Avertir le modérateur

24/04/2012

On est pas au bout de Le Pen

 

On est pas au bout de Le Pen ( facebook)
Le mardi 24 avril 2012

 

 

 

 Humour 52.jpgRecord historique pour le FN ? Attention aux chiffres ! Tout le monde l’affirme, avec ses 17.9% du 22 avril Marine Le Pen dépasse son père et ses 16.86% en 2002. Mais on oublie Bruno Megret qui en 2002 faisait 2.34%, soit un total de 19.20% donc on peut dire que Marine le Pen est de 1.3% en dessous de l’extrême droite de 2002 ! N’empêche qu’on n’est pas au bout de Le Pen.

Aujourd’hui retour sur un entretien prémonitoire avec Dominique Vidal le 31 aout 2011. Le FN ne peut pas être combattu par l’invective et le rejet. Ce thermomètre qu’est le FN montre le grand corps malade français.

Entretien Daniel Mermet.

Programmation musicale :
  Katerine : Le 20 04 2005
  Fatals Picards : Elle est belle la France

Wikipedia  (voir le deuxième terme)

Le terme nationalisme désigne le principe politique [1], né à la fin du XVIIIe siècle tendant à légitimer l'existence d'un État-nation pour chaque peuple.... Les historiens ne présentent pas ce nationalisme, en général, comme une idéologie .

Ce terme désigne aussi un mouvement politique déclarant vouloir exalter la nation sous toutes ses formes (État, culture, religion, traditions, préférence nationale pour l'emploi, etc), par opposition aux autres nations et populations. Ce mouvement, en Europe, est né à la fin du XIXe siècle, vers 1870 : chauvin et xénophobe, il trouvait alors ses militants principalement dans la petite bourgeoisie[3],[4],[5].

Le nationalisme apparaît aussi, à partir du milieu du XIXe siècle, comme un sentiment national plus ou moins répandu et exalté au sein de la population d'un pays, et s'invitant au sein de multiples doctrines ou idéologies (surtout au XXe siècle) allant des pôles extrémistes du communisme (par exemple le concept de Patriotismeanti-impérialiste de Mao Zedong) au fascisme (concept de Totalitarismeanti-capitaliste de Benito Mussolini), en passant par la troisième internationale léniniste et les justifications d'épurations ethniques[6], peut-être parce que le sentiment national est devenu « puissamment mobilisateur », comme l'ont compris dès le printemps des peuples de 1848 certains conseillers de dynasties européennes[7],[8].

 A lire : Alain Soral vs Abdellah..., Spécial investigation : La...

Pour le second tour, Sarkozy rouvre la chasse aux électeurs du FN : La stratégie a échoué au premier tour, mais il n'a pas le choix. Alors Nicolas Sarkozy s'est replongé dès lundi tête baissée dans la chasse aux électeurs du Front national, son unique chance de remonter son retard sur François HollandeEn recueillant dimanche 17,9% des voix, Marine Le Pen est devenue l'arbitre de la présidentielle et son électorat le principal réservoir de voix du candidat de l'UMP pour le second tour. Le travail de reconquête a donc repris sans tarder pour Nicolas Sarkozy, première étape en Touraine.Devant plusieurs milliers de partisans réunis à Saint-Cyr-sur-Loire, dans la banlieue de Tours, Nicolas Sarkozy a détaillé les grandes lignes d'un discours dont il ne devrait plus varier jusqu'au 6 mai

 

"Dimanche, les Français ont dit qu'après ces quatre années de crise (...) ils voulaient reprendre leur destin en main", a lancé le chef de l'Etat, "je vois ce vote comme un cri de souffrance, comme l'expression d'une souffrance, parfois même de colère (...) notre façon de les respecter sera de leur répondre par des engagements précis"."(...)".

Alors pendant près d'une heure, Nicolas Sarkozy a remis sur la table ses principaux thèmes du premier tour. Contrôler l'immigration, améliorer la sécurité, changer l'Europe pour qu'elle ne soit plus une "passoire" et "ouverte à tous vents", préférer le travail à "l'assistanat". : "(...)", a égrené le chef de l'Etat.

Tout au long de son discours, Nicolas Sarkozy a fustigé la gauche. Celle qui "parle de la générosité comme d'un concept" ou qui "préfère fréquenter les dîners en ville que les ouvriers". " sous les applaudissements de ses partisans.

Bref, barre à droite toute ! .

 A lire : Comment Sarkozy a rendu possible la dérive raciste à droite 27 Mars 2010 Par Carine Fouteau (Mediapart), Le FN décide, Sarkozy...

16/04/2012

Les enfants volés d’Espagne


Les enfants volés d’Espagne , partie 2 
Le lundi 16 avril 2012

Espagne 2.jpg© Anaëlle Verzaux
________________________________________
Entre 1940 et 1990, près de 300 000 enfants auraient été volés a la naissance pour être vendus en Espagne.

D’abord pour des raisons idéologiques. Les franquistes enlevaient les bébés des femmes "rouges" pour les placer dans de bonnes familles afin d’éradiquer le gêne du marxisme considéré comme une maladie mentale. Tout une chaîne complice de médecins, sages-femmes, religieuses, fonctionnaires, se mit en place. Peu à peu le système devint purement lucratif et mafieux.

Peu à peu ces dernières années, la vérité est apparue. Elle explose aujourd’hui dans un psychodrame nationale qui touche au refoulement imposé à l’Espagne par le franquisme toujours présent, toujours rampant. En même temps que la guerre sociale s’étend, l’Espagne est en proie à une guerre de la mémoire tout aussi profonde.

Reportage Antoine Chao, Daniel Mermet.
________________________________________
Programmation musicale :
Buika : "Mi nina Lola"
Paco Ibanez : "A galopar"

Songs of Innoncence : "Toma que toma"
  Bebo & Cigala : "Lagrimas Negras"

______________________________________
Plus d’infos :
ARMH - Association pour la Récupération de la Mémoire Historique (en espagnol).
________________________________________
Sur ce sujet, ne manquez pas Mardi 17 avril, à 20h50 sur France 5, le documentaire « Une vie volée », réalisé par Laurence Jourdan. Ainsi que le documentaire "Les enfants perdus du franquisme, de Montserrat Armengou et Ricard Belis.

12/04/2012

Tierra y libertad !

 

Tierra y libertad !, Tierra y libertad ! / France Inter


Le jeudi 12 avril 2012

 
Espagne.jpg25 % de chômage, 50 % chez les jeunes, l'Espagne s'enfonce dans la crise, et les plans d'austérité sans précédent ne font qu'augmenter le désastre.

Les jeunes diplômés quittent le pays, la contestation s'installe, les syndicats tentent de mobiliser, mais l'horizon est sombre.

Au point qu'en Andalousie, à Somonte, des journaliers agricoles occupent des terres pour survivre, eux et leurs familles.

Action symbolique dans une Espagne désemparée, ils ramènent le pays au cri des paysans de jadis : "Tierra y libertad !".

Reportage Daniel Mermet et Antoine Chao.
 
Programmation musicale :
Gente del Pueblo : "Tienes que aprender"
 

El cabrero : "Labrador de tierras altas"
 
Illustration : Extrait du film, "Marinaleda, un village en utopie", de Sophie Bolze (2009).

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu