Avertir le modérateur

24/09/2011

Les plus belles planques de la République

source Capital . "Révélation édifiante sur notre oligarchie Françcaise : "Malgré la crise et les déficits publics ( et du peuples et du krach du système capitaliste La crise a déjà détruit 13 millions d'emplois dans l'OCDE, Six pays mettent en péril l’aide européenne aux plus démunis – eractiv, Lancement de l'observatoire européen des inégalités, , La Hongrie met ses Roms au travail Selon l’opposition, ce programme ressemble aux programme des Nazis, Dernières nouvelles de la zone euro) , les favoris du pouvoir continuent à décrocher des jobs tranquilles et bien payés.

 

Un diplôme d’infirmière permet rarement de décrocher une sinécure. Sauf, bien sûr, quand on est une militante politique dévouée comme Isabelle Deleu. Cette femme dynamique de 48 ans, qui a débuté sa carrière au très chic Hôpital Américain de Neuilly, a été bombardée par décret, en avril dernier, «contrôleuse générale économique et financière de première classe», l’un des postes les plus convoités de la haute fonction publique, attribué à vie, et rémunéré 8000euros par mois.

Il est vrai que cette militante RPR depuis 1983 avait depuis longtemps abandonné sa blouse blanche et ses seringues pour être nommée chargée de mission auprès de Nicolas Sarkozy, alors secrétaire national à la jeunesse du parti. Devenue plus tard attachée de presse, puis conseillère parlementaire, Isabelle Deleu était ces derniers temps en poste au cabinet de Christine Lagarde, à Bercy. Son agenda est aujourd’hui nettement moins chargé: début juillet, elle ne s’était toujours pas installée dans son nouveau bureau et le standard indiquait ignorer sa date d’arrivée.

Bah! Cette chanceuse n’est pas la première à trouver refuge dans une planque de la République: voilà des lustres qu’amis et obligés du pouvoir se font offrir des jobs pas trop harassants et souvent très bien payés. Avec, en prime, la garantie de l’emploi et une retraite aux petits oignons. Dans un contexte de crise et de chasse aux déficits publics, ce favoritisme passe de plus en plus mal dans l’opinion, comme l’a montré l’affaire Ferry. Certes, en signant à tour de bras des décrets nommant ses protégés dans la haute fonction publique, Nicolas Sarkozy ne fait que perpétuer la pratique du «tour extérieur», largement répandue sous Mitterrand et Chirac. «Après tout, il est normal d’ouvrir les grands corps à d’autres profils que les énarques, commente le député socialiste René Dosière, grand pourfendeur des gaspillages de l’Etat. Mais encore faudrait-il que les personnalités choisies possèdent les compétences requises.»

Capital cite de nombreuxnoms comme Dominique Tiberi, « le fils de l’ancien maire de ¬Paris, a été catapulté contrôleur général économique et financier, comme notre infirmière » ou François Fillon, qui rêve de conquérir la mairie de Paris aux prochaines municipales, aurait ainsi voulu se ménager le soutien de Jean Tiberi ». ,l’élu UMP guyanais Léon Bertrand, ex-ministre du Tourisme sous la présidence Chirac , Jean Germain, actuel maire PS de Tours, n’a pondu que dix courtes lettres manuscrites et un mince rapport

Encore faudrait-il aussi que les emplois publics généreusement distribués ne soient pas fictifs. Agacé par de fréquentes dérives, Didier Migaud, le président de la Cour des comptes, n’a pas hésité à écrire à François Fillon, il y a quelques mois, pour s’interroger sur la réalité du travail fourni par deux inspecteurs généraux de l’Education nationale nommés au tour extérieur. En dix-huit ans,.

Quant à, il a attendu dix-huit mois pour se rendre à une réunion de travail de son corps d’inspection, en 2009. Il était temps: quelques jours plus tard, il était mis en examen pour «délit de favoritisme et corruption passive». Le coup de semonce de la Cour des comptes n’y changera sans doute rien: dans les allées du pouvoir, de multiples occasions permettent d’obtenir de belles planques.

Les premiers servis? Léon Bertrand, ont perdu leur job à la suite d’un remaniement. Conseillers obscurs mais dévoués de ministres en vue, ils sont des dizaines à obtenir le Graal: un poste de haut fonctionnaire, comme les vrais énarques. Benoît Parayre, titulaire d’un Deug de philosophie, a ainsi été nommé, en décembre dernier, inspecteur général de l’administration du développement durable, Roger Karoutchi, ex-secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement. « Quai d’Orsay doit régulièrement ouvrir aux recasés du pouvoir ses postes peu stratégiques, mais garantis sans soucis. Xavier Darcos, Rama Yade est aussi cité…

Faut-il toujours être un chouchou du pouvoir ou un petit soldat méritant des cabinets ministériels pour bénéficier de placards dorés? Même pas comme Jean-François Mattéi, Gilles Dufeigneux, l’ex-chef adjoint de cabinet de François Fillon à Matignon

 

1 | 2 | 3 |

 

Olivier Drouin

Le très confortable Conseil économique et social
Ce Conseil ne sert à rien, il faudrait le supprimer», fulmine le député UMP Hervé Mariton. Que les 233 membres de l’assemblée consultative se rassurent
: leur institution, rebaptisée en 2008 Conseil économique, social et environnemental (Cese), n’est pas près de disparaître. Non que nos gouvernants se passionnent pour les débats des représentants syndicaux, patronaux ou associatifs qui y somnolent. Mais parce que le Cese est bien pratique pour distribuer les récompenses: l’Elysée peut y nommer 40 amis tous les cinq ans au titre de «personnalités qualifiées». Parmi les heureux PQ (comme on les appelle au Palais d’Iéna) de la dernière fournée figurent ainsi quelques cas édifiants: Hervé Marseille, maire UMP de Meudon, récompensé pour avoir laissé sa place à Jean Sarkozy au conseil d’administration de l’Epad; Danièle Dussaussois, ex-élue des Hauts-de-Seine, remerciée pour avoir cédé sa place aux dernières cantonales à Isabelle Balkany (qui a été battue); ou encore l’ancien conseiller de l’Elysée Pierre Charon, reconduit pour cinq ans dans la noble institution bien qu’il y mette rarement les pieds. Pour leurs excellents services (quelques-uns y travaillent vraiment), tous perçoivent une indemnité de 3800euros brut par mois.

Conseil supérieur de l’audiovisuel : 10.000 euros net par mois
Christine Kelly : Auteur de l’hagiographie «François Fillon, le secret et l’ambition», l’ex-journaliste de LCI est devenue en 2009 membre du CSA pour une durée de six ans.
Francine Mariani : Epouse du patron de Dexia, proche de Sarkozy, cette énarque, nommée conseillère d’Etat au tour extérieur, a été choisie par le président pour siéger au CSA.


Contrôle général économique et financier : 8.000 euros net par mois
Isabelle Deleu : Cette conseillère de Christine Lagarde a eu de la chance
: trois mois avant le départ au FMI de l’ex-ministre, elle avait été nommée au tour extérieur dans un grand corps de l’Etat.
Dominique Tiberi : Malgré l’avis défavorable d’une commission d’évaluation, le conseiller municipal et fils de Jean Tiberi a été bombardé par décret contrôleur général de 1re classe.
Conseil d’Etat : 7.500 euros net par mois
Arno Klarsfeld : L’ex-avocat et conseiller à Matignon n’a jamais été un bourreau de travail. Nommé au Conseil d’Etat en octobre 2010, il n’y vient que par intermittence.
Inspection générale des affaires sociales : 6.500 euros net par mois
Fadela Amara : Non reconduite au gouvernement, l’ex-présidente de Ni putes ni soumises a été nommée par décret en janvier dans l’un des grands corps d’inspection de l’Etat.


Inspection générale de l’éducation nationale : 4.500 euros net par mois
Fabrice Larché : Ex-chef de cabinet de Valérie Pécresse à l’Enseignement supérieur, il a été nommé par décret en 2007 à l’aca-
démie de Paris. Une décision fustigée par la Cour des comptes.
Christophe Borgel : Cet élu socialiste bénéficiait d’un emploi de complaisance comme inspecteur de l’académie de Paris.
Il a pu régulariser sa situation en passant un simple oral.


Conseil économique et social : 3.800 euros brut par mois
Maud Fontenoy : Très appréciée de Sarkozy, la navigatrice avait décliné un poste au gouvernement en 2007. Mais,
entre deux voyages, elle ne refuse pas de venir siéger au Palais d’Iéna.
Pierre Charon : Renouvelé pour un mandat de cinq ans, l’ex-conseiller de Sarkozy est aussi président du domaine de Chambord et chargé de mission au Grand Paris.

A lire aussi Deux proches de Sarkozy inquiétés dans l'affaire Karachi, Jacques Servier et son groupe mis en examen pour le Mediator, Les laboratoires Servier sous pression économique , L'affaire Karachi se rapproche de Nicolas Sarkozy ,

Des milliers de collectivités touchées par des prêts toxiques - capital , face au chaos capitaliste organisons nous pour l'anarchie 1/5 : «  Quand l’ordre est l’injustice, le désordre est un début de justice 

 

18/08/2011

Warren Buffett, l'homme qui voulait payer plus d'impôts

Par Pierre Haski | Rue89 | 15/08/2011 

Changer mon statut sur 'Twitter'

Partager sur 'Facebook'

Partager sur 'del.icio.us'

Le milliardaire, qui paie relativement moins d'impôts que ses employés, appelle Obama à « arrêter de cajoler les riches ». hum, Bizarre. Surtout qu'il est en plein dans ce système que nous dénonçons. "Warren Buffett  soutient Goldman Sachs et son patron, "La réforme de Wall Street essuie un premier revers au Sénat " ( photo)  

warren buffett,société,économie,payer,plus d'impôts

Certains le traiteront d'hypocrite, d'autres de doux rêveur, certains penseront qu'il est en train d'acheter sa place au paradis… Warren Buffett, l'un des hommes les plus riches au monde, vient de prendre sa plume pour demander à… payer plus d'impôts.

Ce financier américain, qui fêtera dans quelques jours ses 81 ans et qui pèse au bas mot 50 milliards de dollars (34 milliards d'euros), a publié dans le New York Times une tribune pour se plaindre que ses impôts, et ceux de ses « amis super-riches » comme il les décrit lui-même, ne sont pas assez élevés alors que la classe moyenne et les plus pauvres souffrent des conséquences de la crise financière.

Il donne des chiffres : sa dernière feuille d'imposition fait apparaître qu'il a dû payer plus de six millions de dollars (4 millions d'euros) au Trésor américain. …. Avec ce résultat très paradoxal :

« C'est moins que ce que payent les vingt autres personnes de mon bureau. Leur imposition va de 33 à 41% de leurs revenus, avec une moyenne à 36%. »

Il ajoute ce commentaire qui en dit long sur la place de la finance dans le capitalisme d'aujourd'hui :

« Si vous faites de l'argent avec de l'argent, comme le font certains de mes amis super-riches, votre pourcentage pourra même être encore plus bas que le mien. Mais si vous gagnez votre vie avec un travail, votre pourcentage sera supérieur au mien, et sans doute de beaucoup. »

Il faut augmenter les impôts des plus riches

Une situation qui, selon lui, n'était pas le cas dans les années 80 et 90. Entre 1992 et 2008, alors que les revenus des 400 Américains les plus riches a décuplé, leur taux d'imposition moyen est passé de 29,2% à 21,5%.

Warren Buffett fait donc une proposition au Comité conjoint qui a été récemment décidé par Barack Obama et son opposition républicaine pour trouver des solutions au problème du déficit budgétaire : augmenter les impôts des plus riches.

Il suggère de ne pas toucher à l'imposition de 99,7% des contribuables américains, mais de n'augmenter les impôts que de ceux qui déclarent plus d'1 million de dollars de revenus par an, soit 236 883 personnes en 2009, et plus encore pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars par an, et qui étaient quand même 8 274 en 2009.

Sa conclusion :

« Mes amis et moi avons été cajolés pendant trop longtemps par un Congrès ami des millionnaires. Il est temps que notre gouvernement devienne sérieux sur le partage des sacrifices. »

Warren Buffett n'est pas qu'un riche excentrique. Il est l'un des gourous de la finance américaine, avec son fonds Berkshire Hathaway, dont le succès lui a valu le titre de « meilleur investisseur du XX° siècle ». Il est un des personnages emblématiques du capitalisme américain, dont les paroles et les conseils sont suivis aveuglément par les petits porteurs.

Le choix de la philanthropie

Depuis le début des années 80 et sa formidable réussite financière, réalisée à coups d'investissements judicieux, d'une bonne lecture du marché et d'audace récompensée, Warren Buffett est aussi un grand philanthrope, dans la grande tradition américaine.

Il y a un an, Warren Buffett s'était associé à Bill Gates, un de ses grands amis « super-riches » (Gates siège au conseil d'administration de Berkshire Hathaway), pour lancer une initiative sans précédent et sans équivalent au monde : ils ont lancé le « giving pledge » , un « engagement de don » par lequel qu'ils s'engagent à donner la moitié de leur fortune à des oeuvres humanitaires. Une quarantaine de milliardaires avaient signé ce « pledge », dont Marc Zuckerberg(Facebook), Larry Ellison(Oracle), ou encore le fondateur de CNN, Ted Turner.

Warren Buffett avait déjà promis 80% de sa propre fortune à la fondation de Bill et Melinda Gates, très active dans la lutte contre le sida et pour la vaccination dans le monde en développement.

La taxation des super-riches comme solution au déficit budgétaire ? Sans doute pas, comme le montrait, chiffres à l'appui, notre blogueur Jean Matouk lorsque la rumeur avait circulé que Bill Gates était « plus riche que l'Amérique »…

Mais la fin de cette injustice déjà choquante en période faste mais carrément inacceptable en temps de crise, du fait que les plus riches payent en pourcentage moins d'impôts que le reste de la population, et que le capital est moins impos que le travail, peut constituer une partie de la réponse, à côté des économies budgétaires et des mesures d'austérité qui sont en train d'être imposées un peu partout.

En France, le débat est d'abord politique

En France, le gouvernement se refuse à aller dans cette direction, se contentant de parler de l'élimination de certaines « niches fiscales », ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

A gauche, Martine Aubry a clairement annoncé la couleur, dans une tribune publiée vendredi dans Le Monde, qui va exactement dans le même sens que les remarques de Warren Buffett : « Les revenus du capital cesseront d'être moins taxés que ceux du travail. »

La candidate à la primaire socialiste s'est néanmoins attirée une attaque en règle de Valérie Pécresse, la ministre du budget, qui a accusé Martine Aubry de préparer des augmentations d'impôts, une antienne qu'on entendra sans doute beaucoup pendant la campagne.

Les super-riches, eux, se taisent. Peut-être que la différence entre les Etats-Unis et la France, c'est qu'ici, ce sont les politiques qui s'écharpent sur les impôts, tandis que de l'autre côté de l'Atlantique, les plus riches devancent l'appel et proposent de participer à l'effort collectif. Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnault) ? …

Photo : Warren Buffett entouré de pom pom girls de l'université du Nebraska en avril (Rick Wilking/Reuters)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

·         40 milliardaires américains prêts à donner la moitié de leur fortune

·         Warren Buffett change de tailleur, la bourse de Shanghai bondit

·         Marie-George et Warren Buffett, même combat ? par Mouloud Akkouche

·         Li Lu, de Tiananmen au sommet du capitalisme mondial

·         Non, Bill Gates n'est pas plus riche que les Etats-Unis !

Ailleurs sur le Web

·         Stop Coddling the Super-Rich, par Warren Buffett, sur nytimes.com (en anglais)

·         La fiche Wikipédia de Warren Buffett 

·         La liste des 20 super-riches américains, sur le washingtonpost.com

Commander sur Fnac.com

·         "Warren Buffett", par Hélène Constanty

"Warren Buffet et l'interprétation des états financiers"

10/08/2011

Cameron à l'épreuve du feu Un scénario pour le futur.

actualités,international,londres,birmingham,leeds,liverpool,pillages,saccages,crises« L'actualité de cette fin d'année 2010 et 2011  m'a inspiré ce montage, sur une célèbre chanson des Clash. La plupart des images ont été prises sur le site du Jura Libertaire http://juralibertaire.over-blog.com/ . Le texte est recopié ci-dessous. Si vous lui trouvez un intérêt, n'hésitez pas à le reprendre, à l'améliorer, pourquoi par à le traduire et à l'insérer dans un meilleur montageL'appel de Londres - youtube.com »

actualités,international,londres,birmingham,leeds,liverpool,pillages,saccages,crisesOu aussi Martin Luther King - I have a dream (vostfr)  « Le discours fut prononcé sur les marches du Lincoln Mémorial pendant la Marche vers Washington pour le travail et la liberté à Washington DC le 28 août 1963. Il illustre clairement le désir de voir dans le futur les Noirs et les Blancs coexister harmonieusement et vivre égaux. Ce message d'espoir est célèbre dans le monde entier, bien au-delà des frontières des États-Unis » Il est toujours autant universel, mais rien a changer

Ou encore : La droite vent des promesses et ne les tiens pas, la gauche vent de l'espoir et les brise" - citation de Coluche

Cela a été accentué par les casses sociales, amenant d’avantage de discrimination a l’embauche… et cela ne va pas s’arranger « A peu près pacifique depuis un an, la protestation monte outre-manche, alimentée par la cure d'austérité gouvernementale. Après quatre jour d'émeutes qui s'étendent et qui ont fait un mort, le Premier ministre David Cameron a annoncé mardi soir des renforts de police et la convocation d'une session extraordinaire du parlement jeudi. La tribune : «  Les dépenses sociales et les transferts aux collectivités locales sont particulièrement visés par ces coupes claires. Du coup, le climat social se tend de plus en plus. A l'automne dernier, ce sont les étudiants qui manifestaient en masse devant Westminster. Au printemps, par deux fois, les syndicats ont mobilisé dans la rue contre l'austérité, notamment contre la suppression d'emplois publics. Ils se préparent à protester cet automne contre la réforme des retraites. Le coup de feu de jeunes dans les quartiers défavorisés anglais est le dernier avatar de la protestation »

Emeutes londoniennes, épisode 2 - courrier international

Il y a vingt-cinq ans, le quartier londonien de Tottenham était ravagé par des émeutes similaires à celles de la nuit du samedi 6 août, relate The Independent. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Pas grand-chose, à en croire le quotidien, qui met en relief les problèmes économiques et sociaux du quartier

« Rien ne change, poursuit-il. Les politiques nous disent que ce n’est pas comme il y a vingt-cinq ans, mais en fait ça l’est. Ils n’étaient pas là à l’époque, moi si. Des promesses ont été faites mais sans résultat. Le quartier de Northumberland Park [non loin du théâtre des émeutes] est l’un des endroits les plus défavorisés de toute l’Europe, et cela fait des décennies que ça dure. Il y a énormément de chômage, peu de réussite scolaire, mais rien de tout cela n’est nouveau." "Dans quelques jours, les médias partiront et ce sont les habitants de Tottenham qui devront recoller les morceaux. »

à lire également  L’art de manifester ou pas - The Times, Entre un toit et un emploi, faut-il choisir ? - The Independent, De l’intérêt (ou non) d’appeler à la grève - The Observer,  Big Society, grand fiasco ? - Financial Times, L’insurrection qui vient… des étudiants - The Guardian, "Il faut déclarer l'état d'urgence" - The Daily Telegraph

Cela a été accentué par les casses sociales, amenant d’avantage de discrimination a l’embauche… « La crise de 1929 - 28 août 1963, 08 aout 2011 : Triste constat , Le pire n'est pas sûr, mais on ne regrette jamais d'y être préparé, (source jura libertaire),europeanrevolution : les places publiques , Forces et limites de la manifestation,Pourquoi l’insurrection des consciences ?

Les mouvements des indignés dans toute l’Europe est de trouver a mon sens des protestations constructive face a ces situations sociales, économiques, politiques en crise. Surtout que face aux contestations sociales croissantes et légitimes, les gouvernements se sont passé le mot d’ordre de durcir, d’aller vers un autoritarisme croissant

Disparaging youth is the order of the day in British politics.

 

 Recent welfare cuts in the UK have targeted benefits for youth [Getty Images]

Last updated: 27 Jun 2014 09:31

Over the past few years there has been a disturbing trend in the UK to pursue policies that discipline and punish youth. While the student protests of 2010 and the summer riots of 2011 should have been clear signs for the political class that they are failing to engage young people or meet their needs in any meaningful way, we are witnessing the exact opposite. The youth (age 17-35 also known as the Millennials or Generation Y) face underemployment, cuts in education spending, mandatory work programmes for those on benefits, and increasing competition for housing

The Clash - London Calling - YouTube :

Politicians are clearly cracking down on "feckless youth" just so they can satisfy the readers of The Daily Mail. After UKIP's surge in the EU elections, both Labour and the Conservatives tripped over themselves to appeal to


Une question qui est au coeur de l'actualité puisque plusieurs pays européens -- le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie -- ont décidé d'intégrer les revenus de la prostitution, la vente d'arme (  Des armes pour le monde Arte  , Ventes record ) et de la drogue dans le calcul du PIB.

 

Petite leçon d'Europe par Jean Gabin dans "Le président"

Des armes pour le monde Arte 2014 02 04 20 50 

Les autorités ont-elles encore une chance dans la lutte contre le trafic d'armes international ?
Diffusé sur Arte le mardi 4 février 2014 à 20:50 - Durée : 1 h 29 :
En dépit des contrôles, les zones de conflit sont inondées d'armes importées illégalement, notamment de l'Allemagne. Cette passionnante enquête nous mène du Mexique au Darfour en passant par la Bosnie-Herzégovine. Ventes record

 L'UE « Nobel de la guerre »: record de vente d'armes pour les pays de l'Union européenne en 2011

 

Discours de V sur la Justice et la Liberté :

Fight Club - YouTube : Pauvre De Nous (Documentaire ARTE

Opinion  : Is there a war waged against British youth? Yiannis Baboulias is a Greek investigative journalist. His work on politics, economics and the far-right has been featured in The New Statesman, Vice UK, Open Democracy, LRB and The Guardian

Related : Austerity hits Spain's young : After years of austerity, more than 55 half of young people are unemployed and 30 percent of children live in poverty. ( 22-May-2014 ) Europe's jobless youth crisis hits Croatia, Investing in, not arresting Kenyan youth, Who is behind Bosnia's riots?

Nous regardons la pauvreté s'amplifier, nous regardons les riches s'empiffrer... Sur la balance du monde, l'avenir est menacé par le poids de l'argent qui est le fléau de l'humanité... DESCREA

La pauvreté paraît bizarre aux riches. Ils ont du mal à comprendre pourquoi ceux qui ont faim ne sonnent pas pour qu'on leur serve le déjeuner. Walter Bagehot

Compromis sur les OGM

La démocratie c'est nous - YouTube :
La démocratie c'est nous - YouTube 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu