Avertir le modérateur

05/12/2017

'Red line'

 n

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 
 
 la publication de Fabien Mallet.

 

 

Les Inconnus - Jésus II le retour

Etats » avec « Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine », a-t-il ajouté.

 
 

 

Ville “trois fois sainte”, capitale contestée d’Israël et d’un possible futur État palestinien, Jérusalem est un symbole du conflit au Proche-Orient. Déjà la construction de la première ligne de tramway de la ville, inaugurée fin 2011 et reliant la partie ouest de la ville avec les implantations israéliennes à l’est, a ravivé les tensions.

 Le dessous des cartes - UN TRAMWAY À JÉRUSALEM | ARTE

 

Jérusalem, enjeu politique - YouTube

Le président Donald Trump a informé le président palestinien Mahmoud Abbas et le  le roi Abdallah II de Jordanie  "de son intention de transférer l'ambassade des Etats-Unis" en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, a affirmé la présidence palestinienne après un entretien téléphonique entre les deux dirigeants.

Au cours de cet échange, Abbas a mis en garde Trump contre les "conséquences dangereuses d'une telle décision sur le processus de paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

 

» LIRE AUSSI - Trump informe Abbas qu'il veut « transférer l'ambassade à Jérusalem »

Dans un communiqué, le palais royal indique que le président Trump a appelé le souverain jordanien, dont le pays est le gardien des lieux saints musulmans de Jérusalem, et l'a informé de son "intention d'aller de l'avant dans son projet de transférer l'ambassade américaine".

 

Jérusalem, trois fois sainte, ne connait pas la paix - YouTube

» LIRE AUSSI - La décision de Trump sur l'ambassade américaine en Israël reportée

Le communiqué de la présidence palestinienne ne laisse pas clairement apparaître si Trump avait signifié à Abbas son dessein d'engager immédiatement le déménagement, ou s'il s'agit d'une nouvelle déclaration d'intention à long terme.

Abbas a "réaffirmé notre position ferme qu'il ne peut y avoir d'Etat palestinien sans Jérusalem-Est pour capitale, conformément aux résolutions et à la loi internationales et à l'initiative de paix arabe", a dit le communiqué.

 C'est pas sorcier -Religion 1 " Un Dieu, 3 religions"

Ligne rouge'

Ces derniers jours, de hauts responsables palestiniens ont mis en garde contre les effets potentiellement destructeurs de tout mouvement qui nie leur prétention à Jérusalem-Est occupée en tant que capitale de leur futur Etat.

 

 


Saeb Erekat, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, a déclaré cette semaine avoir parlé aux dirigeants arabes, qui ont relayé le message "que Jérusalem est une ligne rouge, non seulement pour les Palestiniens mais aussi pour les Arabes, Musulmans et Chrétiens".

Au cours de sa campagne électorale l'année dernière, Trump a promis à plusieurs reprises de déplacer l'ambassade et de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne.

En juin, cependant, à l'instar de ses prédécesseurs, Trump a signé une dérogation de six mois pour retarder la relocalisation, ce qui aurait compliqué les efforts des États-Unis pour reprendre les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

"Chaque président américain depuis plus de 20 ans a reconnu que cela pourrait avoir des résultats et des répercussions cataclysmiques si cela devait arriver", a déclaré Kimberly Halkett, d'Al Jazeera, à Washington DC.

WATCH: What message is Trump sending with plan to relocate embassy?

 

Un certain nombre de dirigeants du monde ont vivement critiqué une telle délocalisation, craignant que cela aggrave les tensions régionales.

 

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a threatened to cut diplomatic ties with Israel - menacé mardi de rompre les relations diplomatiques avec Israël au sujet de rapports selon lesquels les Etats-Unis envisagent de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne.

Une telle démarche serait une "ligne rouge" pour les musulmans, a-t-il dit.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré à Trump par téléphone que le statut de Jérusalem doit être décidé dans les pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Mardi également, la Ligue arabe a tenu une réunion d'urgence pour discuter des développements sur le statut de Jérusalem, suite à une demande des responsables palestiniens.

Marwan Bishara, analyste politique principal d'Al Jazeera, a déclaré que le transfert par les Etats-Unis de l'ambassade à Jérusalem "aurait des conséquences désastreuses pour les Etats-Unis à travers le monde".

"Les Arabes et les musulmans ne prendront pas cela à plat, sinon aujourd'hui, demain, et cela aura des conséquences majeures pour les Etats-Unis."

 

Sous le contrôle jordanien

Lorsque Israël fut officiellement créé un an plus tard, Israël prit le contrôle de Jérusalem-Ouest et, en 1950, déclara la ville sainte sa capitale.

 

READ MORE

#JerusalemIsTheCapitalofPalestine: Social media reacts

Adnan Abu Odeh, ancien chef de la Cour royale hachémite, a déclaré que Jérusalem est profondément ancrée dans la psyché collective musulmane et qu'elle transcende la Jordanie.

"Jérusalem continuera à être le point focal pour les Arabes et les musulmans de la région", a déclaré Abu Odeh.

 

Pourtant, il a dit: "Jérusalem continuera à être le point de ralliement des Arabes et des Musulmans jusqu'à ce qu'il soit libéré des Israéliens".

 

 

Impact if Trump recognizes Jerusalem as Israel's capital

Demande de réunion en urgence

Les délégations palestiniennes et jordaniennes à la Ligue arabe ont demandé une réunion en urgence des ministres des affaires étrangères. Cette réunion au niveau ministériel devrait se tenir samedi, selon une source diplomatique. D’après la demande du représentant de la Palestine, la réunion devrait permettre d’examiner « les actions arabes qui s’imposent au sujet de ce changement affectant le statut juridique et historique de Jérusalem ». La demande des délégations jordaniennes et palestiniennes a, par ailleurs, été appuyée par le Maroc.

L'armée israélienne a annoncé aujourd'hui qu'elle allait déployer des forces supplémentaires en Cisjordanie, territoire palestinien occupé, après la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Une porte-parole de l'armée a indiqué que des bataillons supplémentaires seraient envoyés en Cisjordanie, et que d'autres forces se tenaient prêtes à intervenir, alors que l'annonce de Donald Trump fait craindre des violences. Elle n'a pas précisé l'effectif total concerné.

  La probable reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté israélienne sur la Ville sainte de Jérusalem pourrait «raviver l'intifada». Ils ont réagi avec leurs vieux réflexes, comme s'il ne s'agissait au fond que d'une péripétie de plus dans le conflit qui les oppose depuis près d'un siècle.

 Le président américain a pris une décision historique en reconnaissant la ville sainte comme la capitale de l’Etat hébreu, au risque d’enflammer la région.

 

Le Hamas appelle aujourd'hui à une "nouvelle intifada" après l'annonce de Donald Trump sur Jérusalem. Le président américain a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël, marquant une rupture spectaculaire avec ses prédécesseurs et suscitant une vague de réprobation au Proche-Orient et au-delà, sur fond d'inquiétudes sur une flambée de violence.

"On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les Etats-Unis qu'en lançant une nouvelle intifada", a déclaré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un discours prononcé depuis la bande de Gaza.

 Le journal libanais Al Akhbar, favorable au Hezbollah, titre en une aujourd'hui "Mort à l'Amérique", réaction la plus vivre d'une presse libanaise déjà très critique à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Une puissante milice chiite irakienne pro-iranienne a menacé aujourd'hui de s'attaquer aux forces américaines présentes dans le pays après la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

"La décision de Trump concernant Al-Qods (Jérusalem) légitime le fait de frapper les forces américaines en Irak", a affirmé Akram al-Kaabi, chef de la milice de Noujaba dans un communiqué.

Ce mouvement, né en 2013 est soutenu militairement par les Gardiens de la révolution islamique, l'armée d'élite du régime iranien. Leur nombre serait autour de 1500 et font partie des groupes para-militaires du Hachd al-Chaabi, créés en 2014 pour combattre l'organisation djihadiste Etat islamique (EI).

"La décision folle de Trump de faire de Jérusalem la capitale des sionistes ravive le soulèvement pour éliminer cette entité du corps de la nation islamique", a-t-il ajouté.

Près de 4000 soldats américains sont déployés en Irak après l'offensive éclair en 2014 de l'EI.

 

Jérusalem 3000 ans d'histoire - Documentaire - YouTube

 LIRE AUSSI : 

» Trump fait cause commune avec Israël sur Jérusalem

» Trump et Jérusalem: vague d'avertissements à travers le monde 

» Palestiniens et Israéliens face au risque d'un nouvel embrasement 

» Trump joue avec le feu sur l'explosif statut de Jérusalem 

 SOURCE: AL JAZEERA NEWS

Jérusalem la ville trois fois Sainte  Par Enkolo dans Accueil le 07 décembre 2017 " le statut de jérusalem" , 'Red line' - citoyenactif, Jérusalem Publié le 07/12/2017 à 19:54 par saltabank, Jérusalem la ville trois fois Sainte - Indigné révolté

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu