Avertir le modérateur

18/12/2017

Bussiness... Sur un champs de ruines

n

 "Quand létat t'enseigne a tuer, il se fait appeler patrie."

 

De la lecture pour cette gauche qui a l'indignation très sélective. Attention, témoignage difficile.

Syrie. «Je veux que le monde entier sache jusqu’où Bachar Al-Assad est allé dans l’horreur»
Publié par Alencontre le 5 - décembre - 2017
Propos recueillis par
Annick Cojean

Sarah Kilani Pour ceux qui voudraient relire sur le début des événements, un de mes papiers (Matthieu Begoc)
Syrie : la genèse d’une révolution – CONTRETEMPS 
CONTRETEMPS.EU

 Bachar al-Assad s'en prend à Paris et à une alliance kurde - arabes et l'accuse de «soutien au terrorisme»
Syrie.

Le président syrien Bachar al-Assad s'en est pris violemment à la France ce lundi, l'accusant de «soutien au terrorisme» et estimant qu'elle n'avait «pas le droit de parler de paix» en Syrie.Sa diatribe intervient quelques jours après des déclarations de Paris accusant le régime de Damas d'avoir fait «obstruction» aux dernières négociations à Genève, qui ont échoué. Une alliance dominée par les Kurdes en Syrie a accusé le régime de Bachar al-Assad d'avoir ouvert les frontières du pays aux djihadistes étrangers, en réponse aux déclarations du président syrien qui les a qualifiés de "traîtres" D'abord, M. Bachar el-Assad ne me semble pas vraiment en situation de pouvoir affirmer une prise de position politique tant qu'il est dépendant de la Russie et de l'Iran. Ensuite, quand on a été le premier à libérer (de prison) les djihadistes de Daech, on ne donne pas de leçon. Et enfin, quand on a passé son temps à massacrer son peuple, on a généralement un peu plus de discrétion.

 

 Bachar al-Assad a volé en Russie pour quelques heures pour rencontrer son principal allié, Vladimir Poutine. Le Kremlin a déclaré que le président russe avait déclaré à son homologue syrien que la lutte contre les groupes armés en Syrie était sur le point de se terminer. Et une fois que c'est fini, trouver un règlement politique pacifique sera la clé.

Syria's Civil War, Bashar al-Assad, Vladimir Putin, Russia, War & Conflict

 

 

Toujours en place à Damas après sept ans de guerre civile, le président syrien cherche aujourd'hui à consolider ses positions et à s'émanciper de ses alliés russes et iraniens.

Après bientôt sept ans de violences, et même si son pays est en grande partie détruit, Bachar el-Assad a gagné la guerre. Ses ennemis ont échoué à le renverser. Grâce à ses alliés iraniens et russes, qui ont volé à son secours à partir de 2013, le raïs ne devrait pas, sauf accident, quitter son palais sur le mont Qassioun d'ici au terme de son mandat en 2021. Mais son pouvoir, en partie restauré, est paradoxal. Assad reste, en effet, son principal ennemi.

L'opposition a longtemps réclamé une future Syrie sans Assad au pouvoir. Mais il a survécu à près de sept ans de guerre et restera probablement responsable dans un avenir prévisible.

Alors, les adversaires d'Assad accepteront-ils cela? Source: Al Jazeera News 

Depuis l’élection présidentielle américaine de novembre 2016, quasiment toutes les consultations qui se sont déroulées dans des pays occidentaux ont connu leur lot de faux comptes plus ou moins automatisés sur les réseaux sociaux, attribués à la Russie. Tour d’horizon des principaux scrutins de l’année écoulée.
Etats-Unis Royaume-Uni ( Lire aussi :   Moscou accusé d’avoir interféré dans le référendum sur le Brexit), Catalogne, France et Allemagne
 
 

n  A Rakka, tout a été détruit : l’EI, les bâtiments et les civils 26

Un soldat des Forces démocratiques syriennes (FDS) garde un rond-point à Rakka.

Is the war in Syria really almost over?

Syria's president visits Russia to thank his allies for their sacrifices and for 'saving' his country.

 
 

 

Le Willem du jour

 Russia has been a major supporter of Syrian President Bashar al-Assad's forces since its military entered the conflict in September 2015. The United States, Turkey, and Gulf nations have backed opposition fighters. 
Is the war in Syria really almost over?

INSIDE STORY

L'organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a une nouvelle fois mis la Syrie en garde aujourd'hui au sujet de l'utilisation d'armes chimiques durant la guerre civile, déclenchant une réaction virulente du régime syrien.

«La communauté internationale doit rester ferme contre l'utilisation d'armes chimiques et les auteurs d'attaques vont devoir rendre des comptes», a lancé Ahmet Uzumcu, directeur général de l'OIAC, à la veille de nouvelles négociations de paix à Genève pour mettre fin à la guerre en Syrie.

Ce qui n'empèche pas le boom des affaires : ace Lord of War (VF) - Bande Annonce

Syrie : derrière la ligne rouge de l’embargo

32 minutes 

L’embargo sur la Syrie, depuis 2011, est largement violé. Entre détournements, magouilles et business, certaines entreprises préparent déjà la reconstruction.

Business, détournement de matériels, arrangements… les conséquences de l'embargo sur la Syrie - un reportage de Philippe Reltien

-07'24

L'embargo sur la Syrie est décidé en 2011 par les 28 pays membres de l’Union européenne, en réaction à la répression de Bachar Al-Assad contre son peuple. Il existe aussi des sanctions des Etats-Unis et de l'ONU. Parmi la liste des produits interdits à l’exportation et à l’importation :

  • les armes et les technologies pouvant servir à la répression ;
  • les matières premières : gaz, pétrole ;
  • les produits chimiques ;
  • les œuvres d’art ;
  • toutes les transactions financières avec les banques syriennes, y compris la Banque centrale.

Plus de 200 sociétés et proches du régime syrien sont sur une "liste noire", visés par ces sanctions.

Un business autour de l'aide médicale :  révèle le en 2016, le journal The Guardian révèle que 8 agences de l’ONU ont distribué pour plusieurs milliards de dollars d’aid

 

A qui profite l’embargo ? C’est un peu le même scénario qu’avec l’embargo contre l’Irak, en 1991, estime l’ancien président de MSF, Rony Brauman.

 "L’embargo irakien a été une catastrophe. Il a servi au régime lui-même. C’est la même chose avec le régime syrien". Le médecin constate qu'historiquement, "les embargos n’ont que très rarement produit des effets conformes à ceux qui étaient recherchés. (…) Au nom de la préoccupation honorable de sauver des vies, on raffermit le contrôle du régime sur les populations, alors que c’est exactement ce qu’on cherchait à éviter."

Une délégation russe a eu lundi à Damas des discussions avec le président Bachar al-Assad sur les investissements et la reconstruction dans la Syrie en guerre, évoquant "de grands projets économiques". Principal allié du régime syrien qu'il a aidé à remporter de nombreuses batailles contre rebelles et jihadistes, Moscou devrait rafler la part du lion dans le processus de reconstruction du pays ravagé. "D'importants projets d'investissements russes en Syrie ont été discutés" dans le cadre de la reconstruction, a affirmé M. Assad, cité par l'agence officielle Sana, évoquant une "amélioration de la sécurité" dans certaines régions du pays.

Ces projets portent notamment sur l'énergie, "y compris le pétrole, le gaz, le phosphate, l'électricité et les industries pétrochimiques", ainsi que sur le transport et le commerce. "La Syrie, c'est un pays aux richesses illimitées. Les compagnies russes ont le droit moral de développer ici des projets économiques d'ampleur", a indiqué le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, cité par l'agence publique RIA Novosti. M. Rogozine était à la tête de la délégation comprenant "les directeurs de grandes compagnies russes", selon Sana. "Aujourd'hui, les autorités syriennes aimeraient travailler avec la Russie, uniquement avec la Russie, pour rétablir toutes les capacités énergétiques du pays", a déclaré M. Rogozine.

Selon lui, la Russie et la Syrie vont créer une société commune chargée d'exploitation d'un important gisement des phosphates. Moscou envisage également d'utiliser les ports syriens pour l'exportation du blé russe vers la Syrie, l'Irak et les autres pays voisins, selon la même source. La Banque mondiale a estimé le coût des pertes dues à la guerre à 226 milliards de dollars, soit l'équivalent de quatre fois le PIB d'avant la guerre. Déclenché par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés.


Jean de la Fontaine -Les animaux malades de la peste - Lecture en ligne

 Les animaux malades de la peste - Indigné révolté , Syrie : l'embargo passoire - France Inter

LIRE AUSSI: 

Pour sa reconstruction, la Syrie se tourne vers l'Asie

Syrie, Irak : le temps de la reconstruction

Comment faire du business...

Alep, la vie dans les décombres - France Inter

Syrie : toute l'actualité sur France Inter

Syrie : derrière la ligne rouge de l’embargo - enkolo 

Accueil proche et moyen orient / La Syrie au cœur de l'actualité de 2017 - citizenkane

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu