Avertir le modérateur

28/11/2012

Le chômage explose, le capitalisme en a besoin

 
précarité.jpg
 
Témoignage émouvant et poignant. Il est vraiment pas normal qu'un jeune comme André, 25 ans soit SDF. J'espère très sincèrement que ce jeune homme trouvera un toit. Quand j'ai vu le reportage hier soir, j'étais scandalisé et tellement en rage que ce jeune n'est pas un toit au dessus se sa tête. Bordeaux : le témoignage d'André, 25 ans, SDF et
 
 
Du côté des statistiques économiques, on ne peut pas dire que cela a été brillant. Les statistiques dévoilées en fin de semaine concernant la Zone Euro n’ont rien de réjouissant! Le taux de chômage global de l’ensemble des pays est ressorti à 11,6% en septembre contre 11,5% en août selon Eurostat. Parmi les très mauvais élèves, évidemment l’Espagne et la Grèce avec des taux très lourds de 25.8% et 25.1% respectivement. Sur ces deux pays, le chômage des jeunes dépasse même 50%! A l’opposé, l’Allemagne fait, sans surprise, partie des bons élèves, avec un taux de chômage de 5.4% tandis que l’Autriche est à 4.4%. Rappelons que la France est à plus de 11% (dans la moyenne). Cela confirme que la France peut être vu comme le meilleur des mauvais élèves ou comme le plus mauvais des bons élèves.Il y a quelques mois, on parlait de deux Zone Euro, un Euro Franc mené par la France et comprenant tous les mauvais, et un Euro Mark, mené par l'Allemagne et comprenant tous les bons. Aujourd'hui cette bi-zone n'est plus d'actualité. Mais ça pourrait revenir. Les chiffres sont donc importants à regarder.

Si on devait comparer les Etats-Unis, les derniers chiffres montrent une augmentation du chômage mais le taux de sans-emplois reste inférieur à 8%. Comparés à la Zone Euro, les USA seraient presque dans les bons élèves! "
 
crise 7.jpgLe chômage explose, le capitalisme en a besoin
 

Dès dimanche dernier, Michel Sapin, ministre du Travail, a déployé des efforts de communication pour préparer l’opinion : en, octobre 2012, les chiffres du chômage sont mauvais. Le nombre de chercheurs d’emploi a progressé de 1,5 %. Cela signifie que 45 400 personnes se sont inscrites à Pôle emploi en catégorie A, c’est-à-dire sans activité supplémentaire. Cette 18e progression consécutive porte à 3,1 millions le nombre de chômeurs en France métropolitaine et à 3,3 millions départements d’outre-mer compris. Sur un an, la hausse du chômage atteint 9,4 % sur l’ensemble des demandeurs d’emploi.

Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Comment cela se traduit dans la vie de chacune et de chacun ? Mon toujours affûté ami Gauche de Combat nous détaille aujourd’hui « 24 ans dans la vie d’un chômeur professionnel ». Coïncidence ? Je ne le crois pas. Comme lui, je ne laisserai jamais dire que les chercheurs d’emploi sont des fainéants. Les beaux discours sur la lutte pour l’emploi ont montré leur vacuité à l’intérieur du système politique capitaliste. Parce que ce système – qui n’a rien d’économique, si l’on croit encore que l’économie reste la régulation des échanges entre personnes – a besoin de produire des chômeurs pour accumuler de nouvelles richesses. Résultat : les licenciements économiques sont en hausse de 12,7 %.

J’en veux pour preuve l’exemple de PSA qui va détruire 8 000 emplois en France, 3 000 à Aulnay-sous-Bois, pour « améliorer » ses bénéfices. A Aulnay, puisque nous y sommes, la réalité confirme les analyses de l’Institut national de la statistiques et des études économiques (Insee) : le secteur du travail intérimaire est le premier à souffrir de la soit disant crise. En un an, selon la fédération patronale du secteur, l’emploi intérimaire est en recul de 15 % sur un an. Mais revenons aux licenciements économiques.

Notons que la hausse de 12,7 % déjà mentionnée ne prend pas en compte les licenciements annoncés à PSA ou à Sanofi. Prennent-ils en compte la suppression de 24 emplois aux Rotos 93 où, grâce à la lutte, les salariés ont au moins gagné le respect de leurs droits et un an de salaire plein ? La liste des plans sociaux en cours : Air France, Presstalis, Sodimedical, Petroplus… est longue comme un jour sans pain et mobilise mes amis du Front des Luttes jusqu’à l’épuisement. Le spectre de la fermeture plane aussi sur le site ArcelorMittal de Florange. Pourtant, nous, nous le savons, d’autres possibles existent. C’est ce que nous ferons valoir avec le Front de Gauche de la Seine-Saint-Denis samedi 1er décembre à la Bourse du Travail de Bobigny avec une matinée d’échanges sur le thème : « Une politique pour l’emploi, pas pour la finance ».

Téléchargez le tract d’invitation aux tables-rondes du 1er décembre.

Mais au fond, bon nombre d’entre-nous le savent déjà : pour en finir avec la hausse sans fin du chômage, nous ne pouvons plus nous contenter d’emplâtres sur une jambe de bois. Il faut admettre enfin que le capitalisme a besoin d’un nombre croissant de chercheurs d’emploi parce que cette hausse lui permet de mettre en place la rareté du travail et donc imposer des conditions drastiques pour que chacune et chacun y accède. C’est l’enjeu de la bataille souterraine que se livrent le Medef, gentiment appuyé par le gouvernement, et les organisations syndicales en ce moment. Il faut donc changer la donne. Revisiter les axiomes qui régissent la société française. En finir avec le mythe productiviste de la croissance qui déboucherait évidemment sur plus de richesses à redistribuer qu’importe que la paupérisation de la classe ouvrière soit absolue ou relative.

 

Voilà donc. Les nouveaux outils de la lutte contre la destruction d’emploi sont aussi à chercher dans la lutte pour un autre système politique qui allie nouvelles conditions de travail et nouvelles conditions de vie.

 
 En parlant de fiscalité, on ne peut pas dire que le gouvernement soit arrangeant pour les actionnaires. Cela dit, comme vous pourrez le lire,nous pouvons voir que l'Etat sert le Capital. A savoir une suppression de l'abattement des 40% sur les dividendes d'actions européennes. Cet abattement, que le précédent gouvernement avait parlé de supprimer, devrait donc être maintenu.
 
 
Citation :

"J'avais personnellement très peur depuis des années de François Hollande. Très peur car je le voyais bien arriver là où il est, grâce à ses qualités et à un facteur chance qui l'a toujours accompagné dans sa carrière, c'est évident. J'avais très peur car je l'imaginais très à gauche et mener une politique très à gauche.
Aujourd'hui, le voyant à l'ouvrage, je dois dire que mes craintes se sont estompées, pour l'économie en général (la politique menée est quasiment centriste) et pour les actionnaires en particulier. Pour ces derniers ce ne sera pas pire qu'avec Sarkozy, qui je le rappelle, a été le président le pire pour l'actionnariat individuel".
 

La peur du système actuel, que les mesures atteignent le stade ou les peuples ne pourront plus les supporter et « De mettre à feu et à sang son économie et sa paix sociale ? » cf le temps des sacrifices - indigné révolté, le temps des sacrifices - alterfinance

 

Une vidéo (entretien) quej'aime : Entretien avec Serge Halimi, journaliste au mensuel le Monde diplomatique, autour de son livre "Le grand bond en arrière" (Editions Fayard).
Comment est-on passé à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance ?
Emission France Inter "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, première diffusion le vendredi 2 juillet 2004.

 "Le Grand Bond en arrière

 

Le capital de Marx expliqué : Bien de militants s’inspirent des idées de Karl Marx, et considèrent que le combat entre les patrons et les salariés est permanent et inévitable. (…) . Vous pouvez lire en ligne Le Capital à http://le.capital.free.fr/

Le capitalisme ne peut pas, à long terme, résoudre le problème économique de fournir une vie humaine pour les masses… Cette proposition est la base de l’approche de classe du Marxisme.  Sans elle il n’y a pas d’approche de classe, et il ne peut pas y en avoir. Si ce n’est pas vrai alors il n’y a aucune raison de ne pas être simplement un bon réformiste.3

Socialisation des pertes et privatisation des profits - Alternatives ... : Avec les interventions publiques en vue de stopper la crise financière reviennent les critiques sur le thème de l’opposition entre socialisation des pertes et privatisation des profits : la puissance publique paierait les pertes liées à la crise, alors que les profits accumulés en période d’expansion iraient uniquement dans les poches des acteurs privés, ce qui serait injuste. Cette idée est profondément fausse et témoigne généralement d’une absence de réflexion au profit de condamnations morales faciles. privatisation des bénéfices et socialisation des pertes : citoyen actif, risque systémique et capital fictif - l'indigné

« Alors que jusqu'à présent, les pays de la Zone euro étaient en état de guerre larvaire, ils sont passés à celui de guerre froide depuis l'élection de François Hollande et surtout depuis le passage en force de l'Espagne et de l'Italie au sujet de l'aide directe du MES aux banques espagnoles ou le rachat d'obligations souveraines ».

Deux modèles néolibéraux s’opposent, celui de l'Europe du Sud et celui de l'Europe du Nord.

En échange de son aide et de son soutien financier, l'Allemagne essaie d'imposer des règles strictes de contrôle budgétaire des Etats de la Zone euro..

 Ce que craint l'Allemagne, c'est que cet afflux d'argent incite les pays bénéficiaires de l'aide à continuer à s'endetter et à dépenser trop. Et que ce comportement les empêche de rembourser un jour les prêts consentis. D'où cette volonté affirmée de contrôle et de refus d'une mutualisation des dettes européennes.

On pourrait ainsi définir en quelques traits, les deux modèles proposés par l'Europe :

Modèle allemand :
- Mise en place de règles budgétaires strictement contrôlées (Maastricht ou plus certainement une version revue) avec pénalités pour les Etats ne respectant ces règles
- Fédéralisme accru
- Pas de sauvetage automatique des pays en difficulté : l'accès à l'aide européenne conditionné à l'acceptation par le pays sauvé de mesures de rigueur
- Pas de mutualisation des dettes (euro-obligations)

Modèle du "Sud" :
- Assouplissement des règles budgétaires selon la situation de chaque pays
- Sauvetage de chaque membre de la Zone euro
- Pas ou peu d'ingérence de l'UE, du FMI ou de la BCE dans le budget du pays
- Mutualisation des dettes

Un autre modèle : le modèle américain.

Fédéralisme allemand...
Voici comment fonctionne le fédéralisme allemand – et vous allez constater que cela ne correspond pas vraiment au modèle qu'Angela Merkel souhaite imposer au reste de la Zone euro.

Chaque land (état) allemand est indépendant et gère son budget comme il l'entend. L'Etat fédéral allemand agit donc en garde-fou du système actuel. Surtout, l'Etat fédéral peut intervenir pour sauver un land menacé de faillite. C'est déjà arrivé deux fois depuis 1945. Un recours qui a encouragé certains Länder à s'endetter fortement.

Angela Merkel vient d'accepter le principe de "mutualisation" des dettes... pour ses Länder. En effet, chaque land emprunte à un taux différent sur les marchés obligataires – taux qui est de toute manière supérieur à celui auquel emprunte l'Etat fédéral.

Merkel a donc accepté que les Länder et l'Etat fédéral empruntent de manière commune, ce qui va permettre aux Länder d'emprunter moins cher.

« Pourquoi ce modèle n'est pas applicable à l'Europe ? Tout est dit, n'est-ce pas ? Car quelque soit leur (réelle par ailleurs) indépendance, les Länder peuvent tout de même être amenés à rendre des compte à l'Etat fédéral. Appliqué au niveau de la Zone euro, cela signifierait que les Etats membres doivent accepter plus de contrôle et de fédéralisme – ce qui est loin d'être gagné. Et surtout, parce que cette mutualisation réclamée à cors et à cris par l'Europe du Sud a été acceptée par Merkel en interne. Au niveau européen, la différence de taux entre l'Allemagne et l'Espagne ou la Grèce rend cette mutualisation beaucoup plus risquée et aléatoire. »

Autant pour le modèle allemand.

... vs.modèle américain
1841, le fédéralisme américain américain fonctionnait de manière assez semblable à l'actuel fédéralisme allemand. Si un état faisait faillite, l'Etat fédéral volait à son secours du système privé. Conclusion, les faillites se multipliaient.

Lassé de devoir en permanence renflouer les états, en 1841, l'Etat fédéral a décidé de changer les règles : chaque état est indépendant et responsable de son budget. S'il fait faillite... l'Etat fédéral ne volera pas à son secours.

Citation Charles Wyplosz : "Ce qui a suivi est un cas d'école sur l'importance des incitations. Quelques défauts ont eu lieu dans les années qui ont immédiatement suivi ce changement fondamental. Ensuite, tous les Etats (sauf un, le Vermont) ont adopté des règles constitutionnelles d'équilibre budgétaire strictes. Depuis 1850, il n'y a pas eu un seul défaut, si l'on exclut les Etats "renégats" du sud après la guerre civile. Certes, quelques parlements exploitent toutes les échappatoires légales possibles, mais la marge de manoeuvre est étroite et les déficits et les dettes restent faibles. Il n'est pas impossible que la Californie fasse défaut dans les mois qui viennent. Si cela se produit, ce sera un non-événement car sa dette publique représente 8% de son PIB. Une goutte d'eau au niveau des Etats-Unis".

Charles Wyplosz - Wikipédia : « Charles Wypłosz né en 1947 est un économiste et enseignant français.Ingénieur diplômé de l'École centrale Paris De 1978 à 1996, il est assistant, professeur d'économie puis doyen associé à l'INSEAD directeur d'étude à l'École des hautes études en sciences sociales. Il est depuis 1995 professeur d'économie à l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève.

 

Pour Charles Wyplosz, la principale erreur de la Zone euro a été l'abandon du principe de non-sauvetage des Etats ne respectant pas les règles. En rendant chaque état responsable de sa politique budgétaire, sans espoir de recours à une institution supranationale, la Zone euro inciterait certainement ses membres à respecter au maximum l'équilibre budgétaire. La principale limite du modèle américain est que si les états ont réussi à se maintenir dans les rails budgétaires, c'est très loin d'être le cas pour l'Etat fédéral, dont la dette totale dépasse les 17 000 milliards de dollars.

Que conclure de tout cela ?
L’énième sommet européen vient de se terminer révélant d’avantage : L'industrie de la finance n'est plus une perversion du système, elle est le système : Les néolibéraux essaye de sauver le système, en faisant retomber les causes de la dettes sur l’état providence et les dépenses sociales. Le principal l’écueil de la Zone euro pour les néolibéraux est, pour le moment, la critique de l’'absence (de réussite) de volonté politique commune. C'est ce qu'expliquait hier Wolfgang Münchau dans le Financial Times, en prenant comme exemple l'union bancaire. Citation :

- Les membres de la Zone euro sont parvenus à se mettre d'accord sur la nécessité de mettre en place une union bancaire capable à la fois d'assurer en commun les dépôts et donc de rassurer les marchés, les investisseurs et les déposants, et de contrôler les banques européennes.

- L'Allemagne insiste pour le préalable à cette union bancaire soit la mise en place d'une "union politique".

- Or, cette union politique est loin d'être acquise. "François Hollande a été clair : il n'y a "pas besoin en ce moment d'un 'Monsieur Euro'", avec des pouvoirs renforcés à la tête de l'Eurogroupe, pour remplacer Jean-Claude Juncker. "Nous sommes tous mobilisés pour préserver, conforter, renforcer l'euro. Nous aurons tous une bonne solution une fois que M. Juncker aura terminé son mandat, une solution franco-allemande", a expliqué le président français en marge des cérémonies commémorant les 50 ans de la réconciliation franco-allemande", nous apprenait Le Monde hier.

Mon constat : Un éclatement de la Zone euro coûterait extrêmement cher au système actuel. Elle ne peut pas non plus aller de l'avant par plus d'intégration et de fédéralisme est loin d'être une idée populaire.

 

Charles Wyplosz , comme Alain Bauer, Xavier Rafer ( Alias Christian de Bourgain a officiait dans l’élite européenne et c’est présenté en 1971 dans le IX sous Ordre nouveau et la même année, il est recruter par George Albertini sous la bannière ordre nouveau Albertini fut un acteur zélé sous vichy ( second de Marcel Deat), Raymond Marcelin ( a géré le ministère de l’intérieur à l’époque) et celui de l’intérieur pour Michel Debré ( tous deux passionné de contre subversion), farouchement engagés dans la lutte contre « le communisme international ». On y retrouve aussi Alain Madelin. Xavier Rafer a participé a la fondation de l’ordre nouveau, financé par le grand patronat industriel et devient un conseiller très influent et de Jacques Chirac

 

IHS ( Institut d'histoire sociale - Wikipédia a été formé, a rémunéré Xavier Rafer a travers de grand groupe comme Peugeot, Air Liquide, Pechiney et Aérospatial  Il est plus simple d’attaquer «  l’état providence » (au passage détricoter depuis plus de 30 ans), que de remettre en cause le système qui les nourrit : Dans « La crise » économique a effacé « vingt ans de progrès » - Citoyenactif, Les paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale : « Si le sujet des paradis fiscaux vous intéresse, vous ne pouvez pas passer à côté de ce livre. Publié l'an dernier en anglais, voici déjà la version ... », La dette odieuse. Les leçons de la crise grecque « A qui la faute de la crise grecque ? Pour Jason Manolopoulos, d'abord à l'euro. Dénonçant " l'aveuglement collectif " des dirigeants européens », ..., Les dessous du triple A. Agences de notation : récit de l'intérieur : « Même si l'un des auteurs travaille dans une agence de notation et se dissimule ... »

 

Le capitalisme est protéiforme La grande transformation du capitalisme japonais « : Bien que paru à la toute fin de l'année passée, cet ouvrage ne fait pas la moindre allusion à la catastrophe de Fukushima. On n'en tiendra pas pour autant grief ... ».

En cherchant dans le moteur de recherche Google les mots clés : la chute du système capitalisme, "Le capitalisme touche à sa fin" : La concentration dans les médias en France (OFM), La Grèce confrontée à l'austérité : les Lettons y sont passés aussi – AFP, La dette odieuse. Les leçons de la crise grecque

A qui la faute de la crise grecque ? Pour Jason Manolopoulos, d'abord à l'euro. Dénonçant " l'aveuglement collectif " des dirigeants européens, ...Les dessous du triple A. Agences de notation : récit de l'intérieur : Même si l'un des auteurs travaille dans une agence de notation et se dissimule ...

 



Bonus vidéo : Client « It’s Not Over » :

Le chomage a une histoire - YouTube :

A lire aussi :

Le chômage explose, le capitalisme en a besoin - l'indigné révolté,

 

26/10/2012

C'est les Grecs qu'on assassine....

Espagne: 40 mds € pour les banques avec Reuters

L'Espagne ne va tirer qu'à hauteur de 60 milliards d'euros sur la ligne de crédit de l00 milliards décidée en juin par ses partenaires européen afin de recapitaliser les banques en difficulté du pays, mais le gouvernement prévoit toujours de n'injecter que 40 milliards d'euros, selon l'ébauche d'un amendement 

 

grece,les grecs,emploisLe Monde délocalise son impression - AFP : journal Le Monde a lancé aujourd'hui son impression sur les rotatives de la Dépêche du Midi à Toulouse, une délocalisation appelée à s'étendre à d'autres villes, permettant aux lecteurs de province de trouver leur journal en kiosque en même temps que les Parisiens. Cette délocalisation permmettra de faire des économies de transport à partir de la région parisienne : "Notre camion faisait 440.000 kilomètres par an pour livrer le grand Sud-Ouest", a dit M. Izraelewicz, qui compte aussi sur une présence plus fiable en kiosque.

 

L'industrie automobile belge a reçu un coup de massue hier avec l'annonce par Ford de la fermeture fin 2014 de son usine de Genk, qui emploie 4.300 personnes

 

 

 

 

Photo

 

 

Espagne : 'El Pais' va licencier un tiers de ses effectifs - Yahoo ...

 

Dow Chemical va supprimer 2.400 emplois et fermer 20 sites - Capital

 

 

Pendant que Rajoy tape tous les jours plus sur les plus pauvres..... : Le NEW YORK TIME révèle les grands fraudeurs espagnols.

 " Les capitalistes ont peur d'ou la repression!"

En Europe, un "usage excessif de la force

 

 grece,les grecs,emplois

Suicides : le document qui accuse France Telecom

Révélation : un document interne d'une rare brutalité annonçait dès 2006 la vague de suicides.

 

20 octobre 2006. Devant des cadres supérieurs, Didier Lombard et les dirigeants de France Télécom annoncent l'accélération de la restructuration de l'entreprise. Mediapart et Santé & Travail s'en sont procuré le compte-rendu. Les propos sont crus, brutaux, martiaux parfois. Relire ce document trois ans et 34 suicides plus tard fait frémir : la tragédie est annoncée...

grece,les grecs,emploisC'est les Grecs qu'on assassine.... | Les moutons enragés

Pour avoir écouté l’émission, je ne peux que vous suggérer d’en faire autant. Mr Nobel doit se retourner dans sa tombe lui qui voulait récompenser les méritants!……Cette Europe est un fiasco total, aucune harmonisation, rien qui puisse contrer les appétits gargantuesques de ces NON-ELUS de Bruxelles, vendus à la finance et aux multinationales. Aujourd’hui les Grecs, demain l’Espagne et l’Italie et, après demain?, ne nous leurrons pas, ces incompétents qui nous gouvernent, du haut de leur amateurisme, ne sont pas pour le peuple Français ou pour la France, ils ne font que suivre la ligne imposée par les technocrates destructeurs de Bruxelles! Les peuples sont anesthésiés, on ajoute des lois aux lois, on interdit, on taxe, on presse tout le monde comme des citrons, on détruit le tissu social, il serait grand temps de se réveiller car ce qui se profile à l’horizon, ne laisse pas espérer la relance et la croissance promise, bien au contraire….Nous en sommes à trois millions de chômeurs  officiels.

 

 

Comment rester vivant? Le témoignage de nos frères grecs

Lorsque Nadine, une amie militante, nous a envoyé le lien de l’émission de radio “la en souffrance” diffusée sur France Inter, on n’avait pas très envie de l’écouter A gauche pour de vrai! 53 minutes c’est long. Surtout, nous ne voulions pas entendre ce que nous savions insupportable.

Lorsque Barbara, au marché, entre deux tracts tendus aux passants, nous a convaincu malgré tout de tendre l’oreille en direction de ces témoignages grecs, nous ne nous doutions pas un instant de ce que nous allions écouter.

Surtout, nous n’imaginions pas que notre émotion serait telle que, nous le reconnaissons, nous l’avouons, notre gorge étoufferait, nos oreilles supplieraient pour stopper l’écoute, nos yeux s’empliraient de ce liquide qui quelques fois annonce la joie, mais qui là allait révéler une profonde tristesse, une incroyable révolte aussi.

Témoigner, absolument, sans fausse pudeur mais sans étalage aussi. Simplement, sobrement, pour de vrai. Et dire, naturellement, sans retenu mais sans exubérance qu’avec l' la  seule question, l’unique question qui habite chaque Grec désormais est désarmante: COMMENT RESTER VIVANT?

Comme cette cadre, dès la 2eme minute, à qui on demande de passer ouvrière pour ne pas perdre son job, tout en poursuivant son de  cadre. Elle ne gagnera plus alors ses 1300 €, elle ne touchera plus que 740€………..

[...]  

Puis, de la 12eme à la 18 eme minute, la journaliste énumère toutes les “réformes” de l’austérité. Gel des salaires dans la fonction publique, puis baisse des salaires. Loi instaurant la baisse des salaires dans le secteur privé, qui d’habitude déteste la loi. Non remplacement de 4 fonctionnaires sur 5. Augmentation de la durée de cotisation et relèvement de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Les accords d’entreprises prévalent sur les conventions collectives, puis gel brutal des conventions collectives. Le seuil de non imposition passe de 12000 à 8000 € puis à 5000 € par an. Démarre une vague de privatisation d’entreprises publiques. Mise au chômage “technique” de 45 000 fonctionnaires. Création d’une grille de salaire unique. Baisse de 32% des salaires des moins de 25 ans. Arrêt des hausses de salaire basées sur l’ancienneté. Baisse de 15% des retraites complémentaires. Suppression de 150 000 postes de fonctionnaires d’ici 2015. Baisse des allocations familiales. Mais cela ne suffit pas. L’Union Européenne suggère que les Grecs passe de la semaine de 5 jours à la semaine de 6 jours de travail. Le FMI et la BCE suggèrent quant à eux une loi pour faciliter les licenciements et réduire les indemnités chômage. Cinq longues minutes, cinq énormes minutes nécessaires pour égrainer toutes les attaques, toutes les agressions, toutes les tentatives d’assassinat. Alors, la question de départ “COMMENT RESTER VIVANT”? prend son sens véritable et les larmes que nous avions contenus jusque là sortiront finalement à l’écoute des témoignages suivants.

Comme cette Française, habitante du Péloponnèse depuis plus de vingt ans, qui explique, à la 19eme minute, sobrement, pudiquement, sans colère, sans haine, comment son beau père en quête d’une transfusion de plaquettes pour combattre sa leucémie, sera perfusé dans un couloir d’un hôpital qui n’a plus les moyens d’avoir une chambre stérile. Comment cet hôpital demande alors à la famille d’acheter le matériel de perfusion car il n’en a plus. Comment il a fallu se battre pour que le dernier souffle de cet homme ne soit pas poussé dans ce couloir bondé mais dans une chambre moins surpeuplée. Et elle conclut, presque poliment “visiblement, le social n’est pas le souci premier de la politique de la ”………..[...]

Mais cessons là la retranscription de ces témoignages. L’émission existe. A vous maintenant l’écouter. . Et soyez prévenus. Le principal obstacle ne sera pas la petite heure que dure l’émission. Mais bien plus ces récits de vie qui chaque jour posent cette incroyable question au coeur d’une Europe prix Nobel de la paix: COMMENT RESTER VIVANT?

Magnifique article de Sydne93 reproduit intégralement depuis A gauche pour de vrai (22)

Lire l’article en entier

Source Le blogapares.com

A lire dessus :

Quelles leçons en tirer ! : « Aider la Grèce » ? (Le Monde diplomatique)), Equation néolibérale : , La faillite de la Grèce... : Garde fous du néolibéralisme , Le cercle vicieux , Sur le toboggan de la crise... , Frédéric Lordon : le commencement de la fin , Le retour de l'Histoire , La faillite de la Grèce repoussée au 20 mars II ?, Quels leçons tirés de "la crise"!

L'art D'ignorer les Pauvres , L’enjeu des retraites

, Aujourd'hui, PETITE HISTOIRE DE LA PRECARITE., Ces chômeurs qui travaillent cinq jours «gratuitement», Mario Draghi ou le pompier... , L'Europe à l'heure du choix , ».Hollande et le changement! , La Grèce et néolibéralisme, La dette ou la vie ! , L'Europe au bord du suicide ! , Stagiaires à vie | Quel... , Le problème des CDS , Etat Actuel de la société , Le circuit financier , Le paradoxe de l’austérité :

Les indignés et plus  : 2011, année de la colère (... , [reseau] Témoignage à Athènes , LA GRÈCE, BERCEAU D'UN... ,La route des indignés d'Europe , La démocratie sans nous , travail sur la dette en Espagne, Espagne : Huelga general,... , Appel VIA22,

Notre système politique et gouvernemental est un obstacle pour le progrès de l’humanité., Communiqué de presse : Démocratie réelle, maintenant !

En savoir plus :  economie de marché, capitalisme, spéculation, lobbies, interview, crise, dettes, economie de marché, capitalisme, spéculation, lobbies, mario monti, mario draghi, économie, finance, politique, société, goldman sachs, hedge funds

10/10/2012

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook )

 

Hollande, les banques françaises et la dette grecque

  " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Hollande et le changement!: Les espoirs  de voir les promesses  de François Hollande s'éloigne de jour en jour cf "Coup de pouce" de la gauche molle , Hollande et le changement!- Citizen Khane, Programmes électorales. Jean-Marc Ayrault peaufine son "grand oral" de la rigueur : Ajoutez le vôtre ! La BCE : polique monétaire  : les promesses de hollande ( Google)  

 

 

».hollande et le changement,françois hollande,economie,poitique,société

 

 

 Modèle Japonais généralisé :   " Modèle Allemand" :  Globalia de Jean Christophe Ruffin

 Faute de consommateurs, misons sur l'entrepreneur...
Une monnaie forte, une précarité assumé et généralisé avant tout
L'entreprise allemande doit partager une maigre partie des fruits de sa réussite avec sa communauté

 

 

Le gouvernement socialiste éventuellement élu se mette au travail et prenne ses premières mesures, qui resteront dans la continuité de la vision social démocrate et mitérrandienne cf Hollande et le patronat 

C'est le jour du vote du TSCG à l'Assemblée, des députés UMP et PS néolibéraux ont choisi de voter l'austérité, la récession et les politiques de suppression des acquis sociaux et de solidarité qui plongent les peuples dans la misère et la mort.

 

Voici la liste intégrale, toute chaude des députés qui ont voté pour,contre ou se sont abstenus  : La liste intégrale des 477 députés pour et 70 contre le traité européen - Lelab Europe1 : députés PS qui ont voté contre le TSCG : M. Pouria Amirshahi, Mme Marie-Françoise Bechtel, M. Jean-Pierre Blazy, Mmes Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, MM. Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Mme Linda Gourjade, MM. Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Mat...Voir plus  Traîtres ! » Plume de presse

 

Le bout de la logique :

 
Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux


" Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
Ces marges sont trop ridicule
Et tout ces couts... impots.... salaires
Il faut réduire tout cela

Mais..heu Mister président... les salaires

Quoi les salaires
Supprimer les salaires et virer tout le monde
Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

M'en fout, trouvez une solution
Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent"

Cf réf : La bande a Bauer et l'idéologie sécuritaire
La révolutions technologique pour pousser le bout de la logique
Et dernièrement la déflation, staflation et précarisation lié a la baisse des profits aux niveaux mondiales

Les 30 patrons trop bien payés
Source : Capital
08/08/2012 à 16:43 / Mis à jour le 08/08/2012 à 16:53
Accueil du dossier
• Les salaires des dirigeants
• Les dividendes des gros actionnaires

  !

Délits d'initiés , évasion fiscale et capitalisme

 

 
Mardi 9 octobre, une journée particulière...
Le mercredi 10 octobre 2012
 
 
 
Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l'auto, plus d'un millier d'ouvriers de l'industrie automobile - les "PSA" d'Aulnay, les "Ford" de Blanquefort, les "Renault" de Flins, les "General Motors" en Alsace, mais aussi les "Volkswagen" - font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d'eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le climat est plus que tendu. Inédit.


 
Pour mémoire, des salariés en colère s'étaient déjà massés devant les grilles du Salon de l'auto en 2008 sous le mot d'ordre "Tous au Mondial de l'Auto" puis en 2010 sous la bannière "Mondial de l'automobile : épisode II". Ils avaient pu y entrer, ce qui n'a pas été le cas cette fois-ci...; la solidarité et les convergences des luttes avec les salariés grecs, portugais, espagnols...


 
Un reportage d'Anaëlle Verzaux, de Sarah Lefèvre, Gaylord Van Wymeersch et d'Antoine Chao.
 
 
Programmation musicale :
  La Molex, par Les Grandes bouches 
 
 
3 e tour social I : Sur ce, je vous souhaite une très bonne semaine, que les déçus du front de Gauche, du NPA, et d’EELV ayant remplis leur devoir de «  vote » et déçu par celui-ci rejoignent le troisième tour social. AL d'avril est en vente (mais pas en kiosque)  Fronts anticapitalistes : Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

 

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

Cette année dans les secteurs industriels et tertiaires (PSA supprime 8000 emplois, air France veut supprimer 5122 emplois, carrefour pourrait supprimer 600 a 1000 emplois administratifs…) une centaine de milliers de CDI non renouvelé. Et nous oublions souvent les emplois qui disparaissent des PME et TPME.

 

La fermeture de PSA nous pend au nez

 

Dans le cadre du site d’Aulnay-Sous-Bois, l’usine une fois fermée génèrera un «  manque a gagner » qui touchera durement l’économie locale et pas seulement les entreprises de sous-traitantes de l’usine, mais les commerces, les services, etc….

 

Tout cela pour les sales gueules des capitalistes (propriétaires d’usines, d’entreprises, de terrains, de logements, etc.), qui pour maintenir leur profits, sont prêtes aujourd’hui a jeter qui gens d’hier se sont crevés au travail pour eux. Pour la survie du système qu’ils savent qu’ils ne sauveront pas, comme le prouve l’arrêt des subventions sur les usines métallurgiques, la sidérurgie et mine d’extraction de fer (grève de plus de plus de 8000 mineurs de plus de 40 mines de charbon dans le nord de l’Espagne, suite à la réduction de 64% des subventions, d’arcelor Mittal à annoncé, au cours d’un comité centrale d’entreprise, la fermeture définitive des deux hauts Fourneaux de Florange, etc….).

 

Biotech : c'est l'explosion en Europe et aux Etats-Unis !
Alors que le troisième trimestre vient de clôturer, les performances de certaines biotech ont de quoi laisser les investisseurs rêveurs. On trouve même des sociétés qui ont vu leurs cours multiplié par plus de 10 en moins de trois mois. Certes, le risque est présent dans ce secteur. Mais c'est aussi un excellent moyen pour dynamiser son portefeuille puisque dans son ensemble, le secteur procure des performances supérieures à +50% en Europe et aux Etats-Unis. C'est quatre à cinq fois mieux que pour les indices de références. Aussi, certaines biotech françaises disposant d'une faible valorisation et d'un newsflow favorable pourraient bien tirer leur épingle du jeu pour le quatrième trimestre.
Cf 
World Compagny : la fin de la crise?

 

 

PSA : c’est l’arbre qui cache la forêt

 

Que font les centrales syndicales ? Elles proposent une négociation avec le gouvernement sur le contrat de travail afin de sécuriser les situations personnelles des salarié-e-s. Elles ne s’opposent pas aux licenciements de masse, mais souhaitent les aménager. Elles organisent des grèves de secteurs et des journées d’action isolées alors que nous sommes tous concerné-e-s par les conséquences de la crise du capitalisme. Elles soutiennent «  l’industrie » et « les emplois » mais sans remettre en question les cadences, les risques pour la santé, les conditions de travail et de vie que nous sommes contraint-e-s d’accepter, parce que « l’industrie » vaut beaucoup plus que nous, que notre temps libre, que nos vie.

 

L’autogestion, ca fait mal ?

 

Personne ne nous parle du fait qu’une usine peut tourner sans patron-ne, que les ouvriers peuvent très bien organiser le travail et la production en fonction des besoins et non de l’offre et de la demande, en prenant des décisions collectivement.

 

C’est ce que font les ouvrier-es de Zenon en argentine en 2001, leur patron s’était barré de l’usine de céramique  parce que la revente lui rapportait plus que son activité. Alors évidemment, ils et elles dépendent toujours des matières premières achetées et de la vente de leurs produits et services aux prix du marché, mais c’est un premier pas vers la réappropriation de leur mode de subsistance.

 

Ce n’est que par l’action directe, l’autogestion,

L’entraide et la solidarité de classe

Que les exploité-es de tous les

Secteurs pourront s’extraire

Du système capitaliste

Et de l’état, son

Principale protecteur

 

Autogestion - Wikipédia :

Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos « soi-même » et du latin gestĭo, « gérer ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.
Cette définition peut s'appliquer, par exemple, en
France à un grand nombre d'associations.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. Ses postulats sont :

·         la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,

·         la transparence et la légitimité des décisions,

·         la non appropriation par certains des richesses produites par lacollectivité,

·         l'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant.

Cette conception se construit en général explicitement contre des pratiques qualifiées de hiérarchiques, autoritaires, verticales, contre des formes de dépossession que constitueraient certains modes d'organisation. En d'autres termes, ce type d'autogestion permettrait une réappropriation d'une forme d'organisation collective.
Par ailleurs, cette définition permet des pratiques d'autogestion qui ne se limitent pas au seul champ économique

 

Ils en parlent :

 

Reportage sur l'autogestion ( google)

Histoires de guerrillas au mexique - Vidéo Dailymotion

UtopLib - Utopies libertaires: LIP : reportage TV de 1973 : 1973. Fabrique horlogèreLIP(Palente, Franche-Comté). Annonce de la liquidation de l'entreprise. Les ouvrier(e)s reprennent la production à leur compte. Expérience d'autogestion. La télévision française est allée enquêter et a donné la parole aux intéressés. Vingt minutes d'histoire

TagTélé - Aprés la crise ; l'autogestion (vostfr)

Source Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue ! – anarkia : « Bienvenue dans Anarkia. Mon blog a pour but d’expliquer la crise permanente » du capitalisme, ces dérives, les enjeux d’hier et de demain »

 

Grèce : Plusieurs milliers de manifestants se sont a nouveau regroupé devant le parlement
Αthens, right now
 
une photo de Actualutte - l'information insoumise et révoltée.
Grèce : Plusieurs milliers de manifestants dans les rues alors que l'avion d'Angela Merkel vient d'atterrir à l'aéroport.
‎#GRECE : 13h15. Live sur http://actualutte.com/live-le-merkel-day-9ogr/
#greece #greekrevolution #globalrevolution  

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu