Avertir le modérateur

07/01/2018

'Fire and Fury'

n

© Amazon.fr | "Fire and Fury: Inside the Trump White House" sortira le 9 janvier aux États-Unis.

Why has the 'Fire and Fury' book angered Trump so much?

The critical book was published early after the US president's lawyers threatened to sue.

 Donald TrumpUnited StatesPolitics

Why has a new book angered Trump so much? | Inside story - YouTube

The book has been Amazon's # 1 sales leader, and has embarrassed the White House - to the point where the US chief of diplomacy has publicly defended Donald Trump's "mental fitness".

There is so much demand for the new book critical of US President Donald Trump that stores can't keep up.Publishers of Fire and Fury: Inside the Trump White House released the book early, ignoring threats of a legal challenge from the president's lawyers to prevent its publication. The book, written by Michael Wolff, draws a picture of a chaotic first year in office.Trump has slammed it as "phoney" and called Wolff "a loser".But the author defended the book, saying Trump's response helps prove the US president lacks credibility. Will the book affect Trump's presidency and US foreign policy?

Le livre est depuis numéro 1 des ventes sur Amazon, et met la Maison Blanche dans l’embarras – au point où le chef de la diplomatie américaine s’est retrouvé à défendre publiquement « l’aptitude mentale » de Donald Trump.

Il y a tellement de demandes pour le nouveau livre critique du président américain Donald Trump que les magasins ne peuvent pas suivre.Les éditeurs de feu et de fureur: à l'intérieur de la Maison Blanche Trump empêcher sa publication. Le livre, écrit par Michael Wolff, dessine une photo d'une première année chaotique dans le bureau. Trump l'a claqué comme "faux" et a appelé Wolff "perdant" .Mais l'auteur a défendu le livre, disant que la réponse de Trump aide à prouver le président américain manque de crédibilité Est-ce que le livre affectera la présidence de Trump et la politique étrangère américaine?

El libro ha sido el líder de ventas número 1 de Amazon y ha avergonzado a la Casa Blanca, hasta el punto en que el jefe de la diplomacia de los Estados Unidos ha defendido públicamente la "aptitud mental" de Donald Trump.

Hay tanto para el nuevo libro crítico del presidente de EE. UU. Donald Trump que no puede mantenerse. Publicadores de fuego y furia: Dentro de la Casa Blanca, la trompeta lanzó el libro temprano, ignorando las amenazas de un desafío legal por parte de los abogados del presidente prevenir su publicación. El libro, escrito por Michael Wolff, dibuja un primer año caótico en el cargo. Trump lo calificó de "falso" y llamó a Wolff "un perdedor". Pero el autor defendió el libro, diciendo que la respuesta de Trump ayuda a demostrar que el presidente de EE. UU. carece de credibilidad ¿Afectará el libro la presidencia de Trump y la política exterior de EE. UU.?

Presenter: Hashem Ahelbarra

Guests:

Mohammed Cherkaoui - professor of Conflict Resolution at George Mason University

Rami Khouri - senior public policy fellow and adjunct professor of Journalism at the American University of Beirut

Ian Black - visiting senior fellow at the London School of Economics, Middle East Centre

Source: Al Jazeera News

03/01/2018

Donald Trump : fini de rire ?

 

n
 
 

Par Pégase à Bristol, Royaume-Uni. Sur Sau : www.streetartutopia.com/?p=16639

L’image contient peut-être : 1 personne
 
STREET ART UTOPIA avec Daniel Muñoz Martin· "Nobody should be allowed to burn the American flag. If they do, there must be consequences." http://aje.io/dkhc

By Pegasus in Bristol, UK.

Trump: le démagogue raciste triomphe au sein du parti républicain et semble assuré de remporter la désignation à la candidature. Cela représente déjà un encouragement pour l'extrême-droite et la droite radicale qui le soutiennent aux USA et partout dans le monde, comme Memorial 98 le montre ici

Isolationniste, anti-écologiste, ultra-conservateur, anti-immigration, programme flou, les américains vont quand même pas donner les clefs de la maison blanche à ce milliardaire populiste ????! #Sueursfroides

 Polémique après un tweet de Trump contre les brûleurs de drapeau 

 
 

Il faut battre le ...FIER pendant qu'il est SOT !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 
 
 
 
d'Ormesson, Hallyday...
Sale temps pour la propagande de droite!!
bientôt Sardou et Mireille Mathieu!!

Au as où cela vous intéresse :

- Trump va reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël, ce qui aura des conséquences folles sur le Proche Orient.

- Macron est en Algérie pour négocier du gaz pas cher, le parquage de migrants et des ventes d'armes

D'un ouragan à l'autre : les Haïtiens chassés d'Amérique. Depuis 2010, ils bénéficiaient d'un statut protecteur aux Etats-Unis, mais sa remise en cause par Trump a provoqué une ruée vers le Canada. Récit de l'exclusion brutale de 50 000 personnes ayant fui leur pays en raison de catastrophes parfois climatiques, par un pays largement responsable du réchauffement.

- l'OMS alerte sur la résistance de plus en plus fortes aux antimicrobiens des bactéries et virus

au cas où des infos autres que la mort de Halliday et en Football. Cristiano Ronaldo vient de se voir décerner le cinquième Ballon d'Or de sa carrière, ce qui lui permet d'égaler Lionel Messi vous seraient importantes. 

 
Herrmann, Suisse.
Après Johnny, Trump se charge d’allumer le feu

De Johnny Hallyday, mort le 6 décembre, il restera une foule de chansons bien connues du public francophone, au nombre desquelles le célèbre Allumer le feu. En fait d’embrasement, le dessinateur suisse Herrmann observe que le président américain Donald Trump s’est chargé, le jour même, de souffler sur les braises du Moyen-Orient, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël.

Néophyte en politique internationale, le nouveau président de la première puissance mondiale pourrait favoriser une forme d'isolationnisme qui sème déjà l'inquiétude parmi ses alliés.

Un vent de panique s'est mis à souffler à l'Est, où les pays de l'ancien glacis soviétique, qui ont toujours compté sur la protection américaine, craignent d'être livrés aux pattes griffues de l'ours russe. Les petits pays Baltes surtout s'inquiètent: ils n'ont pas oublié que Donald Trump avait affirmé que les États-Unis ne se porteraient pas forcément à leur secours si Vladimir Poutine lançait une nouvelle aventure militaire à leurs frontières. Le malaise est aussi perceptible en Europe occidentale, qui depuis la Seconde Guerre mondiale fait reposer sa défense et sa sécurité sur la puissance militaire américaine. Alors qu’Hillary Clinton, forte de ses quatre années à la tête du département d’Etat, garantissait une forme de continuité diplomatique, l’inexpérience en politique étrangère du nouveau président et son penchant pour l’autoritarisme sont lourds d’incertitudes pour la région. « Les Etats-Unis ne peuvent plus se poser en champion de la morale », a tranché sur Facebook Sultan Sooud Al-Qassemi, un célèbre commentateur des Emirats arabes unis : Crainte et attentisme dans le Golfe, Première réaction prudente en Iran et Sentiments mêlés en Israël

Au Proche-Orient, Donald Trump attendu sur le dossier syrien

Selon le Monde Le républicain semble être plutôt favorable au régime de Bachar Al-Assad, tout en rejetant l’accord nucléaire iranien. Le Proche-Orient s’est réveillé mercredi 9 novembre sous le choc de la victoire de Donald Trump.

La provocation de Trump va islamiser encore plus la question palestinienne, que le monde gagnerait plus que jamais à poser en des termes nationaux.

La provocation de Trump ne fait pas qu’invalider la légitimité de son administration à œuvrer en faveur de la paix entre Israéliens et Palestiniens. Elle constitue une formidable aubaine pour les extrémistes de tous bords qui veulent travestir ce conflit entre deux nationalismes en inexpiable guerre de religion. Une islamisation tellement perverse n’est pas seulement un coup sévère porté aux nationalistes palestiniens, ainsi qu’à la Jordanie et à l’Egypte, signataires d’un traité de paix avec Israël. Elle frappe aussi de plein fouet le camp de la paix en Israël, déjà confronté à la surenchère multiforme des colons et de leurs relais. Elle sape également la position des Chrétiens d’Orient sur leur terre d’origine. Trump offre enfin un cadeau inespéré à Daech qui, en recul sur tant de fronts, pourra renouveler sa propagande et son recrutement au nom de la défense supposée d’un lieu saint de l’Islam.

Trump, Jérusalem et l’islam POST DE BLOG - À LIRE AUSSI Jérusalem capitale d’Israël : les réactions de la presse internationale ,  Envoyé spécial. Donald Trump fini de rire ? 5 octobre 2017 (France 2)

 

It's not only Pakistan that we pay billions of dollars to for nothing, but also many other countries, and others. As an example, we pay the Palestinians HUNDRED OF MILLIONS OF DOLLARS a year and get no appreciation or respect. They don’t even want to negotiate a long overdue... 17,46017,460 Replies -  29,51829,518 Retweets -  118,801118,801 likes - Twitter Ads info and privacy

 

International NGOs sharply condemned the funding cut.

Belgium pledges $23m to UNRWA after US aid cut

Belgium has pledged to donate 19m euro ($23m) to UNRWA, the UN's aid organisation for Palestinian refugees, after the US government announced it would slash its funding to the agency by half was published in Al Jazeera

"For a lot of Palestinian refugees the UNRWA is the last life buoy. With the help of UNRWA half a million of Palestine children are able to go to school. This prevents them from falling prey to radicalisation and extreme violence."

L’Europe craint un regain d’antisémitisme

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis a suscité des actes de violences en Allemagne et en Suède. les chefs des gouvernements allemand et suédois ont condamné les actes de violences antisémites perpétrés dans les deux pays après la décision du président américain, Donald Trump,

« Beaucoup de musulmans semblent faire l’amalgame entre Israël et les juifs suédois. On nous déclare responsable de ce qui se passe au Moyen-Orient et dès que le conflit entre Israël et la Palestine s’enflamme, il se propage jusqu’ici, sans doute parce que beaucoup de ceux qui sont arrivés en Suède ces dernières années ont des racines au Moyen-Orient et se sentent concernés », raconte Freddy Gellberg, le président de la communauté juive de Malmö.

Dans les deux pays, la situation, en effet, n’est pas nouvelle, même si Freddy Gellberg a observé « une accalmie ces dernières années », après une période difficile, au moment de l’opération « Plomb durci » lancée par l’armée israélienne contre la bande de Gaza, en décembre 2008

Le nouveau président élu des Etats-Unis Donald Trump a promis d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins, dans l'extrait d'un entretien à la chaîne de télévision CBS publié dimanche mais réalisé vendredi.

"Ce que nous allons faire, c'est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue (...), sans doute 2 millions, ça peut aussi être 3 millions (de personnes), nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays, ils sont ici illégalement", a-t-il déclaré dans l'émission "60 minutes" de CBS qui doit être diffusée dimanche soir.

COMPTE RENDU Le candidat Trump a réactivé la xénophobie des années 1900-1920


 Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion

  Trump accuse Bannon d'avoir «perdu la raison»

Le président américain Donald Trump a accusé mercredi son ancien conseiller Steve Bannon d'avoir "perdu la raison", dans un cinglant communiqué qui marque une rupture entre le président américain et celui qui était souvent considéré comme le stratège de la victoire électorale de 2016.

"Steve Bannon n'a rien à voir avec moi ou ma présidence. Quand il a été limogé, il n'a pas seulement perdu son travail, il a perdu la raison. (...) Steve ne représente pas ma base (électorale) - il ne cherche que son propre intérêt", a écrit Donald Trump dans un communiqué.

L'élection de Donald Trump à la Maison Blanche pose "un défi civique" et impose que "la démocratie se transforme et se dépasse", estime le président du MoDem François Bayrou dans un billet publié mercredi sur Facebook."L'élection de Donald Trump va marquer le monde pour une longue période", écrit François Bayrou, soutien d'Alain Juppé à la primaire de la droite pour 2017.

"Il y a d'abord une réalité: partout sur la planète les peuples refusent l'ordre établi d'où ils se sentent rejetés", analyse-t-il. "Mais le changement qu'ils cherchent, ils croient le trouver au travers des excès, des caricatures, des retours en arrière et des rejets. Et c'est là qu'est le danger"."Non, cette surenchère ne peut pas produire du bien", affirme-t-il. "Et non, nous ne voulons pas nous y livrer, nous voulons y résister"."Cela impose de penser un monde nouveau. Cela oblige à rompre avec l'endurcissement d'un univers dominé par la puissance exclusive de l'argent, de remettre en cause la montée qui paraît inexorable des inégalités et des exclusions", affirme-t-il. "Cela impose que la démocratie se transforme et se dépasse, qu'elle soit enfin honnête, que chacun y ait accès et s'y reconnaisse, que des leaders dignes de ce nom sortent du monde clos dans lequel ils sont enfermés"."Ce défi est un défi civique. Et nous sommes décidés à le relever", conclut-il.

C'est l'échec de la social démocratie, de l'usure du pouvoir et d'une américaine depuis longtemps divisé en deux blocs et dont la campagne a exacerbé les tensions , les rancœurs et les haines. Une campagne d'une bassesse infinie ou les seuls arguments des deux candidats ont été les insultes et les nom d'oiseau.

Plus que l’élection de Donald Trump, la philosophe  Seyla Benhabib : redoute de voir sa présidence débuter avec un Congrès qui lui sera acquis, puisque aux mains des républicains. Rien ne viendra faire contrepoids.ENTRETIEN Seyla Benhabib : « Plus de contre-pouvoir pour arrêter Trump »

  
 L'impact sur la situation au niveau national

Des manifestations ont éclaté mardi soir dans le secteur de la baie de San Francisco contre le candidat républicain Donald Trump, qui a remporté une victoire surprise à la présidentielle américaine.Une autre manifestation a eu lieu à l'Université de Californie, à Davis, non loin de la capitale de l'Etat, Sacramento, où des étudiants ont bloqué les rues et scandé des slogans hostiles à Donald Trump: "Vous n'êtes pas l'Amérique! Nous sommes l'Amérique!" EN IMAGES Les manifestations anti-Trump se multiplient aux Etats-Unis VIDÉO De New York à Oakland en passant par Los Angeles ou Seattle, des milliers de personnes sont descendues dans les rues après la victoire de Donald Trump.


Le grand flou du programme économique de Donald Trump 1Selon Le Monde 

Lire aussi :   Sur le plan économique, « la stratégie de Donald Trump sera centrée sur l’Amérique »Le gouvernement Trump

L'impact sur la politique étrangère américaine

Il est clair que la personnalité, le discours et les actes auront un impact important. Premièrement dans la relation avec le régime autoritaire Russe de Poutine vis a vis de la Syrie, de la politique au proche orient, de la politique contre le terrorisme et Daesch en particulier, alors que les braise du conflit alimentant l'organisation terrorisme ne sont pas éteint et la question des bouleverselement climatique et il y a urgence.

 

 

 

Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion  5 octobre 2017 (France 2)

 

 

 

Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960.
Le général Jean Thiry appuie sur le bouton qui déclenche un essai nucléaire français, le 27 décembre 1960. -/AFP

Hitler, Staline, Mao : la mémoire en question

Pendant ce temps...

 

 

The Dictator (2012) - Nuclear Nadal - [Full Scene]

 

 Pour la Corée du Nord, "la guerre est inévitable" face aux menaces américaines LATRIBUNE.FR

 

 

VIDÉO - Comment ces figures sont encore dans l'imaginaire collectif en Allemagne, en Russie et en Chine. Comment le pouvoir se construit avec ou en opposition à ces hommes.

Trois dictateurs qui ont ensanglanté le 20e siècle, et que les historiens jugent responsables, chacun, de millions de morts. Mais ce n'est pas tout: en Allemagne, en Chine, et en Russie, ils ont laissé des sociétés traumatisées, certains ont participé à l'horreur, d'autres en ont été victimes, et aujourd'hui, leur ombre plane encore dans la vie quotidienne, et dans le discours politique.

Sur place, les correspondants du Figaro à Berlin (Nicolas Barotte), à Moscou (Pierre Avril) et à Pékin (Cyrille Pluyette) nous racontent ce passé qui se mêle au présent.

Elève doué ! Niveau ancien BEPC me semble -t-il . :-D

L’image contient peut-être : texte
 
 

 

Mix – The Dictator part 1

Webdocumentaire. Fini de rire | Courrier international

30/12/2017

Trump's Toxic War

nUn monde meilleur... Pour qui?

 

n

 

Les Orties - Les climatosceptiques - YouTube

Le docu fiction évoquent l’idée que les bouleversements climatiques et l’approvisionnement en eau risque de créer des tensions géopolitiques, d’avantage de misère et des réfugiés climatiques. La guerre de l’or bleu a commencé, avec les barrages comme moyen de pression sur les peuples et états. C’est déjà le cas au Moyen Orient, mais aussi entre le Pakistan et l’Inde (voir le Monde ), au Soudan…. Les tensions liés aux ressources s’ajoutent / se superposent aux autres tensions, crises. Pour en savoir plus : le dessous des cartesRéfugiés climatiques: l'insoluble équationdette ecologiqueles premiers réfugiés climatiquesDiscours à l'ONU sur l'environnement,

 

Environnement : comment Trump tente de museler les scientifiques américains

L’Agence de protection de l’environnement (EPA) subit de plein fouet l’offensive de  la Maison Blanche pour saper la préservation  de la nature et du climat au profit de l’industrie.

Le candidat Donald Trump s’y était engagé dès février 2016 « Le département de la protection environnementale : nous allons nous en débarrasser dans presque toutes ses formes », même si on conservera « quelques friandises ». Promesse tenue : sous la houlette de Scott Pruitt, climatosceptique notoire de l’Oklahoma, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) se saborde consciencieusement et démantèle les régulations environnementales adoptées sous Barack Obama.

Pour cela, il faut agir sur les hommes. Scott Pruitt mène donc une véritable guérilla contre des fonctionnaires et des scientifiques qui lui sont hostiles. Dans une atmosphère paranoïaque, il a fait déminer pour 3 000 dollars (2 500 euros) son bureau pour vérifier qu’il n’y avait pas de micro caché et s’est fait financer pour 25 000 dollars une cabine de télécommunications sécurisée pour pouvoir s’entretenir confidentiellement avec la Maison Blanche. Victime de menaces et sous protection policière rapprochée, Scott Pruitt agit sur quatre axes : découragement des salariés, voire intimidation, même s’il n’y est officiellement pour rien ; recomposition des comités scientifiques en y nommant des défenseurs des industries polluantes ; réduction au silence des scientifiques ; sabrage du budget et des effectifs.

 

WATCH

26:00

 

The Rollback: Trump's Toxic War

 

Les salariés intimidés par une officine ultraconservatrice

La syndicaliste Nicole Cantello, par exemple, raconte sa mésaventure. Ce 15 février, cette avocate salariée de l’EPA depuis vingt-six ans est devant son ordinateur. Soudain, elle voit apparaître une demande de recherche de ses courriels : tous ceux qui mentionnent le nom de Pruitt. Cette requête ne tombe pas par hasard. Dix jours plus tôt, le 6 février, elle a organisé une manifestation à Chicago contre la nomination par Donald Trump de M. Pruitt.

 
L’Oklahoma concentre les paradoxes d’une partie de l’Amérique face au réchauffement, attribué à Dieu plutôt qu’à l’activité humaine.
 

At a time when antibiotic resistance is increasing and climate change is expanding areas of the globe where tropical diseases are endemic, decreasing federal funding for scientific research will only make us more vulnerable to diseases that we cannot treat.Medical researchers and health care professionals were not the only ones to see budget cuts; environmental and climate scientists are arguably faring far worse. The Environmental Protection Agency (EPA), for example, faced a proposed $2.5bn cut(31 percent of its budget). Instead, Congress voted for a decrease $528m. Though this cut is less severe, important programmes for conducting toxicity research and setting water and air pollution standards will be eliminated and the EPA's ability to enforce environmental standards will be constrained. All of this is a recipe for a public health disaster. Elsewhere, initiatives such as the Water and Wastewater loan and the grant programme of the US Department of Agriculture (USDA) as well as climate change and clean energy-related programmes have completely lost funding. These budget cuts are but the tip of the (melting) iceberg. Federal programmes and agencies tasked with protecting the environment and natural resources have been targeted since the beginning of Trump's presidency, starting with an order to the EPA to remove its climate change page.

In January, employees at the EPA and USDA were reportedly banned from providing the public updates via press releases or social media without prior screening and approval. More recently, staff at the Center for Disease Control and Prevention were advised against using seven words, such as "transgender" and "science-based". Reports are unclear whether this was an outright ban or merely a suggestion for avoiding overtly "political" language, but concerns about censorship have arisen anew.

À l'heure où la résistance aux antibiotiques augmente et où les changements climatiques s'étendent dans des régions du monde où les maladies tropicales sont endémiques, la diminution du financement fédéral pour la recherche scientifique ne nous rendra plus vulnérables aux maladies que nous ne pouvons traiter.Les chercheurs médicaux et les professionnels de la santé les seuls à voir des réductions budgétaires; les scientifiques de l'environnement et du climat s'en tirent sans doute bien pire.

L'Environmental Protection Agency (EPA), par exemple, a été confrontée à une réduction de 2,5 milliards de dollars (31% de son budget). Au lieu de cela, le Congrès a voté pour une diminution de 528 millions de dollars. Bien que cette réduction soit moins sévère, d'importants programmes de recherche sur la toxicité et d'établissement de normes de pollution de l'eau et de l'air seront éliminés et la capacité de l'EPA à appliquer les normes environnementales sera limitée. Tout cela est une recette pour un désastre de santé publique.Ailleurs, des initiatives telles que le prêt pour l'eau et les eaux usées et le programme de subventions du ministère américain de l'agriculture (USDA) ainsi que les programmes liés aux changements climatiques et à l'énergie propre ont complètement perdu leur financement.Ces compressions budgétaires ne sont que la pointe de l'iceberg (en train de fondre). Les programmes et organismes fédéraux chargés de la protection de l'environnement et des ressources naturelles ont été ciblés depuis le début de la présidence de Trump, en commençant par un ordre à l'EPA de retirer sa page sur le changement climatique.

En janvier, les employés de l' EPA et de l'USDA auraient été interdits de fournir les mises à jour publiques par le biais de communiqués de presse ou de médias sociaux sans avoir été préalablement sélectionnés et approuvés. Plus récemment, on a déconseillé au personnel du Centre de prévention et de contrôle des maladies d'utiliser sept mots, tels que «transgenre» et «scientifique». Les rapports ne précisent pas s'il s'agit d'une interdiction pure et simple ou simplement d'une suggestion visant à éviter un langage ouvertement «politique», mais les préoccupations concernant la censure sont de nouveau apparues.

OPINION - In defence of science: Making facts great again by Jonathan Bamber

Scientists have swiftly responded to these gag orders and censorship attempts by creating "alt" Twitter accounts for various agencies, writing an open letterto the president on climate change, and organising the March for Science. And when the threat of climate change data being scrubbed from government websites loomed, scientists rallied to preserve this critical information, which is now found at Data Refuge.Any national and international efforts to safeguard natural resources and curb climate change have been thwarted by this administration. In the past year, Trump has reversed former President Barack Obama's decision to halt construction of the Keystone XL and Dakota Access pipelines, planned to scrap a ban on uranium mining near the Grand Canyon, decreased the size of national parks, and withdrew from the Paris Agreement.The consequences of these policies are not trivial, as we saw in November when the Keystone pipeline leaked 795,000 litres of oil in South Dakota.

Importantly, we are seeing the effects of climate change today, most notably in the increased frequency and severity of hurricanes this year alone. Hurricane Harvey resulted in an estimated $198bn in property damage, with thousands of Houston residents still displaced months later.The extensive devastation left in Hurricane Maria's wake has included an increasing death toll in Puerto Rico and the Virgin Islands, as the islands still remain without electricity and suffer limited access to needed medical supplies.Scientists were also inevitably affected by Trump's harmful social policies. In the past year, we saw how the infamous "Muslim ban" blocked scientists from entering the country and undoubtedly discouraged many more from considering educational and career opportunities such as medical residency in the US.A Congress plan to tax graduate students' tuition waivers would have effectively forced poor and underrepresented minorities out of school, many of whom are currently in STEM fields. The financial repercussions of the new tax law and this administration's persistent attempts to repeal the ACA will take a toll on academics struggling with educational debt, on researchers with disabilities or chronic illnesses, and on families who depend on graduate school stipends or grant funding.

Les scientifiques ont rapidement réagi à ces ordres de bâillonnement et à ces tentatives de censure en créant des comptes Twitter «alt» pour diverses agences, en écrivant une lettre ouverte au président sur le changement climatique et en organisant la marche pour la science ( organising the March for Science). Et lorsque la menace des données sur les changements climatiques qui ont été balayées des sites Web gouvernementaux a pris le dessus, les scientifiques se sont rassemblés pour préserver cette information critique, qui se trouve maintenant à Data Refuge.Tous les efforts nationaux et internationaux pour sauvegarder les ressources naturelles et freiner le changement climatique ont été contrecarrés par cette administration. L'année dernière, Trump a renversé la décision de l'ancien président Barack Obama d'arrêter la construction des oléoducs Keystone XL et Dakota Access, d'interdire les mines d'uranium près du Grand Canyon, de réduire la taille des parcs nationaux et de se retirer de Paris. Accord.Les conséquences de ces politiques ne sont pas anodines, comme nous l'avons vu en novembre lorsque le pipeline Keystone a déversé 795 000 litres de pétrole dans le Dakota du Sud.

Fait important, nous constatons aujourd'hui les effets du changement climatique, notamment l'augmentation de la fréquence et de la gravité des ouragans cette année seulement. L'ouragan Harvey a causé des dégâts matériels estimés à 198 milliards de dollars, et des milliers de résidents de Houston ont encore été déplacés des mois plus tard.La dévastation généralisée qui a suivi le passage de l'ouragan Maria a entraîné un nombre croissant de victimes à Porto Rico et dans les îles Vierges, les îles étant toujours privées d'électricité et ayant un accès limité aux fournitures médicales nécessaires.Les scientifiques étaient également inévitablement affectés par les politiques sociales néfastes de Trump. L'année dernière, nous avons vu comment l'infâme "interdiction musulmane" empêchait les scientifiques d'entrer dans le pays et décourageait sans doute beaucoup plus de considérer les possibilités d'éducation et de carrière telles que la résidence médicale aux États-Unis.Un plan du Congrès visant à imposer les exemptions de frais de scolarité des étudiants diplômés aurait effectivement forcé les minorités pauvres et sous-représentées à quitter l'école, dont beaucoup sont actuellement dans les domaines des STEM. Les répercussions financières de la nouvelle loi fiscale et les tentatives persistantes de cette administration d'abolir l'ACA auront des répercussions sur les universitaires aux prises avec des dettes éducatives, sur les chercheurs handicapés ou chroniques et sur les familles qui dépendent des bourses d'études supérieures.

 

WATCH

13:08

DESIR ET BESOIN D'INSURRECTION

Nous ne voulons pas seulement la fin des dictatures.
Nous voulons la fin de tous les états, parce que la logique de l‘autorité, qu’elle soit fasciste, socialiste ou démocratique, nous empêche depuis toujours l‘expérience d‘une liberté réelle.
Nous ne voulons pas seulement l‘arrêt du nucléaire.
Nous voulons l‘arrêt de ce système, parce que ce sont nos modes de vie, nos valeurs, nos habitudes et notre indifférence qui produisent de telles monstruosités.

DESIRE AND NEED UPRISING

We don't want only the end of dictatorships. 
We want an end to all states, because the logic of authority, whether fascist, socialist or democratic, prevents us from ever experiencing true freedom. 
We not only want to stop nuclear power. 
We want to stop this system, because it is our lifestyles, our values, our habits and our indifference that produce such monstrosities.

DESEO Y NECESIDAD DE INSURRECCIÓN

No queremos sólo el fin de las dictaduras. 
Queremos poner fin a todos los estados, porque la lógica de la autoridad, ya sea fascista, socialista o democrática, nos impide jamás experimentar la verdadera libertad. 
No sólo queremos detener la energía nuclear. 
Queremos poner fin a este sistema, ya que es nuestro estilo de vida, nuestros valores, nuestras costumbres y nuestra indiferencia que producen tales monstruosidades.

L’image contient peut-être : feu et texte
 

MORE ON SCIENCE & TECHNOLOGY

08 décembre 2017Trump : fini de rire ?

14 novembre 2017 Demain tous cretin?

 l'incroyable histoire de la tele realité demain 20h55 W9 21 9 2015 part Demain, tous crétins ?,  Demain tous crétins?  

Jojo -Par Enkolo dans Accueil le Jojo

08 décembre 2017 Trump : fini de rire ?
21 décembre 2017 IDIOCRACY
Accueil -  Economie -  Obsolescence programmée - cnikos 
Un monde meilleur... Pour qui? - Indigné Révolté

12:27 Publié dans Etats Unis | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu