales occidentales pour sortir de la crise a en effet favorisé, depuis 2007, un excès d’endettement. Sur les sept dernières années, la dette privée et publique a augmenté de 57 000 milliards de dollars, soit presque l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Près de la moitié de la progression concerne la dette publique qui a crû sous l’effet des mesures de relance et du sauvetage du système bancaire international. Dans la plupart des pays avancés, la dette des ménages s’est accentuée, à l’exception des Etats-Unis où les ménages ont purgé leur situation financière dès 2007 en faisant défaut sur leurs prêts immobiliers.

Les mêmes erreurs qui ont conduit à la crise financière sont en train de se reproduire un peu partout dans le monde. Les conditions d’accès au crédit, un temps durcies, s’assouplissent de nouveau, causant surendettement et bulles spéculatives. Aux Etats-Unis, les primo-accédants peuvent contracter des prêts qui couvrent l’équivalent de 97 % de la valeur de leur achat.

Les Chinois et les 1 % des plus riches

Au Royaume-Uni, l’évolution du marché immobilier est similaire sous l’effet d’un programme d’aide au premier achat datant de 2012. Son succès est tel que les primo-accédants représentent désormais la moitié des prêts immobiliers octroyés, une proportion qui n’a plus été vue depuis 2000. L’ambition de David Cameron de faire du Royaume-Uni un pays de propriétaires est en passe de se réaliser.

En France, Nicolas Sarkozy puis François Hollande ont formulé le même vœu. Ce n’est pas une coïncidence. Faciliter l’accès au crédit, en particulier pour l’achat d’un premier habitat, a été systématiquement la réponse politique apportée aux oubliés de la mondialisation. Seulement deux catégories de la population mondiale ont en effet vu leurs revenus croître au cours des vingt dernières années : les Chinois, et les 1 % des plus riches.

 

a publication de Fatima Zeghoudi.

 
 
L’image contient peut-être : texte
 
 
 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu