Avertir le modérateur

21/02/2012

La Hongrie en marche arrière (V) et VI

Los instrumentos de la “viktadura” húngara
“Hungría está hechizada por Orbán, como si éste estuviera tocando la flauta de Hamelín”, dice el premio Nobel de literatura húngaro Imre Kértesz en Le Monde. Las notas de la flauta populista van dirigidas contra las amenazas del exterior: Estados Unidos, Europa, el FMI, los romaníes y los judíos. "Orbanistán" es el nuevo apodo con el que la prensa internacional se refiere a la república húngara. Es el niño malo de Europa cuyo partido, Fidesz, ha dado luz verde a una nueva Constitución y a una ley de medios criticadas por las organizaciones de derechos humanos. El país, de manera silenciosa, se reestructura: los locales urbanos cierran, los partidarios de la extrema derecha se convierten en directores de teatro, la radio del estado es censurada. Mientras tanto, los medios internacionales dan la alarma. Más allá de la presión económica,la UEno desplega sus cartas de derechos humanos contra el país. Los jóvenes, cansados de estos trapicheos politicos, se despiertan para pedir un lugar en el que protestar el 15 de marzo en Budapest. Hasta entonces, la cuestión húngara sigue torturando a las mentes preocupadas de Europa.
(Caricatura: © Kristof)
 
Hey diddle diddle, Viktor Orban and the fiddle
The people jump over the moon. 'Hungary is bewitched by Orban - as if he were the pied piper of Hamelin,' commented the Berlin-based Hungarian nobel laureate Imre Kertez in an interview with French newspaper Le Monde in February. The populist flute tones are mainly directed against threats from the outside: the USA, Europe, IMF but Roma and Jewish people too. 'Orbanistan' is the new nickname given by the international press to the Hungarian republic. Europe's bad boy is Viktor Orban. His ruling fidesz party has a juicy two-thirds majority, bringing a new constitution and media law criticised by international human rights organisations. As the gang at cafebabel Budapest describe it, 'Our prime minister wakes up in the morning, has an idea, and by mid-week it's passed'. He restructures 'on the qt': alternative locations close down, right-wing extremists become theatre directors, state television is censored. Meanwhile international media sound the alarm and sparks often fly against 'Mr. Viktator' in the European parliament. Other than financial pressure, the EU didn't play many of their human rights cards against the country. An ever politicised youth are fighting for a place to protest on 15 March, a national holiday, in Budapest (Image: ©Kristof)
Our special edition
Hungary, 'Orbanistan' and French media sensationalismby Marine Leduc
Hungarian theatre director Istvan Marta ousted by far-right successorby n- ost
Activist András Istvánffy on 'Hungary's permanent protest culture since 2006'by Andras Szirko
(Don't) occupy Budapest: the right to protest in Hungarian streetsby Kata

Nuestro dossier
Ideología vs arte: Un miembro de extrema-derecha, director de teatro en Budapest por n- ost
Istvánffy, activista húngaro: Hay que “creer que las cosas pueden cambiar” por Andras Szirko
Hungría, Orbán, la Constitución y yo: Manual de instrucciones por Helene Bienvenu
Hungría, “Orbanistán” y la exageración de los medios extranjeros por Marine Leduc
 
 
 
La Hongrie en marche arrière (V)
 
Dans les années 70 la Hongriec'était "la baraque la plus gaie du camp".
 


hongrie.jpgOui, le régime était répressif, médiocre, bureaucratique, mais la sécurité sociale était efficace, c'était le plein emploi, logement, loisirs, culture, à condition de ne pas faire de politique, la vie était supportable.

Aujourd'hui un tiers des Hongrois vit en dessous du seuil de pauvreté, dont un million dans la grande détresse. Aussi pour beaucoup, les années du "socialisme du goulash" ressemblent à un paradis perdu.

Reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao à Budapest.
 

 
Hongrie 2.jpgAlors, où sont les dissidents dans la Hongrie d'aujourd'hui ?

Rencontre avec le philosophe Gaspar Miklos Tamas. Pour lui la lutte est sur deux fronts : Orban et son Orbanistan, bien sûr, mais aussi les voix indignées de Bruxelles ou de Paris. "Contre Orban oui, avec l'étranger, non".

Rencontres dissidentes aussi au Café Repère de Là-bas qui ouvre à Budapest !

Reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao à Budapest.

Réécouter l'émission : V et l'émmssion VI
 
Programmation musicale :
  Emil Rulez : "Pattanasos Aszisztens"
  Bardo : "Gyönyörű növény"
 
Site internet de Hu-Lala, site d'information sur la Hongrie.
 
A voir : Le film de Béla Tarr
 
Livre : "La tragédie hongroise - 1956", François Fejtő (Horay, 2006)
 
Photo : Lizzie Sadin, pour le site internet de Paris Match, 4 février 2012
 
Voir Qu'est-ce que le fascisme ?,  Le retour du... , Hitler.La.Naissance.Du.Mal
 
Journées Libertaire de Pau 2012: Claire Auzias : La situation des Roms dans l'Europe d'aujourd'hui :"Les Tsiganes défrayent régulièrement l'actualité des media et pourtant les contresens continuent de se répandre à leur sujet, les nimbant d'une aura d'éternité entretenue par la force de préjugés séculaires. Mais les Roms sont en lutte dans nos sociétés pour leur reconnaissance et leur droit à l'auto-détermination, loin des tutelles paternalistes et maternalistes qui les étouffent. "


 
 
Roms.jpgUne interview video de Claire Auzias sur l'histoire des Roms.

02/02/2012

Doc Noirs de France et Nos année Pierrot

Découvrez “Noirs de France”, une série documentaire en avant-première sur Télérama.fr
Le 1 février 2012    -    Mis à jour le 2 février 2012 à 19h35
Dans une remarquable série, l'historien Pascal Blanchard analyse le rapport ambigu de la France à sa population noire. A découvrir sur France 5 et en avant-première sur Télérama.fr, irs de France, épisode 1

 

NOIR! COULEUR INVISIBLE? DOCUMENTAIRE TÉLÉ 52 MN

 

Nos année Pierrot : De 1969 à 1976, dans ces années de l'après Mai 68, ces années où tous les chemins semblaient possible, Pierrot était toujours là. Tous les souvenirs de cette époque reviennent lorsque Pierrot part, à 56 ans en 2001.
 

pierrot.jpg Réécouter l'émission :
 
Programmation musicale :
  Charlie Haden Quartet West : The Left Hand Of God
  Jacques Higelin : J'aurai bien voulu, Là-bas si j'y suis

25/01/2012

Karl Marx, Semer des dragons !

 

Karl Marx, chronique, Daniel Mermet, france inter, la bas.org, Entretien avec Daniel Bensaid autour de son livre "Marx, mode d’emploi

Dans les années 80, en pleine offensive néolibérale, le magazine Newsweek pouvait titrer, triomphalement : "Marx est mort." Mais les spectres ont la peau dure. Et Marx est de retour. En ces temps de crise fracassante du capitalisme et de grande débandade idéologique, on le redécouvre. Même le très libéral conseiller de l’Elysée, Alain Minc, s’est déclaré un jour "marxiste" - sans rire - en matière d’analyse économique. Mais qui fut Marx ? Qu’a-t-il vraiment dit ?
Première diffusion le 19 mai 2009.
Réécouter, Karl Marx, semer des dragons ! (2) - www.la-bas.org

La théorie du capital humain, Karl MARX (1818 – 1883) ( format PDF) Le capital de Marx expliqué 

 

l'émission France Culture - (ré)écouter - France Culture : Quel travail voulons-nous ? Réponse de plusieurs intervenants de France culture, qui analyse le questionnaire renvoyé par 6000 travailleurs : Une analyse passionnante! 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu