Avertir le modérateur

09/07/2017

Is it over for ISIL?

n

As ISIL's 'caliphate' crumbles, its ideology remains Analysts say the end of the self-proclaimed caliphate's territorial rule 'does not mean the end of ISIL'.

The battle against ISIL is currently centred in the group's last urban stronghold, Mosul [File: Reuters]

 

Trois ans après l'offensive-éclair qui avait permis aux djihadistes de s'emparer d'un tiers de l'Irak et de près de la moitié de la Syrie, leur territoire se réduit comme peau de chagrin.

Outre Hawija, les djihadistes contrôlent encore trois localités dans la province d'Al-Anbar, dans l'ouest du pays: Anna, Rawa et surtout Al-Qaïm, tout près de la frontière syrienne.

Un officier supérieur irakien dans la région a indiqué à l'AFP que les forces irakiennes s'étaient emparés hier de la ville d'Anna et poursuivaient leur offensive.

n L’Etat islamique acculé à Rakka et Mossoul titrait le Monde, Le crépuscule de l' Etat islamique (EI) a à Mossoul mettait en avant de son coté le Figaro.  L’émergence de l’EI, sous l’égide de son « calife » autoproclamé, Abou Bakr Al-Baghdadi, a marqué un tournant dans l’histoire du djihadisme. Le groupe a voulu contrôler un territoire et établir un Etat, le gérer, et accaparer les richesses qui en découlaient. Ce processus, qui a duré trois ans, s’achève à Mossoul au milieu des cendres et des ruines.

 

Syrie. Le groupe jihadiste Etat islamique a tué 34 membres des forces prorégime en Syrie lors d'une contre-attaque dans la province de Raqqa, annonce l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) le 24 aout 2017. Selon l'ONG, les jihadistes ont repris de larges parts de territoire aux forces du régime de Bachar al-Assad dans l'est de la province.

 

Watch Inside Story: Is the threat from ISIL over?

 Is Trump committing war crimes in Iraq and Syria? by Hamid Dabashi

Source: Al Jazeera and news agencies 

Le 10 juillet 2017, un soldat des forces irakiennes célèbre l’annonce de la reprise de Mossoul par le gouvernement.  PHOTO FADEL SENNA/AFP

Dimanche 9 juillet, le Premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, s’est rendu à Mossoul pour annoncer que la ville était “libérée” du joug de l’État islamique. Mais cela ne signifie pas la fin de l’organisation terroriste, avertit cet éditorialiste libanais.

 

Reprendre la capitale irakienne de l’organisation djihadiste était une nécessité. En administrant un territoire, l’EI pouvait endoctriner la population, profiter des différentes ressources, entraîner ses combattants, s’ériger en modèle et façonner son mythe. Mais les populations locales ont payé ces victoires militaires au prix fort, sans pour autant que leur soit proposé un avenir plus radieux. La situation est la même dans tous les territoires “libérés” ou en voie de l’être du joug des djihadistes : la victoire militaire est nécessaire, mais fondamentalement insuffisante.

L’EI contrôlait il y a deux ans un territoire de la superficie de la Grande-Bretagne et avait symboliquement effacé la frontière syro-irakienne. Il est désormais retranché dans ses derniers réduits, en Irak et en Syrie. L’organisation est affaiblie : une grande partie de ses cadres ont été éliminés, ses ressources ont été asséchées et le proto-État jihadiste est sur le point de s’effondrer. Bien que la situation sur les deux terrains ne soit pas similaire, en Irak comme en Syrie, l’EI n’a pas les moyens de résister militairement sur le moyen terme. La défaite militaire du groupe est inéluctable, mais elle a été anticipée depuis longtemps par les cadres de l’EI, qui ont appelé dès 2016 les aspirants djihadistes à frapper en priorité les territoires dans lesquels ils résident plutôt que d’essayer de rejoindre le califat.

 

L'OSDH affirme que le chef de l'EI al-Baghdadi est mort (OSDH) de leur chef, Abou Bakr al-Baghdadi

La mort de Baghdadi, qui a été annoncée à plusieurs reprises depuis qu'il a proclamé un califat en 2014, serait si elle est officialisée l'un des coups les plus durs subis par l'Etat islamique, qui recule un peu partout en Syrie et en Irak et vient de perdre la grande ville de Mossoul.

 Dans le POINT DE VUE d u monde « A Rakka, plus encore qu’à Mossoul, les civils sont laissés pour compte »Equation strictement militaire et Intensité des bombardements ponctuent la vie sur place
 
 

 

A map showing damaged and destroyed areas of Raqqa released by the REACH initiative on July 11 [REACH 2017)

 n Malgré la présence en leur sein d’un noyau dur de combattants aguerris par plus de trois années de lutte contre les djihadistes, et en dépit du degré d’organisation de l’ensemble de leur appareil militaire, les FDS n’auraient pas été en mesure de faire reculer l’EI des centres urbains du nord syrien sans le soutien constant des frappes aériennes de la coalition. A l’été 2016, la ville de Manbij, proche de la frontière avec la Turquie, a également été reprise aux djihadistes au prix d’un lourd bilan pour les populations civiles

Le Premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, a beau célébrer la “victoire” contre l’État islamique et la “libération” de la ville, la réalité apparaît nettement plus nuancée. Mossoul est en grande partie détruite. Sa population a vécu de multiples traumatismes : trois ans d’occupation djihadiste, puis les bombardements de la coalition internationale, le déplacement de presque 1 million de civils dans des conditions souvent déplorables, sans oublier les exactions commises à leur encontre par les forces loyalistes et miliciennes.

 Baghdadi est vivant selon un chef du renseignement kurde

Le chef des services de lutte antiterroriste du Kurdistan irakien est pratiquement sûr qu'Abou Bakr al Baghdadi, "calife" autoproclamé de l'Etat islamique, est encore en vie et qu'il se trouve au sud de Rakka, en Syrie.

» Lire aussi - Selon l'OSDH, le chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, serait mort

Le mouvement djihadiste, qui vient de perdre Mossoul, dans le nord de l'Irak, après trois ans d'occupation et tente de résister à Rakka, est selon lui en train de changer de stratégie pour se muer en une sorte d'"Al Qaïda sous stéroïdes". Son éradication prendra encore trois ou quatre ans, a-t-il prédit.

 

» Le crépuscule de l'État islamique à Mossoul

r
 
Daech recule. L’armée irakienne a repris la semaine dernière le site en ruine de la mosquée Al Nouri à Mossoul, où avait été proclamé le califat a échoué, estiment les experts. / AFP PHOTO / FADEL SENNA - FADEL SENNA/AFPSelon Les Echos - Sponsorisé ·" L’EI a vu ses revenus divisés par 5 en quelques mois et est en passe de perdre ses capitales syrienne et irakienne" dans le post intitulé " Pour quoi l’Etat islamique au bord de l’effondrement militaire et financier "En savoir plus LESECHOS.FR

MIDDLE EAST Turkish and Kurdish forces clash in northern Syria, tensions rise Mounting tensions between Kurdish and Turkish troops in northern Syria have threatened to open a new front in the country’s complex war.

La guerre contre l’EI continue

Editorial. Malgré la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, l’organisation Etat islamique reste en mesure de déstabiliser les pays de la région.LE MONDE |

Mais la perte de cet ancrage territorial ne signifie pas la disparition du groupe djihadiste, qui contrôle toujours une vaste bande territoriale le long de la vallée de l’Euphrate, à cheval entre l’Irak et la Syrie, et qui, en muant d’une forme de proto-Etat à une guérilla ou à un réseau terroriste, reste en mesure de déstabiliser les pays de la région et au-delà. La dispersion de plusieurs dizaines, voire de centaines de ses combattants étrangers, jusqu’ici occupés quasi exclusivement à la défense de son territoire, pose plus que jamais la question de leur retour dans leurs pays d’origine et le danger qu’ils y font peser.

UE - Dans tout le monde développé, l'État islamique se restructure sous la forme d'un réseau social cherchant à radicaliser et enrégimenter la jeunesse.

 

L’Etat islamique restera en embuscade

Analyse. Pour le journaliste du « Monde » Madjid Zerrouky, il fait peu de doute que l’EI poursuivra ses efforts visant à saper les fondements d’Etats défaillants, et à approfondir les crises et fractures sociales dans les pays musulmans.« Dawlati baqiya » (« Mon Etat restera »).

A défaut de disparaître, c’est le « califat » qui, aujourd’hui, s’effondre. La reprise de Mossoul acte l’impasse d’une entreprise djihadiste inédite, la tentative d’administrer de vastes territoires. Cette tentative était vouée à l’échec, l’EI s’est bâti sur une dualité intenable : construire un Etat tout en menant une guerre totale au reste du monde. Mais au cours de ses trois dernières années d’existence, le califat d’Al-Baghdadi a paradoxalement assumé cette dualité, en anticipant et préparant sa défaite.

1 500 attaques dans 16 villes d’Irak et de Syrie

Sentiment d’humiliation

L’EI militairement aux abois, il reste à le défaire idéologiquement. Une bataille qui ne peut être menée sans une réelle reconstruction de ces pays et une participation politique de populations marginalisées depuis des années par les pouvoirs en place. En Irak, la montée en puissance de l’EI, né sur les cendres d’Al-Qaida, qu’on avait déclaré défaite dans les années 2000, est le fruit de la marginalisation des populations sunnites ; des populations étouffées et réprimées par un gouvernement central, revanchard, dominé par la majorité chiite.

En Syrie, l’implosion du pays et la guerre totale menée par Bachar Al-Assad et ses alliés contre les régions insurgées avait là aussi ouvert un boulevard aux radicaux, EI en tête, après deux ans de révolte populaire. La présence massive de forces iraniennes et de milices chiites soutenues par Téhéran dans ces deux pays alimente un clivage chiites-sunnites et ne peut qu’attiser un sentiment d’humiliation dans ces régions.

Lire aussi :   A Mossoul, les luttes de pouvoir et d’influence ont commencé

Si le terrain sur lequel a prospéré l’EI reste inchangé, le terreau sur lequel prospère le radicalisme islamiste au prétexte de la défense des sunnites laisse planer le risque, à terme, d’une « renaissance » djihadiste dans des régions plus « pacifiées » que libérées. Contre le djihadisme, la solution ne peut venir d’un régime qui se voudrait centralisé et dominateur. L’Etat irakien doit désormais assurer aux populations arabes sunnites une pleine citoyenneté.
the Middle East are the real obstacles facing the region.  

"

 


Frédéric Pichon est géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient. Auteur d'une thèse de doctorat sur la Syrie, il est l'auteur deSyrie, une guerre pour rien (éd. du Cerf, 2017)


FIGAROVOX.- Mossoul, la «capitale» de l'État islamique, a été reprise à l'EI par les forces irakiennes soutenues par la coalition internationale. En Syrie, Raqqa est en passe d'être reprise par les Kurdes. Est-ce la fin de l'État islamique?

Frédéric PICHON.- L'année 2017 sera celle de la fin de l'État Islamique. Né en Irak, il mourra en Irak... et renaîtra en Irak. Mais tandis que les efforts militaires se concentrent sur son cœur mésopotamien, la recomposition de la région qui est en cours annonce des années de soubresauts violents.

Une chose est sûre: la question syrienne, le nationalisme kurde, le bourbier irakien et l'influence de l'Iran sont là pour des décennies. On se souvient que Mossoul fut prise en moins de quatre jours durant le mois de juin 2014 par une organisation qui disposait de nombreux soutiens au sein même de la ville. L'armée irakienne, peu aguerrie et surtout prisonnière des choix politiques désastreux du gouvernement al Maliki, apparaît comme une armée d'occupation face à des sunnites, qui depuis 2003, furent non seulement les grands perdants des décisions américaines mais aussi les victimes du sectarisme des nouveaux dirigeants irakiens, désireux de se venger de près de soixante-dix ans d'humiliations et de massacres à l'encontre de la majorité chiite.

Même les forces sunnites-baptisées Sahwa- au nombre de 90000 combattants, qui avaient été associées dès 2006 par les Américains à la lutte contre les djihadistes, furent neutralisées par le gouvernement central chiite qui n'a jamais eu confiance en leur loyauté. Il faut bien comprendre que les tribus sunnites ont gravité durant toutes ces années par opportunisme entre Al Qaida, l'État Islamique et le gouvernement central au gré de leurs intérêts à court terme, en particulier financiers.

À Mossoul, l'État Islamique n'a pas eu besoin d'instaurer une dictature obscurantiste comme on se plaît par sensationnalisme à l'imaginer depuis l'Occident, à grand renfort d'informations spectaculaires. Certes, les exécutions publiques furent légion, la police de la charia existait bien, mais le véritable ordre était assuré par la notabilité préexistante des clans sunnites, à condition de se conformer a minima aux règles austères de Daech. Je ne dis pas que les populations y trouvaient entièrement leur compte mais au moins la relative probité de ceux qui étaient chargés de faire régner cet ordre tranche furieusement avec la situation précédente de corruption généralisée.

Bien entendu, pour cela, encore faut-il être sunnite: l'exode forcé des chrétiens de Mossoul et des autres minorités fut la résultante tragique de cette prise de contrôle de Mossoul. On peut ainsi invoquer l'injustice faite aux «sunnites» dans leur globalité, en expliquant que l'État Islamique est venu leur redonner leur dignité. Mais ce discours simplifie à outrance les alternatives dont disposerait la minorité sunnite d'Irak. Certes la volatilité de la loyauté des clans sunnites, leur situation qu'il faut considérer à l'aune de la longue histoire, où ils se comportèrent souvent en bourreaux à l'égard de leurs maîtres d'aujourd'hui, ne méritent pas la marginalisation dont ils font l'objet. Mais ces facteurs ne peuvent être négligés à l'heure où la compassion victimaire les fait passer de façon binaire comme des opprimés.

Ce qui est sûr c'est que les retours de balanciers tragiques sont le fruit de l'histoire et de la complexité d'une région où les États n'ont toujours été considérés que comme des structures oppressives, la longue expérience ottomane ayant laissé des traces. Mais imaginer reconstruire un État irakien sur des bases légitimes et représentatives relève de la gageure. Ce qu'il faut à l'Irak, c'est peut-être déjà un État tout court, qui assure ses missions régaliennes a minima. Le problème de l'État Islamique en Irak est qu'il est en quelque sorte chez lui et que sa présence est vue comme légitime par nombre d'Arabes sunnites. Il renaîtra sous une forme ou une autre à n'en pas douter.

Que va changer la mort d'Al-Baghdadi, le chef de l'EI?

Rien ou presque. D'abord cela sera vu comme un honneur et un appel à le remplacer ou du moins à continuer le combat y compris sur un mode encore plus apocalyptique. L'État islamique est né dans un moment eschatologique pour ses partisans, il disparaîtra (provisoirement) de manière apocalyptique.

Ensuite, un chef se remplace. Ni la mort de Zarqaoui, ni celle de Ben Laden n'ont entraîné la disparition de leurs organisations respectives (EIIL/ Al Qaida). Mais je voudrais insister sur une dimension que nous avons du mal à prendre en compte en Occident. S'il y eut bien un calife (turc) jusqu'en 1924, en réalité la fonction avait été largement vidée de son sens dès le Moyen-Âge, sous l'action des différences culturelles et linguistiques présentes au sein du monde musulman. Du coup, la proclamation d'Al Baghdadi comme Calife nous est apparue comme désuète, mais constitua en fait une formidable bouffée d'utopie, d'autant que les terres convoitées par ce proto-État ont une résonance eschatologique dans les textes de l'Islam, Coran et Hadiths inclus.

Cette dimension a un effet d'entraînement sur les populations musulmanes sunnites locales mais aussi pour cette jeunesse française qui ne se reconnaît pas dans le modèle culturel français: pour ces derniers, le djihad est aussi le moyen d'une forme de «régénération» par les lieux. La géographie joue ici un rôle majeur: il n'est que de consulter la littérature jihadiste pour constater combien notamment les références au «Shâm», à l' «Irak» sont prépondérantes: elles furent celles précisément des premiers déchirements de l'Islam (Hussein, fils d'Ali fut vaincu et tué à Kerbala en Irak) et seront celles du combat final contre Shaytan à la fin des temps (Damas ou Shâm).

L'attractivité de l'État Islamique s'appuie sur un triptyque récurrent: régénération, émotion, renonciation. Régénération par le retour sur des terres historiques et apocalyptiques, émotion religieuse et effusions entre ces jeunes hommes qui reconstituent une Oumma concrète et enfin renonciation au style de vie occidental, souvent jugé corrompu et permissif. Les jeunes djihadistes, qui se sentent en opposition avec la société, avec leur famille, marquent leur différence en s'engageant dans un mouvement religieux extrême, critiqué et rejeté par la grande majorité des gens, très médiatisé et très spectaculaire qui les arrache de façon radicale et extrêmement contraignante à leur milieu et à leur mode de vie.

De ce point de vue, ils participent sans le savoir de la mondialisation de l'offre religieuse, horizontale, sans magistère, nomade et déculturée, épousant ainsi les formes de la globalisation de l'information permise par les réseaux sociaux et que l'on retrouve, toutes choses égales d'ailleurs, dans le mouvement évangélique né aux États-Unis et le phénomène des «born again christians». Le succès de ce néo-fondamentalisme réside dans le fait que ce dernier fait l'apologie paradoxale de la déculturation qui permet de penser une «pure «religion indépendamment de toutes ses variations et influences culturelles.

La disparition ou l'affaiblissement de l'État islamique dans cette région du globe signifierait-elle la fin provisoire du terrorisme islamiste? Où et sous quelle forme pourrait-on le voir revenir?

n Trois Marocains expulsés pour liens avec « la mouvance islamiste radicale » Deux d’entre eux sont les frères d’un détenu qui avait violemment agressé deux surveillants dans une unité de prévention de la radicalisation de la maison d’arrêt d’Osny. Depuis le début de l’Etat d’urgence en novembre 2015, 51 arrêtés ministériels d’expulsion ont été exécutés, selon le ministère de l’intérieur.

Le problème se pose de la même façon pour les voisins de la Syrie et même l'Europe. La priorité est à l'éradication de l'État Islamique certes, alors que se profilent des batailles sanglantes dans la vallée de l'Euphrate. Mais que faire de tous ces combattants étrangers? Les pays émetteurs comme la France, la Tunisie ou l'Arabie Saoudite devront alors s'attendre à une vague de retour qu'il sera extrêmement difficile de contrôler.

Plus sûrement, l'essaim des djihadistes se déplacera sur un autre sanctuaire, probablement africain dont la Libye et le Sinaï et l'Asie  offrent déjà les garanties en termes d'impunité et de réseaux. Au niveau local, pour certains combattants et les civils qui soutiennent la politique de l'État Islamique, il faudra en passer par une politique de main tendue, avec attributions de places politiques ou économiques en échange de leur inclusion dans le nouveau système. Une fois de plus, le clientélisme vient en renfort du politique. Tout cela aura un coût financier évidemment et politique assurément.

Mais le problème est aussi géopolitique: comment penser que le salafisme wahhabite, qui a connu un déploiement conceptuel massif grâce à l'argent des pétrodollars et la constitution d'un réseau mondial de relais sous-forme d'ONG, d'écoles et de mosquées, présentes en Afrique, dans les Balkans, en Asie et en Europe pourra cesser d'influencer l'islam global sans une remise en cause théologique et politique de la part de ces mêmes États qui l'ont instrumentalisé et qui commencent à en subir les effets «Frankenstein»? C'est en premier lieu vers l'Arabie Saoudite que se portent les regards critiques. Mais la Turquie elle-même devra être confrontée au même questionnement étant donné son rôle actif dans l'instrumentalisation du salafisme en Syrie face au nationalisme kurde.

Donald Trump est reçu en France cette semaine par Emmanuel Macron. Peut-on s'attendre à ce que ce sujet soit au cœur de leurs discussions?

En tous les cas, Emmanuel Macron a préparé le terrain, avec ses déclarations sur la Syrie et le rôle de la Russie: maintien à moyen terme d'Assad, spectre d'un État failli, coopération avec la Russie sur le dossier terroriste. Il a d'ailleurs semé le trouble parmi certains de ses soutiens qui se sont sentis visés par sa pique sur le «néoconservatisme». En s'exprimant de la sorte, c'est vraisemblablement la ligne d'Hubert Védrine qui a été privilégiée. Le choix des priorités, la crainte d'un énième État failli dans la région auraient dû être privilégiées dès le début. Pour autant, je ne crois pas qu'il y aura d'alignement sur Moscou. Traiter correctement la Russie, c'est s'assurer de pouvoir aussi négocier durement avec elle. Cela s'appelle de la diplomatie et il est utile de parler de Realpolitik.

 

» Nicolas Baverez : «L'État islamique n'est pas mort, il mute»  n  READ MORE: As ISIL's 'caliphate' crumbles, its ideology remains

01/07/2017

La prochaine crise ?

n

Fight Club

La dette, n’est pas qu’un instrument économique, c’est aussi une arme politique"" Il y a un lien entre dette nationale et dette privée lorsque les gens sont contraints d’emprunter pour bénéficier de services qui auraient dû être assurés par l’État."L’exploitation est double : elle prend son origine au travail et se poursuit au travers de prélèvements fiscaux affectés au remboursement d’une dette largement détenue par des institutions financières, des capitalistes qui contribuent faiblement à l’impôt et reçoivent de surcroît de nombreux cadeaux fiscaux.Par l’endettement privé des individus, on en revient à des rapports de semi-esclavage : les gens commencent leur existence dans une relation de dépendance totale

La dette nationale et les ’ajustements sociaux’ qu’elle voudrait légitimer sont une attaque générale aux classes ouvrières, aux populations du Sud, aux noir-e-s aux États-Unis… et en premier lieu, aux femmes.

 - Where Is My Mind (Official Video)

  Depuis 2008, nous sommes rentrés dans une crise du capitalisme d’une ampleur comparable à la crise de 1929. Si une série de phénomènes déjà bien présents : endettement massif, pauvreté, chômage, etc, s’accélèrent, la perspective de changements importants et rapides de notre mode de vie s’ouvrent dans une mesure qu’il est encore difficile d’estimer.

La crise aux USA ( ) Etats Unis, le nouvel apartheid,  » Donald Trump, un Berlusconimade in USA ?à l’album Trumpland. 

Ne sois jamais complet ! Fight Club (1999) Fight Club (1999 , CADTM - Système dette et capitalisme : quels liens ?

Je pense que la régulation actuelle est un pansement sur une jambe de bois. Les contrôles mis en place par les organismes de controles concernent plus les particuliers ( en cas de risque de fraudes) que les patrons du CAC 40. La déréglementation mis en place par Trumps va surement nous amener dans des futures crises aussi grave que celle des subprimes. Lire
« Too big to fail », « Margin Call », « Le Loup de Wall Street » ... Sinon il y a la série du Monde « 10 ans après la crise financière ».

Dix ans après la crise financière, la finance mondiale renoue avec les excès
LEMONDE .FR la publication de Le Monde.

Vidéo : la crise des subprimes expliquée LE MONDE | | Par Asia Balluffier

Durée : 06:14  | 
ECLAIRAGE

Il y a dix ans, la plus grande crise économique et financière du XXIe siècle – à ce stade – livrait ses premiers signes. Un an avant la faillite de Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, personne ou presque n’avait pourtant pu voir que la bulle économique créée par la spéculation immobilière allait éclater. Aujourd’hui, malgré la régulation des banques exigée par les Etats, la spéculation est repartie de plus belle. L’éventualité d’une nouvelle crise est de moins en moins improbable.

Quelles sont les pratiques qui ont déclenché la crise il y a dix ans, et qui menacent de laisser l’histoire se répéter ? Explications en vidéo.

"Si l’État n’avait pas réduit ses recettes et choyé les marchés financiers, le ratio dette publique sur PIB aurait été en 2012 de 43 % au lieu de 90 %"

Depuis quinze ans, baisses d’impôts et cadeaux fiscaux se sont multipliés

source Pourquoi la dette publique française explose alors que les dépenses de l’État n’augmentent pas ? 6 décembre 2015 par Rachel Knaebel

 Le Monde Sponsorisé « Too big to fail », « Margin Call », « Le Loup de Wall Street » ... Sinon il y a la série du Monde « 10 ans après la crise financière ».

Pour CADTM , la dette est un moyen : 

Les dettes nationales sont un prétexte pour anéantir les services sociaux. .

La dette privée est basée sur la dette nationale.

La dette est également liée à l’augmentation de l’exploitation sexuelle.À partir des années 1990, quand les dettes nationales et privées ont pris de l’ampleur, l’industrie du sexe s’est globalement répandue. Plusieurs femmes en sont venues à se prostituer. Aux États-Unis, des étudiantes dans de prestigieuses universités se prostituent pour être capables de payer leurs études.

- Au Nord comme au Sud, la dette a été utilisée comme moyen de contrôle des populations.

Mardi dernier, Janet Yellen a lâché une phrase qui a fait l'effet d'une bombe. Je cite :

Would I say there will never, ever be another financial crisis? You know probably that would be going too far but I do think we're much safer and I hope that it will not be in our lifetimes and I don't believe it will be.

Traduction :

Est-ce que je peux dire qu'il n'y aura jamais d'autres crises financières ? Ce serait probablement aller trop loin. Mais je pense que nous sommes bien plus en sécurité et j'espère que cela n'arrivera pas de notre vivant et je ne le pense pas.

Ok. Mon premier réflexe a été de foncer sur Wikipedia pour vérifier l'âge de Janet Yellen : 70 ans.

 La prochaine bulle sera celle du crédit, base du capitalisme. De nombreux étudiants sont asphyxié par les crédits pris pendant leurs études. A la fin de leurs études, pas sur que leurs emplois leurs permettent de pouvoir les rembourser 

État de la dette du monde Le remboursement  est mathématiquement impossible.

 

 
 
La dette n'est que l'expression d'une crise systémique de l'ensemble des comportements, activités, rapports sociaux qui s’inscrivent dans une perspective d'accumulation du capital.
Si l’utilité sociale de la dette n’est pas évidente pour « celui qui ne veut pas voir », les conditions de son financement le sont encore moins. D’un point de vue purement économique, la dette ne sera jamais remboursée...
...

Quel temps de répit entre deux crises ?
J'ai voulu calculer une durée moyenne entre deux crises financières... mais l'exercice s'est avéré plus complexe que prévu. La liste des crises financières est longue comme un jour sans pain. Pas une année sans sa crise/ou son krach (vous pouvez vérifier sur Wikipedia qui fait le travail de compilation pour vous).

Si on ne retient que les "grandes" crises (celles qui n'ont pas touché qu'un pays), le rythme monte à tous les deux ou trois ans. Des bulles de crédit aux crises financières | Alternatives Economiques

Enfin, si on se concentre uniquement sur les crises financières ayant directement touchées les Etats-Unis, la durée moyenne entre deux crises augmente encore, à une dizaine d'années même si six ans seulement se sont écoulés entre la bulle Internet et celle des subprime.

Revenons à Yellen. Considérons que la crise des subprime a pris fin en 2009 (date de reprise de Wall Street). Nous approchons donc des huit ans sans crise (sur le territoire américain).

Ajoutons les 11 ans et des brouettes d'espérance de vie de Yellen et nous obtenons – de manière évidemment tout à fait scientifique – deux décennies sans crise financière.

Joie, bonheur, félicité, âge d'or de l'investissement ! Deux décennies de fortune boursière !

La Fed vs. la crise
Bon, soyons sérieux. Yellen ne nous promet pas – la main prête à être mise sur le feu – qu'il n'y aura pas de nouvelle crise financière d'ici une grosse décennie. Elle souligne plus prosaïquement deux éléments.

Premièrement que, selon elle, les efforts de régulation accomplis depuis 2007-2008 rendent une prochaine crise financière moins probable. Vous me permettrez d'en douter, nous y reviendrons.

(Trump) ; le président américain ayant décidé de revenir sur plusieurs mesures prises après la crise des subprime.

Sa déclaration tombe après un nouveau round de test de résistance (dits aussi stress tests, et destinés à évaluer la solidité d'une banque face au risque systémique) pour les banques américaines. Et, sur le papier, tout s'est extrêmement bien passé. Tellement bien passé, d'ailleurs, que la Fed a autorisé 34 grandes banques à augmenter significativement leurs dividendes et rachats d'actions.

SOCIÉTÉ - La crise du crédit pour les nuls - YouTube

Est-ce que cela peut tenir encore 11 ans ?

C'est toute la question, n'est-ce pas ? A priori, je vous dirai non.

Les raisons... sont nombreuses, trop nombreuses presque pour être toutes listées. Soulignons les principales :
- Le niveau de dettes extrêmement élevé aux Etats-Unis, en Europe, au Japon et aussi en Chine, Pékin joue à un jeu bien dangereux avec son niveau d'endettement.
- Des marchés obligataires sur la corde : des années de taux faibles ont facilité l'endettement des Etats et des entreprises mais ont siphonné les rendements des banques et des assureurs-vie. A cela il faut ajouter l'épidémie de taux négatifs. Une remontée trop brutale des taux déstabiliserait ce très fragile château de cartes.
- Des marchés actions flirtant avec la surévaluation... et alors que l'économie américaine ralentit. Certes, la déconnexion entre marchés boursiers et économie dite réelle est bien instaurée mais même les plus obtus  ne pourront ignorer une forte baisse de la croissance, voire un début de récession.
- L'extrême intrication de nos économies mondialisées qui rend presque impossible la non contamination d'une crise boursière ou financière dans un pays

- La crise du crédit .... Frais d’inscription élevés, taux d’intérêts démentiels… C

à lire aussi Hillary Clinton roule à gauche

A l’automne 2011, la Réserve Fédérale américaine provoque un électrochoc dans le pays : elle révèle que l’encours de toutes les dettes étudiantes aux Etats-Unis a dépassé les 1000 milliards de dollars.

 

A lire Etudiants, l'avenir à crédit | ARTE InfoTV : « Morts à crédit » met en lumière le ravage des prêts à outranceEtats-Unis : après les subprimes, une crise de la dette étudiante ...

C’est plus que les dettes des cartes de crédits, et surtout, ce chiffre a doublé en moins de 10 ans. Depuis, la question du coût croissant de l’éducation supérieure aux Etats-Unis s’est imposée dans la campagne présidentielle. 

Après douze ans dans l’Hexagone et une rupture difficile avec son compagnon européen, Kristine décide de rentrer à New York. A 46 ans, elle paie aujourd’hui 536 dollars par mois (480 euros), environ 8 % de son salaire. Sur cette somme, seule une centaine d’euros sert à rembourser du capital, le reste part dans les intérêts. Au rythme actuel, Kristine aura 70 ans lorsqu’elle réglera sa dernière mensualité. Son prêt étudiant de 85 000 dollars lui aura coûté près de 310 000 dollars.Hausse de 400 %.

La bulle financière de 1000 milliards des prêts étudiants - YouTube

Crise de la dette étudiante, la grosse bulle qui monte aux Etats-Unis Des millions d’Américains sont plombés toute leur vie par le coût de leurs études. 

Engluée dans des dettes étudiantes contractées il y a plus de deux décennies, Kristine ignore quand elle verra enfin le bout du tunnel. Mais une chose est sûre : comme des dizaines de millions d’Américains, cette designeuse numérique aura payé au prix fort son passage à l’université. Au milieu des années 90, Kristine emprunte environ 85 000 dollars pour financer un master à NYU (New York University), établissement privé et réputé au cœur de Manhattan. Les trois quarts de la somme proviennent de prêts gouvernementaux à 8 %, le reste d’emprunts privés à 9,5 %. En 1999, Kristine commence à rembourser. Mais rapidement, elle s’expatrie en France, où son niveau de salaire ne lui permet pas d’assumer ses mensualités. Les retards de paiement s’accumulent, les intérêts gonflent.

A lire Crise de la dette étudiante, la grosse bulle qui monte aux Etats-Unis ... , Etudiants, l'avenir à crédit

Encouragés par les taux faibles, les Américains multiplient les emprunts. Des milliards de dollars de dettes s'accumulent dans le portefeuille des banques, faisant craindre aux économistes une nouvelle crise financière d'ampleur.

La bulle des schistes

La chute des cours du pétrole (-60% depuis juin 2014) met en difficulté le secteur énergétique américain, et plus spécifiquement le secteur du schiste

La bulle des prêts automobiles

C'est la bulle la moins connue. Elle est pourtant l'une des plus dangereuses du moment à en croire certains analystes. Les encours totaux des prêts automobiles aux États-Unis s'élevaient fin 2015 à 1060 milliards de dollars, selon la Fed de New York. D'après une note alarmiste publiée en février dernier par Fitch, ces subprimes représentent 20,8% du total des prêts auto soit 220 milliards de dollars

• La bulle des prêts étudiants

La dette contractée par les étudiants américains pour financer leurs études représentait 1230 milliards de dollars à fin 2015, selon la Fed. Les jeunes Américains débutent donc généralement leur vie active avec un crédit d'en moyenne 30.000 dollars. Confrontés au chômage ou des emplois moins rémunérateurs que prévu, certains luttent pour rembourser leur dette.Cette bombe à retardement inquiète de plus en plus d'économistes. D'après la Fed, le taux de défaut a grimpé à 11,5% à fin 2015. Certains retraités n'ont même pas encore fini de rembourser...

 

La bulle des cartes de crédit

Malgré les taux d'intérêt élevés qui y sont associés, les Américains sont très nombreux à réaliser leurs achats avec une carte de crédit. Trop, selon une étudede CardHub, publiée début mars. D'après cette dernière, en 2015, le montant total lié à cette dette s'élevait à 917,7 milliards de dollars

 De nombreux observateurs s'inquiètent des effets de ces bulles sur l'économie américaine et craignent une contagion à l'ensemble de l'économie mondiale en cas d'éclatement. «Les niveaux d'endettement sont énormes et doivent nous mettre en alerte», affirme Nicolas Chéron qui dit observer une «escalade psychologique» proche de celle qui avait précédé la crise de 2008.

«Les banques vont déjà très mal et beaucoup sont inquiets. Cela peut arriver à tout moment. Il manque juste l'élément déclencheur. En 2008, c'était Lehman Brothers. Cette fois, ce sera peut-être une grande banque européenne qui aura trop d'actifs pourris ou la faillite d'un grand groupe énergétique. Tout ira alors très vite», ajoute l'analyste. Seule solution pour éviter ce scénario, selon lui: faire passer aux banques des stress tests sur ces énormes dettes et amener à une plus grande prise de conscience du danger par les États. «Malheureusement, ces derniers ne semblent pas avoir retenu les leçons de la crise de 2008», déplore-t-il.

Ces bulles financières américaines qui menacent l'économie

On appelle souvent l'Australie "le pays chanceux". L'expression est appropriée. L'Australie a la chance d'avoir des terres abondantes, d'immenses ressources de minerais, de vastes zones de pêche, des frontières et des ports sûrs, et une main-d'oeuvre hautement qualifiée.

L'Australie n'a pas vécu de récession depuis 25 ans, période au cours de laquelle ont eu lieu plusieurs crises financières et économiques mondiales. Pour toute économie développée du monde moderne, il s'agit là d'une période d'expansion record.

Mais les avantages s'accompagnent souvent d'inconvénients cachés, et l'Australie n'y échappe pas. L'essentiel de la croissance enregistrée par l'Australie est alimenté par des exportations à destination d'un seul client : les ventes de matières premières à la Chine. L'économie et la monnaie australiennes sont donc extrêmement vulnérables aux revers de fortune de la Chine.

Les problèmes de la Chine sont graves, et sa capacité à soutenir sa monnaie et son économie moyennant toujours plus de dettes arrive à son terme. Lorsque les bulles chinoises éclateront, l'économie australienne sera la première à en ressentir les répercussions.

L'Australie est un pays riche mais, pour une économie de cette dimension, il n'a pas atteint un niveau de diversification économique approprié. L'économie australienne se concentre démesurément sur ses exportations de minerais de fer, d'or, de gaz naturel, de cuivre, de viande bovine et d'autres denrées et produits agricoles à destination de la Chine, dont elle dépend tout aussi démesurément. En résumé, lorsque la Chine ralentit, l'Australie freine des quatre fers.

L'état réel de l'économie chinoise, derrière les chiffres officiels
Dernièrement, l'économie chinoise a enregistré de bonnes performances, selon des statistiques officielles. Toutefois, cela appelle deux mises en garde majeures.

D'abord, les statistiques officielles sont de fausses informations et ne sont pas fiables. Certaines études émanant d'organismes privés, tels que Caixin Global et China Beige Book, révèlent une économie bien plus faible ainsi qu'une importante décélération de la croissance.

Dans les rapports officiels et privés relatifs à la croissance chinoise, les chiffres sont gonflés par des investissements essentiellement gaspillés. Il s'agit notamment de ces "villes fantômes" tristement célèbres, remplies d'appartements et de gratte-ciels vides, construites par centaines dans toute la Chine, ainsi que de projets d'infrastructure ruineux, qui pourront servir mais ne génèreront jamais assez de revenus pour amortir leur coût.

Mais il y a plus grave. Le peu de croissance que la Chine a pu générer a pour principal moteur l'endettement. Il s'agit de dettes souscrites par des entreprises, des provinces et des banques, également via le système financier parallèle (shadow banking) et sous forme de soi-disant "produits de gestion de fortune" ("WPM", acronyme de wealth management product) vendus à des investisseurs particuliers, et qui ressemblent fort à un montage Ponzi. C'est tout le sujet du dernier numéro de notre lettre Intelligence Stratégique, d'ailleurs.

Dettes et dévaluation, les deux outils de Pékin
Certains optimistes ne voient pas pourquoi la bulle de la dette chinoise ne pourrait pas tout simplement se poursuivre. Mais même cette hypothèse fantaisiste ne tient pas. La Chine pourrait émettre davantage de dettes, mais le ratio dette/croissance ne cesse de baisser. De plus en plus de dette est nécessaire pour générer de la croissance de plus en plus infime. Les économistes observent une baisse des rendements marginaux. A un certain point, les rendements deviennent négatifs, de sorte que non seulement l'augmentation de la dette ne génère aucune croissance, mais elle la détruit. La Chine en est pratiquement là.

Et il y a pire encore. Au cours des derniers trimestres, une partie de la croissance réelle de la Chine a été générée par la déflation. Cela signifie que la croissance nominale est inférieure à la croissance réelle, qui est boostée par la chute des prix. C'est l'exact opposé de la situation habituelle, où la croissance nominale est supérieure à la croissance réelle en raison de l'inflation.

On pourrait argumenter que la croissance réelle reste une croissance réelle, et peu importe qu'il y ait de la déflation. Non ? La réponse est la suivante : la croissance est peut-être bien réelle mais la dette, elle, est nominale. L'inflation diminue la valeur réelle de la dette alors que la déflation l'augmente. La croissance réelle générée par la déflation n'allège pas le poids de la dette, elle l'alourdit ! A tous points de vue, la Chine s'oriente vers le plus grand krach du crédit de toute l'histoire.

En plus de l'endettement, la Chine tente de faire tourner ses moteurs de croissance avec la dévaluation monétaire. Un yuan (CNY) faible rend les exportations chinoises plus compétitives mais génère de l'inflation importée (les produits importés coûtent plus cher), ce qui peut théoriquement générer une croissance nominale, si elle n'est pas réelle.

Quand la dévaluation chinoise devient un séisme mondial
Mais la Chine ne vit pas en vase clos. Il s'agit de la deuxième économie mondiale, et son principal partenaire commercial sont les Etats-Unis. Ces deux économies sont liées de façon inextricable.

Lorsque la Chine a tenté une dévaluation-choc le 10 août 2015, les actions américaines se sont effondrées de 11% en trois semaines, obligeant la Fed à reporter de trois mois le relèvement des taux qu'elle avait programmé.

Lorsque la Chine a tenté une nouvelle dévaluation en décembre 2015, petit à petit, cette fois, une dévaluation "furtive" en quelque sorte, les actions américaines se sont à nouveau effondrées de 10% sur six semaines, entre début janvier et début février 2016. Une fois de plus, la Fed a dû reporter les relèvements de taux qu'elle avait programmés pour mars et juin 2016, afin de réparer les dégâts provoqués par la Chine.

Depuis, sous la pression des Etats-Unis et du FMI, la Chine a maintenu le yuan à un niveau stable. Cela a réduit le chaos sur les marchés financiers mondiaux mais cela a privé la Chine de l'un des leviers dont elle se sert pour générer de la croissance économique.

L'Australie, victime collatérale de la Chine
Pourquoi analysons-nous la situation chinoise pour établir des prévisions concernant l'économie australienne ? C'est facile. Pour l'Australie, tout repose sur la Chine. Pour l'Australie, quand l'économie chinoise se cassera la figure – ce qui, selon nous, devrait se produire dans le courant de l'année – ce sera la fin de ce parcours de 25 ans sans récession.

Comme l'indique le graphique ci-dessous, le cours croisé du dollar australien et du dollar américain (AUD/USD) est extrêmement sensible à la force ou à la faiblesse de l'économie chinoise. Ce n'est pas surprenant car l'Australie est la principale source de matières premières pour la Chine, et la Chine est le principal marché à l'exportation de l'Australie. En Australie, la faiblesse de la croissance chinoise se traduit immédiatement par des licenciements et des fermetures de mines, et par un affaiblissement du dollar australien.

 

Les deux dévaluations chinoises (août 2015 et décembre 2015) ont provoqué une forte baisse de la paire AUD/USD, comme l'indique le graphique.

Le dollar australien s'est bien repris en 2016, conjointement à la stabilité du yuan et de la reflation chinoise alimentée par le crédit.

A quoi l'Australie peut-elle s'attendre, à l'avenir ?
L'économie australienne est extrêmement dépendante de l'économie chinoise. Or les perspectives chinoises ne sont pas bonnes.

La Chine a dû instaurer le contrôle des capitaux et relever les taux d'intérêt (au diapason de la Fed) afin de défendre le peg de sa monnaie vis-à-vis du dollar US. Ces politiques ne sont pas tenables. La Chine devra rétablir la libre circulation des capitaux ou, sinon, les investissements directs étrangers et les investissements boursiers se tariront. Pourquoi placer de l'argent en Chine si l'on ne peut l'en faire ressortir ?

La Chine devra également abaisser ses taux d'intérêt, indifféremment de ce que fait la Fed, afin d'éviter la faillite des entreprises d'état très endettées et non rentables. Si ces sociétés fermaient, le chômage flamberait, ce qui serait très déstabilisant du point de vue politique.

Comment la Chine va-t-elle éviter d'être à court de liquidité, dans ses réserves, si elle rétablit la libre circulation des capitaux et qu'elle abaisse les taux d'intérêt ? Il n'y a qu'une seule façon d'y parvenir : une maxi-dévaluation du yuan. Lorsque le yuan sera dévalué de 10 à 20%, le dollar australien dégringolera à 0,70 (AUD/USD) et ira probablement encore plus bas.

Quand cela va-t-il se produire ? Pas avant le mois d'octobre. C'est à cette date, probablement, que se tiendra le Congrès du Parti communiste chinois. Le président chinois, Xi Jinping ne veut pas "faire tanguer le navire" avant cette date qui devrait le confirmer à la tête du pays. Cependant, une fois que le congrès refermera ses portes et que Xi aura consolidé sa position, la voie sera dégagée pour dévaluer le yuan.

D'autres événements cruciaux se préparent également et devraient se produire dans le courant de l'année. Ils pénaliseront l'économie chinoise. Il s'agit notamment de confrontations avec Donald Trump autour des subventions commerciales chinoises et des manipulations monétaires, et de la probabilité d'une guerre entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, à laquelle la Chine s'oppose

 

nAu Japon De plus en plus de jeunes Nippons choisissent de quitter la filière universitaire pour effectuer des jobs précaires. On les appelle les freeters. Ce phénomène préoccupe le monde éducatif. JAPON. Au paradis des petits boulots | Courrier international

Je viens de lire : INSIDE - PROPHECY et j'ai décidé de mettre un post dessus, déjà parce que l'histoire est non niaise, elle est prophétique et d'actualité comme le reprend un article de courrier international sur la vie des jeunes aux Japon ou encore le site Toupie intitulé «  De la précarité à la révolte : Les jeunes au Japon » et la catastrophe de Fukushima qui a sacrifié une partie de sa population et l'avenir de sa jeunesse.
 

Prophecy (manga) — Wikipédia

USA : dette des étudiants, la prochaine bulle ? | ARTE Info

Ces bulles financières américaines qui menacent l'économie - Le Figaro

La prochaine crise financière ? Pas avant 2028
Cécile Chevré

La rédaction vous conseille

 



 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu