Avertir le modérateur

17/09/2018

Réfugiés, un marché sous influence

n

Le centre européen de la main d'œuvre choisi est financer à la fois par les gouvernements et les grandes entreprises. Aujourd'hui il est presque impossible de rentrer clandestinement en Europe
 
"Prénom et nom"
" Idri Dialo
Lieu de naissance"
Le 26 juillet 2058, Menatti, Etats Unis d'Afrique du Nord"
"Box numéro 12"

Ici on ne retient que ceux qui sont utile à l'économie : Seul les candidats jeunes, forts et en bonne santé ont une chance d'obtenir un contrat de travail. Durant cette journée de sélection, a tout moment Idris, Omar, Abdo et Kassem et Faouzi peuvent être rejeter ( 55 min)

Il était une fois Omar, Abdo et Kassem

Plein écran.

A quoi ressemble la vie lorsque l'on est à la rue, sans famille, sans papiers, sans travail, et que l'on a traversé les pires horreurs pour en arriver là ? Notre journaliste Victor Mauriat a suivi pendant une semaine le quotidien de trois migrants dans les quartiers du nord-est parisien. «Leurs histoires passées, actuelles et futures» sont à découvrir dans un long-format produit par SixPlus, la rubrique nouveaux formats de «Libé», et à lire ici(Photo Cyril Zannettacci pour Libération)


 
Le juteux business de la sécurisation des frontières

Les conditions éprouvantes qui règnent dans le camp de migrants de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, l'un des plus vastes d'Europe, favorisent les tentatives de suicide, a assuré aujourd'hui l'organisation Médecins sans Frontières (MSF), alors que les arrivées continuent à augmenter.

» LIRE AUSSI - Ebola en RDC : «Le nombre de victimes va vite doubler»

Selon les chiffres rendus publics aujourd'hui par le gouvernement, plus de 11.000 réfugiés et migrants se trouvent à Lesbos, dont près de 9000 dans le camp de Moria, soit presque le triple de sa capacité d'accueil. Plus de 320 personnes sont arrivées hier, selon ces chiffres.

"J'ai été le premier à dire que les conditions qui règnent à Moria sont proches (du point de rupture)", a déclaré le ministre grec des Migrations Dimitris Vitsas à Alpha Radio. Dimitris Vitsas a indiqué que quelque 3600 personnes avaient été retirées du camp de Moria depuis juin, mais pour être remplacées par 5700 nouveaux arrivants. Selon MSF, plus de 1500 personnes sont arrivées à Lesbos au cours des deux premières semaines de septembre. La plupart des personnes hébergées dans le camp de Moria y vivent depuis des mois dans des conditions sordides en attendant le traitement de leur demande d'asile. Les conditions de vie dans le camp sont tellement éprouvantes que même les travailleurs sociaux se sont mis en grève en signe de protestation.

 

Plus de 12 millions de réfugiés vivent dans des camps à travers le monde. Si le HCR en est souvent l'organisateur, il délègue passablement de ses activités à une myriade d'ONG et de sociétés privées qui en font leur business. Du Kenya au Pas-de-Calais, des voix discordantes se font entendre.

Guerres civiles, famines, persécutions, crise migratoire… Vingt millions de réfugiés vivent aujourd’hui dans des camps, véritables villes avec leurs allées de tentes, containers et baraquements en préfabriqué. Pour nourrir et vêtir ces populations, des entreprises privées s’implantent dans ces camps, comme ceux de Zaatari en Jordanie, de Moria sur l’île grecque de Lesbos ou encore d’Elbeyli en Turquie. Elles ouvrent des supermarchés, vendent denrées alimentaires et équipements (cuisines, blanchisseries…).

Ce nouveau business, très rentable, participe à une industrie globale de l’humanitaire évaluée à 20 milliards d’euros par an, qui est supervisée, entre autres, par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Quelle est la limite de la notion d’assistance ? Où commence le contrôle des personnes ? Si, à première vue, ces exilés semblent sortis de situations d’extrême urgence et paraissent y gagner au change (sécurité, meilleur confort…), la réalité est nettement plus glaçante, comme le montre cette remarquable enquête. Recensés grâce à des outils numériques dernier cri, tel l’infaillible système biométrique conçu par la firme IrisGuard qui identifie chaque personne en analysant l’iris de ses yeux (en Jordanie, en Irak et au Liban notamment), les réfugiés vivent également sous le contrôle de sociétés de surveillance qui gèrent leurs allées et venues.

Dans une totale indifférence, un processus d’« encampement » permanent, et non plus provisoire, se met en place à l’échelle internationale, avec l’aval des Etats membres de l’ONU, de l’Union européenne et de Frontex, son Agence de garde-frontières et de garde-côtes créée en 2016. Des éléments précis qui permettent de mieux comprendre « cet horizon d’enfermement qui se dessine » pour des millions d’indésirables.

 Réfugiés, un marché sous influence


 Seulement un mauvais rêve ?

 08 septembre 2018 Réfugiés, un marché sous influence 

Seulement un mauvais rêve ? : citoyen actifSeulement un mauvais rêve ? - Enkolo, Seulement un mauvais rêve ? - l'indigné révolté

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu