Avertir le modérateur

24/12/2016

It's a Wonderful Life 1946

n

Passer à table

 Compte de noel 

On aime beaucoup Durée 108 mn Nationalité : américain

 


La bonté gratifié , les faibles triomphant des puissants.... Frank Capra - père noel : même combat !

It's a Wonderful Life 1946 (Movies English 2016) James Stewart + Frank Capra Film de Noël : "La Vie est belle" de Frank Capra - 13/12/2016
 

 Une pensée à tous les gauchistes agnostiques et athées qui vont fêter Noël.+ :)  It's a Wonderful Life 1946 - Drama, Family, Fantasy - James Stewart, Donna Reed, Lionel Barrymore La vie est belle est un film américain de Frank Capra sorti en 1946. Considéré comme un grand classique du cinéma américain populaire, il est souvent rediffusé à la période de Noël par les chaînes de télévision.Wikipédia

 
Many Iraqi Christians celebrate another Christmas in camps http://aje.io/gm3r, Refugees in Greece working together for a new ‘home’ http://aje.io/8us8, Israeli PM Benjamin Netanyahu rejects 'shameful' UN vote on settlements http://aje.io/y6dv, Syrian regime cuts water supplies to Damascus after rebels reportedly pollute drinking water with diesel http://aje.io/v882
 

de Yannis Youlountas  · 


Psssit ! Les enfants !
AVANT D'OUVRIR LES CADEAUX, ÉCOUTEZ ÇA !
 
Compagnie Jolie Môme: Père Noël
 "Regardez : il neige ! L'hiver tombe sur nos contrées

Le soleil est bas, les arbres ont maigri
On voit apparaître au-dessus des fenêtres
Une marionnette rouge à barbe d'ancêtre

Les gamins d'Occident
S'ils ont été gentils auront plein de cadeaux
Mais ce personnage qui paraît tendre
Où est-il de janvier à décembre ?

Toute l'année il fait fabriquer ses cadeaux
Par des ouvriers de dix ans en entrepôt
Qui pour faire ce qui finira sous le sapin
N'iront jamais à l'école et ne liront rien

Si tu vois le père Noël mets lui des coups de semelles
Fous-le dans sa hotte et mets lui des calbottes
Fais-lui manger sa fausse barbe égorge ses rennes
Et préviens cet escroc qu'il est bon pour la géhenne !

Pour s'accaparer les matières premières
Le père Noël entretient la corruption et la misère
Dans ses anciennes colonies
Où il a toujours les meilleurs prix

Le pétrole qui fait ce qu'il plastifie
Finit des fois dans la mer sans qu'on s'en méfie
Et quand il sert à livrer les joujoux par milliers
Il dérègle le climat du globe, on dit
Qu'il passe par tous les toits mais
Dommage qu'au Burundi y'ait pas de cheminées

Si tu vois le père Noël mets lui des coups de semelles
Fous-le dans sa hotte et mets lui des calbottes
Fais-lui manger sa fausse barbe égorge ses rennes
Et préviens cet escroc qu'il est bon pour la géhenne !

Père Noël distribue les boites de chocolats
Les tranches de saumon, les blocs de foie gras
Ce père pète les panses des porcs à perpet'
Qui rient comme des morts et appellent ça « les Fêtes »

En novembre il vend des figurines de G.I.
Des tanks et canons pour la marmaille
L'arsenal se collectionne

Les parents qui triment auront-il la maille ?
Voici décembre, c'est parti !
Les Barbies descendent en rappel dans les caddies
Blondes squelettiques ne
pensant qu'au 4×4 de Ken
 
Et ces jeux vidéos qui tombent de la hotte
Donnent-ils aux ados le sens de la lutte ?
Génération vertueuse en virtuel
Qu'aura-t-elle fait de bien dans le monde réel ?

Si tu vois le père Noël mets lui des coups de semelles
Fous-le dans sa hotte et mets lui des calbottes
Fais-lui manger sa fausse barbe égorge ses rennes
Et préviens cet escroc qu'il est bon pour la géhenne !

On ramasse des cadavres chaque matin en Inde
Ça n'empêche pas le père Noël de gaver ses dindes
D'arroser les âmes pour que l'ivresse oublie

Que cinq milliards d'hommes n'ont pas ce mode de vie
Que les brevets de médicaments valent de l'or
Plus de valeur en tout cas que des millions de morts
C'est le pervers Noël et sa supercherie vénale

Qui te fait supermarcher dans tes hypermarchés
Je le croyais polyglotte et-il complètement bête
Pour ne pas pouvoir répondre à toutes les lettres et les requêtes
Je croirais bien plutôt qu'il préfère les chiffres aux lettres

Et les riches et les prêtres et le verbe avoir au verbe être :
Homme d'affaire irréprochable cherche personnage impeccable
Avec sentiment charitable pour mascarade en guise de fable

Si tu vois le père Noël mets lui des coups de semelles
Fous-le dans sa hotte et mets lui des calbottes
Fais-lui manger sa fausse barbe égorge ses rennes
Et préviens cet escroc qu'il est bon pour la géhenne !"
 
Le pere noel est un bordure - Rene Binamer
 

Le Père Noël est mort a Sarajevo, dans le ghetto de Varsovie, à Soweto, Le Père Noël est mort à Tripoli, à Bagdad, à Verdun, à Kigali, Le Père Noël est mort dans le Sud du Rwanda, dans le Nord de l'Irak, en Fuyant Berlin-est, Le Père Noël est mort à Stalingrad, à Dresde, à Guernica, au Tibet, à Cronstadt.


Mais ne pleurez pas, ne vous inquiétez pas, il y a encore chez moi de quoi vous amuser. Mes usines tournent a plein régime, mes entrepôts débordent : débloquez les budgets !

Mes jouets sont plus gros, mes jouets sont plus chers, mais ils font moins de bruit, plus de morts, moins de taches. Mes poupées ne parlent pas, elles mutilent et défigurent. Je ne veux pas savoir ou mènent mes trains électriques.

J'ai débuté comme armurier dans mon quartier, semant la zizanie pour faire tourner la boutique. Elle sont loin les rixes de rue, vivement la guerre totale . Me voila PDG. : mondial-killer en col-cravate.

Je gagne fort bien ma vie grâce à tout ceux qui la perdent, car c'est avec mes bombes que se construisent vos tombes. Je vends des armes à droite, je vends des armes à gauche, la main qui prend le fric ignore qui passe l'arme à gauche.

De part et d'autres des frontières, je vends des faux, de vrais cimeterres. Quand s'étriperont les derniers cons, je leur vendrais des cimetières. Vous êtes les enfants des balles qui n'ont pas tué vos parents. A votre tour de procréer, le monde a besoin de soldats !

Chantez et dansez pour fêter la libération, moi je trinque plutôt a la libéralisation. Sur toutes les lignes de front, à tous les coups, dans tous les camps, mes pauvres ploucs je serai toujours le seul gagnant !

Pour rester bon-vivant, je vends de l'armement. A moi l'éclat des discours, a vous les éclats de grenade. Embrigadés de tous les pays : déversez vos globules, qu'on entende mugir les soldats, que votre sang m'abreuve de billons.

Je ferai pas de mal a une mouche, je ne suis pas franchement cruel, pourtant vos cauchemars ne m'empêchent pas de dormir. Loin de mes yeux, loin de mon cœur, vous périssez, vous pourrissez : chacun de vos cadavres ajoute à ma prospérité.
 
 

Comme ce ne serait pas très esprit de Noël, je ne vais pas écrire ce que l'on pourrait imaginer entre "C'est vous qui décidez" et "!". La publication de Alexis Braud.

 
 Un allié de Trump souhaite la mort d'Obama  Donald Trump "Paladino a un long passé de déclarations racistes et incendiaires", a-t-il ajouté dans un communiqué. "Ses remarques ne reflètent les sentiments ni les opinions d'aucun vrai New-Yorkais", a-t-il ajouté, qualifiant sa tirade de "fureur pleine de haine".Le président élu américain a plaidé pour un renforcement de la capacité nucléaire des Etats-Unis : un lienDonald Trump entretient le trouble sur le nucléaire militaire Partager LEMONDE.FR

Netflix Sponsorisé ·Les meilleures séries sont sur Netflix la vidéo deNetflix.

  nhuhuhuuh ^^Alec Baldwin est cette fois accompagné par John Goodman dans un sketch féroce où le président russe joue un père Noël un peu spécial.Matthieu BaluJournaliste, Le Huffington Post
 

HUMOUR - Cette fois, Donald Trump et Kellyanne Conway ne sont pas les seuls protagonistes du sketch de Saturday Night Live. Aux côtés d'un Alec Baldwin toujours en forme, sa femme Ivanka, un Vladimir Poutine torse nu et...l'acteur John Goodman pour incarner le secrétaire d'État de la future administration Trump, Rex Tillerson (voir la vidéo sous-titrée en tête d'article).

 

En réponse aux récentes révélations sur les hacking visant à influencer l'élection américaine, le président russe est montré comme un manipulateur ravi de voir le magnat prendre le pouvoir. Peu après, c'est au tour de Rex Tillerson de s'inviter dans le sketch: le secrétaire d'État américain choisi par Trump, connu pour ses liens avec l'industrie pétrolière et Poutine lui-même, semble s'entendre comme larron en foire avec le maître du Kremlin...

Le sketch hilarant de SNL qui dénonce les liens entre Donald Trump et Vladimir Poutine , La poutinisation du monde
 
 

à l'approche de Noël rappelons quelques chiffres:
sur la planète:
1enfant sur 6 est condamné au travail soit environs 200millions d'enfants,
et pire 1 sur 8 sont assujetti au pire forme de travail détruisant leur santé physique ou mentale

 
Grrr une publication dans le groupe RÉSISTANCE & RECONQUÊTE.
 
 
 Quant à la Mère Noël, elle a toujours rien compris... Tous les 25 décembre au matin, elle lui demande : "T'étais où hier soir, salopard !?!"...berurier noir - la mére noel

 

François Grob

"No et moi" de Delphine de Vigan. Très beau roman que je viens de finir (et commencé ce matin), je le conseille.

J'avais déjà lu du même auteur avant un roman qui s'appelle "Les heures souterraines", après avoir vu un film à la télé qui en est adapté.

"No et moi" quant à lui narre la rencontre entre une lycéenne de 14 ans et une SDF, qui s'appelle No (diminutif de Nolwenn), qui mendie à Paris. S'en suivra une relation d'amitié et le désir de la lycéenne de présenter la situation de sa nouvelle amie dans un exposé à son lycée, sur le thème des femmes à la rue.

Sensible à l'injustice sociale (thème déjà présent dans "Les heures souterraines", plus précisément le harcèlement moral) et révoltée par la situation de son amie et des SDF, la lycéenne va faire le choix, très noble, d'héberger chez elle No.

C'est un roman assez court qui se lit très vite et j'ai trouvé très réaliste la description de la rue et de sa violence, qui broye très vite des vies. Un roman en un mot excellent.

Là, comme je suis fan de cette écrivain, je vais lire bientôt "Rien ne s'oppose à la nuit", un autre de ses romans.

 

Running Man , Game2: Winter Créé le dimanche 18 décembre 2016,  Akira Mercredi 14 décembre 2016 

L'incroyable histoire de la téléréalité, société : l'essentiel - Télérama.frL'oeil de Moscou -Relents de guerre froideSyrie, dans l'enfer d'AlepLe gouvernement TrumpLa cyber-sécurité-guerrePoutine, le nouvel empireGame2: Winter

Game2: Winter Par Enkolo dans Accueil le 20 Décembre 2016, Jeux de pouvoirs Par Enkolo dans Accueil le 20 Décembre 2016

They live - l'indigné révoltéDiscours de la servitude volontaire Créé le mercredi 09 septembre 2015, État d'urgence : l'État policier pour éluder tout bilan critique Créé le samedi 26 décembre 2015, Quelque Chose Se Prépare Créé le lundi 28 décembre 2015
 
« révolte de grande ampleur » 
Par Enkolo dans Accueil le 23 Décembre 2016

nCe matin sur France Inter Par Laurent Jacqua
Le 18/12/2016 à 13h32

un lien.Gaston Lagaffe, icône antimilitariste, antiflics et écolo avant l’heureSoixante ans après la naissance du personnage, une rétrospective au Centre Pompidou rend hommage à l’humour subversif de son père, André Franquin. Partager LEMONDE.FR
 Chanson : Duval Mc
Interprétation : Compagnie Jolie Môme 
 la publication de Yannis Youlountas.


Seulement un mauvais rêve ?
Créé le jeudi 18 juin 2015 21:24


La Grève des Electeurs -
Créé le dimanche 24 mai 2015

23/12/2016

La fin des Ottomans

n

On vous met un p'ti classique, juste pour le plaisir.

Rock

 
3 pour éviter toutes récupérations,pas de drapeaux,pas de leader...on a pas besoin de "représentants" car il n'y a pas à négocier...retrait de cette loi,et c'est tout...et tout ceux qui essaieront d'en tirer une gloire,de la notoriété ou même du fric ne sont pas nos amis...3

La fin des Ottomans (1/2) - bande-annonce - ARTE /mardi 22 mars 2016 de 20:55 à 21:50 sur Arte

 

 

texte de Devrimci Anarşist Faaliyet (DAF, Action anarchiste révolutionnaire), le 17 Juillet 2016.Après l'échec du coup d'Etat militaire, le sultan Erdoğan Ier triomphe. 

Les mouvements sociaux et la gauche radicale sont restés neutres dans cette…

La fin des Ottomans - Les nations contre l'Empire - Partie 1/2 - YouTube

 

A partir de 1821, date du soulèvement grec, jusqu'aux guerres balkaniques de 1912-1913, l'Empire ottoman se retire définitivement d'Europe, ce qui met un terme à près de cinq siècles de présence dans les Balkans. Cette histoire commune a été celle d'une coexistence complexe entre peuples chrétiens, musulmans et juifs, organisés par «millets», ou communautés confessionnelles. Les appartenances religieuses n'en cristallisent pas moins des identités nationales rigides et exclusives. Serbes, Grecs et Bulgares notamment, en pâtissent encore aujourd'hui, plus de quinze ans après la fin des guerres de Yougoslavie.

L'Empire ottoman, affaibli, entre en guerre en 1914 aux côtés des Empires allemand et austro-hongrois. C'est dans ce contexte de repli que se déroule l'extermination des Arméniens, premier génocide du XXe siècle. Peu de temps après, les aspirations nationales gagnent les peuples arabes, las du joug ottoman. Britanniques et Français exploitent cette soif d'autonomie pour asseoir leur mainmise sur le Proche-Orient, au mépris des promesses faites durant la Grande Guerre.

La fin des Ottomans - Le Moyen-Orient en éclats - Partie 2/2

 

 Le Moyen-Orient en éclats - samedi 02 avril 2016
Les nations contre l'Empire - samedi 02 avril 2016

L'Empire Ottoman Part 1/6

 

 

Non, répond l'historien Jean-Pierre Filiu. La Syrie, l'Egypte, la Tunisie… ont connu eux aussi leur siècle des Lumières, “la Nahda”, au XIXe siècle, faite d'émancipation politique et intellectuelle. Entretien.

Un nouveau monde arabe est en train de naître sous nos yeux — dans le bruit, la fureur et le sang. Son histoire est liée à la nôtre, une histoire faite, depuis l'expédition d'Egypte de Napoléon (1798), de brutalité, de promesses trahies et de manipulations. Les horreurs d'aujourd'hui ne seraient donc que la continuation logique de celles d'hier ? En partie seulement. Car une autre histoire s'est développée en parallèle, ­depuis le XIXe siècle, celle des « Lumières arabes » — la Nahda — faite d'éman­cipation politique et intellectuelle. Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po, la raconte dans un livre engagé et passionnant, Les Arabes, leur destin et le nôtre.

Qu'est-ce que le monde arabe en 1800 ?

C'est un territoire privé de souve­raineté, soumis à l'autorité formelle de l'Empire ottoman, excepté les royaumes du Maroc, du Yémen et d'Oman. En termes de population, les quelque quinze millions d'Arabes, dont quatre pour la seule Egypte, sont ­moitié moins nombreux que les Français. La mégalopole du Caire peut se comparer à Constantinople, alors que Tunis, Damas ou Alep comptent chacune quelque cent mille habitants.

Comment l'identité arabe se définit-elle ?

A l'époque, l'affirmation de l'arabité ne va pas de soi, on se reconnaît avant tout comme musulman. Le XIXe siècle voit pourtant le développement d'une Renaissance arabe, la Nahda, selon un processus similaire à celui que l'Europe a connu au cours des Lumières, puis de l'émergence des nationalismes. Une élite éclairée s'affirme arabe contre la domination ottomane, perçue com­me décadente et oppressive, et contre l'intervention occidentale — marquée par l'expédition d'Egypte (1798) et l'occupation de l'Algérie (dès 1830). Des dynasties modernisatrices imposent leur souveraineté, en Tunisie et en Egypte, celle-ci mettant l'accent sur l'Etat (dans ses fonctions régaliennes), celle-là sur la Constitution (fondatrice du pacte social, en Tunisie). Ces deux pays deviendront les piliers de la Nahda.

 

 

 

Quels rôles jouent nationalisme et islamisme dans cette émancipation ?

Au XIXe siècle, ces catégories que l'on nous présente aujourd'hui comme distinctes, voire incompatibles, sont extrêmement fluides. On peut être un arabe nationaliste tout en brandissant le flambeau de l'islam contre les Turcs présentés comme de « mauvais musulmans ». Les Arabes chrétiens, alors dans une phase d'expansion démo­graphique qu'on a du mal à ima­giner de nos jours — ils font plus d'enfants que les musulmans —, revendiquent parfois le prophète Mohamed comme champion de l'arabité !

La Première Guerre mondiale marque un tournant dans cette Renaissance ?

A la faveur du conflit, ces courants islamiste et nationaliste convergent en la personne du gouverneur de la Mecque (choisi par les Ottomans), le chérif Hussein. C'est un descendant du Prophète par la lignée la moins contestable, celle des Hachémites. Et c'est lui qui mène la « Révolte arabe » contre l'Empire ottoman, en s'alliant avec les Français et les Britanniques, qui lui ont promis la création d'un royaume arabe indépendant... et vont piétiner cette alliance. Pour les Arabes, c'est une triple humiliation. Ils sont entrés en guerre comme des alliés, on les traite comme des supplétifs (jusqu'au fameux Lawrence, qui prétend leur apprendre la guérilla !). S'ajoute le mensonge : à peine les puissances européennes ­ont-elles fait leur promesse à Hussein qu'elles s'entendent secrètement pour se partager le Moyen-Orient à ses dépens. Pire : les Britanniques promettent aux sionistes l'établissement d'un foyer juif en Palestine ! Si on avait ­voulu être sûrs de s'aliéner les élites arabes, on ne s'y serait pas pris autrement...

Est-ce un coup d'arrêt pour la Nahda ?

Cette trahison des alliés envers Hussein va déboucher sur l'instauration des mandats en Syrie et au Liban, en Palestine et en Irak, chef-d'œuvre de paternalisme colonial. Nous parlons ici de Damas, d'Alep, de Bagdad — des villes qui ont enfanté la civilisation, en termes d'organisation sociale, d'écriture ou de commerce ! L'idée qu'une puissance européenne prétende leur enseigner ce que doit être un pays civilisé est un nouvel affront pour les Arabes. D'autant que ces derniers se sont pliés aux règles du jeu démocratique, en organisant des élections, en travaillant à une Constitution, bref en se réclamant de l'autodétermination promue par l'Europe elle-même. Comment réagit cette dernière ? En leur envoyant la troupe, pour s'assurer de leur soumission. C'est à ce moment-là que nous avons perdu les Arabes — en tout cas ceux qui, fidèles à la Nahda, espéraient se libérer.

 

 

 

La trahison envers Hussein ouvre aussi la route de la Mecque à la famille Saoud...

C'est-à-dire à la seule force arabe de l'époque réfractaire à la Nahda — les wah­habites. Les puissances européennes offrent ainsi une légitimité inespérée aux tenants d'un islam rigoriste... alors même qu'on ne trouve aucune trace des Saoud dans la geste du Prophète. Or, ce pacte « wahhabite » établi en 1744 entre le prêcheur Mohamed Abdelwahhab et les Saoud est l'alliance du sabre et du goupillon, une alliance inédite dans le monde arabe, où jamais une tribu et un clerc ne s'étaient associés pour créer un Etat. C'est chose faite avec la fondation, en 1932, de l'Arabie saoudite, le seul pays du monde dont les ressortissants sont désignés par le nom de la dynastie régnante...

Ces échecs ne mettent pas fin à la Nahda...

En effet, l'imprimerie, les échanges, l'éducation continuent de s'étendre, et la diaspora arabe d'essaimer en Europe et en Amérique du Nord... Quant à l'effervescence politique, certains partis de l'entre-deux-guerres, comme le Destour en Tunisie, le Wafd en Egypte, les partis nationalistes en Syrie et, dans une moindre mesure, en Irak et au Liban prolongent l'esprit de la Nahda. Malheureusement, ces élites nationalistes, empêchées par les puissances européennes de faire accéder leurs pays à une souveraineté pleine et entière, vont bientôt être dénoncées par de nouveaux partis plus modernes et radicaux, qui les accusent de pactiser avec l'occupant. Et cette surenchère nationaliste prend souvent la forme de l'islamisme. Pour les Frères musulmans, apparus en 1928, il faut ainsi remobi­liser la nation arabe et islamique contre l'élite « corrompue » du Wafd. On retrouve la même dénonciation des élites chez le Néo-Destour de Bour­guiba, le parti Baas en Syrie, et les partis communistes qui surgissent alors. Tous ces partis sont autoritaires, adoptent des structures de type léniniste et se nourrissent de la fin des mandats européens et de la Nakba — la « catastrophe », comme on appelle la création de l'Etat juif et l'exode des Palestiniens en 1948. L'indépendance chèrement acquise de la Syrie, en 1946, est ainsi détournée trois ans plus tard par un putsch du chef d'état-major, prélude à un détournement généralisé des indépendances arabes par des dictatures militarisées.

Quel rôle a joué la création d'Israël dans les développements qui ont suivi ?

Selon moi, la Nakba a toute sa place, mais rien que sa place dans les malheurs du monde arabe. A la trahison des aspirations légitimes des Arabes à la fin de la Première Guerre mondiale s'est effectivement ajouté l'abandon de la population arabe de Palestine — une des plus éduquées, voire occidentalisées de la région —, transformée en non-peuple, en conglomérat de réfugiés. Cette négation du droit du peuple palestinien à l'autodétermination est aussi le fait des cliques militaires arabes qui utilisent la « cause palestinienne » à leur profit exclusif. L'important, pour elles, est de rester « branchées » sur un système international qui leur garantit rente financière et livraisons d'armes, qu'elles soient pro-Washington et en paix avec Israël, comme l'Egypte depuis 1979, ou pro-Moscou et « hostiles » à Israël, comme la Syrie des Assad. Pendant des décennies, la Palestine sera ainsi niée par Israël et manipulée par ses « alliés » arabes.

Le terrorisme islamiste ne conteste-t-il pas la sujétion de ces cliques militaires aux intérêts occidentaux ?

Nulle part les djihadistes ne sont une alternative digne de ce nom. La ligne de partage dans le monde arabe passe entre ceux qui reconnaissent le peuple comme source de la souveraineté et ceux qui le refusent. Il y a des islamistes, des nationalistes et des laïques des deux côtés. Le président Sissi en Egypte et le chef de Daech, Baghdadi, n'ont pas plus de respect l'un que l'autre pour la souveraineté populaire — d'ailleurs, ils ont tous deux déclenché d'effroyables attaques contre la moindre forme de contestation. La vraie question, pour les pays occidentaux, n'est pas de choisir entre un dictateur et des terroristes, mais de soutenir l'établissement de la démocratie dans le monde arabe. Si nous disons « tout sauf Daech », au risque de soutenir des tyrans, nous aurons Daech puissance 10.

Qu'en est-il des tensions entre chiites et sunnites, qui déchirent aujourd'hui le monde arabe ?

L'historien se doit d'introduire la distinction entre la réalité des tensions confessionnelles et leur caractère supposé « éternel ». Ces tensions existent, mais affirmer qu'il y aurait une guerre entre chiites et sunnites depuis l'aube de l'islam, et faire de cette rivalité religieuse la clé du Moyen-Orient contemporain obscurcit le débat au lieu de l'éclairer. Il y a eu des phases de concorde, des moments où les sunnites se massacraient entre eux... Bref, il faut revenir à l'Histoire, et réexaminer à sa lumière la question du pouvoir dans ces pays. Djihadistes comme dictateurs ont en effet un intérêt partagé à ce que nous ne comprenions plus rien à ce qu'il se passe dans le monde arabe. Or, il y a deux enjeux cruciaux, aujourd'hui, pour les pays européens, à mieux appréhender cette région : les migrations et le terrorisme. Bachar al-Assad et consorts sont des machines à produire du djihadisme et des réfugiés : ils ont cyniquement nourri le djihad pour mieux se poser, aux yeux de l'Occident, en rempart contre l'islam radical. Il faut donc anticiper la refondation d'un ordre juste et démocratique là-bas, sous peine de payer ici même le prix de telles impasses. Ce n'est pas une utopie : le mouvement de libération des Arabes est une vague de fond. Chercher à l'entraver ne peut qu'alimenter le cauchemar. Pour eux depuis des années, et demain, sans doute, pour nous.

piqué à Laure Gheron-Lichan

Que se passe-t-il aux Nations-Unies quand une mouche tombe dans une tasse de café ?
- L’ Italien jette la tasse et s’en va.
- Le Français jette la mouche et boit le café.
- Le Chinois mange la mouche et jette le café.
- Le Russe boit le café avec la mouche; c’est un extra sans frais supplémentaire …
- L’ Israélien vend le café au français, la mouche à la Chine et achète pour lui-même une nouvelle tasse de café.
Avec le bénéfice des ventes, il met au point un dispositif qui empêche les mouches de tomber dans le café.
- Le Palestinien accuse Israël d’avoir mis une mouche dans son café, dénonce l’agression à l’ONU, fait une demande de prêt aux Nations-Unies pour financer l’achat d’une nouvelle tasse de café, utilise l’argent pour acheter des explosifs … Et puis il fait sauter la cafétéria où … l’Italien, le Français, le Chinois et le Russe sont tous en train d’expliquer à l’Israélien qu’il doit donner sa tasse de café au Palestinien …

Aucun texte alternatif disponible.

20/12/2016

Daniel Guérin (1904 - 1988) - Combats dans le siècle

À travers l'itinéraire de Daniel GUÉRIN, c'est toute l'utopie libertaire, anarchiste et syndicaliste révolutionnaire qui renaît et se concrétise. Révolutionnaire pluraliste au parcours compliqué (socialiste de gauche, trotskiste puis anarchiste), il donne à ses idées une ouverture rare en milieu révolutionnaire.


 






Daniel Guérin (1904 - 1988) - Combats dans le siècle

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu