Avertir le modérateur

01/03/2014

Bakounine Un regard affuté sur les thèses de Marx

Bakounine

2 Un regard affuté sur les thèses de Marx

 

 

 

Photo : Bakounine en audio:
http://www.youtube.com/watch?v=o-wakEwAtCQ
Dieu et l'Etat: http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/bakounine-michel-dieu-et-letat.html

 

 

Exposer les divergences entre Bakounine et Marx nous éclaire sur les oppositions entre le communisme et le socialisme libertaire. Elles sont d’actualité car les positions de Bakounine nourrissent nos réflexions sur la domination et sont des anticipations des dérives intrinsèques au communisme.

Toutefois, il n’est pas aisé d’en rendre compte, les idées de ces deux penseurs ayant évolué au gré de leurs expériences et des leçons tirées des évènements. Anticapitalistes, ils critiquent la concentration du capital entre les mains de quelques-uns. Mais, constatant que des ouvriers s’embourgeoisent, Bakounine conteste la simplification de Marx qui en déduit la paupérisation croissante du plus grand nombre. Il réfute la primauté de l’économie pour saisir la situation politique d’un pays et souligne l’importance de la religion, des institutions, des mentalités.

Photo

Tous deux sont contre tout système exploiteur, mais la prévalence de la liberté, pour Bakounine, et sa radicalité sur l’égalité impliquant le refus de toute hiérarchie lui font repousser toute autorité qui n’est pas issue d’une compétence, une connaissance et qui s’impose par un statut, une prise de pouvoir. Il est ainsi le fer de lance du socialisme anti-autoritaire s’insurgeant contre le bureaucratisme, le centralisme de l’AIT (Association internationale des travailleurs) défendu par Marx, pour s’approprier le pouvoir. Réaffirmant l’anti-autoritariste au cœur de l’anarchisme, Bakounine défend l’autonomie des fédérations et préconise une réflexion collective contre des décisions venues d’en haut.

 

Les chefs

L’anti-autoritarisme se conjugue avec l’anti-étatisme. Mais pour Marx, l’émancipation des travailleurs passe par la conquête du pouvoir politique, par les élections ; Bakounine, lui, envisage une lutte pour l’émancipation de pair avec une lutte contre la bourgeoisie et l’État remplacé par le fédéralisme, dans la lignée de Proudhon. Par nature, l’État est répressif et le pouvoir s’y concentre. La participation des « dominés » aux élections, préconisée par Marx, est un jeu de dupes, les dominants n’hésitant pas à transformer une démocratie en dictature quand ils pressentent leur pouvoir en danger.

Bakounine refuse une « dictature du prolétariat » qui signifie la prédominance des ouvriers. Il estime qu’un parti gouvernant, administrant et gérant les moyens de production et les richesses, tel que Marx le souhaite, conduirait à l’accaparement des pouvoirs. Depuis 1917, cette clairvoyance n’est plus à démontrer.

Les idées libertaires ayant alors un écho certain, surtout dans les sections latines et suisse de l’AIT, Marx veut stopper leur influence ; il cherche à salir Bakounine en le calomniant, l’accusant d’être un agent du tsar, un « capteur d’héritage ». Il parvient à exclure les anti-autoritaires de l’AIT au congrès de La Haye, en 1872. Le 15 septembre 1872 se tientle congrès de Saint-Imier fondant l'Internationale « anti-autoritaire ». Il nous faut bien aussi – même brièvement – évoquer un point délicat : si Marx avait des préjugés sur les Slaves (Karl Marx, Semer des dragons ! : citoyen actif ) , Bakounine lui-même était imprégné de l’antisémitisme ambiant. Il nous lègue la perspicacité de ses vues sur les thèses marxistes et nous invite à la vigilance dans l’organisation anarchiste, pour ne pas ouvrir de voies possibles à des prises de pouvoir.

 

Agnès Pavlowsky

En Kiosque

2 Le Monde Libertaire gratuit ou à prix libre PDF] N° 47.pdf - WordPress.com

[PDF] Variations sur Empire

Et si Karl Marx avait raison ? : citoyen actif

Le blog de zones subversives –

Détroits n°1 - Infokiosques.net

http://cerclelibertairejb33.files.wordpress.com/2014/02/nc2b0-47.pdf

Les chefs

 

K. Marx - Le Capital Livre I : XXVIII

Marx-Engels : Le parti de classe (I) - Introduction - 36

karl marx : citoyen actif - Les blogs

10/01/2014

IMPOSSIBLE!!!

IMPOSSIBLE!!! (Texte tiré de la révolution mexicaine)

13 novembre 2012, 17:20

Voilà le cri des impotents, le hurlement des réactionnaires. Ainsi s’ex­prime le bourgeois, lorsqu’on lui décrit la société future : impossible, impossible, impossible !

Clamez que personne n’a le droit de prendre la part de la richesse que produit le travailleur ; dites que la terre est un bien naturel qui doit apparte­nir à tout être humain ; dites que les policiers, les soldats, les chefs et les bureaucrates ne sont rien d’autre que des sangsues, qui vivent sans rien pro­duire d’utile qui puisse contribuer à rendre plus agréable l’existence ; dites que les milliers d’êtres humains qui pourrissent dans les prisons ne sont rien d’autre que des victimes de la mauvaise organisation sociale, et on vous trai­tera de blasphémateurs, de bandits, de criminels et d’autres choses du même genre.

Et pourtant, ce que nous disons est la vérité ; nous en sommes convain­cus et nous dirigeons nos coups, directement, au cœur de la vieille société. Nous ne nous contentons pas de l’attaquer superficiellement : nous allons au fond du problème.

Ce qui paraît impossible, c’est que les travailleurs aient vécu si longtemps sans se rendre compte qu’ils étaient des esclaves. Ce qui paraît impossible, c’est que les travailleurs n’aient pas encore brisé ce joug.

Mais ce n’est pas leur faute, du moins pas totalement : les coupables sont les politiciens qui endorment les prolétaires avec l’espoir d’un avenir de rêve, conquis par la seule vertu du vote populaire.

Mais le temps a démontré que s’il y a quelque chose de vraiment impos­sible, c’est de conquérir la liberté économique au moyen de bulletin de vote. Parcourez la liste des nations dans lesquelles le peuple a droit au vote et enquêtez sur les conditions économiques dans lesquelles vivent leurs habi­tants. Vous verrez que le vote n’a eu aucune influence sur l’amélioration des dites conditions. Au contraire, chaque année la misère est plus aiguë par­tout, chaque année le chômage augmente, chaque année augmente également, dans une proportion effarante, la population pénitentiaire ; chaque année augmente le nombre de femmes dans les maisons publiques ; chaque année augmente le nombre de suicides ; chaque année, la lutte pour l’exis­tence se fait plus dure et plus tragique. L’humanité est de plus en plus mal­heureuse, malgré le vote, malgré les gouvernements représentatifs, malgré la démocratie. Donc, il est vraiment impossible que l’humanité soit heureuse par le seul fait de pouvoir voter.

Nous sommes pleinement convaincu de la fourberie des mesures prises ou des réformes politiques. Comme nous ne sommes pas composé de politiciens, ni de chasseurs d’emplois, mais de prolétaires qui n’ont d’autre ambition que celle d’être débarrassés de l’esclavage du salaire, maintenant que l’occasion lui est donnée, il fonce droit au but : l’émancipa­tion économique de la classe ouvrière par le moyen de l’expropriation de la terre et des machines.

 

Ricardo Flores Magón Regeneración, 15 avril 1911

A lire aussi

Sur l'Etat" de Pierre Bourdieu

Poutine pour toujours ?

Le cauchemar climatisé...

Bakounine Un regard affuté...

Homs, chronique d'une révolte

Molière, Le misanthrope

restructuration du capitalisme

Russie, au coeur du goulag...

La grande évasion fiscale

les villages des alternatives

Ayn Rand, pasionaria du...

Le principe de l'État

IMPOSSIBLE!!!

 

01/10/2013

Le Shutdown américain

Nous avons à peine eu le temps de souffler après l'annonce d'un report (sine die ?) du ralentissement du QE par Ben Bernanke le 16 septembre que voici déjà l'économie américaine est repris dans la tourmente et les sueurs froides.

Shutdown : 800.000 fonctionnaires mis au chômage technique Les lois et réglementations régissant les shutdowns («fermetures») des services administratifs distinguent les agents fédéraux «essentiels», maintenus à leur poste, parfois sans être payés, des «non-essentiels», placés en chômage technique.

En cause... la dette américaine et le fiscal cliff. Et hier soir, les Etats-Unis ont pris en pleine figure non pas une falaise mais un mur. Assez conséquent en plus.

L'exercice budgétaire américain 2014 commençait cette nuit, à minuit (heure locale). Qui dit nouvel exercice budgétaire dit budget. Or le Congrès n'est pas parvenu à approuver celui proposé par la Maison Blanche.

Au coeur des discussions, cristallisant l'opposition entre républicains et démocrates, la réforme du système santé instaurée par Barack Obama (Obamacare) en 2010. Une réforme qui continue de créer des vagues alors, qu'à partir d'aujourd'hui, il sera ouvert à des millions d'Américains jusque-là privés d'assurance-maladie.

Le Congrès américain a provoqué le «shutdown» de l'État féderal et la mise au chômage technique de 800.000 fonctionnaires. Le président dénonce la «prise en otage» de tout le pays.
» Les secteurs touchés par le shutdown

Entre la Chambre des représentants (à majorité républicaine) et le Sénat (démocrate), c'est la guerre depuis plus de deux ans.

Un conflit qui a aujourd'hui franchi une étape supplémentaire. En conséquence de l'absence de consensus au Congrès, le gouvernement américain a dû se résigner à se placer en situation de shutdown, à savoir la mise au chômage technique de plus de 800 000 fonctionnaires. Sont concernés les postes considérés comme "non indispensables "(les fonctions régaliennes -- justice, sécurité -- ainsi que la santé sont en très grande partie préservés).

Reste que selon Goldman Sachs, le shutdown coûtera environ huit milliards de dollars par semaine à l'économie américaine. Et selon le Financial Times, les coupes automatiques qui sont entrées en vigueur en mars dernier après les précédents échecs d'accords sur le budget ont coûté 240$ à chaque Américain.

Faut-il s'en inquiéter ?
Pas plus que cela, du moins à court terme. Ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis sont paralysés par un shutdown (le dernier date de 1995) et, pour le moment, ce sont essentiellement les services publics qui sont concernés. D'ailleurs, le CAC 40 ouvrait même en légère hausse ce matin...

Le président américain, Bill Clinton (au centre), lors d'une rencontre avec le représentant républicain de Géorgie, Newt Gingrich (à gauche), et le leader républicain du Sénat, Bob Dole, le 31 décembre 1995, à Washington.

Aujourd'hui l'enjeu est plus concret: le Tea Party veut carrément démanteler la réforme fétiche d'un président Obama dans son dernier mandat. Les deux camps ne se parlent pas. John Boehner, leader républicain de la Chambre basse, ne contrôle pas ses troupes. L'économie américaine est bien plus fragile. Et le plafond de la dette publique doit absolument être relevé avant le 17 octobre, pour éviter un invraisemblable défaut de paiement du Trésor


Sans sous-estimer les conséquences économiques, et tout particulièrement si les fonctionnaires mis au chômage technique ne se voient pas payés de manière rétroactive, c'est plus le 17 octobre qui m'inquiète.

A cette date, une décision sur le relèvement du plafond de la dette devra être prise et comme l'ont prouvé les événements récents, républicains et démocrates vont encore avoir un mal fou à s'entendre. Sans accord entre les deux principaux partis, les Etats-Unis se trouveraient en situation de défaut de paiement sur leur dette.

"'Même si les Etats-Unis ne font défaut que brièvement, ce serait compris par les marchés comme le signe qu'on ne peut faire confiance au gouvernement pour rembourser son dû', souligne Millan Mulraine, du groupe financier canadien TD Securities, interrogé par DealBook, un blog financier du New York Times, cité par Le Monde.

"Et si on se souvient du soulagement que cela avait été lorsqu'un accord fut enfin trouvé, in extremis, le 31 décembre dernier (les indices s'étaient alors envolés), inutile de vous dire qu'en cas d'impasse, la chute pourrait être brutale",

Et effectivement, pour les Etats-Unis, la plus grande menace consisterait à perdre la confiance des marchés et tout particulièrement des acheteurs étrangers de bons du Trésor. L'enjeu est tel qu'il me semble assez improbable que le Congrès laisse advenir un défaut de paiement.

Qu'est-ce que cela signifie ?
Que nous entrons dans une nouvelle période de remous, encore exacerbée par un retour de flamme de la crise politique en Italie. Silvio Berlusconi, jamais en mal d'une idée saugrenue pour s'éviter la prison et la perte de son mandat de sénateur, a exigé non seulement la démission des 188 parlementaires de son parti (PDL) mais surtout celle des 5 ministres affilié au PDL et membres du gouvernement d'Enrico Letta (gauche). Si bien que l'actuel président du Conseil en est réduit à devoir demander un vote de confiance devant le Parlement.

Une instabilité politique dont se serait bien passée l'Italie, menacée par sa dette et dont le PIB a reculé pour la huitième fois consécutive en septembre et atteint -2,1% sur un an au deuxième trimestre...

Pour aller plus loin aujourd'hui : les banques européennes font encore parler d'elles... et l'Obamacare aussi !
- La nouvelle intervention probable de la BCE en faveur des banques européennes et des risques qu'elles représentent encore pour la stabilité européenne. : "Les prêts aux ménages et aux entreprises ont reculé de 2% en août, ce qui prouve que les banques ne jouent pas le jeu en termes de crédit malgré toutes les mises en garde et argent facile qu'elles ont eu afin de justement pouvoir continuer à prêter. Or à cause de leur inaction actuelle, il y a un réel danger de credit crunch".

signes de (légère) reprise en Europe : "La semaine dernière, je vous avais parlé de l'indice PMI Composite de la Zone euro qui, à 52,1, était au delà des attentes. J'y vois un léger signe d'amélioration parce que d'autres indicateurs vont dans le même sens : le climat de confiance des affaires en France est passé de 91 à 94.".

Le tout aussi léger recul du chômage dans la Zone euro (et ce pour la première fois depuis 2011) va dans le même sens.

Cependant, : "Ne nous gargarisons pas sur l'Europe, la croissance y reste très faible. Et il y a quelques problèmes qu'il ne faut pas oublier". Cf. l'Italie par l'exemple.

- Enfin, revient sur l'Obamacare... et son coût politique et social : "C'est là que la bataille pour -- ou contre -- Obamacare prend tout son sens. Il s'agit de distraire le public des vrais sujets d'inquiétude sociétaux comme le creusement abyssal des inégalitésou la mainmise des banques sur les grandes orientations fiscales et budgétaires.

Car une Amérique qui soustrait les plus riches à l'impôt s'enfonce dans le piège de la dette. C'est une Amérique encore plus dépendante de ceux qui la financent... et le même raisonnement vaut pour la classe moyenne qui ne parvient plus depuis longtemps à boucler ses fins de mois ou à financer des études pour la génération montante".

 En savoir plus :

La sortie du capitalisme ?

Journée du dépassement Terre

Jeux de pouvoirs

Un héros ordinaire

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE

Silence au pauvre !

Terrorisme d'État

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu