Avertir le modérateur

02/07/2016

Quand ils sont venus...

n


 
Quand ils sont venus, je n'ai rien dit

Quand ils sont venus... (Avignon 2014 / France Culture) Extrait de l'émission "Des idées sous les platanes" du 16 juillet. Une émission de Xavier de La Porte, sur France Culture, réalisée en Avignon.
Durant tout le festival, ils nous ont offert une tribune quotidienne pour parler de notre lutte.
Grand merci à eux !

 "Jamais je n'oublierai cette nuit, la première nuit de camp qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée"

Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix, rescapé de la Shoah, s'éteint à 87 ans.

Pour l'évoquer, Claude Lanzmann sera demain à 7h45 l'invité du 6/9.

 

Ce texte, très connu, est encore tellement (trop) d'actualité ! Lecture par la Coordination Nationale des intermittents et précaires, France Culture, Avignon 2014. trois évènements récents pour justifier de cette phrase 

 
 
 
 

Révolte contre l’expulsion d’un Algérien

"Ce n’est pas la première fois que le centre de rétention de Vincennes est détruit suite à un mouvement de révolte. En 2008 déjà, suite à la mort d’un des leurs laissé mourir sans soin par les flics qui gardent le centre, les retenus (c’est ainsi que l’administration appelle les personnes enfermées dans les centres de rétention) s’étaient révoltés et le centre avait entièrement brûlé. Cette année là, 6 mois de protestation et de lutte s’étaient enchaînés."

un lien.


 "ménard au secours du gouvernement ? -Sa police municipale (milice) interpelle, plaque au sol, et menotte les jeunes communistes qui collaient des affiches contre la loi Travail" MM

Lors du conseil municipal du 17 mai 2016 le Maire de Béziers, qui n'est jamais le dernier pour se vautrer dans la boue des plus basses attaques politiques, accusait publiquement notre camarade Jean Couquet d'avoir tagué sur les murs de la ville. Jean est le fils d'Aimé Couquet, conseiller municipal et communautaire communiste et premier opposant à la politique conduite par Robert Ménard. Souvent à court d'arguments le Maire, qui n'hésite pas depuis son élection à répondre par l'insulte, a franchi un pas que nous ne saurions tolérer, que tous les démocrates et républicains de notre ville doivent condamner fermement.

Que reproche exactement Robert Ménard à notre camarade ? Le soir du 16 mai 2016, plusieurs camarades et sympathisants du Mouvement des Jeunes Communistes sont allés afficher en ville afin d'appeler à la manifestation pour le retrait de la loi travail qui se tenait le lendemain. Avec une violence inouïe et jamais vue dans notre ville, les équipes de nuit de la Police Municipale ont interpellé Jean et une jeune camarade qui n'avait pas commis d'autres tords que de coller des affiches. Menotté, plaqué au sol et conduit au poste comme un délinquant, il en est ressorti sans être inquiété quelques dizaines de minutes plus tard, sans avoir eu à signer le moindre procès-verbal. Que sont donc les éléments prétendument détenus par le Maire, selon ses dires en conseil municipal ? Qu'a pu justifier une telle interpellation, alors que dans un centre-ville truffé de caméras de sécurité, la moindre preuve de culpabilité aurait été immédiatement utilisée à charge ?

Robert Ménard, qui soutient publiquement la loi travail, a t-il voulu donner un coup de pouce au gouvernement socialiste, qu'il critique au possible sauf quand il s'agit d'acter la régression sociale ? Est-ce pour cela qu'il semble se réjouir du désengagement de l’État en matière de sécurité publique et qu'il utilise sa milice municipale pour criminaliser le mouvement social ? Ou bien, au vu de son incapacité à contrer Aimé Couquet politiquement, a t-il voulu créer un nouveau buzz ?

Quoi qu'il en soit de ses raisons, que seul lui dans sa basse conception de l'élu et de l'action politique doit comprendre, ces accusations publiques ne sont ni plus ni moins que de la diffamation. Lors du conseil municipal du 28 juin, il a refusé de présenter la moindre excuse publique.

C'est à Aimé et Jean Couquet de décider des suites à donner à cette affaire, dans ce combat ils reçoivent toute la solidarité et le soutien des Jeunes Communistes de Béziers.

Les Jeunes Communistes de Béziers

Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait personne pour protester

Martin Niemöller

Information complémentaire :

Un des reproches fait aux camarades concernant l'affichage a été d'avoir collé sur l'ancien cinéma Palace avenue St Saens...

Visiblement, quand c'est les fachos qui y collent quelques jours plus tard, les caméras de sécurité ne fonctionnent plus et la Police Municipale n'interpelle plus !

Soutien à nos camarades accusés à tort par Robert Ménard
Tag(s) : #béziers, #MJCF, #luttes, #soutien
Quand ils sont venus, je n'ai rien dit

 

 Quand ils sont venus...Par Enkolo dans Accueil le 2 Juillet 2016 
Quand ils sont venus... par Citoyenactif le 02/07/2016

 Quand ils sont venus... sur citizen khane

Quand ils sont venus, je n'ai rien ditCréé le mercredi 29 juin 2016 

 

07/06/2016

Un printemps français

n

 

 

 

 

 

Si cette newsletter ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

L'hebdo 

HEBDO N° 1335 DU 02 juin 2016Un printemps français 

LIRE EN LIGNE   TÉLÉCHARGER

 

 

Un cul-de-sac : c’est ainsi que le Times voit la situation de François Hollande après les concessions du gouvernement sur la loi travail. Le niveau de contestation prouve qu’il a eu du courage, estime pourtant une partie de la presse étrangère.
 
 Les médias bourgeois européen sur la me^me lignes que ceux en France, peut être une peu de la contagion alors qu'un mouvement de grêve général a lieu en belgique sur la question là aussi d'une loi travail Nouveau chaos sur les routes wallonnes dès ce soir? Des camionneurs appellent à bloquer la Belgique WWW.RTL.BE|PAR RTL NEWMEDIA Belgique ! le gouvernement belge veut imposer sa loi travail, la riposte est d'ampleur!  Ce serait bien que la contagion sociale s'étende a d'autres pays et que nous puissions faire une convergence entre salariés, précaires, chomeurs et étudiants
 
 

Jean-Christophe Rufin, Globalia. Gallimard, Paris 2004 ; réédition, Paris: Gallimard, 2005, 499

« Chacun est libre de ses actes. Or, la tendance naturelle des êtres humains est d'abuser de leur liberté, c'est-à-dire d'empiéter sur celle des autres. LA PLUS GRANDE MENACE SUR LA LIBERTÉ, C'EST LA LIBERTÉ ELLE-MEME. Comment défendre la liberté contre elle-même ? En garantissant à tous la sécurité. La sécurité c'est la liberté. La sécurité c'est la protection. La protection c'est la surveillance. LA SURVEILLANCE, C'EST LA Liberté Des Peuples

De la bouche d’un gaulliste à celle d’un Premier ministre socialiste. En passant par une affiche de Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen dans les bras, pour les régionales en Paca, en 1992. « La sécurité, première des libertés » est une formule qui a fait du chemin, avant d’être reprise par Manuel Valls le 13 avril, dans l’hémicycle, pour défendre le controversé projet de loi sur le RENSEIGNEMENT.

Un ensemble d'anedoctes et de phrases d'hommes politiques pour l'étayer

à l’album Hollandie 5.

 
la vidéo de PCF section Montreuil.La modernité ne peut pas être une course au plus compétitif. Si les français acceptent la baisse de leurs salaires par la loi travail, d'autres devront le faire aussi pour rester plus compétitifs, et ainsi de suite. Jusqu'où ? Jusqu'à ce que les salariés ne soient même plus en état de travailler tellement ils vivront dans la misère ? Ce système est une impasse, il faut en changer, avec tous ceux qui dans le monde commencent à s'en rendre compte. Et ils sont nombreux.
 

Macron est venu ce matin inaugurer le timbre des 80 ans du Front Populaire (sic) à la poste principale de Montreuil : il a été bien reçu. (photos Julien Leyje)

 

Envoyer Macron commémorer le Front populaire, c'est un peu comme si on envoyait Marc Dutroux inaugurer une école primaire. Imaginez la réaction des parents d'élèves." 

 n 

Macron en déplacement...
Les 4 vérités des manifestants! Bravo à eux!

 

Romain est toujours dans le coma depuis la manif du 26 mai.
L'impunité policière va durer combien de temps ?
‪#‎OùEstLaViolence‬ ‪#‎Antirep‬ ‪#‎Antiprec‬

 

« ... La suite nous est racontée par deux autres témoins oculaires, Paul et Marie (1). Peu de temps après avoir démarré, l’estafette des pompiers se gare quelques centaines de mètres plus loin, le temps qu’un autre véhicule, mieux médicalisé, ne prenne en charge Romain. «Le voyant entrer bien portant dans le camion des pompiers, on a trouvé bizarre que deux CRS s’y engouffrent. Du coup, on l’a suivi.» Ils disent ensuite avoir vu, via une vitre latérale, «deux CRS casqués se pencher sur lui», le pompier de service restant «en retrait» de la cabine. Nos témoins n’ont pu observer directement le corps de Romain, seulement les deux CRS. Mais ils affirment que «leurs gestes étaient violents, au point de faire bouger le fourgon». Premier secours, acte d’intimidation ? Dans un appel téléphonique passé à des proches depuis le camion de pompiers (Libération a eu accès à la bande audio), on entend juste Romain crier sa douleur... » 

 
 
a publication deÉtudiants communistes Strasbourg - UECÉtudiants communistes Strasbourg - UEC a ajouté 3 photos — à Heppner Strasbourg.Au piquet de grève chez Heppner Strasbourg (rue de la Station), un camionneur a volontairement roulé sur un travailleur un grève ! L'ambulance est sur place, letravailleur a perdu conscience.La direction de l'entreprise devra répondre : quel prix est-elle prête à payer pour faire taire des salariés ? Le profit compte-t-il plus que la vie de ses travailleurs ?
 

Objectif de FFF - Fédération Française de Football : que la France soit fière de ses 23 bleus.Foot : la FFF veut nous faire aimer les Bleus FRANCEINTER.FR

 Selo Alain bauer "Le même problème existe également pour la formation au hooliganisme et aux mouvements de foule, qui est incluse dans les nouveaux modules. Les agents de sécurité doivent régulièrement assister à des « recyclages », obligatoires tous les quatre ans, ce qui permet de remettre tout le monde au même niveau".

 Qui est Alain Bauer  >> A lire aussi : « Il faut garder le même esprit de solidarité qu'après les attentats »Les marchands de peur. La bande à Bauer et l ... - citoyen actif - Blogs,  alain bauer - citoyen actif - Blogs

Des effectifs réalistes ?

Si les formations ont été prises d’assaut, un autre problème subsiste : celui de l’évaluation des effectifs nécessaires. Alain Bauer, du Cnaps, déjà interrogé par 20 Minutes il y a deux semaines, i(...)« Tous les opérateurs de sécurité privée le disent et l’ont répété : les effectifs n’existent pas en quantité suffisante pour sécuriser les stades, les sites accueillant les sportifs, les fans-zones… » La préfecture de police de Paris doit d’ailleurs préciser ce lundi le dispositif de sécurité qu’elle compte mettre en place pour l’Euro dans la capitale.

 

Côté vérification des profils, le Cnaps délivre une carte professionnelle à l’agent de sécurité tous les 5 ans. A chaque échéance, il refait une enquête sur la personne, vérifie son casier, ses déplacements à l’étranger… « Que vous ayez eu une contravention ou que vous ayez été condamné pour meurtre, votre dossier sera dans un premier temps mis de côté par le Cnaps, qui étudiera les autres demandes en priorité » ; indique Jérôme Lagneaux. Des mesures de sécurité qui sont encore plus strictes dans le cadre des agents de sécurité aéroportuaire.

 
 
Deux poids, deux mesures : la justice est plus conciliante avec les fafs qu'avec la gauche. En même temps, pas si surprenant lorsque l'on voit les scores qu'elle obtient dans ces professions
 
Jolie inversion de la situation. BFN et Itélé sont justement en train de désamorcer la situation et de blanchir ce pauvre fasciste "charmant" et "respectueux". Imaginons une seconde la tornade médiatique si un militant d'extrême gauche ou un musulman avait été surpris avec le dixième de cet arsenal ...
 

Selon le huffingtonpost.fr L'homme de 25 ans a été arrêté en possession d'armes et de 100 kg d'explosifs.  Les médias oublient souvent de parler du terrorisme d'extrême droite, trop obnubilé par le terrorisme islamique ou les mouvements sociaux. Promettant d'apporter de l'aide et de l'équipement aux militaires, "il a commencé à s'intéresser aux moyens d'acheter en Ukraine des armes, des explosifs et d'autres équipements", a précisé Vassil Grytsak. Les services secrets ukrainiens ont travaillé six mois avant de procéder son arrestation. Le chef du SBU précise d'ailleurs que les Ukrainiens n'avaient pas l'intention de révéler cette arrestation avant la fin de l'Euro 2016, mais qu'ils y ont été poussé après des fuites dans la presse.

la publication de Raoul Nasri.

Merci Raoul :  C'est important de le diffuser pour montrer le liens entre répressions policières, lois d'urgence et le fais que les fafs sont les serviteurs zellés du capitalisme et de sa répression. Tous ce que nous vivons provient indirectement de lui .

à l'heure ou marine la haine demande à "dissoudre les groupes antifas",ceux qui re militarise des armes de collections sont des anciens de l'armée....ça m'étonnerais pas que l'on découvre des liens extrêmes....droites et salafistes

 
 

Et non ! Malgré les efforts de nos dirigeants et des médias dbourgoeis , l'information arrive quand même à nous parvenir.
La France, la Belgique, l'Espagne la Grèce, l'Italie .... Et même le modèle européen qu'est censé être l'Allemagne connaît des mouvements sociaux sans précédent dans ce pays d'habitude si sage. La raison ?

Une nouvelle fois, nos voisins espèrent beaucoup de nous car si ça plie en France, ce sera le cas partout.
Notre combat est maintenant européen.

 
 
 

n

VIDEO. Un Français arrêté en Ukraine préparait 15 attentats en France pendant l'EuroEuro 2016: Formation, effectifs, coûts... La sécurité dans les fans-zones est-elle assurée?

La police dans le rouge Par Jean-Marcel Bouguereau

a fabrique de la ghettoïsation raciale Par Valéry Rasplus 
Le 06/05/2016 à 18h27

émeute, valéry rasplus, christophe granger, ségrégation, racisme, chicago, carl sandburg

la publication de Samuel Wahl.Œuf sur le crâne : Emmanuel Macron parle de «violence», de «honte pour le pays»RPartager LIBERATION.FR

02/06/2016

AU CŒUR DU BLACK BLOC

n

 

Colère!!!!

 
SUDOUEST.FR
 
La police blesse 11 collégiens à saint-Malo et charges des manifestants avec leurs voitures à Rennes...
 RENNES : DES MANIFESTANTS ET DES JOURNALISTES VICTIMES DE VIOLENCES POLICIERES (2/2) (Source France 3) la vidéo de Info'Com-CGT., Rennes MULTIMEDIA on TwitterMOBILE.TWITTER.COM|PAR RENNES MULTIMEDIA
 
 
 
la publication de Info'Com-CGT.Les violences policières inquiètent de plus en plus - France InterVéhicules de police chargeant un cortège, manifestants et journalistes…Partager FRANCEINTER.FR
 
 

Dansla publication de Yannis Youlountas

Le pouvoir ne distille pas seulement la résignation et la soumission.

"TOUCHER LES CORPS POUR INJECTER LA PEUR"

Nouveau témoignage d'une manifestante parisienne blessée par une grenade de désencerclement. Pour elle, le but évident des valets du pouvoir est de "toucher les corps pour injecter la peur." Elle témoigne également de l'amplification du mouvement, contrairement à de fausses rumeurs qui espèrent nous faire lâcher prise et nous résigner à un "retour à la normale".

Non, rien n'est terminé. Le masque monstrueux du pouvoir est définitivement tombé. Et si maintenant la peur changeait de camp ?

Encore un copain arrêté par cette pourriture d'état policier toujours plus autoritaire. Si un jour je parle d'embrasser un flic, euthanasiez moi." 

a publication de Jeremie Vercheredans"De plus on dénombre au minimum 4 bléssés hospitalisés chez les manifestants dont une jeune fille renversée par une voiture de police, qui resteras en observation cette nuit a l'hôpital.Qu'est-ce qu'ils veulent putain ?Tout ça va se finir dans le sang et les larmes ."




Billy Elliot - London Calling by The Clash

la photo de Feu de prairie.la vidéo de Info'Com-CGT.PROCÈS DES AFFICHESLa police contre la liberté d'expression ? Première réponse avec le reportage de France 2 dans lequel un représentant d'Alliance PN affirme vouloir faire disparaître nos affiches de notre site internet ! ‪#‎JeSuisToujoursCharlie‬ ‪#‎CGT‬ ‪#‎InfoComCGT‬ ‪#‎NuitDebout‬ [AGIR, SOUTENIR, PARTAGER…] ::: Signez la pétition pour demander l'adandon des poursuites https://goo.gl/a2A8i7 ::: Restez informé-e-s en vous inscrivant à la newsletter http://www.infocomcgt.fr/newsletter


La manifestation du jeudi 26 mai a atteint un palier. Le haut degré de violences policières et avec lui, le nombre de blesséEs, ont encore une fois démontré la répression, et avec elle, le cadre et l'appareil utilisés par nos gouvernants pour (se) sécuriser. Par ce texte, je nous appelle tous à témoigner, à écrire et à (se) parler, car nous n'aurons jamais "plus de mal que de peur" face à eux qu'en étant solidaires, et bien informéEs.
 
Travail et son monde ». On est descendu par milliers dans les rues se faisant les haut-parleurs de la colère généralisée, ici, depuis le 12ème arrondissement de Paris. Parcours court, départ Bastille à 14h. Angle rue de Lyon - Avenue Daumesnil. Nation n'était pas loin, mais la route peut être longue.
 
La marche s'enclenche aux pas des bleus, encadrée par un « dispositif » de « sécurité » désormais bien connu : CRS aux portes, leur armement sur les manifestantEs. Les métronomes briseurs de l'insurrection qui vient ont la science du rythme ; nous avons l'art de la composition symphonique. Derrière les lignées bleutées qui disparaissent petit à petit sur les côtés, se met en place l'orchestre des luttes politiques : c'est le premier cortège. Il avance, il prend forme, il grossit tel un essaim dans un bourdonnement certain ; nous sommes nombreux, toujours plus que les autres fois. Nous sommes solidaires, toujours plus que les autres fois.



En première ligne des cortèges contre la loi travail, ils sont quelques centaines vêtus de noir. Qui sont ces militants, souvent jeunes, qui pour lutter contre le capitalisme enfilent les cagoules, cassent les banques et s'attaquent à la police 
 
Finalement, quel est l'objectif stratégique de l'Intérieur derrière ce nouveau « dispositif » et mode d'action offensif ?
A première vue, il semble bien s'agir de mettre hors d'état de lutte des manifestantEs, militantEs, par le traumatisme ou la blessure afin d'immobiliser la gêne, que « celle-ci ne leur fasse plus face » - au moins pendant l'Euro ? Les personnes assignées à résidence pendant la Cop21 et celles interdites de manifester ces dernières semaines connaissent bien l'histoire que produit « l'état d'urgence ».

Et cette stratégie semble conceptuellement et légalement encadrée par un statut étatique privilégié, soit « l'état d'urgence » qui légitime et permet le recours systématique à un « maintien de l'ordre » pour assurer une permanente « sécurité » : laquelle ?

Parmi les manœuvres, la diversion est une opération essentiell
e.  L'amplification des violences policières dans les dernières manifestations a concentré toute l'attention des médias, et des personnes sur les réseaux sociaux, faisant polémiques et détournant ainsi l'attention de l'ennemi, et des luttes véritables. Il faut remercier pour cela l'œil borgne des médias dominants, qui loin d'informer, alimentent une réalité prescrite par le gouvernement. Car la diversion est double en elle-même, comme un serpent qui se mord la queue, cette concentration sur les violences policières distrait autant qu'elle dupe. Les récits, les montages et les cadrages vidéos les plus lus, vus et diffusés sont incomplets, manipulés et biaisés pour la plupart
 
Aujourd'hui je dirai qu'un deuxième volet de la stratégie gouvernementale (agissant via ses « forces ») s'apparente à une opération de balayage contrôlé : toucher les corps pour injecter de la peur . Traumatiser. Menacer. Contenir. En somme, faire de la prévention.
Mais la peur. 
Leur arme ? 
Ou la nôtre ?
 

C'est que la situation économique et l'incertitude sur l'avenir était différent

 

la publication de Xavier Delucq.
 
 
Photo de Xavier Delucq.

A (re)voir Nos Printemps 70 https://www.youtube.com/watch?v=MSedPc36HtM

Les années 80 ( HD ) https://www.youtube.com/watch?v=zcEPFgMIzNg



Pendant plusieurs semaines, StreetPress a plongé au cœur de la frange la plus radicale des manifestants contre la loi Travail : le Black Bloc ou « cortège de tête ». Quelques centaines d'hommes et de femmes en noir prêts à en découdre avec la police. Qui sont ces jeunes qui, pour lutter contre le capitalisme, préfèrent les marteaux et les cailloux aux slogans bon enfant et aux sandwichs-merguez des syndicats traditionnels ?
n
Extrait « Ils nous entourent afin de nous abriter des regards des flics pendant qu'on se change pour ne pas se faire choper. Ça aussi, c'est faire partie du Black Bloc et ça montre qu'opposer “bons” ou “mauvais” manifestants, c'est très binaire... »
 
 
Pour la jeune femme, une partie des manifestants se sont peu à peu solidarisés, sans participer activement à l'action :
 
 

« Ils nous protègent juste en s'habillant de la même façon. Ça nous permet de nous fondre dans la masse des anonymes. « Comme s'il s'agissait d'une violence totalement irrationnelle... En fait, on ne s'attaque qu'à des cibles économiques ou symboliques. Les banques, les assurances ou ce qui représente la violence de l'État par exemple. » Au bar, devant son coca, Ahmad dresse un bilan médical de ces deux mois de lutte :

« Les éclats de grenades dans les jambes, on les compte même plus ! Des éclats dans les couilles, parfois... et une dans le cul aussi. Ça fait bien mal ! »
 
 

Il grimace douloureusement. Selon lui, les policiers n'y vont pas avec le dos de la cuillère :

« Des manifestants ont pris des flash-ball dans la tête. Certains ont failli perdre un œil. Ça veut dire que les règlements ne sont pas respectés par la police. L'État laisse faire parce que ça permet de maintenir l'ordre par la peur. »»http://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestation...
 
LOI TRAVAIL 31/03/2016 • PARIS : ÉMEUTE, PLUIE, BLACK BLOCS
 
Pour ces militants, les mobilisations menées par les syndicats ont montré leurs limites : 
« Faire descendre des milliers de personnes dans la rue et faire grève, on voit que ça ne suffit plus à faire fléchir le gouvernement. Les syndicats reprennent les mêmes rengaines depuis quarante ans sans jamais rien changer. »

Les deux militants mettent l'ensemble des organisations « réformistes »dans le même sac que le gouvernement :

« L'enjeu dépasse largement la loi Travail. On ne veut pas défendre le système actuel contre ce projet de loi. C'est toute la société marchande dans laquelle on vit qu'on remet en cause. » 
Ils revendiquent des affinités idéologiques avec le Comité Invisivible, dont l'un de ses membres, Julien Coupat, a été mis en examen dans l'affaire de Tarnac. Coupat serait aussi l'un des principaux auteurs de L'insurrection qui vient, le manifeste best-seller de la mouvance. Mais leur « groupe d'affinité » – comme ils aiment à dire – est autant lié par l'amitié que par l'idéologie. Ils se retrouvent dans les soirées et les concerts qu'ils organisent ou pour un match de foot.

ans leur groupe, la plupart sont lycéens ou étudiants et il y a presque autant de femmes que d'hommes :
« Ceux qui disent que le Black Bloc c'est une affaire de testostérone disent n'importe quoi. C'est un mouvement où il y a pas mal de filles. Sur le pont d'Austerlitz, à un moment, c'était uniquement elles qui tenaient la banderole face aux flics... »
 
Au fil du mouvement social, le « cortège de tête » s'est étoffé. Tous ses membres ne participent pas activement aux actions coups de poing mais se déclarent solidaires. Ahmad commente l'incendie de la voiture de police, le 18 mai dernier :

« Stratégiquement, ce n'était pas forcément productif mais il n'est pas question de condamner. D'autant que les policiers n'ont jamais vraiment été en danger. »http://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestation...
 
 

es grenades de désencerclement et des lacrymogènes utilisés par les forces de l'ordre, près des ‪#‎invalides‬. ‪#‎LoiTravail‬ ‪#‎manif12mai‬, Lycéens, étudiants ‪#‎Debout‬,

réponse à M. Hazan - Évidemment, quand 60% des commissariats brûlent en quelques semaines,...Évidemment, quand 60% des commissariats brûlent en quelques semaines, certains policiers changent de camp. Par peur. Non pas par gentillesse.LUNDI.AM :

 

Force doit rester à la loi" assènent-ils ; "Ni loi ni travail" affirment nos banderoles. Même les policiers l'ont compris, la haine qu'on leur voue les rend faibles, et c'est bien à cela que nous aspirons, entre autre, en construisant un rapport de force.

"Pourquoi ne pas être intelligent ?" demandiez-vous. Pourquoi, effectivement, ne pas analyser un peu plus finement les contextes historiques, la situation invivable qui nous est faite, le rôle de la police et de toutes ses formes dans cette situation et la place de notre combat dans tout ça ? À la lumière de ces quelques lignes, en lieu et place de "tombez les casques, la police avec nous", je m'adresserai plutôt à tous les autres en leur disant : "mettez des casques, la police est à bout".https://lundi.am/Une-reponse-a-M-Hazan

Lycéens, étudiants #Debout, Nord Parisien Debout

 
 
son article.  Lycéen, ne passe pas ton Bac ! Avertissement à l’adresse des lycéennes et lycéens. N'attendez pas d'être sous contrat pour refuser d'être employés à votre enfermement. .. Afficher plus
 

AU CŒUR DU BLACK BLOC
Et la peur elle est à qui ?
Publié le 2 juin 2016  critique des mass-médias | armes de la police | violences policières | répression | manifestation | récit | nasses policières

via Paris Luttes InfoA Rennes, la police charge sur des manifestants en voiture, plusieurs blessés Une scène surréaliste rapportée par l'AFP : cet après-midi à Rennes, afin d'empêcher quelque 300 manifestants contre la loi travail de se rendre sur la…LIBERATION.FR
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu