Avertir le modérateur

24/02/2012

Lettre de Syrie

Je vous transmet...

Que faire !!!

 

 

de la part de Yuko

 

 

  C'est un peu long à lire mais ça vient de source sûre.

 

Voici une lettre venant de Damas, transmise par un ami prêtre pour la faire

circuler CL

 

 

Chers amis, écrivains et journalistes du monde entier, notamment en Chine et en Russie, je tiens à vous informer que mon peuple est exposé à un génocide.

 

Depuis une semaine les forces du régime syrien intensifient les attaques contre les villes rebelles en particulier Homs, Zabadani, les banlieues de Damas, Rastan, Madaya, Wadi

Barada, Figeh, Idlib et dans les villages de la montagne de Zawiya. Depuis une semaine et jusqu'au moment où j'écris ces lignes, plus de mille martyrs sont tombés, dont

beaucoup d'enfants, et des centaines de maisons ont été détruites sur les têtes de leurs habitants.

 

La cécité qui a frappé le monde a encouragé le régime à tenter une élimination de la révolution pacifique en Syrie, avec une force répressive inégalée. Le soutien de la Russie, la Chine, l'Iran et le silence du monde face aux crimes commis en plein jour, a permis le meurtre de mon peuple par le régime depuis onze mois. Mais dans la dernière semaine, du 2 février à aujourd'hui, les signes du massacre se sont clarifiés. La scène de centaines de milliers de Syriens descendus dans les rues de leurs villes et villages la nuit du massacre de Khalidiya, dans la nuit du vendredi au samedi dernier, les mains levées en prières et en larmes, brise le coeur, et place la tragédie humanitaire syrienne au centre du monde.

 

 C'est une expression claire de notre sentiment d'être des orphelins, abandonnés par le monde et par les politiciens satisfait par les paroles vaines et les sanctions  économiques, qui n'empêchent pas les assassins et ne retiennent pas les chars baignés de sang.

 

Mon peuple, qui a fait face à la mort le torse nu et en chansons est en ce moment même assujetti à une campagne de génocide. Nos villes rebelles sont dans un état

de siège sans précédent dans l'histoire mondiale des

révolutions. Le personnel médical est empêché de secourir les blessés, les hôpitaux de campagne sont bombardés de sang-froid et détruits, l'entrée est interdite aux organisations de secours, les lignes téléphoniques sont coupées, et la nourriture et les médicaments sont bloqués, si bien que la contrebande d'un sac de sang ou d'une tablette de Setamol dans les zones touchées est considéré comme un crime

digne d'emprisonnement dans des camps de détention, dont les détails vous horrifieront un jour.

 

Dans toute son histoire moderne, le monde n'a pas connu de tels vaillance et courage, que ceux manifestés par les révolutionnaires Syriens dans toutes nos villes et villages. Le monde n'a pas non plus connu un tel silence, et une connivence dans le silence qui est dès à présent considéré comme une complicité dans le crime et l'extermination de

mon peuple.

 

Mon peuple est un peuple de paix, de café, de musique que j'espère vous savourerez un jour, de roses, dont j'espère qu'un jour le parfum vous parviendra, afin que vous sachiez que le coeur du monde est aujourd'hui exposé au génocide et que le monde entier est complice dans le versement de notre sang.

 

Je ne peux rien dire de plus dans ces moments difficiles,

mais j'espère que vous agirez par solidarité avec mon peuple de la façon que vous jugerez appropriée. Je sais que l'écriture est impuissante et nue devant les canons, les tanks

et les missiles russes qui bom ardent nos villes et nos civils, mais je n'ai aucune envie que votre silence aussi, soit complice du meurtre de mon peuple.

 

KHALED KHALIFA

DAMAS

23/01/2012

Pendant « la crise » le versement des dividendes continue

Pendant « la crise » le versement des dividendes continue : 37,3 milliards d'euros pour les actionnaires au titre de l'année 2011
 

communiqué,coluche,pendant « la crise »,dividendes continue,lobbies,exclusivité,liste des politiques corrompus,pharmaceutiquesMalgré la crise, les grandes entreprises françaises cotées devraient verser 37,3 milliards de dividendes à leurs actionnaires au titre de l'année 2011, contre 40,2 milliards pour 2010...
Avec vingt enveloppes de dividendes en hausse contre seulement sept en baisse et o...nze stables, les entreprises du CAC 40 vont largement continuer à soigner leurs actionnaires en 2012, en dépit de la dégradation de la conjoncture économique.

Selon les prévisions publiées récemment par le quotidien économique « Les Echos », dix champions français tiennent le haut du tableau:
1. Total: 5,38 milliards d'euros
2. France Telecom-Orange: 3,71 milliards d'euros
3. Sanofi-Aventis: 3,48 milliards d'euros
4. GDF-Suez: 3,38 milliards d'euros
5. EDF: 2,13 milliards d'euros
6. BNP Paribas: 1,98 milliard d'euros
7. Vivendi: 1,81 milliard d'euros
8. Axa: 1,63 milliard d'euros
9. LVMH: 1,22 milliard d'euros
10. L'Oréal: 1,17 milliard d'euros

D'après « Les Echos », si les champions français peuvent se permettre de soigner leurs actionnaires, c'est d'abord parce que leurs résultats ont bien résisté en 2011. Les bénéfices se situeraient globalement autour de 86 milliards d'euros, c'est à dire quasiment stables (- 0,2 %) d'une année à l'autre

Site :  
Exclusivité : liste des politiques corrompus par les lobbys pharmaceutiques, Comment on nous vend la rigueur :
 la Révolution française : un truc regrettable, qui a désappris aux Français le goût de l'effort. , Le plan Fillon : une rigueur d'opérette que nos voisins pourraient nous envier , Le capitalisme nuit gravement à la santé
 : " Un aperçu du système des soins français par Christian Faucomez, 20 mai 2O11", La crise pour les même... Tant qu'il y aura de l'argent ...

CHANGER D'ECONOMIE :  :Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89, Chronologie
Source :
Le fabuleux destin des 489 milliards d'euros prêtés à du 1%
Mercredi 21/12/2011

 

11/01/2012

Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie

·                              

            

 

            Thème de cet article : Crise de la zone euro : sortir de l’ambiguïté
Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie : privatisez et réduisez vos salaires pour sauver l’euro ( Facebook) : " 29 septembre 2011  – Le quotidien italien Corriere della Sera dévoile aujourd’hui le texte complet de la fameuse « lettre secrète » envoyée à Berlusconi le 5 août par le président sortant de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et son successeur Mario Draghi, ancien cadre de la banque Goldman Sachsactuchomage, Youtube 1, dailymotion, cf Le nouveau rapport de force.., "L'Italie gouvernée par.... , Face aux délitements des pays Européen : Une lettre des indignés grec.

)à Londresce ne sont pas nos élus qui mettent les banques sous tutelle, mais l’inverse. ""

·                                 Pourtant, lors de sa dernière conférence de presse, Jean-Claude Trichet, interpellé par notre correspondant Claudio Celani (intervention vidéo ICI), a juré qu’il ne s’agissait que d’un simple message et non d’un diktat. Evidemement, vous n’êtes pas obligés de le croire.


« Cher Premier ministre,


Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a discuté le 4 août de la situation de l’Italie sur les marchés obligataires. Le conseil considère qu’une démarche rapide de la part des autorités italiennes est essentielle pour restaurer la confiance des investisseurs.


Le sommet des chefs d’Etat et de gouvernements du 21 juillet 2011 a conclu que « les pays de la zone euro réaffirment solennellement leur détermination inflexible à honorer pleinement leur propre signature souveraine et tout leur engagement à des conditions fiscales soutenables et des réformes structurelles ». Le Conseil considère que l’Italie doit d’urgence rétablir sa signature souveraine et son engagement à une condition fiscale soutenable et des réformes structurelles. Le gouvernement italien a décidé d’établir un budget pour 2014 et, à cet effet, a récemment introduit une réforme fiscale. Ce sont des pas importants, mais ils ne sont pas suffisantes.


A l’heure actuelle, nous considérons les mesures suivantes comme essentielles :


1) Nous constatons un besoin de mesures significatives pour stimuler la croissance potentielle. Certaines décisions récentes prises par le gouvernement vont dans ce sens ; d’autres sont en discussion avec les partenaires sociaux. Cependant, plus doit être fait et il est essentiel d’avancer d’une façon décisive. Les défis clés consistent à augmenter en particulier la concurrence, en particulier dans les services, afin d’améliorer la qualité des services publics et d’élaborer des systèmes régulateurs et fiscaux plus appropriés pour soutenir la compétitivité des entreprises et l’efficacité du marché du travail.



a) Une stratégie de réforme profonde et crédible, comprenant la libéralisation des services publics locaux et des services professionnels est requise. Cela devra s’appliquer en particulier pour l’offre des services locaux grâce à des privatisations à grande échelle ;


b) Il existe également le besoin d’une réforme supplémentaire du système de conventions collectives permettant des accords salariaux par entreprise afin d’adapter les salaires et les conditions de travail aux besoins spécifiques et d’augmenter leur pertinence par rapport à d’autres niveau de négociations. L’accord du 28 juin entre les organisations syndicales principales et les associations patronales vont dans cette direction ;


c) Un passage en revue en profondeur des règles concernant l’embauche et les licenciements devrait se faire en conjonction avec la création d’un système d’assurance chômage et un ensemble actif de politiques de travail capables de faciliter l’allocation des ressources vers des sociétés et des secteurs plus compétitifs.


2) Le gouvernement doit prendre des mesures immédiates et courageuses pour garantir la solidité des finances publiques.



Des mesures fiscales correctives supplémentaires sont nécessaires. Nous considérons comme essentiel pour les autorités italiennes d’avancer la date d’adoption des mesures décidé en juillet 2011 d’au moins d’un an. Le but devrait être d’obtenir un meilleur déficit que celui planifié pour 2011, un endettement net pour 2012 de 1% et un budget équilibré en 2012, pour l’essentiel par une réduction des dépenses. Il est possible d’intervenir encore plus sur le système des retraites, en durcissant les conditions d’éligibilité pour les retraites seniors et en alignant rapidement l’âge de la retraite pour femmes du secteur privé à celui établi pour les employés du secteur public permettant ainsi des économies dès 2012. En plus, le gouvernement devrait sérieusement envisager la réductions des coûts des employés du secteur public en renforçant les règles de remplacement et si nécessaire, en réduisant les salaires.



Une clause plafonnant automatiquement le déficit devrait être introduite, affirmant que tout dérapage s’éloignant des objectifs en matière de déficit sera automatiquement compensé par des coupes horizontales dans les dépenses discrétionnaires.



L’emprunt, y compris la dette commerciale et les dépenses des collectivités régionales et locales devra être soumis à un contrôle strict, conforme avec les principes de la réforme en cours des relations fiscales intergouvernementales. Étant donné la gravité de la situation actuelle des marchés, nous considérons comme essentiel que toutes les actions mentionnées dans la première et la deuxième section ci-dessus soient adoptées au plus vite par décrets-lois, suivi d’une ratification parlementaire fin septembre 2011. Une réforme constitutionnelle durcissant la législation fiscale serait également approprié.



3. Nous encourageons le gouvernement à prendre immédiatement des mesures afin de garantir une réforme majeurs de l’administration publique afin d’améliorer l’efficacité administrative et un esprit plus amical envers les entreprises [business friendliness]. Dans les entités publiques, l’utilisation d’indicateurs de performance devrait être systématique (en particulier dans la santé, l’éducation et le système judiciaire). Il existe un grand besoin d’un engagement fort pour abolir ou consolider des niveaux administratifs intermédiaires (notamment les provinces). Des actions destinées à réaliser des économies d’échelle dans les services publics devraient être renforcées. »



Nous faisons confiance au gouvernement pour prendre toutes les actions appropriées.



Mario Draghi, Jean-Claude Trichet »

A voir QUI SOMMES NOUS ? | Tant qu'il y aura de l'argent ... , Voir La fabrique de l'homme endetté, essai sur la condition néolibérale , La route des indignés d'Europe

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu