For democracies to flourish and succeed, voters need accurate information on which to base their decisions; to weigh up the relative merits of proposed policy A over proposed policy B, to judge whether this candidate is more trustworthy or reliable than that one, or that these promises are more likely to be kept than those.

But recent elections, most notably that of Donald Trump as US President,  have highlighted the dangers to this process posed by those using social media and the internet to spread malevolent propaganda and fake news.  

In the alternative cyber-reality they’ve constructed, fiction suddenly becomes become fact, lies become accepted truths, partisanship is entrenched and consensus about the real size of the budget deficit or the number of immigrants coming into the country or even whether a foreign power is a dangerous threat, becomes almost impossible to achieve.

So how and why have we arrived at this point? How is it that platforms such as Facebook, Google and Twitter have become, at the same time, so powerful and yet so apparently wide open to abuse and manipulation?

How, in other words, is social media being used to undermine the core principles of representative governance? In a two-part People & Power special report, Bob Abeshouse investigates. 

In the second episode of Disinformation and Democracy, People & Power delves deeper into how exactly both Russia and the extreme right use automated social media accounts, known as bots, to spread disinformation and propaganda - and what, if anything, is being done to stop them. 

For more, read Facebook, Russian trolls and the new era of information warfare.

- - - - - - - - - - -- - - - - - - - --  - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- -  - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - -

Pour que les démocraties prospèrent et réussissent, les électeurs ont besoin d'informations précises sur lesquelles baser leurs décisions; de soupeser les mérites relatifs de la politique A proposée par rapport à la politique B proposée, de juger si ce candidat est plus fiable ou plus fiable que celui-ci, ou si ces promesses sont plus susceptibles d'être tenues que celles-ci.

Mais les récentes élections, notamment celle de Donald Trump en tant que président des États-Unis, ont mis en lumière les dangers que représentent pour ceux qui utilisent les médias sociaux et Internet une propagande malveillante et de fausses nouvelles.

Dans la cyber-réalité alternative qu'ils ont construite, la fiction devient soudainement réalité, les mensonges deviennent des vérités acceptées, la partisanerie est enracinée et le consensus sur la taille réelle du déficit budgétaire ou le nombre d'immigrants entrant dans le pays ou même si une puissance étrangère est une menace dangereuse, devient presque impossible à réaliser.

Alors, comment et pourquoi sommes-nous arrivés à ce point? Comment se fait-il que des plateformes telles que Facebook, Google et Twitter soient à la fois si puissantes et pourtant si largement ouvertes aux abus et aux manipulations?

Comment, en d'autres termes, les médias sociaux sont-ils utilisés pour saper les principes fondamentaux de la gouvernance représentative? Dans un rapport spécial de People & Power en deux parties, Bob Abeshouse enquête.

Dans le deuxième épisode de Disinformation and Democracy, People & Power étudie de plus près comment la Russie et l'extrême droite utilisent des comptes de médias sociaux automatisés, connus sous le nom de bots, pour répandre la désinformation et la propagande - et que fait-on pour arrêter? leur.

La NOVLANGUE - Une ARME au service de la superclasse ... - YouTube

Source: Al Jazeera Disinformation and Democracy | Internet | Al Jazeera

Disinformation vs. Democracy: Fighting for Facts | National Democratic ... , 

Disinformation and democracy in Indonesia - New Mandala