Avertir le modérateur

19/04/2014

"Le grand bond en arrière"

 

Photo de Pascal Bacquet.

la publication de Pascal Bacquet.

 

L’interview de Mario Dragh

: Pour éviter la surchauffe de son économie, qui croît au rythme de plus de 6 % par an, le Brésil veut réduire ses dépenses publiques afin de freiner l'activité. Avec 0,1 % de croissance au premier trimestre 2010, la France entend elle aussi réduire de façon drastique ses dépenses publiques. Cherchez l'erreur

 " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

 

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Samir Bouzid : « Cette crise planétaire est encore plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 1930. Elle a de lourdes conséquences géopolitiques; le démembrement économique donne lieu à des guerres régionales, à la fracture des sociétés nationales et, dans certains cas, à l'anéantissement de pays. Elle constitue de loin la plus grave crise économique des temps modernes »


 

 Entretien avec Serge Halimi autour de son livre "Le Grand Bond en arrière" et sur l’essor du libéralisme.  (La bas.org) Livre : 

Serge Halimi : Le Grand Bond en arrière (Fayard) Musique : EZLN : El uego et la palabra Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD]Recul du Front de gauche,...

 

 « […] il n’y a pas plus de raisons d’assimiler le libéralisme à tout ce que des libéraux, ou des hommes supposés tels, ont à quelque moment proclamé comme un évangile. Ils peuvent très bien s’être trompés, et dans la mesure où ce qu’ils considéraient comme du libéralisme a eu des conséquences antilibérales, ils se sont certainement trompés. »

 

Les crises sont potentiellement des moments de remise en cause du capitalisme. cf Les pays européens en récession , Le Japon a tout" bon" !

 

L'idéologie néolibérale :

"Toute idéologie comprend un moment théorique (elle est un discours cohérent à tendance totalisante), un moment pratique ou pragmatique (elle fonde une axiologie qui rend possible une action efficace d’ordre politique, morale ou éthique au sein du monde social), enfin un moment apologétique (elle justifie la situation sociale, les actions ou les projets politiques d’un groupement social particulier). Sur la base de cette définition, l’article établit que le néolibéralisme satisfait à ces trois conditions et qu’il constitue bien ainsi une idéologie, aujourd’hui non seulement dominante mais même sans doute unique au sein du champ politique" 

 

Dans son essai intitulé «Qu’est-ce que le néolibéralisme?»,1 la politologue Gabriele Michalitsch analyse les bobards que les défenseurs de cette théorie racontent à propos du marché, de l’efficacité et de la concurrence. Pour elle, ce sont des mythes.

En réalité, le «néolibéralisme», c’est la subordination de nouveaux secteurs de la société à la domination du marché. Depuis les années 70, un réseau international de fondations, d’instituts, de centres de recherche, de scientifiques, d’écrivains, d’agents de relations publiques a été créé pour propager la pensée néolibérale.

August von Hayek et Milton Friedmann ont même reçu le prix Nobel pour leurs théories libérales. La «libertad económia» après la chute d’Allende au Chili, la politique de Margaret Thatcher en Angleterre et le programme économique de Reagan aux USA passent pour être des expériences néolibérales «réussies». L’hégémonie mondiale du modèle économique libéral repose essentiellement sur des théories américaines.

Qu'est-ce que le néolibéralisme? par Judith Barben, docteur ès lettres, Zurich

Créer un consensus grâce à des poisons pour l’esprit

Selon Michalitsch, le projet néolibéral doit finalement son succès à la «fabrication du consensus» (Chomsky). Mais il s’agit là d’un «consensus sans consentement». Les projets des gouvernants s’imposent au détriment des intérêts des gouvernés. Le pouvoir des médias qui appartiennent eux-mêmes à des empires économiques, joue là un rôle important. On produit des poisons pour l’esprit,2 tel le «there is no alternative» de Thatcher. On serine, on rabâche aux gens qu’ils n’ont pas d’autre solution que d’avaler les couleuvres et les pilules qu’on leur impose

Le mythe de l’économie de marché

Dans un monde dominé par les grands groupes industriels, on propage le mythe de l’économie de marché et de la «concurrence loyale» – sans se soucier de leurs conséquences sociales. Le désengagement de l’Etat au profit d’entreprises de plus en plus importantes est présenté comme une «solution» aux problèmes économiques.

C'est vrai, l'Inde vient de traverser une mauvaise passe en 2012. Complexité bureaucratique, hiérarchisation de la société, clientélisme et au final immobilisme du pouvoir... .Pourtant les pronostics sur la fin du "miracle" indien étaient prématurés. L'Inde a d'abord été victime de son modèle économique. . En Inde plus qu'ailleurs, c'est l'Etat qui tient entre ses mains le potentiel de croissance du pays.Or depuis quelques semaines, le gouvernement s'est saisi à nouveau des rènes de l'économie et a décidé de repartir au galop. Objectif : lancer une nouvelle phase de réforme.

Un secteur sera notamment au coeur de ce changement structurel, je vous en parle dans un instant.

Manmohan Singh I, II, III, IV...
Comme le rappelle les analystes de Gavekal, , "la politique est cruciale en Inde, car toute les poussées de croissance ont été précédées d'un train de réformes". Si Gavekal cite les réformes entreprises après la crise asiatique de 1997, on peut remonter jusqu'au début des années 1990 pour trouver le premier exemple de ce lien. Après une grave crise de paiement en 1991, l'Inde a décidé de se réformer en profondeur pour poser les jalons du pays libéral et innovant que nous connaissons aujourd'hui.

Si le politique précède les réformes économiques, on peut même ajouter qu'un homme précède le politique, Manmohan Singh. Déjà à l'oeuvre en 1991 comme ministre des Finances, c'est en tant que Premier ministre qu'il vient de lancer un "processus de relance" de l'économie selon ses propres termes. Trois secteurs sont concernés
La réforme fiscale Une plus grande ouverture aux investissements et La libéralisation de l'économie

C'est peut-être le secteur le plus médiatisé. Les investisseurs avaient poussé des cris d'orfraie en début d'année lorsque le gouvernement n'avait pas réussi à ouvrir le marché de la distribution. C'est désormais chose faite. Da

Comme l'a annoncé Manmohan Singh, "les mesures que nous avons prises ne sont que le début d'un processus de relance de notre économie qui consiste à ramener le taux de croissance à 8 ou 9%". Or tout porte à croire que ces mesures seront pérennisées dans le temps, pour deux raisons.

« UNE SOCIÉTE SE SUICIDE ?  

Les politiques ultra libérales a signé son propre arrêt de mort, et le notre si nous ne nous bougeons pas ! 

«  Nous ne payerons pas votre crise » ( cf Communiqué de presse : Démocratie réelle, maintenant !) . Ce slogan est en train de faire le tour de la planète, alors que les effets de cette dernière crise se font cruellement sentir. Fini de rêvasser ! L'heure est grave. Je préfère vous le dire tout de suite : ce que je vais annoncer aujourd'hui ne va pas plaire à tout le monde. « Nous sommes au bord de l'abîme. Un faux pas et nous connaîtrons une dépression comparable à celle du début des années 1930»

 

 

Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux

 

nS. Halimi - Le Grand Bond en Arrière (2004) - Dailymotion : [Sociotoile] => Serge Halimi - Le grand bond en arrière Daniel Mermet : Finalement, Serge Halimi, tout est dans le titre : Le grand bond en arrière - Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde ; voilà, le sujet du livre et le titre du livre. « Le grand bond en arrière », il faut peut-être expliquer que ça fait allusion au « grand bond en avant »...  

 

Naturellement, ceux qui disent " oui mais la croissance va continuer a augmenter " sont les mêmes que ceux qui prévoyaient des taux de croissance bien supérieur à ceux qui viennent d'être publiés en Europe

«  : il va falloir se faire à l'idée que le système essaye de se sauver, tant pis pour un marché de l'emploi très tendu et un chômage élevé. C'est bien triste, je le sais, mais c'est ainsi. Les entreprises ont su s'adapter à la crise en réduisant leurs coûts de manière drastique. Cela est notamment passé par des suppressions de postes qui ne seront pas re-créés. Cela pour 2 raisons :1/La substituabilité du capital au travail a largement augmenté ces dernières années, grâce au progrès technique
2/La délocalisation de la production vers des zones où le coût du travail est moindre que dans les pays occidentaux s'est accélérée et les entreprises ne reviendront pas en arrière »

 Les marchés obligataires seront d'une importance cruciale dans la suite des événements -- nous restons à l'affût sur ce front-là, et nous vous tiendrons bien entendu au courant. Mais Tsiparas devrait les rassurer. Certes, il a tenu un référendum donnant la voie au peuple, cependant il a continuer a donner des gages de sa bonne fois en demandant la démission de son ministre de la finance, juger trop turbulent par les membres de l'Eurogroupe. Cela montre qu'il va essayer de négocier en diminuant les impacts demander par les créanciers ( Etats et Banques).

Libéralisation  avec Mario Monti en Italie : Italie : Mario Monti libéralise l'économie tous azimuts malgré la grogne » AFP . Une technique de manipulation des masses en faisant toujours payé les plus pauvres en oubliant que le vrai problème est le capitalisme et son fonctionnement

INTERVIEW - Le président du Conseil italien se félicite du «flegme tout britannique» avec lequel ses compatriotes ont accepté des «mesures très lourdes» pour faire face à la crise et répondre aux exigences de Bruxelles – sourceMario Monti : «L'Europe n'a plus à avoir peur de l'Italie.

Avant son déjeuner vendredi à Paris avec François Fillon, suivi d'entretiens avec Nicolas Sarkozy, l'économiste et ancien commissaire européen Mario Monti développe sa vision de l'Europe, dans sa première grande interview internationale depuis son investiture à la présidence du Conseil le 18 novembre dernier. » L'Italie adopte un nouveau plan de rigueur de 20 milliards.  » Premier test réussi pour l'Italie face aux marchés, » Mario Monti veut relancer la croissance italienne

Au menu

 

Monti tien grosso modo, le même discours que Sarkozy :

« Ce monsieur a toujours prétendu que la crise vient du fait que l'Europe n'est pas assez libérale alors que c'est l'absence de système de régulations qui nous a plongé dedans, il le prétend toujours quitte à faire des allusion fallacieuses à des pays comme l'Angleterre qui s'en sortirait mieux, ce qui prouve qu'il a le sens de l'humour, la Suède dont il taira qu'elle a des ressources pétrolières, et le Danemark qui ne possède pas de grandes industries mais de multiples industries misant sur les produits de niche, qui mène une politique opposée à la sienne prélevant de 57 à 63% d'impôts sur le revenu, dépensant 9% de ses revenus dans la politique de santé et ayant massivement investi dans l'éducation tout en maintenant un niveau élevé de retraites favorisant les préretraites en dépit du fait que les bénéficiaires en sont plus nombreux qu'en France. Bref ce monsieur dont la responsabilité de l'endettement de la Grèce est directe puisque il était responsable Europe de Goldman Sachs à l'époque du trucage des comptes a des convictions inébranlables toujours prêtes à nier la réalité des faits, quitte à couler l'Europe pour s'en affirmer ensuite un des plus ardents défenseurs et si il en est que les erreurs rendent humbles et en situation d'apprendre, il paraît définitivement perdu pour toute résilience de cette ordre… »

……

Après les 5 ministres qui cumulaient leur indemnité ministérielle de 14 000 € mensuels avec leurs pensions de retraite, aujourd'hui le magazine Marianne révèle que Maurice Lévy - le patron de Publicis qui va empocher en 2012 un bonus
de 16 millions d'euros - touche aussi une retraite d'au moins 8 000 € par mois !
Cette dérégulation du cumul emploi retraite a été légalisée depuis janvier 2009 par la volonté de Nicolas Sarkozy
et des députés UMP. Elle contribue à plomber les comptes des régimes de retraite. Elle est irresponsable dans une
période où des millions de chômeurs, et de jeunes en fin d'études, attendent désespérément que des postes se libèrent.Pour alerter les citoyens et pousser les responsables politiques et syndicaux à mettre fin à cette aberration

. doc PDF intéressant a lire : ]  Mario Monti au Figaro : 

 «  Mon gouvernement peut tomber demain, nous ne sommes pas ici pour survivre, mais pour accomplir un un bon travail » propos recueilli par Richard Heuzé du 05/01/2012

 

Libéralisation selon Monti : Libéralisation ( et casse a tout crin avec Mario Monti en Italie : Italie : Mario Monti libéralise l'économie tous azimuts malgré la grogne » AFP . UMario Draghi ou le pompier pyromane, Jour J du "sauvetage" de l'euro par Mario Draghi?, Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie , L'Europe des lobbies : Le très contesté projet de loi Travail

libéralisme | Mediapart 

Le capitalisme à la source des problèmes sociaux et environnementaux :

cf a lire "Le grand bond en arrière" , "A la manif parmi les casseurs. Témoignage." Le grand bond en arrière"Serge Halimi Libéralisme 1Serge Halimi Le libéralisme 2Loi travail : le grand bond en arrière - vidéo Dailymotion  "Le grand bond en arrière"De la servitude moderne

[Sociotoile] => Serge Halimi - Le grand bond en arrièreLe Grand Bond en Arrière HD - YouTube

 :extrait Daniel Mermet :

Finalement, Serge Halimi, tout est dans le titre : Le grand bond en arrière - Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde ; voilà, le sujet du livre et le titre du livre. « Le grand bond en arrière », il faut peut-être expliquer que ça fait allusion au « grand bond en avant »...Ce qui prévaut quand même, c’est que tout ça est naturel. Et là, vous faites tout un travail historique : c’est l’histoire d’un basculement idéologique sur une trentaine d’années. Vous situez le début du basculement au début des années 70 mais vous nous racontez que le projet était beaucoup plus ancien. On savait qu’il existait mais il semblait ridicule, anachronique. Je parle des années après-guerre par exemple où ce genre d’idées semblait tout à fait saugrenu.

Un exemple est la manière dont depuis 30 ans la droite et la gauche se sont partagés le role de désabillé la santé. dans ce post Le capitalisme nuit... gravement a la santé, j'ai repris les dates, les noms des hommes politiques , le nom des lois pour en montrer les conséquences. Ces sources provenaient d'un tract bien fait pris lors d'une manif.

Pour l’OCDE, l’éducation n’est pas une dépense mais un investissement qui profite aux étudiants et à la collectivité. Si l’étude annuelle remet en cause certaines idées reçues, elle confirme, pour la France, le manque de moyens de l’université, où les droits d’inscription trop faibles pénalisent finalement les étudiants.

 

C’est ce qu’a expliqué Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE lors de la présentation de l’édition 2009 du rapport annuel « Regards sur l’éducation ». Dans ce document qui multiplie les comparaisons internationales, les avantages à détenir un diplôme de l’enseignement supérieur apparaissent nombreux : un meilleur salaire, une moindre vulnérabilité au chômage et, même, une meilleure santé. Et ce qui profite aux individus est aussi bon pour leur pays. Un individu qui a suivi des études supérieures rapporte 36 000 euros supplémentaire (par rapport à quelqu’un qui n’en a pas fait) à son pays. Soit le double de l’investissement consenti initialement...En savoir plus, lire le dossier sur sur le site de l’OCDE.

Serge Halimi Libéralisme 1Serge Halimi Le libéralisme 2Loi travail : le grand bond en arrière - vidéo Dailymotion

La crise au pays des merveilles - YouTube:A LIRE : Depuis le choc pétrolier de 1973, la France ne cesse de se penser en crise. Les époques changent mais les discours restent étonnement semblables : pour sortir de la crise, il faut accepter l'effort, renoncer aux privilèges et supporter les réformes. Sans aucun interview ni commentaire, mais en puisant dans quarante ans d'archives télévisuelles, où se mélangent discours politiques, débats, journaux télévisés, clips musicaux, reportages, émissions humoristiques, ce documentaire fait apparaître des constantes, des schémas de raisonnement et un nouvel imaginaire qui s'impose durablement dans la société.

En clair depuis que le monde est entrée dans le capitalisme dans sa forme neolibérale c'est la crise permanente sauf que depuis 2008 il semble rentrée dans vrai crise celle qui devrait lui être fatal. Destruction créatrice salutaire ? 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Modèle Japonais généralisé : La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique

DES «NANTERRE» AUX «VOLTAIRE»
De la promotion Voltaire au syndicalisme étudiant, comment la gauche a perdu le peuple dans sa confrontation au réel.https://www.youtube.com/watch?v=9Gd6gyZkOwo Des «Nanterre» aux «Voltaire»
Politique par >Bertrand Delais
Jeudi 21 avril de 20:30 à 21:25 sur La Chaîne parlementairDes Nanterre aux Voltaire

 

 

Transmis par Amélie et  L'Indigné Révolté

Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde.

livre-shalimi-grand_bond.jpgDe l’Amérique de Reagan à la France de Mitterrand ( 10 mai 1981 - 15 mai 2011 ,...  : Hollande et le patronat ) , en passant par la Nouvelle ­Zélande, les transformations économiques du dernier quart de siècle n’ont été le produit ni du hasard ni de la nécessité. Si, à partir des années 1980, les « décideurs » et les médias du monde occidental ont presque toujours interprété de manière identique les situations de « crise », c’est que tout un travail idéologique était intervenu au préalable, c’est que les solutions alternatives au marché avaient été détruites afin qu’il n’y ait « plus d’alternative ». D’autres interprétations des événements auraient suggéré d’autres remèdes, mobilisé d’autres forces sociales, débouché sur d’autres choix. La « mondialisation », ce fut aussi ce long labeur intellectuel de construction de la « seule politique possible » que favorisa la symbiose sociale entre ses principaux architectes d’un bout à l’autre de la Terre.

Inspirées par des théoriciens de l’université de Chicago, dont l’influence sera considérable au Chili, en Grande Bretagne et aux États Unis, les doctrines économiques libérales vont encourager les classes dirigeantes à durcir leurs politiques, à passer d’un système d’économie mixte acceptant une certaine redistribution des revenus à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance. Les artisans de cette métamorphose en tireront un avantage considérable ; pour la plupart des autres, au contraire, ce sera le grand bond en arrière.

Fayard, Paris, 2006 - 592 pages, 25 euros

Le grand bond en arrière : documentaire

Que reste-t-il du modèle social français après trente ans de néolibéralisme? Cette question oriente le voyage dans leur pays natal de quatre Français installés depuis plusieurs années au Venezuela. Pour y répondre, le documentaire mêle des données statistiques, journalistiques et des interviews de sociologues, intellectuels, militants, réfugiés politiques, artistes, citoyens, travailleurs sociaux des banlieues, sans-papiers et Roms, enfin tous ceux qui peuvent révéler si la devise "Liberté, Egalité, Fraternité" est toujours en vigueur dans leur réalité concrète.

Documentaire de Johanna Lévy, Tristan Goaguen, Yann Manuguerra & Philippe Fréchou.

Dans les Nouvelles de France et d'ailleurs, site se revendiquant de la droite, du libéralisme et du conservatisme réunis, on lit un éloge de la politique des conservateurs qui sévissent en Grande Bretagne :

" Le pays s’appuie toujours sur l’inestimable héritage de Margareth Thatcher. Et plus qu’une série de réformes – réduction de la dépense publique, baisse des impôts directs, lutte contre l’hyper-inflation, flexibilisation du marché du travail, privatisations – l’ancien Premier ministre de Grande-Bretagne a légué à son peuple une vision de l’économie bien précieuse en ces temps de socialisme généralisé. « Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu’il gagne, de posséder sa propriété, d’avoir l’État pour serviteur et non pour maître. »

*

Là-bas si j'y suis, un entretien avec Serge Halimi, journaliste au mensuel le Monde diplomatique, autour de son livre "Le grand bond en arrière" (Editions Fayard).  Comment est-on passé à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance ?  Emission France Inter "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, première diffusion le vendredi 2 juillet 2004. cf Le nouveau capitlisme : restructuration du capitalisme

 

Du sang sur mes fringues : Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil. Là-bas.org -  http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2755

2012 - Nos vies discount,

Frédéric Brunnquell, réalisateur indépendant

52 minutes - France 2/AMIP
Présenté au festival ONE WORLD à Prague puis à Bruxelles

Réduction des charges sociales et suppression les droits des travailleurs, travail précaire et bas salaires : le profit est le but ultime.

> Balade dans Dacca - Altermonde - Blog Télégramme : NOS VIES DISCOUNT, note Balade dans Dacca :

Miguel LACHIVER met en ligne une pétition sur le site change.org : Traçabilité sociale de l’habillement".

" Suite à la mort de plus de 1000 personnes au Bangladesh, essentiellement des ouvrières du textile travaillant pour des groupes occidentaux, nos braves journalistes et économistes ont mis en cause les consommateurs entre autres français, qui achetaient à bas prix. Ils n’ont pas trop remis en cause ce système qui permet, à certains capitaines d’industrie et actionnaires, de s’en mettre plein les poches, tout en culpabilisant le consommateur Lambda. Ils ont oublié de dire aussi que les marques vendues beaucoup plus chères, étaient faites au même endroit dans les mêmes conditions, avec une marge encore plus importante.
Il y a quelques années, on a eu un peu de transparence sur les fruits et légumes mais durant juste une saison. Si c'est possible dans les fruits et légumes, cela l'est aussi dans l'habillement.
Demandons donc à l’industrie du prêt à porter et aux vendeurs d’avoir la traçabilité sur la confection qu’ils vendent, c’est-à-dire le lieu de fabrication et le coût de fabrication (ou pourquoi pas le salaire mensuel de l’ouvrière).
On pourra peut-être voir alors que le dindon de la farce est le consommateur, sans parler de la tragédie au Bangladesh ou le sang des ouvrières nourrit quelques poches déjà grasses.

Signer en ligne


Le neoliberalisme et son impasse : Depuis la "révolution conservatrice américaine" [Sorman, 1983] et l'offensive néo-libérale, dont les effets ont été accentués avec l'écroulement du "socialisme réel" des pays de l'Est, il est devenu quasi honteux de défendre et de promouvoir une action publique volontaire. La nouvelle orthodoxie prétend cantonner le rôle de l'État moderne, et plus généralement de toute instance publique, à celui d'«État minimal» et exalte les vertus d'un marché-roi idéalisé. Nombreux sont ceux qui ont intériorisé le syndrome de l'«État-modeste» [Crozier, 1987].

Cependant on ne peut se contenter d'une critique globale du néo-libéralisme, car le succès de ses thèses vient de ce qu'elles mettent l'accent sur de réels problèmes. Dans notre pays le vent libéral et les excès de l'«étatisme à la fran-çaise» s'auto-aliment et le néo-libéralisme n'est fort que de la faiblesse de ceux qui s'y opposent, il occupe le vide lais-sé par les échecs et les impasses de ceux qui ont survalorisé l'État comme instrument du changement social. Dans cha-cun des arguments présentés par les thèses libérales il y a une part de vrai, et c'est le fait de refuser d'apporter des ré-ponses qui permet de présenter le libéralisme comme une alternative globale. Il faut donc accomplir deux tâches à la fois :

- une critique globale du néo-libéralisme dans toute sa complexité,
- une correction des excès de l'étatisme.

 

 

  

 

 

Extrait d'un think thanks financier :
 
Jeudi 17 janvier 2013

 

A lire :

Les utopistes

Ecouter parler le fracas... ZEC plus Ultra

L'ouvrier et la machine

Foire aux questions abstentionnistes

Molière, Le misanthrope

Bakounine Un regard affuté...

PENSER CRITIQUE

Poutine pour toujours ?

Sur l'Etat" de Pierre Bourdieu

Homs, chronique d'une révolte

Le cauchemar climatisé...

La Grande Illusion

L'antifascisme, c'est...

MANIFESTE CNT-AIT 71

Des héros ordinaires

Terrorisme d'État

Le fascisme rouge

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE

Un héros ordinaire

Nés en 68

De la liberté, de la révolte

Le principe de l'État

Ceux qui vivent, ce sont...

coluche, quand je serais grand

raisons et du danger fasciste

Le "printemps turc"

Les chefs

La Mer à l'aube

EUtopia : une génération...

Les maîtres ne sont pas à...

Au travail, corps et âme -

 

NB : Titre original : The Slump of the 1930s and the crisis today ( cf International Socialism: The slump of the 1930s and the crisis today - [ Traduire cette page ] nombreuses sources. Article original paru dans l’International Socialism n°121, janvier 2009),  Différents articles intéressant : http://hussonet.free.fr/lacrise.htm, Forces et limites de la manifestation, Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, GO ON, WATCH et mon post FB, Révolution virtuelle et révolution réelleSerge Halimi sur "Le grand bond en arrière (plusconcient.net) Année: 2004 Durée: 50' 51''

 

Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD]Créé le dimanche 09 septembre 2012 

État libéral dégénéré :  Le bout de la logique 1  l L'argent sans foi ni loi 2, mis sur facebook, La " crise" permanente , " la sortie du capitalisme " , NOS VIES DISCOUNT « De la servitude moderne | Page d'accuei

onclusion : c'est d'une certaine manière le snobisme ((argent roi)  qui mène le monde ! Si la crise était un film d'horreur... | Tant qu'il y aura de l'argent ... " En effet ce capitalisme souffre d'une crise de la valorisation qui date de la période précédente.

 ( La valorisation est le mécanisme par lequel le capitalisme extrait de la plus-value du procès de production ; Plus concrètement, cela veut dire que c'est la part qui reste au patron  sur le prix d'une marchandise une fois enlevé le cout du travail, des matières premières et des machines.)

 Le capital a réussi à restaurer son taux de profitLe problème c'est que c'est un tour de passe passe, parce qu'il y a un  autre facteur dans le fonctionnement du capitalisme : celui des débouchés "
«Et en la fin du capitalisme, passez une bonne soirée. Tout comprendre sur les enjeux du pétrole et de la spéculation ( cliquez ici)"»

De la servitude moderne

 

 

De la servitude moderne

 

 « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

> le texte :  http://www.delaservitudemoderne.org/texte

  " De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.


De la servitude moderne,
 

De La Servitude Moderne  par ClaVieFrere2011 . l. L’endettement de l’Etat :  cf voir l’article cfLien entre capitalisme et l’endettement - Antalya

" La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre. Ils achètent eux-mêmes toutes les marchandises qui les asservissent toujours un peu plus. Ils courent eux-mêmes derrière un travail toujours plus aliénant, que l’on consent généreusement à leur donner, s’ils sont suffisamment sages. Ils choisissent eux-mêmes les maitres qu’ils devront servir. Pour que cette tragédie mêlée d’absurdité ait pu se mettre en place, il a fallu tout d’abord ôter aux membres de cette classe toute conscience de son exploitation et de son aliénation. Voila bien l’étrange modernité de notre époque. Contrairement aux esclaves de l’Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes aujourd’hui devant une classe totalement asservie mais qui ne le sait pas ou plutôt qui ne veut pas le savoir. Ils ignorent par conséquent la révolte qui devrait être la seule réaction légitime des exploités. Ils acceptent sans discuter la vie pitoyable que l’on a construite pour eux. Le renoncement et la résignation sont la source de leur malheur.Voilà le mauvais rêve des esclaves modernes qui n’aspirent finalement qu’à se laisser aller dans la danse macabre du système de l’aliénation.L’oppression se modernise en étendant partout les formes de mystification qui permettent d’occulter notre condition d’esclave. 
Montrer la réalité telle qu’elle est vraiment et non telle qu’elle est présentée par le pouvoir constitue la subversion la plus authentique. 

Seule la vérité est révolutionnaire."

Jean-François Brient - de la servitude moderne :  Jean-François Brient - de la servitude moderne.http://www.delaservitudemoderne.org/texte.html . 6000 euros par mois juste pour regarder, avec le sourire, les Français être mis au chômage -...Al'air…Partager WWW.BRUJITAFR.FR|PAR BRUJITAFR

 

Le rapport est rendu public au moment où s’ouvre le Forum économique mondial de Davos. Début janvier, le rapport « Global Risks 2013 » du World Economic Forum annonçait une augmentation globale des températures de 3,6 à 4℃ et identifiait la hausse des émissions de GES comme étant parmi les plus importants risques mondiaux.

De la servitude moderne,1ère partie (sur 3De la servitude moderne, 2ème partie (sur 3)De la servitude moderne, 3ème partie (sur 3 , De la servitude moderne - Arpinux, Victoire de TRUMP? Par Enkolo dans Accueil le

 

53:19 min Spécial Investigation Hollande pacte avec le MEDEF 30 mai 1(Reportage Canal+ 30.05.16)

 

 

.geants.du.net.ennemis.d.etat.

Les exemples ne manquent pas, de très bonne vidéo sur médiapart avec interview et un condensé d’article sur la crise institutionnalisé actuelle. : L’Irak totalement détruit par l’invasion et l’occupation, 70% de chômage dans la plus grande réserve pétrolière du monde , Jadis les usines tournaient à plein régime… En quelques jours, la pieuvre Goldman Sachs et le groupe Bilderberg ont pris les manettes de la gouvernance européenne

 

 La crise que nous traversons est globale. Si seules les dimensions financières et économiques sont le plus souvent mises en avant, il s’agit avant tout d’une crise de civilisation, d’une crise de modèle. La réponse est donc nécessairement complexe tant elle touche aux fondamentaux de nos sociétés.

 
 

Comprendre comment le système a pu générer une telle crise économique est devenu un enjeu d’un débat stratégique entre militants anticapitalismes  a gauche, mais aussi chez les écologistes, scientifiques… Chris Harman ( Chris Harman - Wikipédia), dans ce texte «  La crise dans  les années  30 et aujourd’hui », apporte une explication marxiste de la crise actuelle tout en redistribuant les analyses académiques  les  plus courantes de 1929.Titre original : The Slump of the 1930s and the crisis today (financiers, la fameuse bulle financière, et leurs impacts sur nos vies est expliqué de manière claire et simple dans cet excellent reportage qui contient, entre autres, une interview de Serge Halimi. Durée de la vidéo : 30 minutes et sur google,   

 

A chaque fois, les autorités sont intervenues... et ont « évité le désastre ». Mais à chaque fois, les mesures prises étaient un peu moins efficaces que la fois précédente. Le modèle capitaliste est en fin de vie et le capitalisme croule sous le poids de ses contradictions, il est menacée par son fonctionnement même.
 
. Cette situation implique un contrôle social accru de l'Etat par un renforcement de la répression : fermeture des frontières, chasse aux sans-papiers, conditions tyranniques d'obtention ou de maintien des allocations de chômage et des minima sociaux, coupures de gaz et d'électricité et expulsions locatives en toutes saisons, enfermement des jeunes déviants... deviennent notre paysage quotidien et suscitent régulièrement des résistances et révoltes de prolétaires subissant l'accroissement de leurs difficultés financières et une répression de plus en plus omniprésente

 Un marché boursier, déconnecté de la réalité ou plus exactement gagnant sur tout le tableau : "Tout s'écroule, je gagne donc de l'argent. Mais si tout s'envolait, j'en gagnerais aussi".Peu importe le sens des marchés et les anticipations de tendance. Les spéculateurs ou investisseur cherchent a "coller aux marchés", de parier . Et cela leur est très profitable, se positionnent massivement sur le Forex pour augmenter leurs revenus

Ainsi l’article du Figaro : « Ces «hedge funds» qui s'enrichissent dans la crise En pariant sur un effondrement de la conjoncture mondiale, le fonds américain Bridgewater Associates aurait gagné 3 milliards de dollars sur la seule semaine dernière.Le fonds américain Bridgewater Associates aurait ainsi gagné 3 milliards de dollars sur la seule semaine dernière, selon le Wall Street Journal. En faisant des placements complexes ? Non, tout simplement en pariant sur un effondrement de la conjoncture mondiale.Comme Och-Ziff Capital Management, un fonds ayant acquis pour 12 milliards de dollars d'options au cours du premier trimestre 2011

 

LIRE AUSSI : » BLOG - Les anglo-saxons ont décidéde se payer la France

 

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

Victor Hugo Dépendance énergétique grandissante en pdf  ICI : Comment améliorer l’efficacité énergétique ICI en PDF de l'accord des peuples de Cochabamba
 

"LE BON SENS de Bertrand Piccard : "

 

"Puisqu'on ne peut pas changer le caractère de l'être humain, essayons de composer avec son fonctionnement " - Bertrand Piccard http://www.electron-economy.org/article-33203407.html   

"(...) Si le développement durable ne suscite le plus souvent auprès du public qu'un intérêt un peu craintif, c'est qu'il est encore le plus souvent associé à un sacrifice financier et à une restriction de confort ou de mobilité. C'est cette tendance qu'il faudrait inverser, car personne n'est prêt, même au risque de détruire la planète, à régresser dans son niveau de vie.Nos petits-enfants termineront sans doute leur vie sans pétrole, mais je pense que l'être humain est en général d'avantage motivé par son intérêt personnel à court terme que par une compassion à long terme pour ses semblables ou son environnement. Puisqu'on ne peut pas changer le caractère de l'être humain, essayons de composer avec son fonctionnement..."(...) Il a manqué jusqu'à maintenant aux énergies renouvelables, souvent prisonnières de partis politiques minoritaires, une véritable politique de promotion, de marketing. ""Bertrand Piccard nous fait une démonstration de sagesse e montrant, grâce à son exemple d'avion solaire que tout être humain peut oeuvrer au bien être de la planète et faire des économies.Tout est une question de bon sens et de volonté, cette fois si individuelle.Il va donc à l'encontre des idées reçues, qui voulait que le développement durable soit inutile, à l'encontre de notre bien être.

L’idée mise en avant, c'est que l'on a le choix entre deux chemins :- Soit ne rien faire et on va vers la catastrophe, la plus part des gens sont d'accord

- Soit on va vers l'innovation, une nouvelle prise de conscience et une nouvelle relation avec le vivant : Pour vivre en harmonie avec le vivant.Il nous présente ces actions pour construire une vie en adéquation / harmonie avec la natureNous avons aussi droit à une Interview de Pierre Henri GOUYON : Professeur au Muséum d’Histoire Naturelle

 Mais la vidéo ( la-spirale-du-vivant)  :http://www.terre.tv/#/fr/science-education/reportage/2139...

 

L

L’art d’ignorer les pauvres (  Le Monde Diplomatique - L'art D'ignorer les Pauvres : Pas moins de 22000 sources de données ont été passées au crible par Matt Johnson et ses collègues (1) dernier rapport publié par Greenpeace USA qui pointe les raisons de la déforestation en Amazonie brésilienne (près de 80%)

La crise dont je vous parle aujourd'hui touche les matières premières. Et le mur dans lequel nous fonçons les yeux bandés s'appelle tout simplement la pénurie. Sur le papier, l'épuisement exponentiel ressemble à ceci : image Epuisement des ressources. Actuellement, nous sommes juste à l'entrée du coude où commence la ligne de l'épuisement. Bientôt, cette demande va quasiment partir à la verticale, vers un point de non-retour. L'épuisement annoncé des ressources naturelles ( recherche Google 1 et Google 2)

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

Victor Hugo



puits de petrole en feu


 au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.

.  l’album Rions un peu...N° 4 ! un lienEn pleine Cop21, Maud Fontenoy a animé un séminaire pour Philip Morris LEJDD.FR|PAR RÉDACTION  à l’album Rions un peu... Série spéciale... N°2 bis.

 

Et ce sont les mêmes pollueurs qui se présentent aujourd’hui comme les sauveurs potentiels de la planète. Ces imbéciles du show business subventionnés par les firmes multinationales essayent de nous convaincre qu’un simple changement de nos habitudes de vie suffirait à sauver la planète du désastre. Et pendant qu’ils nous culpabilisent, ils continuent à polluer sans cesse notre environnement et notre esprit. Ces pauvres thèses pseudo-écologiques sont reprises en cœur par tous les politiciens véreux à cours de slogan publicitaire. Mais ils se gardent bien de proposer un changement radical dans le système de production. Il s’agit comme toujours de changer quelques détails pour que tout puisse rester comme avant.

Copenhague, l’impossible accord ?

Le président américain effectue, ce 4 juin, sa troisième visite en Louisiane depuis le déclenchement de la marée noire qui souille le golfe du Mexique et les côtes américaines. Si BP est bel et bien le responsable de ce qui apparaît comme la pire catastrophe écologique des Etats-Unis, l'impuissance du pétrolier à mettre fin au désastre rejaillit sur le président. La marée noire (qui dure depuis quarante jours) – et la façon dont les dessinateurs en rendent compte – est le sujet des prochains Crayons de Courrier, qui seront diffusés, le samedi 5 juin, dans le cadre de l'émission ARTE Reportage, à 19 heures.Certains n’hésitent pas a faire le rapprochement et ses conséquences politiques entre la marée noir de BP en Louisiane pour Barak Obama et  la catastrophe du cyclone Katrina pour Georges Bush. Même si le nombre de morts divergents, les impacts économiques, sociaux et écologiques sont très grave et le retard dans la communication créer de plus en plus de mécontentement dans la population. Pour en savoir plus sur les dégâts de ce mécanisme implacable : Histoire de l'industrie pétrolièreHistoire de l'industrie pétrolière

La fuite de gaz qui touche la région de Los Angeles depuis octobre 2015 pourrait prendre des mois à être neutralisée.

Afrique dans la région du Sahel, durement frappée par la sécheresse. 18 millions de personnes sont au bord du gouffre, dont 1 million d'enfants qui risquent de mourir de faim.la communauté internationale a promis moins de la moitié de la somme requise. Les pays qui peuvent faire toute la différence sont la France, les États-Unis, le Japon et l'Allemagne, mais ils font défaut -D'ici quelques jours, les dirigeants du monde seront à Bruxelles 

Sixième extinction : le monde s'achèvera-t-il sans l'homme ?La liste des espèces menacées de disparition s'allonge et Homo sapiens y est pour beaucoup, rappelle le biologiste et essayiste Jean-François Bouvet (1). Global mass extinction' SSixième extinction : le monde s'achèvera-t-il sans l'homme ? Le Point‎ -



Paul Charon : Crise écologique et mouvements sociaux en Chine

Au mois de mars, l’ONG chinoise Les amis de la nature a fait paraître un livre vert sur la situation environnementale en Chine. Le rapport montre que la crise écologique qui frappe la Chine est particulièrement sévère.
« Le Blog du Milieu », animé par quatre spécialistes de la Chine contemporaine


J'ai choisi ce post : Le vrai prix du charbon en Chine

  Message d'orange OrangeSponsorisé ·: " Rejoignez le mouvement ! Pour la COP21, faites un éco-geste en supprimant vos e-mails inutiles lors des e-cleaning days"  cf Orange e-cleaning days : Moins d’e-mails tockés, moins d’énergie gaspillée. En savoir plus ORAN.GE/ECD 1,1k mentions J’aime79 commentaires275 partages ,  Crowdfunding ( cf Crowdfunding, économie solidaire communautaire mondiale , une solutions a la crise du ou des système politique ou économique capitaliste ?

 
Vertueuses, les multinationales Le business de l'aide au développement

 
L'aide publique européenne au développement a pour objectif de faire diminuer l'insécurité alimentaire et la grande pauvreté dans le monde. Plutôt que d'utiliser des structures étatiques, les contributeurs allouent souvent les fonds à des entreprises, par le biais de partenariats public-privé. Or, dans les faits, les industriels ne jouent pas le jeu. En enquêtant en Afrique, les auteurs de ce documentaire ont constaté que les multinationales accaparent les terres, paient des salaires misérables à leurs employés et poussent les paysans à acheter leurs produits. Pourtant, des modèles alternatifs d'aide au développement existent.
Vertueuses, les multinationales - Télévision - Télérama

Conflits entre Etats et multinationales : les intérêts privés victorieux dans 58% des cas

« L’interdiction d’exploiter le gaz de schiste en France pourra-t-elle être contournée par les multinationales ? Un nouveau rapport rendu public le 6 mars par des organisations européennes [1], pointe les dessous de l’accord commercial en cours de négociations entre l’Europe et les États-Unis (voir notre enquête sur ce projet de traité dénommé « TAFTA », « TTIP » ou « PTCI »). Et montre comment l’extension des droits des investisseurs aux dépens des droits des États pourrait saper les réglementations encadrant la fracturation hydraulique, seule technique utilisée à ce jour pour extraire le gaz et le pétrole de schiste. L’inquiétude est particulièrement vive en France, la fracturation hydraulique est interdite depuis l’adoption de la loi du 13 juillet 2011. » 

A l'occasion du quatrième cycle de négociation sur le commerce et les investissements entre l’Union européenne et les Etats-Unis cette semaine à Bruxelles, veuillez trouver ci-jointe une note de décryptage des effets de la libéralisation des échanges et de l'extension des droits des investisseurs sur les possibilités de lutte contre les dérèglements climatiques et en faveur d'une véritable transition énergétique.

Elle est également disponible ici.(pour info, il y a également un post de blog qui est une version synthétisée et contextualisée (mobilisations de ce jeudi à Bruxelles) de cette note : icihttp://www.mediapart.fr/club/edition/quel-temps-copenhague/article/191209/rebondir-apres-lechec-de-copenhague

(AECG) [2].

Télécharger le document

"Alors qu’au Grand palais à Paris se tiens le salon officiel du « greenwashing » et du capitalisme vert — un salon très select’ ou ne sont pas admis celles et ceux qui font preuve d’esprit critique — AL Strasbourg propose un angle local pour démonter les illusions (et les langues de bois) qui entourent les trop nombreuses fausses solutions mises en place par les élus main dans la main avec les multinationales de l’énergie".

Et les n°3 et 4 alors ? Pour lire la suite de l’article, direction le blog d’Alternative libertaire Alsace !Paris : du côté du salon des « fausses solutions » au Grand Palais...

JPEG - 35.2 ko

 

 

Prix Pinocchio : les prix décernés demain
Le vote pour les Prix Pinocchio 2013 vient de se terminer.
Les résultats restent secrets jusqu'à la cérémonie de demain soir mais... vous pouvez d'ores et déjà en savoir plus sur les vainqueurs potentiels en lisant les articles parus ces dernières semaines sur le site de l'Observatoire des multinationales et de Basta :http://www.multinationales.org/

 Qui détient le détonateur de la bombe climatique ?

Mines de charbon à ciel ouvert en Australie ou en Chine, sables bitumineux au Canada, projets pétroliers fous en Arctique ou au large du Brésil…

 

Dans un nouveau rapport, intitulé Point of No Return, Greenpeace a identifié 14 projets avec lesquels l’industrie fossile s’apprête à embraser le climat. Ces projets rejetteraient chaque année 6,34 gigatonnes de CO2 dans l’atmosphère. Pour vous donner une idée de grandeur, cela représente des émissions annuelles supérieures à celles des États-Unis.

Des projets « monstrueux »

Largest dirty energy expansions by 2020
Visualiser ces projets

 

Les temps changent.... Le système reste !! Par Enkolo dans Accueil le

On constate que la Chine ne détient probablement pas la moitié de la réserve mondiale de terres rares. Mais en raison de sa main-d'oeuvre peu chère elle a réussi à monopoliser le marché pendant longtemps.

Aujourd'hui elle souhaite conserver sa richesse, d'où son intention de ne plus exporter des TRL d'ici 2015. Les grands pays consommateurs affichent depuis quelques mois leur stratégie de diversification.

  • L'Europe explore son potentiel minier

L'Europe envisage de rouvrir ses anciennes mines où se trouvent des terres rares et métaux rares. Elle a également regardé du côté du Groenland, qui aurait d'importantes ressources. L'UE s'est également tournée vers le recyclage, ainsi que vers la substitution de terres rares par des matériaux plus communs. cf Arctique, la conquête glaciale Par Enkolo dans Accueil le

  • La défense américaine en dépend

Les Etats-Unis utilisent beaucoup de TRL, notamment pour leur secteur militaire, et auront besoin d'une source fiable et continue. Le gouvernement américain se tournera sans doute vers les producteurs américains comme Ucore Rare Metals Inc. (qui travaille directement pour la défense militaire) et Rare Element Resources., qui disposent d'importantes ressources en TRL, contrairement à la mine de Mountain Pass.

. Selon un rapport de Dudley Kingsnorth, expert des terres rares, paru dans un article du Great Western Mining Group (GWMG) en 2012, la demande de terres rares lourdes devrait être nettement plus élevée que l'offre en 2016. Par exemple, la demande de dysprosium s'établirait entre 1 500 tonnes et 1 800 tonnes par an dans les années à venir, alors que l'offre se situerait entre 1 300 et 1 60

Il faut des alternatives. Et pas que dans les discours.

Les lobbys sont bel et bien présents derrière les rideaux, pour influencer directement des chefs d’État déjà pas farouches. Pourtant, il faut le clamer haut et fort : contre le réchauffement climatique, le « capitalisme vert » n’est pas la solution !. Alternative libertaire à publié des textes qui donnent des exemples pratiques de la manière dont le capitalisme s’emploie a faire de ses destructions de nouveaux marchés, comme à propos de la dépollution, ou comment de fausses solutions miracles sont mises en avant, comme avec le tant vanté passage au tout-numérique (pourtant le virtuel est une pollution bien réelle...).

Bref, face à leur vitrine et aux efforts des lobbys, nous devons mener une bataille idéologique, et faire entendre largement que s’ils sont le problème, c’est à nous d’inventer la solution, puisque aujourd’hui plus que jamais, face aux mensonges des multinationales et face aux échanges feutrés des dirigeants, l’urgence écologique, c’est de sortir du capitalisme.

François Ekchajzer. Cf Voir aussi Les risques du Bisphénol A ? ici  tiré du site plusconcient.net (Société de la connaissance - société de la conscience ) mon post : Réapproprions nous aussi la santé, culture, la politique, la géopolitique, l’économie. Le film " Le Monde selon Mosantomon postLa nocivité de l’uranium, un des composant de l’énergie nucléaire, Industriels Contre Verts : La Bataille Du Lobbying

Ce qui m’irrite c’est la volonté a coup de milliards pour sauver un système déficient  sans contrepartie avec de l’argent inexistant, et le manque de volonté pour éliminer la faim, la sauvegarde de la biodiversité. L'hypocrisie de nos chers élites dirigeantes et les jeux de pouvoirs

Petit récapitulatif :

2 000 milliards de dollars :
C'est la somme débloquée -- en quelques semaines, et sans discuter -- par les gouvernements planétaires pour endiguer la crise financière...

42 milliards de dollars :
C'est la somme qui selon latribune.fr serait nécessaire pour capturer et stocker le gaz à effet de serre d'ici 2020 -- mais qui est visiblement "trop chère", vu ce qui se passe actuellement.

44 milliards de dollars :( voir La sous-nutrition pourrait être résolue avec 44 milliards de dollars )
C'est la subvention annuelle agricole qui selon la FAO (Food and Agriculture Organization) permettrait d'en finir avec la famine mondiale -- même constat, il semble que cette somme soit difficile à réunir.

Vous ne trouvez pas que quelque chose cloche ?

Si la crise financière nous a bien appris une chose, c'est que les pratiques financières qui nous ont été dévoilées sont loin de constituer des circonstances atténuantes :
Subprime... délits d'initiés... règles éthiques bafouées... paradis fiscaux... endettement et paupérisation des ménages... et la liste est longue !

Que faut-il en conclure ? Que le monde ( politique )est cynique ? Que nous n'avons pas tous le même sens des priorités ? Qu'il n'existe pas de conscience ( politique) globalisée ? A vous de juger...

 A lire Ecolos : ennemis d'Etat

 


    L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.

    Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.

    D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la critique exacte de la société qu’il nous faut combattre. Ce film est avant tout un outil militant qui a pour vocation de faire s’interroger le plus grand nombre et de répandre la critique partout où elle n’a pas accès. Les solutions, les éléments de programme, c’est ensemble qu’il faut les construire. Et c’est avant tout dans la pratique qu’elles éclatent au grand jour. Nous n’avons pas besoin d’un gourou qui vienne nous expliquer comment nous devons agir. La liberté d’action doit être notre caractéristique principale. Ceux qui veulent rester des esclaves attendent l’homme providentiel ou l’œuvre qu’il suffirait de suivre à la lettre pour être plus libre. On en a trop vu de ces œuvres ou de ces hommes dans toute l’histoire du XXº siècle qui se sont proposés de constituer l’avant-garde révolutionnaire et de conduire le prolétariat vers la libération de sa condition. Les résultats cauchemardesques parlent d’eux-mêmes.

    Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue. Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous aspirons. La recherche d’un bouc émissaire en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique est vieille comme la civilisation et elle n’est que le produit des frustrations de ceux qui cherchent des réponses rapides et simples face au véritable mal qui nous accable. Il ne peut y avoir d’ambigüité sur la nature de notre combat. Nous sommes favorables à l’émancipation de l’humanité toute entière, sans aucune forme de discrimination. Tout pour tous est l’essence du programme révolutionnaire auquel nous adhérons.

    Les références qui ont inspiré ce travail et plus généralement ma vie sont explicites dans ce film : Diogène de Sinoppe, Étienne de La Boétie, Karl Marx et Guy Debord. Je ne m’en cache pas et ne prétend pas avoir inventé l’électricité. On me reconnaîtra simplement le mérite d’avoir su m’en servir pour m’éclairer. Quand à ceux qui trouveront à redire sur cette œuvre en tant qu’elle ne serait pas assez révolutionnaire ou bien trop radicale ou encore pessimiste n’ont qu’à proposer leur propre vision du monde dans lequel nous vivons. Plus nous serons nombreux à diffuser ces idées et plus la possibilité d’un changement radical pourra émerger.

    La crise économique, sociale et politique a révélé la faillite patente du système totalitaire marchand. Une brèche est ouverte. Il s’agit maintenant de s’y engouffrer sans peur mais de manière stratégique. Il faut cependant agir vite car le pouvoir, parfaitement informé sur l’état des lieux de la radicalisation de la contestation, prépare une attaque préventive sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusqu’à maintenant. L’urgence des temps nous impose donc l’unité plutôt que la division car ce qui nous rassemble est bien plus profond que ce qui nous sépare. Il est toujours très commode de critiquer ce qui se fait du côté des organisations, des individus ou des différents groupes qui se réclament de la révolution sociale. Mais en réalité, ces critiques participent de la volonté d’immobilisme qui tente de nous convaincre que rien n’est possible. Il ne faut pas se tromper d’ennemis. Les vieilles querelles de chapelle du camp révolutionnaire doivent laisser la place à l’unité d’action de toutes nos forces. Il faut douter de tout, même du doute.

    Le texte et le film sont libres de droits, ils peuvent être copiés, diffusés, projetés sans la moindre forme de contrainte. Ils sont par ailleurs totalement gratuits et ne peuvent en aucun cas être vendus ou commercialisés sous quelque forme que ce soit. Il serait en effet pour le moins incohérent de proposer une marchandise qui aurait pour vocation de critiquer l’omniprésence de la marchandise. La lutte contre la propriété privée, intellectuelle ou autre, est notre force de frappe contre la domination présente.

    Ce film qui est diffusé en dehors de tout circuit légal ou commercial ne peut  exister que grâce à l’appui de personnes qui en organisent la diffusion ou la projection. Il ne nous appartient pas, il appartient à ceux qui voudront bien s’en saisir pour le jeter dans le feu des combats. "
    

Jean-François Brient et Victor León Fuentes     

> Le site  : http://www.delaservitudemoderne.org/index.html

 

ost 1 et Post 2 n

 

 S'il vous plaît : ne manquez pas cette occasion... ne restez pas les bras croisés par confiance aveugle en l'Etat-libérale, société de consommation, les médias de masse... ou pire -- par résignation ! Croyez-moi,  le nom : organiser une "résistance" à chaque niveau  prend beaucoup de temps et d'énergie. (Dans le monde, une classe en lutte, mai 2011(source jura libertaire), europeanrevolution : les places publiques reprennent du galon, Commission démocratie réelle au sein du mouvement Wiki,)

 

 

  la photo de Le paradis de la sagesse.Bien triste vérité

 
Photo de Samy Cat Genarez.
 

Nous avons les solutions – Créons 10, 100, 1000 Alternatiba !

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

Il nous faut des lieux pour habiter le monde, des espaces pour le repenser et s’organiser et des rues pour l’ébranler.Le texte complet : https://paris-luttes.info/la-cop21-sera-sociale-ou-ne-ser...

 

Sources :  Faut-il choisir entre croissance verte et décroissance ? Article ICI,  Retour sur ce débat avec l'émission d'Arrêt sur images du 8 avril 2011, intitulée "Décroissance, au-delà des clichés".  Voir la discution sur FB

La décroissance, une idée qui chemine sous la récession : le dogme de la croissance, de la société de consommation et de la centralité de la valeur " travail"

 

AL Alsace et la commission web d’AL un lien.COP 21 : De Strasbourg au Grand palais, bas les masques aux « fausses solutions » des...

Alors qu'au Grand palais à Paris se tiens le salon officiel du « greenwashing » et du capitalisme vert…
ALTERNATIVELIBERTAIRE.ORG
 
PARIS-LUTTES.INFO
 t DOC PDF)
 
 
 

Intéressant d’écouter et de lire cette émission sur France 24 et publié sur Plusconcient.net, après les émeutes en Angleterre et le risques autoritaires,Année: 2009 Durée: 35' 44''

Dans ce débat disponible en libre écoute Après la crise financière, la guerre civile ?.Site de l'institut LEAP 2020

Ecouter également Peter Schiff, la crise fiscale en marche aux Etats-Unis, La crise de 2010 plus grave que la crise de 2008 ?, Quelle situation économique pour 2010 ? , Futur crash de l'économie mondiale. Celente aura-t-il une nouvelle fois raison ?, Ignacio Ramonet - le crash parfait, Vers un 4ème choc pétrolier, Pour une éthique de l'existence post-capitaliste, Technologie, gouvernance ou spiritualité ?

A voir: le docufiction de France 5 "La France en faillite" qui nous plonge dans une France en cessation de paiement sous tutelle du FMI et de l'UE

Ou encore , Bonne idée de frédéric Landon sur fermer la Bourse face à la spéculation qui ne cesse de spéculation comme la Grèce Actuelle.Interview de Frédéric Lordon à écouter et à recommander vivement http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1871. Voir Forum Réelle démocratie • Afficher le sujet - [Sujet unique] Recadrage du mouvement, GO ON, WATCH et mon post FB, Seulement un mauvais rêve ?:, citoyen volontaire, une milice au service de la police ( source blog CAC 69), Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça s

Le rapport Conseil d'orientation des retraites (COR) (lire ci-contre), Pour l’expansion : Retraites: ce qu'il faut retenir des premières concertationsRetraites, un futur sans avenir, Source: Canal Académie - Retraite : un futur sans avenir ? , L’expansion : La nouvelle idée : le bouclier retraite Lire aussi: Retraites: ce que la droite pense d'une taxe sur les riches

 Suite a la Manifestation à Cherbourg ce samedi à 14h30 contre le charbon et po... !, Ainsi "huit patients non assurés atteints de l'hépatite B et C risquent de voir leur état se dégrader fortement, car ils ne peuvent plus se permettre d'acheter leurs médicaments."  , Et quand on ne suicide pas en Grèce, on y crève : source " ( Le Quotidien du médecin) ,66 milliards d’euros.  Les malades non assurés ne sont plus pris en charge. Ainsi "huit patients non assurés atteints de l'hépatite B et C risquent de voir leur état se dégrader fortement, car ils ne peuvent plus se permettre d'acheter leurs médicaments.", Le nombre de suicides épouse la courbe du chômage par Claire Arsenault  - RFI - 17-08-2012 , Des chercheurs établissent un lien entre suicides et austérité en Grèce - L'Expansion.com, 22/04/2014

Tiré du documentaire passionnant de Gilles Ballastre sur le chômage : Le chômage a une histoire ( facebook)

Le chomage a une histoire , Le chomage a une histoire ( video) , Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien – Hensozu, Carrefour compterait supprimer plus de 500 postes en FranceOn ne peut pas réduire les déficits et le chômage... : la city de londres : citoyen actif


Stop aux massacres des peuples indigènes d'Amazonie ,
CONTRE LE BARRAGE DE BELO MONTE"", **Evènement facebook : , **Sauver les derniers Wayana et Teko de Guyane française:, Pétition officielle Européenne: STOP A L'EXPULSION DU PEUPLE GUARANI-KAIOWA DE SES TERRES:

MEXIQUE - Militants Indigènes emprisonnés, PARAGUAY - Massacre Paysans sans Terre / Policiers, ECOLOGIE - Imposture Politique, GREENPEACE & YES MEN attaquent SHELL, L'Europe à l'heure du choix

le capitalisme croule sous le poids de ses contradictions - indigné révolté, « La crise » économique a effacé « vingt ans de progrès » - citoyenactif


Avec plus de 100 fiches sur les produits financiers solidaires,  commande en ligne

« Les placements solidaires »
 Finansol, , le Réseau Financement Alternatif qui regroupe plus de 80 associations en Belgique afin de promouvoir la finance éthique et solidaire, et Etika, créée pour proposer des produits d'épargne garantissant la responsabilité, la transparence et la solidarité au Luxembourg. Il a été soutenu par le Crédit coopératif et par France Inter. Civiliser l'économie par Philippe Frémeaux et Naïri Nahapétian  (article en accès libre) Lire la suite

 

Civiliser l'économie
par Philippe Frémeaux et Naïri Nahapétian  (article en accès libre)
Lire la suite

Défiscalisation ISF 2012 : dernière opportunité à saisir - La Chronique ...

  • "Le pouvoir de la communauté.
    Comment Cuba a survécu au Pic du Pétrole"

"The Power of Community. How Cuba Survived Peak Oil"(de Faith Morgan, 2004, 79 min., VO sous-titrée en français) (www.powerofcommunity.org)(documentaire sur la transition rapide de la société cubaine vers un mode de vie sans pétrole,
suite à la fin de l'URSS dans les années 1990) Réseau de soutien aux initiatives de Transition
à Paris et en Île-de-France Email transition.parisIDF@gmail.com
Site   http://transition-parisidf.ouvaton.org/

Au delà de ces scores, plusieurs constatations s'imposent, qui sont plutot révélateurs Destruction créatrice’ et inondation de liquidités, bulles et crises , privatisation des bénéfices et socialisation... : Blog de Nico Citoyenactif sur Netlog,

Sur Indigné Révolté : Sauve qui peut II ! : Autre article sur le thème: Mots-clés economie - Créez votre blog sur nouvelobs.com : Interview par Jean-Loup Izambert sur le fonctionnment des Oligarchies, Le capitalisme synonyme de problèmes économique , écologique et sociaux - Altermonde , Un autre monde est possible…. ! - citizen Khane

 

 

 

Source ,  Naomi Klein - la stratégie du choc , Les maîtres du monde (dailymotion), Paradis Fiscaux : Etat des lieux  , tour d'horizon de l'état des paradis fiscaux , CRIMINALITE FINANCIERE DANS L’AFFAIRE AVIVA , Le triomphe de la cupidité, L’écosophie : qu’est ce que c’est ?  Crise et transitions, L'Histoire des Choses, Etat de l'économie, environnement et social dans le monde  

Economie/Bourse : l’heure de la rupture a sonné  27 mars 2013 | Cécile Chevré | Catégorie: La quotidienne

De la servitude moderne

15/04/2014

Aux enfants de la bombe

Bonjour,

 

 

 Aux enfants de la bombe

Sciences et technique par Jean-Philippe Desbordes , Christine Bonnet

 

En 1960, Bernard Ista était ingénieur et entrait au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). De 1960 à 1995, il a filmé tous les essais nucléaires et écrit au quotidien la chronique de ces 35 années, contrechamp des archives officielles, avant de mourir des suites d'un cancer en 1998. Son témoignage retrace l'aventure de la bombe atomique française et rend hommage aux 150 000 militaires et civils qui en furent les acteurs. Près de 30% d'entre eux souffrent aujourd'hui de pathologies graves. Danielle Ista, sa femme, ainsi que ses amis et collègues lèvent le voile sur le coût humain de la bombe atomique française.

 


Nucléaire, la bombe humaine
Environnement
 

 

 

La critique TV de télérama du 12/04/2014 

Il fut de toutes les scènes d'essais nucléaires français, sans savoir que l'état-major considérait que 7 % des hommes engagés dans les expérimentations pourraient être irradiés, et qu'il en ferait partie. Ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) depuis 1955, Bernard Ista est aussi cinéaste amateur. Bravant les interdictions, il filme, engrangeant, du Sahara à la Polynésie, les bobines de super-8.

 

Adossé aux extraits de ses films, ce documentaire, enfin diffusé dans sa version intégrale, est le carnet de route effarant de l'épopée nucléaire française, ­témoignage implacable d'un monstrueux mensonge d'Etat. Tandis que les gradés assistent aux tirs, claquemurés dans des abris de béton, bidasses et civils vaquent sans protection. Persuadés, comme on le leur a assuré, que les radiations sont négligeables et inoffensives. Déclassifié depuis, un rapport du ministère de la Défense donne la mesure du cynisme : les hommes sont volontairement exposés, « pour étudier les effets physiologiques et psychologiques afin d'obtenir les éléments nécessaires à la préparation du combattant moderne ». Qu'importent alors les sites irradiés, la contamination de l'eau et des aliments, les pathologies graves, les malformations génétiques à venir. Rien n'entamera le silence des politiques et de la hiérarchie militaire.

 

Tissage maîtrisé d'images empruntées aux films de Bernard Ista, aux archi­ves d'actualités, aux spots de propagande du CEA et de témoignages, le film joue de l'effet de contraste. Aux saynètes ensoleillées gorgées de vitalité et d'insouciance du jeune atomiste répondent les conséquences dramatiques du mensonge d'Etat. En dépit de la loi votée en 2010, les victimes sont toujours aussi mal reconnues... et indemnisées. 

 

 

Marie Cailletet

 

Bonjour a tous,

Encore un grand merci a Yuko Hirota , pour ces informations sur la situation au Japon

Elle a trouvé beaucoup d'articles intéressants dans ce site, CLIQUEZ ICI


Un article sur la radioactivité au Japon par Chris Busby de ECRR :

je vous communique avec l'écrit dd O2 Kenzaburo, écrivant très conu.

The New Yorker

History Repeats

Kenzaburo Oe

March 28, 2011 .

By chance, the day before the earthquake, I wrote an article, which was published a few days later, in the morning edition of the Asahi Shimbun. The article was about a fisherman of my generation who had been exposed to radiation in 1954, during the hydrogen-bomb testing at Bikini Atoll. I first heard about him when I was nineteen. Later, he devoted his life to denouncing the myth of nuclear deterrence and the arrogance of those who advocated it. Was it a kind of sombre foreboding that led me to evoke that fisherman on the eve of the catastrophe? He has also fought against nuclear power plants and the risk that they pose. I have long contemplated the idea of looking at recent Japanese history through the prism of three groups of people: those who died in the bombings of Hiroshima and Nagasaki, those who were exposed to the Bikini tests, and the victims of accidents at nuclear facilities. If you consider Japanese history through these stories, the tragedy is self-evident. Today, we can confirm that the risk of nuclear reactors has become a reality. However this unfolding disaster ends—and with all the respect I feel for the human effort deployed to contain it—its significance is not the least bit ambiguous: Japanese history has entered a new phase, and once again we must look at things through the eyes of the victims of nuclear power, of the men and the women who have proved their courage through suffering. The lesson that we learn from the current disaster will depend on whether those who survive it resolve not to repeat their mistakes.

This disaster unites, in a dramatic way, two phenomena: Japan’s vulnerability to earthquakes and the risk presented by nuclear energy. The first is a reality that this country has had to face since the dawn of time. The second, which may turn out to be even more catastrophic than the earthquake and the tsunami, is the work of man. What did Japan learn from the tragedy of Hiroshima? One of the great figures of contemporary Japanese thought, Shuichi Kato, who died in 2008, speaking of atomic bombs and nuclear reactors, recalled a line from “The Pillow Book,” written a thousand years ago by a woman, Sei Shonagon, in which the author evokes “something that seems very far away but is, in fact, very close.” Nuclear disaster seems a distant hypothesis, improbable; the prospect of it is, however, always with us. The Japanese should not be thinking of nuclear energy in terms of industrial productivity; they should not draw from the tragedy of Hiroshima a “recipe” for growth. Like earthquakes, tsunamis, and other natural calamities, the experience of Hiroshima should be etched into human memory: it was even more dramatic a catastrophe than those natural disasters precisely because it was man-made. To repeat the error by exhibiting, through the construction of nuclear reactors, the same disrespect for human life is the worst possible betrayal of the memory of Hiroshima’s victims.

I was ten years old when Japan was defeated. The following year, the new Constitution was proclaimed. For years afterward, I kept asking myself whether the pacifism written into our Constitution, which included the renunciation of the use of force, and, later, the Three Non-Nuclear Principles (don’t possess, manufacture, or introduce into Japanese territory nuclear weapons) were an accurate representation of the fundamental ideals of postwar Japan. As it happens, Japan has progressively reconstituted its military force, and secret accords made in the nineteen-sixties allowed the United States to introduce nuclear weapons into the archipelago, thereby rendering those three official principles meaningless. The ideals of postwar humanity, however, have not been entirely forgotten. The dead, watching over us, oblige us to respect those ideals, and their memory prevents us from minimizing the pernicious nature of nuclear weaponry in the name of political realism. We are opposed. Therein lies the ambiguity of contemporary Japan: it is a pacifist nation sheltering under the American nuclear umbrella. One hopes that the accident at the Fukushima facility will allow the Japanese to reconnect with the victims of Hiroshima and Nagasaki, to recognize the danger of nuclear power, and to put an end to the illusion of the efficacy of deterrence that is advocated by nuclear powers.

When I was at an age that is commonly considered mature, I wrote a novel called “Teach Us to Outgrow Our Madness.” Now, in the final stage of life, I am writing a “last novel.” If I manage to outgrow this current madness, the book that I write will open with the last line of Dante’s Inferno: “And then we came out to see once more the stars.”

 En anglais et en japonais :

バズビー教授毎時10兆ベクレル 8/17 RussiaToday 福島第一・地面から水蒸気
が噴き出している
vidéo youtube

Je viens de mettre ma première réalisation d'un film :
RENCONTRE des enfants de Fukushima et d'une fille de Biélorussie :


Il s'agit du concert que j'ai participé et le voyage de 5 enfants de Fukushima l'été dernier.
Regarder et si vous avez des conseils à me donner ....

En attendant de vos réponse pour la nouvelle liste, je vous envoie par wanadoo  où je ne peux pas recevoir vos mail........ne me répondez pas par
et répondez S.V.P.   à  
yukohirota14@gmail.com

bombes atomique sur Hiroshima et Nagasaki - YouTube

1/3 De Gaulle & la bombe A (1960-1961) Communisme ... - YouTube

Bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki — Wikipédia

les victimes et les impacts des essais nucléaires français / France Inter

La face cachée de Hiroshima

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu