Avertir le modérateur

10/10/2012

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook )

 

Hollande, les banques françaises et la dette grecque

  " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Hollande et le changement!: Les espoirs  de voir les promesses  de François Hollande s'éloigne de jour en jour cf "Coup de pouce" de la gauche molle , Hollande et le changement!- Citizen Khane, Programmes électorales. Jean-Marc Ayrault peaufine son "grand oral" de la rigueur : Ajoutez le vôtre ! La BCE : polique monétaire  : les promesses de hollande ( Google)  

 

 

».hollande et le changement,françois hollande,economie,poitique,société

 

 

 Modèle Japonais généralisé :   " Modèle Allemand" :  Globalia de Jean Christophe Ruffin

 Faute de consommateurs, misons sur l'entrepreneur...
Une monnaie forte, une précarité assumé et généralisé avant tout
L'entreprise allemande doit partager une maigre partie des fruits de sa réussite avec sa communauté

 

 

Le gouvernement socialiste éventuellement élu se mette au travail et prenne ses premières mesures, qui resteront dans la continuité de la vision social démocrate et mitérrandienne cf Hollande et le patronat 

C'est le jour du vote du TSCG à l'Assemblée, des députés UMP et PS néolibéraux ont choisi de voter l'austérité, la récession et les politiques de suppression des acquis sociaux et de solidarité qui plongent les peuples dans la misère et la mort.

 

Voici la liste intégrale, toute chaude des députés qui ont voté pour,contre ou se sont abstenus  : La liste intégrale des 477 députés pour et 70 contre le traité européen - Lelab Europe1 : députés PS qui ont voté contre le TSCG : M. Pouria Amirshahi, Mme Marie-Françoise Bechtel, M. Jean-Pierre Blazy, Mmes Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, MM. Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Mme Linda Gourjade, MM. Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Mat...Voir plus  Traîtres ! » Plume de presse

 

Le bout de la logique :

 
Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux


" Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
Ces marges sont trop ridicule
Et tout ces couts... impots.... salaires
Il faut réduire tout cela

Mais..heu Mister président... les salaires

Quoi les salaires
Supprimer les salaires et virer tout le monde
Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

M'en fout, trouvez une solution
Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent"

Cf réf : La bande a Bauer et l'idéologie sécuritaire
La révolutions technologique pour pousser le bout de la logique
Et dernièrement la déflation, staflation et précarisation lié a la baisse des profits aux niveaux mondiales

Les 30 patrons trop bien payés
Source : Capital
08/08/2012 à 16:43 / Mis à jour le 08/08/2012 à 16:53
Accueil du dossier
• Les salaires des dirigeants
• Les dividendes des gros actionnaires

  !

Délits d'initiés , évasion fiscale et capitalisme

 

 
Mardi 9 octobre, une journée particulière...
Le mercredi 10 octobre 2012
 
 
 
Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l'auto, plus d'un millier d'ouvriers de l'industrie automobile - les "PSA" d'Aulnay, les "Ford" de Blanquefort, les "Renault" de Flins, les "General Motors" en Alsace, mais aussi les "Volkswagen" - font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d'eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le climat est plus que tendu. Inédit.


 
Pour mémoire, des salariés en colère s'étaient déjà massés devant les grilles du Salon de l'auto en 2008 sous le mot d'ordre "Tous au Mondial de l'Auto" puis en 2010 sous la bannière "Mondial de l'automobile : épisode II". Ils avaient pu y entrer, ce qui n'a pas été le cas cette fois-ci...; la solidarité et les convergences des luttes avec les salariés grecs, portugais, espagnols...


 
Un reportage d'Anaëlle Verzaux, de Sarah Lefèvre, Gaylord Van Wymeersch et d'Antoine Chao.
 
 
Programmation musicale :
  La Molex, par Les Grandes bouches 
 
 
3 e tour social I : Sur ce, je vous souhaite une très bonne semaine, que les déçus du front de Gauche, du NPA, et d’EELV ayant remplis leur devoir de «  vote » et déçu par celui-ci rejoignent le troisième tour social. AL d'avril est en vente (mais pas en kiosque)  Fronts anticapitalistes : Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

 

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

Cette année dans les secteurs industriels et tertiaires (PSA supprime 8000 emplois, air France veut supprimer 5122 emplois, carrefour pourrait supprimer 600 a 1000 emplois administratifs…) une centaine de milliers de CDI non renouvelé. Et nous oublions souvent les emplois qui disparaissent des PME et TPME.

 

La fermeture de PSA nous pend au nez

 

Dans le cadre du site d’Aulnay-Sous-Bois, l’usine une fois fermée génèrera un «  manque a gagner » qui touchera durement l’économie locale et pas seulement les entreprises de sous-traitantes de l’usine, mais les commerces, les services, etc….

 

Tout cela pour les sales gueules des capitalistes (propriétaires d’usines, d’entreprises, de terrains, de logements, etc.), qui pour maintenir leur profits, sont prêtes aujourd’hui a jeter qui gens d’hier se sont crevés au travail pour eux. Pour la survie du système qu’ils savent qu’ils ne sauveront pas, comme le prouve l’arrêt des subventions sur les usines métallurgiques, la sidérurgie et mine d’extraction de fer (grève de plus de plus de 8000 mineurs de plus de 40 mines de charbon dans le nord de l’Espagne, suite à la réduction de 64% des subventions, d’arcelor Mittal à annoncé, au cours d’un comité centrale d’entreprise, la fermeture définitive des deux hauts Fourneaux de Florange, etc….).

 

Biotech : c'est l'explosion en Europe et aux Etats-Unis !
Alors que le troisième trimestre vient de clôturer, les performances de certaines biotech ont de quoi laisser les investisseurs rêveurs. On trouve même des sociétés qui ont vu leurs cours multiplié par plus de 10 en moins de trois mois. Certes, le risque est présent dans ce secteur. Mais c'est aussi un excellent moyen pour dynamiser son portefeuille puisque dans son ensemble, le secteur procure des performances supérieures à +50% en Europe et aux Etats-Unis. C'est quatre à cinq fois mieux que pour les indices de références. Aussi, certaines biotech françaises disposant d'une faible valorisation et d'un newsflow favorable pourraient bien tirer leur épingle du jeu pour le quatrième trimestre.
Cf 
World Compagny : la fin de la crise?

 

 

PSA : c’est l’arbre qui cache la forêt

 

Que font les centrales syndicales ? Elles proposent une négociation avec le gouvernement sur le contrat de travail afin de sécuriser les situations personnelles des salarié-e-s. Elles ne s’opposent pas aux licenciements de masse, mais souhaitent les aménager. Elles organisent des grèves de secteurs et des journées d’action isolées alors que nous sommes tous concerné-e-s par les conséquences de la crise du capitalisme. Elles soutiennent «  l’industrie » et « les emplois » mais sans remettre en question les cadences, les risques pour la santé, les conditions de travail et de vie que nous sommes contraint-e-s d’accepter, parce que « l’industrie » vaut beaucoup plus que nous, que notre temps libre, que nos vie.

 

L’autogestion, ca fait mal ?

 

Personne ne nous parle du fait qu’une usine peut tourner sans patron-ne, que les ouvriers peuvent très bien organiser le travail et la production en fonction des besoins et non de l’offre et de la demande, en prenant des décisions collectivement.

 

C’est ce que font les ouvrier-es de Zenon en argentine en 2001, leur patron s’était barré de l’usine de céramique  parce que la revente lui rapportait plus que son activité. Alors évidemment, ils et elles dépendent toujours des matières premières achetées et de la vente de leurs produits et services aux prix du marché, mais c’est un premier pas vers la réappropriation de leur mode de subsistance.

 

Ce n’est que par l’action directe, l’autogestion,

L’entraide et la solidarité de classe

Que les exploité-es de tous les

Secteurs pourront s’extraire

Du système capitaliste

Et de l’état, son

Principale protecteur

 

Autogestion - Wikipédia :

Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos « soi-même » et du latin gestĭo, « gérer ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.
Cette définition peut s'appliquer, par exemple, en
France à un grand nombre d'associations.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. Ses postulats sont :

·         la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,

·         la transparence et la légitimité des décisions,

·         la non appropriation par certains des richesses produites par lacollectivité,

·         l'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant.

Cette conception se construit en général explicitement contre des pratiques qualifiées de hiérarchiques, autoritaires, verticales, contre des formes de dépossession que constitueraient certains modes d'organisation. En d'autres termes, ce type d'autogestion permettrait une réappropriation d'une forme d'organisation collective.
Par ailleurs, cette définition permet des pratiques d'autogestion qui ne se limitent pas au seul champ économique

 

Ils en parlent :

 

Reportage sur l'autogestion ( google)

Histoires de guerrillas au mexique - Vidéo Dailymotion

UtopLib - Utopies libertaires: LIP : reportage TV de 1973 : 1973. Fabrique horlogèreLIP(Palente, Franche-Comté). Annonce de la liquidation de l'entreprise. Les ouvrier(e)s reprennent la production à leur compte. Expérience d'autogestion. La télévision française est allée enquêter et a donné la parole aux intéressés. Vingt minutes d'histoire

TagTélé - Aprés la crise ; l'autogestion (vostfr)

Source Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue ! – anarkia : « Bienvenue dans Anarkia. Mon blog a pour but d’expliquer la crise permanente » du capitalisme, ces dérives, les enjeux d’hier et de demain »

 

Grèce : Plusieurs milliers de manifestants se sont a nouveau regroupé devant le parlement
Αthens, right now
 
une photo de Actualutte - l'information insoumise et révoltée.
Grèce : Plusieurs milliers de manifestants dans les rues alors que l'avion d'Angela Merkel vient d'atterrir à l'aéroport.
‎#GRECE : 13h15. Live sur http://actualutte.com/live-le-merkel-day-9ogr/
#greece #greekrevolution #globalrevolution  

 

21/09/2012

Manager de transition, un bien joli métier

 

Manager de transition, un bien joli métier ((mis sur facebook)
Le jeudi 20 septembre 2012
 
 

 Blog / Manager de transition, un bien joli métier


 


 

Des intérimaires heureux ? Si, si, ça existe... Ils ne sont pas la variable d’ajustement des entreprises, ils la créent, la provoquent, la mettent à exécution. Ce sont des femmes et des hommes de crise. A qui l’on confie provisoirement les rênes d’une entreprise ou de l’une de ses filiales.

On les appelle manager de transition ou consultant de restructuration. Quand ils débarquent, c’est bien pour débarquer d’autres intérimaires, d’autres salariés, CDD ou CDI, moins chanceux. Sous couvert de "performance", de "stratégie industrielle", de "rentabilisation de l’outil de travail", ils n’ont qu’un mot à la bouche : la croissance.

La leur. Payés entre 1 000 et 1 500 euros la journée, de 30% à 60% des entreprises ont déjà fait appel à leurs services lors de la crise de 2009.

Rencontre avec :
-   Bernard Tronel, directeur du cabinet Essensys spécialisé dans ce management
-   Luc Brami, directeur des ressources humaines spécialisé en plans sociaux
-   Didier Crespel, ancien directeur général de Valeo

 


 

Programmation musicale :

 

-  "La chanson du DRH", Arnaud Catherine et Florent Marchet
-  "La machine", Place des Arts
-  "La lettre", Degadezoo

 

Intéressant de réentendre cette émission .

 

Dans le genre ,avec l'affaire IKEA   , on en entend pas mal parler en ce moment , c’est les fameuses agences d’"espions" , de "sécurité" qui font du boulot de RG sur les employés en s’infiltrant carrément parmi eux !

 

J’imagine qu’il doit être quasi impossible pour des journalistes de pénétrer ce milieu de salopards paranoïaques (ex-militaires j’imagine pour la plupart) , c’est terrifiant . Tout comprendre sur l'affaire d'espionnage à Ikea - 20minutes.fr, Dans l'affaire Ikea, les barbouzes ont des trous de mémoire | Rue89

 

La bas si j'y suis / L’histoire secrète du patronat / décembre 2009
"Histoire secrète du patronat : de 1945 à nos jours :
le vrai visage du capitalisme français"
Tjrs d' actualité !
partagé un lien.

De La Servitude Moderne - FILM de Jean-François Brient :

 Le chomage a une histoire - YouTube 

 message : " LA-BAS SI J'Y SUIS : PAS D'EMISSION AUJOURD'HUI Trois organisations syndicales de France Inter sont en grève aujourd'hui pour dénoncer "des suppressions de postes de techniciens" dans les locales de Radio France à Nancy et à Châteauroux.

Elles estiment que "ces suppressions de postes, les dernières d'une longue série, dégradent les conditions de travail et constituent des atteintes importantes au potentiel de production et sont susceptibles d'avoir des conséquences sur l'antenne et les contenus"...

En reportage à Las Vegas, Daniel Mermet est solidaire du mouvement. Il n'y aura donc pas d'émission ce vendredi.

En attendant, toutes les émissions à découvrir et/ou réécouter sur les sites de l'émission la-bas.org et sur franceinter.fr, rubrique "émissions", "Là-bas si j'y suis".

Salutations aux AMG !

A très vite sur les ondes !"

France : maudit patron Après Comment cette affaire esr annalisé a l'étranger.
livre dénis français.patrons français, c'est mal aimé Un esprit révolutionnaire sans doute, mais la crise emplifie les tensions. Reste que les bonus de 30%, les larges privilèges ne sont pas pour les calmer. Casse-toi, pov’ Libération

 

 
Source : Capital.fr
17/01/2012

Quiz : quelle industrie a vu son activité bondir de 30% en 2010 et 2011 ? Réponse : le luxe, dont jamais le chiffre d’affaires et les bénéfices n’ont été aussi élevés.

Pour LVMH, Richemont, Hermès, Prada, Porsche, Ferrari et consorts, la crise semble bel et bien terminée. La multiplication du nombre de millionnaires y est bien sûr pour quelque chose : en une génération, 3,3 millions de foyers asiatiques ont accédé à ce statut.

Mais le succès du luxe est aussi celui d’un art de vivre inventé en Europe il y a plus d’un demi-millénaire. L’immense majorité de ses acteurs opère d’ailleurs sur le Vieux Continent. La France et l’Italie dominent dans la mode et les accessoires, la Suisse dans l’horlogerie, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Allemagne dans l’automobile, l’Italie et les Pays-Bas dans le yachting, la France dans la
restauration…

Dans ce dossier spécial de Capital, vous allez explorer ces marchés et découvrir leurs secrets. Reste un paradoxe : pourquoi les citoyens d’un pays qui a inventé le luxe et qui possède le premier employeur mondial du secteur considèrent-ils qu’il est malséant, voire malsain, de mener une vie luxueuse ?

Patrice Piquard, rédacteur en chef adjoint

Le yacht, ultime babiole de la dolce vita Le jet privé, un jouet qui fait rêver les P-DGLa belle (et triste) histoire du caviarRecherche pied-à-terre sans limite de prix

 

14/09/2012

Après PSA, Doux au rapport ?

 

Salut Camarades,

12 septembre 2012
Après PSA, Doux au rapport ?
On nous cache tout, on nous dit rien! Après PSA Peugeot Citroën, suspecté d’avoir annoncé avec un peu trop de légèreté la fermeture de son usine d’Aulnay, François Hollande est à nouveau monté au créneau, mardi 11septembre, sur le thème «que toute la lumière soit faite». Cette fois c’est le volailler Doux, qui est dans le collimateur. Le dépeçage de l’entreprise va laisser un millier de salariés sur le carreau.

La constance est une qualité, mais le rétropédalage auquel on vient d’assister sur le dossier PSA, devrait inciter le président de la République à la prudence. Les grandes envolées lyriques de l’été, sur le caractère «inacceptable» de la fermeture d’Aulnay, ont fait long feu quand l’automne fut venu. Le gouvernement, qui avait commandé un rapport sur le sujet, en a eu pour son argent. La conclusion est sans appel: PSA doit supprimer des emplois pour survivre. Etait-ce vraiment la peine de faire plancher pendant deux mois un ingénieur général des mines pour le savoir? Il est vrai que les rodomontades de juin obligeaient à trouver un moyen de ne pas perdre la face en septembre. Le rapport Sartorius, du nom de son auteur, aura eu au moins ce mérite.

Il est d’autant plus étonnant dans ce contexte de voir le président de la République reprendre le même cheval de bataille à propos de Doux. Certes, les deux entreprises, au-delà du fait de supprimer des emplois, n’ont pas grand-chose de comparable.

La direction de PSA et son principal actionnaire, la famille Peugeot, ne sont pas au-dessus de tous reproches, qui a conduit Doux à la liquidation judiciaire. Et après? Un rapport Sartorius II aidera-t-il à remettre l’entreprise sur ses pieds? 

En prononçant en 1999 la fameuse phrase: «L’Etat ne peut pas tout», Lionel Jospin, alors premier ministre, Il engagera le  redressement productif prendra forme, c’est en engageant les réformes dont la France à besoin. De ce point de vue, le rapport de Louis Gallois sur la compétitivité, attendu début octobre, sera certainement plus utile à comprendre au pays que tous  les langues de bois lié les rapports Sartorius du monde ». 

 

Les critiques des néolibéraux pour justifier des difficultés de PSA : « La fermeture d'Aulnay aurait pu être évitée PSA ne s'est pas suffisamment ouvert à l'international ». .Dans l'immédiat, PSA doit d'urgence redresser la situation", estime EmmanuelSartorius, l'expert désigné par le gouvernement dans son rapport dévoilé ce matin aux syndicats du groupe par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. "La nécessité, dans son principe, d'un plan de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs n'est malheureusement pas contestable", juge M. Sartorius. Cet expert, ingénieur des Mines, avait été mandaté fin juin par Bercy pour établir un diagnostic sur le groupe, avant l'annonce de son projet de suppression de 8 000 postes en France (dans le point) :  Erreurs stratégiques et un Manque de dialogue

 

 

Le rapport Sartorius sur la situation de - Le Figaro ( format PDF)

 

Mais tous ne connaissent pas la crise :

Tous furent touchées, mais tous ne mouraient pas

 

"Ce n’est pas un type, mais le modèle capitalisme néolibérale qui en ai responsable" Tous furent touchées, mais tous ne mouraient pas: Les places financières doivent se préparer à un été maussade, tandis que les peuples meurent a petit feu. Car la crise européenne avance chaque semaine un petit peu plus.cf Le ralentissement de l'économie mondiale?

 

A travers PSA :Comprendre... Les 30 patrons trop bien payés

 

Une interview intéressante dans le capital :

Pourquoi le gouvernement tarde à mettre les fonctionnaires au régime

 
Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait promis de réduire le train de vie de la fonction publique. Mais le gouvernement ne semble pas pressé de passer à l'acte...


 

Le gouvernement osera-t-il imposer la réforme de la fonction publique promise par le candidat Hollande ? Passées au crible dans une enquête de Capital actuellement en kiosque, les dernières mesures annoncées permettent d'en douter. Dernier revirement en date : l'abrogation d'un décret de novembre 2010, qui avait mis fin au sacro-saint principe de l'emploi à vie des fonctionnaires. Les agents qui refusaient successivement 3 mutations pouvaient être mis en disponibilité, sans traitement, ni indemnités de chômage. Leur étaient alors proposés trois autres postes. En cas de refus, ils risquaient le licenciement ou la mise à la retraite forcée.

 

Autre mesure phare initiée par Sarkozy et annulée, le 6 juillet : la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Le 13 juillet, c'est au tour de la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, d'annoncer un relèvement du traitement minimal des fonctionnaires . Le 19 juillet, les députés ont, eux, augmenté de 30 millions d'euros le budget du Centre national de la fonction publique territoriale, un centre de formation pourtant maintes fois épinglé par la Cour des Comptes.

 

Avec de telles décisions, comment François Hollande compte-t-il stabiliser la masse salariale de la fonction publique, qui augmente mécaniquement de 1,3 milliard d'euros par an ? La question reste entière, d'autant que celui-ci a promis d'embaucher 60.000 nouveaux agents dans l'Education nationale, 5.000 dans la police et la justice. Le 27 août, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a d'ailleurs confirmé l'ouverture de 22.000 postes au concours des professeurs l'an prochain ( cliquez sur le lien pour regarder la vidéo de son discours lors de l'accueil des professeurs stagiaires de l'académie de Créteil ).

Pour que les effectifs ne gonflent pas, il faudrait supprimer 13.000 postes par an en moyenne dans les autres ministères, ce qui revient à ne pas remplacer deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite. La Défense devra ainsi couper 7200 postes, Bercy 2500, le Logement et l'Ecologie 1300. Interrogés par Capital, les salariés de ces services préviennent qu'ils ne pourront plus assurer leurs missions.

 

Pour tenir le cap, Jean-Marc Ayrault a promis une grande réforme de l'organisation territoriale à la rentrée. Reste à savoir s'il aura le courage d'annoncer un gel des rémunérations, voire un alignement du régime des retraites de la Fonction publique sur le régime général, qui risqueraient de mettre dans la rue les 5,3 millions d'agents publics...

 

L'euro sauvé... à quel prix ?

Photo 154.jpg

Tout cela est encore moins encourageant lorsqu'on s'aperçoit que la question la plus souvent posée après "d'où venez-vous ?" est "la crise est-elle aussi dure en France qu'ici ?"

A quoi nous nous ne pouvons répondre que par l'affirmative . Au concours de "qui a l'économie la plus pourrie", force est de constater qu'il y a une parfaite égalité France/Etats-Unis : dette publique astronomique, chômage en hausse constante, grogne sociale, avantages sociaux en danger, désindustrialisation...

Une pointe d'ironie de nos dirigeants, Monti en tête : Ceci dit, cette situation est sur le point de prendre fin, cher lecteur. Si si. Rassurez-vous : fin de la crise de l'euro, rétablissement du système bancaire, sérénité des places boursières et tournée générale de cerises sur volutes de crème chantilly. C'est Mario Draghi qui l'a dit pas plus tard que jeudi, comme le détaillait Philippe Béchade hier :

"[La BCE] confirme tout ce que les marchés anticipaient depuis 48 heures, c'est-à-dire des rachats (baptisés 'OMT') illimités d'emprunts d'Etat de un à trois ans dès qu'une demande d'aide formelle a été formulée, ainsi que la réduction des exigences en matière de qualité des collatéraux lorsque les banques souhaitent se procurer de nouvelles liquidités. La Banque centrale annonce également renoncer à son statut de créancier privilégié".

 

Mais pour l'instant, n'est-ce pas, les marchés sont contents... c'est donc que tout va bien.

la photo de Christophe Bxn.

Hier

 

 

 

 anarchie 12.jpgPas de frontière, pas d'état car l'état est au service du capital, que tout fasciste est un capitaliste.... Car le fascisme est le bras armée du capital. Même si les néolibéraux n'aime pas les interventions ( les " ingérences) de l'état et que les patrons de PME se plaignent de la technocratie, bureaucratie, c'est l'état avec les grands plans keynésiens qui a sauver le système capitaliste autodestructeur en 1929. Le laisser faire entraine une spiral autodestructrice e que seule des opération momentanée de l'état permet a maintenir. La disparition de cette société représente un tel bouleversement qu’on ne l’envisage pas nécessairement avec légèreté. Mais nous ne sommes pas condamnés à tenter de sauver l’économie qui chancelle et nous écrase. Nous pouvons contribuer à sa disparition. Pas pour le néant, mais pour un monde sans État et sans classes, un monde pour toutes et tous, sans exploitation ni domination.
_________________________
[1] Les antilibéraux rêvent de retourner à un Etat qui les protègerait du capitalisme alors même que la fonction de l’État est d’assurer son bon fonctionnement. Dans ces conditions leur politique aboutit simplement à des formes nouvelles de patriotisme économique, des mesures plus ou moins protectionnistes pour essayer d’empêcher les délocalisations, voire carrément au nationalisme.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu