Avertir le modérateur

03/12/2017

Life of the Party

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
 

L'humanité s'est allée suffisamment longtemps, trop longtemps gouverner, et que la source de ses malheurs ne résident pas dans tel ou tel forme de gouvernement mais dans le principe et dans le fait même du gouvernement. quel qu'il soit.
Bakounine

Cela fait un peu plus d'un an que Donald Trump a remporté l'élection présidentielle américaine et a secoué le pays et son système politique.

Depuis lors, il a réussi à renverser presque toutes les conventions politiques, avec ses déclarations imprévisibles et ses tweets qui plongent Washington et le pays dans le chaos presque quotidiennement.

L’ex-conseiller du président a annoncé qu’il coopérait avec la justice. La Maison Blanche cherche à minimiser son rôle dans l’administration Trump. 

Le renseignement américain accuse depuis octobre 2016 la Russie, qui le nie, d’avoir interféré dans la présidentielle américaine, notamment en piratant des sites démocrates. Donald Trump a toujours démenti la moindre coopération avec Moscou. Un procureur spécial nommé en mai, Robert Mueller, ancien directeur de la police fédérale, est chargé de l’enquête. Que peut révéler Michael Flynn au procureur spécial dans le cadre d’un marché visant à obtenir une peine plus légère ? C’est désormais la principale interrogation d’une enquête qui a déjà conduit à l’inculpation, en octobre, de trois autres personnes ayant participé à différents titres à la campagne de M. Trump dont l’un de ses directeurs, Paul Manafort

Lire :   Si vous n’avez pas bien suivi l’affaire Trump-Russie…

La crainte de révélations

La mise en cause de Michael Flynn donne en outre un écho particulier à plusieurs interventions du président. Un jour après sa démission, le 14 février, Donald Trump aurait suggéré au directeur du FBI, James Comey, d’arrêter les poursuites visant son ancien conseiller du fait de ses mensonges. « C’est un bon gars (…) J’espère que vous pourrez trouver une façon d’abandonner cela, de lâcher Flynn », aurait indiqué M. Trump selon le compte-rendu dressé par l’ancien patron de la police fédérale, contesté par la Maison Blanche.

Président Trump, semaine 44 : cadeaux de Noël

Le président des Etats-Unis multiplie les références à l’essence religieuse de cette fête de fin d’année. Une posture destinée à son électorat, qui pourrait se sentir légitimement floué par les récentes mesures portées par son administration. En savoir plus sur le Monde  . Dans son discours et actes, le chef d’Etat est revenu sur le thème agité par la frange la plus radicale de la droite évangélique américaine et des plus aisés. 

« Aucun pays n’a fait plus que les Etats-Unis et notre générosité perdurera. Mais nos décisions sur les politiques d’immigration doivent toujours être prises par les Américains et les seuls Américains. Nous déciderons de la meilleure manière de contrôlernos frontières et qui sera autorisé à entrer dans notre pays. L’approche mondiale de la Déclaration de New York est juste incompatible avec la souveraineté américaine. »us la présidence républicaine de Donald Trump, les Etats-Unis se sont déjà retirés de plusieurs engagements pris sous l’administration de son prédécesseur Barack Obama, comme notamment l’Accord de Paris sur le climat. Plus récemment, le locataire de la Maison Blanche a décidé de retirer le pays de l’Unesco, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.


Promesse phare du candidat à la Maison Blanche, la réforme fiscale adoptée par le Sénat samedi 2 décembre ne fait que confirmer que le milliardaire se fiche des pauvres et des classes moyennes, estime The New York Times.

A lire 

 
Ingérence russe : Michael Flynn, ancien conseiller de Trump, reconnaît avoir menti au FBI 47
 

Life of the Party: American Politics in the Trump Era

A year into the Trump administration, how have GOP and Democrat identities changed and what does it mean for the US?

29 Nov 2017 18:19 GMT Donald TrumpUnited StatesPolitics

 

 

Il a également laissé les deux principaux partis politiques en lambeaux, avec leur identité mise en pièces. La turbulence que Trump a amenée à Washington a forcé les Républicains et les Démocrates à se demander qui ils sont vraiment.

Les deux parties ont une crise d'identité en ce moment. Et, si rien d'autre, Trump a clarifié les lignes de bataille.

Steve Phillips, fondateur, Démocratie en couleur

"Ces deux partis politiques sont épuisés intellectuellement et on ne sait pas très bien ce qu'ils représentent, je pense que la plupart des Nebraskans pensent que ces partis sont vraiment peu inspirés et peu impressionnants et nous devons refaire quelque chose de fondamental dans ce pays", dit Nebraska. sénateur Ben Sasse.

Dans leur commerce pour le pouvoir, les républicains ont perdu le contrôle de leur parti à Trump, et l'extrême droite de leur base électorale. Les explosions publiques de Trump avec des membres du Parti républicain (GOP) ne sont pas passées inaperçues non plus. Plus récemment, une querelle Twitter avec le sénateur du Tennessee, Bob Corker, a fait la une des journaux internationaux, soulignant la fragilité de la fondation du parti.

Corker, une ancienne connaissance du golf de Trump, a déclaré que la Maison Blanche devenait une «garderie pour adultes», faisant allusion aux tweets du compte officiel POTUS autour des sensibilités croissantes entre les États-Unis et la North Korea.

"On pourrait penser qu'il aspirerait à être le président des États-Unis et agir comme un président des États-Unis", a déclaré M. Corker. "Mais tu sais, ça ne va pas être le cas, apparemment."

La débâcle en cours d'inconduite sexuelle avec le candidat du sénat Alabama Roy Moore a également démontré une profonde méfiance et des différences au sein du parti républicain, avec les républicains traditionnels d'établissement et les branches d'extrême-droite du parti prenant des positions opposées.

Moore, un ancien juge de l'État de l'Alabama, est connu non seulement pour les récentes allégations d'inconduite, mais aussi pour avoir été écarté deux fois du poste prestigieux pour avoir désobéi aux décisions de la Cour suprême. Ceux-ci comprennent la législation sur le mariage entre conjoints de même sexe et la destruction d'une statue des Dix Commandements qu'il avait installée dans un bâtiment du gouvernement, affirmant qu'il voulait «ramener Dieu dans la loi».

Il rassemble également les électeurs sur l'une des questions les plus controversées du pays - les immigrants sans-papiers.

Moore peut être sur la frange politique, mais, à bien des égards, il correspond au modèle que Trump a construit: un candidat brandwasser qui n'était pas soutenu par les chefs de parti, mais, dans un champ de candidats d'établissement, les électeurs républicains ont fait son candidat .

"Les républicains ne mènent pas une guerre civile sur la politique.Je pense que ces sénateurs reconnaissent ... le parti qu'ils représentent changent sous leurs pieds pendant que nous parlons, et ils se rendent compte que vous ne pouvez pas critiquer Trump et toutes les choses qu'il Ils sont en désaccord avec toutes les positions avec lesquelles ils ne sont pas d'accord et ils remportent une primaire républicaine, c'est vraiment une crise d'identité », explique Amber Phillips, rédacteur pour le Washington Post.

Alors que les Républicains essaient de comprendre ce que leur parti est en train de devenir, cette année a également été pleine de défis pour les Démocrates, avec le parti qui n'a pas encore entièrement compris comment et pourquoi Hillary Clinton a perdu. Dans la période précédant les élections, presque tous les principaux prévisionnistes de vote aux États-Unis avaient placé une victoire de Clinton dans la fourchette de 70-99%.

Cependant, les démocrates avaient découvert leur propre division du parti longtemps avant la perte dramatique, quand le démocrate-socialiste Bernie Sanders décrit lui-même a réussi à défier sérieusement un politicien établi comme Hillary Clinton. La marque de démocrate de Clinton est décrite comme une sorte d'aile gauche, républicaine compromettante, tandis que Sanders représentait le concept d'une «gauche idéaliste».

Sanders semble avoir révélé certains des désirs intérieurs des électeurs démocrates, mais le problème pour les chefs de partis est de savoir comment concilier cela à l'époque de Trump.

"Ils veulent vraiment dire qu'ils ne sont pas Trump, mais veulent-ils aussi dire que nous sommes quelque chose de vraiment différent?" Voilà ce que nous sommes, et c'est ce qu'ils se battent, est-ce que tu cours contre Trump? littéralement jalonner un ensemble de positions qui vous offrent une alternative claire, pas seulement à Trump, mais à la politique qui vous a donné Trump? Et c'est une chose beaucoup plus profonde, beaucoup plus fondamentale », explique John Nichols, rédacteur des affaires nationales pour The Nation .

Fault Lines examine comment Donald Trump a influencé la politique américaine et les fractures qu'il a exposées dans le pays et ses partis politiques. Nous examinons également la perte d'identité du GOP et des Démocrates, et examinons ce que leurs stratégies de reconstruction signifient pour l'avenir politique du pays.

Source: Al Jazeera

25/11/2017

The Rollback: Trump's Toxic War

n

 
n
 
Arctique, la conquête glacial

Le Nebraska donne son feu vert à la construction de l'oléoduc Keystone XL

Pétrole.

C'était une promesse de campagne de Donald Trump. Après plusieurs années de débat acharné et de controverses autour du projet, l'Etat du Nebraska a voté en faveur de la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, rapporte le New York Times. Ce pipeline géant, construit par TransCanada, pourrait, à pleine capacité, acheminer chaque jour plus de 800 000 barils de pétrole des gisements de l'Alberta vers les raffineries américaines. Soit le double du débit existant. Au printemps, Donald Tump avait donné son feu vert à la construction de cet oléoduc controversé, auquel son prédécesseur Barack Obama avait mis son veto lors de la COP 21. Les opposants au projet estiment qu'il doperait l'extraction du pétrole des sables bitumineux, un processus qui rejette 17% de gaz à effet de serre de plus que l'extraction traditionnelle. Les défenseurs de l'environnement pointent également le risque de fuites, expliquait Libération il y a quelques jours.

 

The Rollback: Trump's Toxic War

A look at the Trump administration's regulations cull and the consequences for health, safety and the environment.

22 Nov 2017 12:04 GMT EnvironmentUnited StatesDonald TrumpClimate SOS

 

 

 Depuis que le président américain Donald Trump  est entré à la Maison Blanche, il y a une réussite qu'il ne peut pas nier.

Il a tenu sa promesse électorale d'abroger des centaines de règles fédérales «destructrices d'emplois», souvent en suivant les recommandations de puissantes industries.

"Mon gouvernement met fin à la guerre contre le charbon ... et du charbon propre, du charbon vraiment propre.Avec l'action exécutive d'aujourd'hui, je prends des mesures historiques pour lever les restrictions sur l'énergie américaine, pour renverser l'intrusion gouvernementale et pour annuler l'emploi règlements », a déclaré Trump.

Intitulée «Une nouvelle fondation pour la grandeur américaine», les changements les plus notables dans le premier budget sous l'administration Trump ont été des réductions sévères et des reculs réglementaires à l'Environmental Protection Agency (EPA), un organisme gouvernemental créé pour protéger la santé et l'environnement.

Les ravages qui ont été causés à la protection de l'environnement vont prendre une décennie ou plus à défaire.

Betsy Southerland, ancien employé de l'EPA

Le nouveau chef de l'EPA est Scott Pruitt, politicien de l'Oklahoma, qui refuse le climat et qui, sous l'administration Obama, a intenté 14 poursuites contre l'EPA au nom de nombreuses industries polluantes qu'il est censé réglementer.

Depuis sous le patronage de Pruitt, l'EPA a renversé une proposition d'interdiction d'un pesticide lié à l'autisme et retard de développement chez les enfants, reconsidéré les règles sur l'élimination des cendres de charbon et abrogé le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les États-Unis se sont également retirés de l'Accord de Paris sur le climat - Paris Climate Agreement, violant essentiellement la promesse de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues au réchauffement de la planète.

Betsy Southerland était un haut fonctionnaire au bureau de l'eau de l'EPA pendant 30 années. Lorsque l'administration Trump a décidé d'annuler la réglementation sur la pollution par les déchets de charbon produite par les compagnies d'énergie, Southerland a quitté l'agence.

Dans les semaines qui ont suivi son départ, Scott Pruitt a annoncé qu'il envisagerait d'abroger une règle imposée par l'équipe de Southerland concernant les rejets d'eaux usées des centrales électriques.

Pruitt a attribué l'abrogation à la perte d'emploi et à l'impact économique.

"Je ne sais pas pourquoi il a dit ça, parce qu'à ce moment-là ... nous ne l'avions jamais briefé une fois sur la règle, nous aurions pu lui montrer clairement en détail qu'il n'y aurait pas de grosse perte d'emploi ou grand impact économique », explique Southerland. "[C'est] déchirant parce que nous savons que cette règle était si nécessaire pour protéger la santé publique."

Dans cet épisode de Fault Lines, nous regardons au-delà de la fumée et des scandales, et nous nous rendons en Caroline du Nord et dans la vallée centrale de la Californie, où les communautés ont des histoires édifiantes sur ce que ce démantèlement pourrait coûter.

 

 

Source: Al Jazeera

06/11/2017

Trump et la NRA

n

la publication de Paris Match 

 

Con jusqu'au bout .... ou marionnette des lobbies. .. 

Le président américain Donald Trump a réagi après la fusillade commise dans une église de Sutherland Springs, au Texas, dans laquelle 26 personnes ont été tués...

 

Donald Trump : «Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs»

 
«Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs. Le FBI et la police sont sur place, je supervise la situation depuis le Japon», a réagi Donald Trump actuellement en tournée en Asie.

Ce que l'on sait de L'auteur des coups de feu est entré dimanche dans l'édifice avec un fusil et a ouvert le feu, faisant de nombreuses victimes parmi les fidèles. Il a été retrouvé mort par la police, , a rapporté la chaîne locale KSAT12,  après avoir pris la fuite au volant d'un véhicule. Le tireur qui a tué dimanche 26 personnes dans une église du Texas était armé d'un fusil d'assaut et portait un gilet pare-balles, a déclaré un responsable des forces de l'ordre du Texas, Freeman Martin.

Trump: «Les armes ne sont pas le problème»

Au lendemain de la fusillade dans une église du Texas qui a fait 26 morts, le président américain Donald Trump a déclaré que "les armes ne sont pas le problème". Aux Etats-Unis, la question du port d'armes fait débat. 

» Lire aussi - Aux États-Unis, le débat sur le contrôle des armes progresse après la tuerie de Las Vegas

Donald Trump a estimé que la question à se poser n'est celle de l'encadrement des armes mais celle de la santé mentale de son auteur.

"La santé mentale est le problème ici (...) Ce n'est pas une question liée aux armes", a-t-il déclaré à l'occasion d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo.

Le discours de trump face a cet autre meurtre de masse n'a pas été le même que pour celui de New York.... peut être parce que l'auteur est blanc, américain et lié à la défense de l'amendement américain intouchable du port d'arme. Mieux vaut donc ne pas être noir ou arabes aux USA

» LIRE AUSSI - Les fusillades les plus meurtrières aux États-Unis depuis 25 ansREAD MORE The deadliest mass shootings in the US

Dénonçant un "acte de haine", l'ex-président Barack Obama a déclaré :

"Que Dieu nous accorde aussi à tous la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous."

 Plus de 10 000 morts chaque année, quasiment une fusillade de masse par jour, des Américains propriétaires de dizaine d'armes... Franceinfo revient sur les chiffres…
 
 

nne, de plus de 17 armes.

 

22% des adultes américains possèdent des armes, 3% en possèdent la moitié.
22% des adultes américains possèdent des armes, 3% en possèdent la moitié. (NICOLAS ENAULT / FRANCEINFO)
 

Après la tuerie commise en décembre 2012 dans l'école primaire de Newton, l'Amérique semblait prête à revoir sa législation sur les armes. Barack Obama voulait encadrer le marché. Un an plus tard, le Président est en passe de perdre son duel avec le lobby des armes.


 

Duel sans merci au pays des flingues - Spécial investigation

Guns, the NRA and Donald Trump

In this episode of UpFront we challenge former National Rifle Association (NRA) President David Keene.

US & Canada, Politics, United States, Donald Trump

 
 
 
 
Un an après la victoire électorale du président américain Donald Trump', les controverses entourant son administration se multiplient. Son ancien président de campagne, Paul Manafort, a été accusé de conspiration contre les US alors qu'un autre ancien assistant de campagne a plaidé coupable de mentir au Federal Bureau of Investigation (FBI) sur le calendrier de ses contacts avec la Russia.

Malgré l'année tumultueuse de Trump et l'enquête du conseiller spécial Robert Mueller sur l'ingérence présumée de la Russie dans les élections présidentielles de 2016, beaucoup continuent à le soutenir.


"Il n'y a aucune preuve que le président ait jamais travaillé avec les ennemis de la nation", déclare David Keene, ancien président de la National Rifle Association, le lobby des armes à feu le plus puissant des Etats-Unis. "Je vais vous dire ceci, les Russes, les Américains, nous avons tous 'interféré' aux élections tout le temps, ne fonctionne pas habituellement."


Interrogée sur l'absence de contrôle des armes à feu et le fait que les États-Unis ont presque six fois plus d'homicides que le Canada, plus de sept fois la Sweden et près de seize fois l'Germany, Keene estime qu'il n'y a aucun lien entre la possession d'une arme à feu et les taux d'homicides .

L '«argument selon lequel les homicides résultent de l'existence d'armes à feu est clairement faux», dit Keene, qui est également le coauteur du récent livre intitulé «Ne pas être violé: les nouveaux assauts contre votre deuxième amendement». "Il n'y a pas de relation directe."

Dans cette spéciale UpFront, nous contestons David Keene, supporter de Trump et ancien président de la National Rifle Association américaine, à savoir si la NRA aide ou blesse les Etats-Unis.
 

 

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.

Source: Al Jazeera

UPFRONTIn this episode of UpFront we challenge former National Rifle Association (NRA) President David Keene.
 

n

La déréglementation des silencieux, l'élargissement de la portée cachée et la sous-cotation des lois sur les armes à feu ne sont que quelques changements probables après que la National Rifle Association a soutenu le président Trump à un niveau sans précédent. Maintenant, l'ère des armes à feu Trump est là, et la NRA cherche à capitaliser sur leurs investissements électoraux.  La série documentaire d'AJ + Guns in America explore comment la peur et le pouvoir définissent la relation entre les Américains et les armes à feu. La série en six parties examine la controverse sur les fusils d'assaut, les armes à feu dans les écoles, la montée du carry caché, le nouveau programme de la NRA, les armes intelligentes et les taux de tournage record à Chicago.

 

Inside Trump's Era Of Guns: The NRA, Silencers And Deregulation, Part 4 | AJ+ Docs


The AR-15: Exploring America's Most Wanted Rifle, Part 2 | AJ+ Docs

 Documentaire - Les americains et les armes


 

Etats Unis, la loi des armes Documentaire Arte 02.12.2014

Family guns - Petite histoire de famille - FR

nLa Guerre des boutons -Columbine High School Massacre : citoyen actif

LES AMÉRICAINS ET LES ARMES

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu