La religion est-elle une force du bien ou du mal? Une question controversée à certains moments, mais qui ne peut être évitée dans le monde moderne. De la violence et de la terreur, à l'égalité des sexes, à la science, à la raison et à l'éducation - les fidèles et les infidèles ont tendance à se demander si la religion est positive ou négative, si elle aide l'humanité plus qu'elle ne la blesse.

«La religion est à la fois une force du bien et du mal parce que la religion est une institution créée par l'homme, et que les êtres humains sont à la fois bons et mauvais», dit Reza Aslan, spécialiste de la religion et auteur à succès.

"Je ne sais pas pourquoi il serait surprenant d'apprendre que les institutions religieuses que nous créons peuvent aussi être responsables d'actes profonds de bien et de compassion et de positivité, ainsi que d'actes de violence, de fanatisme et de haine tout aussi profonds."

Lawrence Krauss, un physicien théoricien et athée, affirme que les institutions religieuses ont tendance à être nocives pour les gens.

"Les institutions religieuses ont non seulement usurpé la notion de moralité, mais dans l'ensemble promulgué des idées qui ne sont pas utiles, et souvent nuisibles pour les gens, et prennent beaucoup de gens ... beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens qui veulent simplement poser des questions sur l'univers et faites en sorte qu'ils se sentent mal », dit Krauss.

Lorsqu'on lui a demandé si les gens dépasseront la religion, Aslan, qui vient de publier son dernier livre, Dieu: Une histoire humaine, dit que nous n'allons pas dépasser la foi.

"Le fait est que la religion a toujours été dans un état d'évolution", dit Aslan. "La connaissance scientifique va changer la religion, elle va changer les gens religieux, mais elle ne le fera pas disparaître".

Krauss, qui est aussi un auteur à succès de nombreux livres sur la science, y compris son dernier, La plus grande histoire jamais dit - Jusqu'à présent, ne croit pas que la religion disparaîtra, mais dit plus se tournera vers la science.

«Quand j'étais jeune, je pensais que nous aurions dépassé la religion parce que, avouons-le, la preuve de la science est qu'il n'y a aucune preuve de quoi que ce soit, aucun but dans l'univers, aucune inspiration divine», dit Krauss."Plus la littératie scientifique est grande, moins la base intellectuelle sera là pour soutenir la religion et nous verrons de plus en plus de gens trouver d'autres façons d'ajouter un sens et un but à leur vie."

Reza Aslan et Lawrence Krauss discutent de la place de la religion dans la société, que la religion soit intrinsèquement violente et que la religion continue d'exister dans les années à venir.

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera

Mgr Sako : « Si l’Irak veut un avenir, il faut qu’il sépare la religion de l’Etat »

Sa Béatitude Louis Raphaël Ier Sako, patriarche de Babylone de l’Eglise catholique chaldéenne, appelle à amender la Constitution pour garantir la citoyenneté pleine et entière de tous les Irakiens.

Si l’Irak veut un avenir, il faut qu’il adopte un régime civil, qu’il sépare la religion – qui relève des affaires personnelles – de l’Etat – qui est l’affaire de tous. Il faut assurer la citoyenneté pleine et entière de tous, et respecter la liberté de conscience, de pensée, de vivre…

Non, et aujourd’hui la situation est pire encore à l’approche des élections (législatives et provinciales) de mai 2018. Les partis politiques et les coalitions préparent le terrain et sont en compétition. Ils instrumentalisent la religion.En savoir plus sur le Monde  

Manifestation contre la venue de la philosophe Judith Butler à Sao Paulo (Brésil), le 7 novembre.
Manifestation contre la venue de la philosophe Judith Butler à Sao Paulo (Brésil), le 7 novembre. NACHO DOCE / REUTERS LETTRE DE SAO PAULO

 

Invitée à participer à une conférence au Brésil, la philosophe américaine, grande figure des études de genre, a été accueillie par des manifestations virulentes de militants ultraconservateurs.

LETTRE DE ...La philosophe américaine Judith Butler huée à Sao Paulo 5

 

n Tensions au Pakistan, des islamistes manifestent

Le Pakistan naviguait dimanche en pleine incertitude après la dispersion ratée la veille d'un sit-in islamiste aux portes de la capitale, tandis que l'armée semble hésitante à intervenir dans la crise. La manifestation est pilotée par un groupe religieux peu connu, Tehreek-i-Labaik Yah Rasool Allah Pakistan (TLYRAP), qui exige la démission du ministre de la Justice, à la suite d'une polémique au sujet d'un amendement, finalement abandonné, qu'il lie à la très controversée loi sur le blasphème.

 

How powerful are religious groups in Pakistan? - Inside Story

Arrêtés en octobre au Caire, une dizaine d’hommes sont poursuivis pour pratique de relations sexuelles jugées « anormales » et incitation à la débauche.

COMPTE RENDU Quatorze Egyptiens condamnés à trois ans de prison pour homosexualité 10

La démission de Yaakov Litzman, ministre de la santé, en réaction à des travaux publics effectués pendant shabbat est le reflet de tensions entre communautés religieuses et gouvernement. L’accès de fièvre a duré une journée. Soit le temps nécessaire à Benyamin Nétanyahou pour résoudre une crise au sein de son gouvernement. Yaakov Litzman, l’un de ses ministres ultra-orthodoxes, chargé de la santé, a présenté sa démission dimanche 26 novembre. Motif : des travaux de réparation effectués la veille, pendant shabbat, sur les voies de chemin de fer. Soit une violation du repos hebdomadaire, sacré selon la loi juive. Le ministère des affaires sociales, de son côté, invoque le droit d’outrepasser l’interdit religieux si la vie humaine est en danger. D’autant que ces travaux publics sont opérés discrètement depuis des années.

 COMPTE RENDU En Israël, Nétanyahou face aux exigences des ministres ultra-orthodoxes Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

Ploërmel : 300 personnes manifestent pour le maintien de la croix de Jean-Paul II

Entre 250 personnes, selon la gendarmerie, et 350 personnes, selon les organisateurs, se sont rassemblées dimanche pour défendre la croix surplombant la statue de Jean-Paul II à Ploërmel (Morbihan), dont le retrait a été ordonné par la justice. au nom de la loi de 1905 qui interdit "d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux" dans un "emplacement public".

» LIRE AUSSI - À Ploërmel, Jean-Paul II condamné à perdre sa croix

Organisée par le collectif "Touche pas à ma croix", la manifestation a notamment réuni des représentants du syndicat étudiant Uni, du Front national, de Debout la France (DLF), des Patriotes ou du Parti Chrétien-Démocrate, autour de la statue de Jean-Paul II.

Une vingtaine de membres de l'Adsav, un mouvement nationaliste breton d'extrême-droite, étaient également présents, selon la gendarmerie.

Le rassemblement était émaillé de drapeaux breton, français, corse et polonais, ainsi que de pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Stop à la christianophobie!" ou "Chassez le christianisme, vous aurez l'islam". À un mois de Noël, alors que resurgissent les sempiternels débats sur les crèches dans les mairies, la décision du Conseil d'État, qui a jugé la croix de Ploërmel contraire à la loi de 1905, déchaîne les passions. Sur les réseaux sociaux, plus de 179.000 tweets s'en sont offusqués, avec le hashtag #MontreTaCroix.

A lire Manif’ dans un bénitier

 

Égypte: la terrible vengeance de l'EI contre les Bédouins soufis

INFOGRAPHIE - Yassin Taher, gouverneur d'Ismaïlia, rend visite à un enfant victime de l'attaque de la mosquée soufie d'al-Radwah, un petit village de la province du Nord-Sinaï, le 25 novembre. L'attaque n'a pas été revendiquée mais des faisceaux d'indication - le modus operandi et la cible: une mosquée soufie - portent les soupçons sur l'organisation État islamique (EI). Selon l'idéologie de l'EI, le soufisme, branche hétérodoxe de l'islam est une apostasie et une idolâtrie

Courant « hérétique »

De plus en plus spectaculaires, ses attaques se sont étendues hors de la péninsule, dans la région du Caire ou dans le sud de l’Egypte. Elles ne visent plus seulement les forces de sécurité mais également des civils, qu’ils soient chrétiens, soufis, collaborateurs présumés de l’armée ou.ceux considérés comme "« hérétique »..

 Il est très important de se pardonner et de s’ouvrir au présent et à l’avenir. Il faut laisser de côté la mentalité de vengeance et de violence. Il faut préparer l’avenir avec une mentalité d’ouverture à l’autre et aux droits de l’homme. Il faut que tous les Irakiens, syriens... s’y mettent. Pour une prise de conscience au sein de la population, avec des manifestations , pour les droits de l’homme, les droits des femmes, ....le changement de culture… .

A lire aussi Égypte: la terrible vengeance de l'EI contre les Bédouins soufis , 24 novembre 2017 L'Egypte d'Al SissiMajor Attacks in Egypt today L'Egypte - citoyenactif,.Les défis des Égyptiens, Égypte : l'impossible démocratie ? - Enkolo , 23 novembre 2017 La Désintégration 

 

 

El nombre de la rosa 1986 Película Completa en Español Latino, El Nombre de la Rosa

Le Nom de la rose (titre original : Il nome della rosa) est un roman de l'Italien Umberto Eco, paru en 1980 (traduit en français en 1982 par Jean-Noël Schifano). Ce roman peut être qualifié de policier médiéval. Il reçoit le prix Médicis étranger en 1982. Il est adapté au cinéma par Jean-Jacques Annaud en 1986, avec Sean Connery dans le rôle principal.

Il nome della rosa di Umberto Eco (35 puntate - 8:08:25) - fedcalmus, JJames Horner - The Name Of The Rose - 1986 [Full OST]The Name of the Rose Audiobook | Umberto Eco PART 1 | Part 1The Name of the Rose Umberto Eco Audiobook Part 1 2