Avertir le modérateur

04/01/2018

“CHASING ICE”

nLE DOCUMENTAIRE “CHASING ICE”

n

THE DOCUMENTARY "CHASING ICE"Chasing Ice is a documentary that was released in November 2012 and was very noticed at the Sundance Independent Film Festival in the United States, which has just ended.

LE DOCUMENTAIRE “CHASING ICE” Chasing Ice est un documentaire qui est sorti en novembre 2012 et qui a été très remarqué au Festival du film indépendant de Sundance, aux Etats-Unis, qui vient de se terminer.

EL DOCUMENTAL "CHASING ICEChasing Ice es un documental que se lanzó en noviembre de 2012 y fue muy conocido en el Festival de Cine Independiente de Sundance en los Estados Unidos, que acaba de finalizar.

 De la servitude moderne

  « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

Le film fait partie des tentatives d’aider à la compréhension de ce que subit notre planète. Son principe est simple : 25 caméras pointées sur 18 grands glaciers, en Alaska, dans le Montana, au Brésil, au Groenland, en Islande, dans l’Himalaya… ont filmé leur évolution pendant 356 jours, avec une image prise chaque demi-heure.

.

Avec une belle unanimité, les observateurs interrogés (géologues, analystes, pêcheurs, politiques) tirent la sonnette d'alarme. Et, in fine, préviennent : les calculs et les projections existants ne permettraient plus d'évaluer correctement les risques futurs, les dangers causés par une surexploitation sans contrôle. Seule certitude ? « On ne sait pas où l'on va. »Arctique, la conquête glacial indigné révolté,  Environnement Arctique, la conquête glaciale

D’ici 2100, 436 milliards de tonnes de carbone vont sans doute être libérées, soit le double de l’émission annuelle actuelle de dioxyde de carbone sur notre planète…

L’histoire de la toute jeune collectivité unique de Corse retiendra qu’en 2018 des incendies auront embrasé l’île dès le début de l’année. Ils sont une conséquence inattendue de la tempête Eleanor qui a balayé la France du nord au sud mercredi 3 janvier.

Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo France, estime que les conséquences de cette dépression météorologique ont été aggravées par des températures particulièrement douces.

A la question : Le réchauffement climatique est-il responsable ?

On ne peut incriminer le réchauffement climatique dans ce que l’on vit ces derniers jours. Nous connaissons peut-être plus de périodes avec des températures plus douces, mais les tempêtes existent depuis toujours. La situation est différente d’avec les ouragans et les tempêtes tropicales, où l’on peut prévoir des épisodes plus violents, d’intensité 4 ou 5, mais pas forcément plus nombreux.Pour ce qui est des tempêtes que l’on connaît en Europe, les climatologues prévoient plus de pluie sur le nord du continent, et moins de précipitations sur le sud de l’Europe. La France est entre les deux : on ne sait pas, nous nous trouvons dans une zone d’incertitude. Dans la région méditerranéenne, on peut estimer qu’il y aurait moins d’événements précipitants mais que, dans les cas des épisodes cévenols par exemple, ils pourraient être plus intenses. 

Pour les incendies, c’est une autre histoire. Ce qui est exceptionnel c’est que l’on connaisse encore des feux importants en cette période, ce qui est dû à des sécheresses sévères, comme la Corse en a connu dernièrement

Pendant ce temps-là, les capitalistes se frottent les mains à l’idée de pouvoir profiter de 13 % des réserves mondiales de pétrole et de 30 % de celles de gaz, alors qu’il est déjà prévu que 20 % du trafic maritime international passera par l’arctique !

L’Etat norvégien a octroyé, en mai 2016, des concessions en mer de Barents à treize groupes pétroliers.C’est une affaire emblématique de la lutte contre le réchauffement climatique. La justice norvégienne a débouté, jeudi 4 janvier, Greenpeace et deux autres organisations non gouvernementales opposées à l’attribution par la Norvège de licences pétrolières dans l’Arctique.

COMPTE RENDU Licences pétrolières dans l’Arctique : la justice norvégienne déboute plusieurs ONG 13

 

 

L'administration Trump veut étendre les autorisations de forages offshore

Etats-Unis.

L'administration Trump a fait part de son intention d'ouvrir la quasi-totalité du littoral des Etats-Unis à l'exploitation du pétrole et du gaz offshore y compris au large de la Californie et de la Floride.

Cette mesure reviendrait notamment sur des dispositions de protection du littoral prises par Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump arrivé au pouvoir il y a un an. La décision annoncée jeudi, qui s'appliquerait à compter de 2019 avec un étalement sur cinq ans, concerne 90% des eaux littorales américaines.

 

 Coraux : les épisodes de blanchissement ont été multipliés par dix depuis les années 1980

Ces phénomènes spectaculaires, qui peuvent déboucher sur la mort des récifs, surviennent aujourd’hui tous les trois ans selon une étude publiée dans « Science ».

Partout dans le monde, la survie des coraux est menacée. Déjà fragilisés par la pollution, la pêche, l’agriculture ou l’aménagement côtier, ces écosystèmes vitaux des océans sont aujourd’hui irrémédiablement soumis à la pression extrême du changement climatique. La preuve en est dans la dramatique accélération des graves épisodes de blanchissement des récifs coraliens dans l’ensemble des tropiques. La fréquence de ces phénomènes spectaculaires – qui peuvent déboucher sur la mort des coraux – a ainsi été multipliée par dix en moins de quarante ans, passant d’un tous les vingt-cinq - trente ans au début des années 1980 à un tous les trois ans en 2017, selon une étude publiée dans Sciencevendredi 5 janvier.

« Avant les années 1980, le blanchissement de masse des coraux était du jamais-vu, mais aujourd’hui, ces épisodes régionaux, accompagnés d’une grande mortalité de ces animaux, sont devenus la nouvelle norme dans le monde à mesure que les températures continuent d’augmenter », prévient Terry Hughes, directeur du centre d’excellence pour les études sur les récifs coralliens de l’université James-Cook, dans le Queensland (Australie).

Conséquences majeures pour les écosystèmes

Les récifs peuvent s’en remettre et récupérer leurs algues si l’eau refroidit, mais ils finiront par mourir si le phénomène persiste plusieurs semaines. Près de la moitié des coraux de la Grande Barrière australienne ont ainsi disparu entre 2016 et 2017, un chiffre sans précédent.

Un tel phénomène, qui s’additionne à l’acidification des océans, a des conséquences majeures pour les écosystèmes

« Niveaux insoutenables »

Or, aujourd’hui, la « fréquence et l’intensité des épisodes de blanchissement des coraux atteint des niveaux insoutenables », préviennent les auteurs

Surtout, contrairement aux précédentes décennies, ces blanchissements n’interviennent plus seulement en présence du phénomène El Niño, ce cycle naturel de réchauffement du Pacifique qui, tous les trois à sept ans, tire les températures vers le haut. En raison du changement climatique d’origine anthropique, ils se produisennt maintenant durant chaque été chaud, y compris pendant le phénomène La Niña, qui refroidit pourtant la température du globe.

Une fréquence trop rapprochée, qui empêche les coraux de se régénérer naturellement. Car les espèces qui grandissent le plus rapidement mettent entre dix et quinze ans pour se rétablir totalement, les autres bien davantage.

Toutes les régions sont touchées

 « D’ici à 2040-2050, les épisodes de blanchissement massifs auront lieu tous les ans à l’échelle planétaire », estime de son côté Denis Allemand

COMPTE RENDU Coraux : les épisodes de blanchissement ont été multipliés par dix depuis les années 1980 par
Audrey Garri

Le dessous des cartes antartique 25 novembre 2017 Journey to the Arctic

 L'Arctique sans glace l'été en 2030 Par Enkolo dans Accueil le 12 Mai 2017

Arctique, la conquête glaciale Par Enkolo dans Accueil le 12 Mai 2017, Menace sur l'artique Créé le vendredi 27 juillet 2012, Arctique, la conquête glaciale  , 25 novembre 2017 Arctique, la conquête glaciale , ARCTIQUE, LA CONQUÊTE GLACIALE 30 NOVEMBRE 2017 

ARCTIQUE, LA CONQUÊTE GLACIALE 30 NOVEMBRE 2017

20 décembre 2017 Arctique, la conquête glaciale

13/12/2017

Nouvelle conférence sur les changements climatiques

n

 
 
 
Aucun texte alternatif disponible.
GENEVE MULTICULTURELLE - GENEVE ANTIFA ! a ajouté une photo à l’album ÉCOLOGIE (vignettes, photos, etc).
 
  Message d'orange OrangeSponsorisé ·: " Rejoignez le mouvement ! Pour la COP21, faites un éco-geste en supprimant vos e-mails inutiles lors des e-cleaning days"  cf Orange e-cleaning days : Moins d’e-mails tockés, moins d’énergie gaspillée. En savoir plus ORAN.GE/ECD 1,1k mentions J’aime79 commentaires275 partages ,  Crowdfunding ( cf Crowdfunding, économie solidaire communautaire mondiale , une solutions a la crise du ou des système politique ou économique capitaliste ?
 
une vision exacte des choses et comme aurait dit Brassens "j'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste"
 

 

Géopolitis

Lorsque Donald Trump se retire de l'accord de Paris et annonce des coupes massives dans le budget de l'environnement, la Chine confirme son virage vert. Elle entend investir à court terme 360 milliards de dollars dans les énergies renouvelables. Le pari est immense car l'Empire du Milieu consomme à lui seul la moitié du charbon de la planète. Géopolitis, une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 12 novembre 2017. Le site de Géopolitis : http://geopolitis.ch #géopolitis

 

 

  12 nov.  Plus La  ça vous dit quelque chose ? La Terre est pas sortie de l'auberge...

COP23: Washington défend les énergies fossiles, vives critiques

La Maison-Blanche organise lundi soir à la conférence climat de l'ONU à Bonn une réunion pour défendre "le rôle des énergies fossiles" dans la lutte contre le réchauffement climatique, une initiative critiquée par les défenseurs des énergies vertes réunis à la COP23. "Les Etats-Unis s'efforcent de continuer à travailler étroitement avec les autres (pays) pour les aider à accéder à des énergies fossiles plus propres et efficaces".

» LIRE AUSSI - «Nous mettons en péril notre avenir» : 15.000 scientifiques alertent sur l'état de la planète

L'initiative est d'ores et déjà critiquée au sein de ce forum, les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement, étant liées pour 3/4 aux énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). Il se déroule le jour de la publication d'un rapport montrant une hausse en 2017 des émissions de CO2 liées aux énergies fossiles, après trois ans de stabilité. Frank Bainimarama, le premier ministre de Fidji, président de la COP23, a accueilli fraîchement l'initiative américaine de lundi. Les Etats-Unis "crachent à la figure des victimes du changement climatique", en faisant la promotion des énergies fossiles, a réagi l'ONG Les Amis de la Terre. "Le charbon propre" ça n'existe pas, a dit Piers Forster, climatologue à l'université de Leeds: "Le charbon n'est pas propre, il est dangereux", a-t-il souligné dans une déclaration au Science Media Centre de Londres.

State of Denial: Trump vs climate change : État de déni: Trump vs changement climatique

What does a Trump administration mean for science and environmental policy as science vs politics debates intensify?

 Science & TechnologyUnited StatesEnvironmentDonald Trump

 
 
 
Au cours des premiers jours de la présidence de Donald Trump, les militants écologistes et les scientifiques ont regardé avec inquiétude les données de l'administration Obama sur le climate change - changement climatique simplement disparaître des sites Web du gouvernement.

Soudainement, en tant que scientifique sur les lignes de front, vous vous trouvez dans un monde complètement différent - pour lequel vous n'avez pas été formé, où vous êtes personnellement dénigré.

Michael Mann, climatologue

C'était la première d'une série de mesures qui indiquaient clairement que cette administration adopterait une approche très différente de celle de son prédécesseur pour faire face au réchauffement de la planète.

Pour les républicains, avoir un ami à la Maison Blanche signifie qu'ils ont maintenant une porte ouverte pour annuler les règlements clés qui seront une aubaine pour l'industrie de l'energy.

C'est un chemin qu'ils avaient construit bien avant l'arrivée de Trump, les républicains niant non seulement que les humains augmentent le réchauffement climatique - mais accusant les scientifiques de mentir au public.

Alors qu'une nouvelle administration prend le pouvoir à Washington, Phil Torres explore ce que l'ère Trump signifiera pour la communauté scientifique - et l'avenir de la planète.

 
 

Fault Lines - State of Denial - YouTube

Source: Al Jazeera

  10 hil y a 10 heures Plus Les mots utilisés par les scientifiques dans ce cri d'alarme sont forts. Soyons à la hauteur des enjeux. Agissons maintenant... ou jamais !   

» 15.000 scientifiques alertent sur l'état de la planète
Dans un appel publié par la revue Bioscience et relayé en français par Le Monde, 15.000 scientifiques de 184 pays soulignent l'état alarmant des indicateurs de l'état de la planète et appellent à agir concrètement contre «une souffrance généralisée et une perte catastrophique de biodiversité». publié en français dans Le Monde

 

Accord sur le climat: les points clés  

 

  1. La  s'ouvre aujourd'hui à Bonn, sur fond de signes alarmants pour le  

 

De la servitude moderne,
 

De La Servitude Moderne  par ClaVieFrere2011 . l. L’endettement de l’Etat :  cf voir l’article cfLien entre capitalisme et l’endettement - Antalya

 n Cri d’alarme sur l’état de la planète : « Notre mode de développement est en cause autant que la croissance démographique » 

Posté par drazic754 à  -  -

Le climat et moi

Noir c'est noir

Aucun texte alternatif disponible.
 
 
 
 

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

Victor Hugo

 

puits de petrole en feu
Le pillage des ressources de la planète, l’abondante production d’énergie ou de marchandises, les rejets et autres déchets de la consommation ostentatoire hypothèquent gravement les chances de survie de notre Terre et des espèces qui la peuplent. Mais pour laisser libre court au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.

"Des trucs abjects et manipulations de l'info, c'est la période. Après le mieux pour trouver des éléments de discours et se faire une idée est encore sur la page pro-aéroports:"

A lire Oui à l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes

Aller consommer , dormir, votez quand cela les arrange.... L'avenir incertain, on le laisse à la prochaine génération.

 Stéphane Foucart, journaliste au service Planète, a répondu à vos questions sur le manifeste publié par quinze mille scientifiques qui mettent en garde contre la destruction rapide du monde naturel.

"LE BON SENS de Bertrand Piccard : "

 

"Puisqu'on ne peut pas changer le caractère de l'être humain, essayons de composer avec son fonctionnement " - Bertrand Piccard http://www.electron-economy.org/article-33203407.html   

"(...) Si le développement durable ne suscite le plus souvent auprès du public qu'un intérêt un peu craintif, c'est qu'il est encore le plus souvent associé à un sacrifice financier et à une restriction de confort ou de mobilité. C'est cette tendance qu'il faudrait inverser, car personne n'est prêt, même au risque de détruire la planète, à régresser dans son niveau de vie.Nos petits-enfants termineront sans doute leur vie sans pétrole, mais je pense que l'être humain est en général d'avantage motivé par son intérêt personnel à court terme que par une compassion à long terme pour ses semblables ou son environnement. Puisqu'on ne peut pas changer le caractère de l'être humain, essayons de composer avec son fonctionnement..."(...) Il a manqué jusqu'à maintenant aux énergies renouvelables, souvent prisonnières de partis politiques minoritaires, une véritable politique de promotion, de marketing. ""Bertrand Piccard nous fait une démonstration de sagesse e montrant, grâce à son exemple d'avion solaire que tout être humain peut oeuvrer au bien être de la planète et faire des économies.Tout est une question de bon sens et de volonté, cette fois si individuelle.Il va donc à l'encontre des idées reçues, qui voulait que le développement durable soit inutile, à l'encontre de notre bien être.

L’idée mise en avant, c'est que l'on a le choix entre deux chemins :- Soit ne rien faire et on va vers la catastrophe, la plus part des gens sont d'accord

- Soit on va vers l'innovation, une nouvelle prise de conscience et une nouvelle relation avec le vivant : Pour vivre en harmonie avec le vivant.Il nous présente ces actions pour construire une vie en adéquation / harmonie avec la natureNous avons aussi droit à une Interview de Pierre Henri GOUYON : Professeur au Muséum d’Histoire Naturelle

 Mais la vidéo ( la-spirale-du-vivant)  :http://www.terre.tv/#/fr/science-education/reportage/2139...

 
 
Climat. Deux ans après la signature de l'accord de Paris, Emmanuel Macron organise ce mardi un nouveau rendez-vous, axé sur le financement de la transition énergétique, le One Planet Summit (photo AFP). Coup d'accélérateur ou simple outil de communication ?

Laurent Fabius et le climat :

"Il y a beaucoup d'initiatives formidables mais les chiffres sont catastrophiques"

 

 

 

Le sommet climat qui est organisé mardi à Paris est très attendu par les ONG. Un sommet pendant lequel une cinquantaine de dirigeants vont tirer un premier bilan de la COP21 de Paris et dégager des sources de financement, entre finance verte et entreprises responsables.

One Planet Summit : « L’impulsion politique manque cruellement »

Armelle Le Comte, d’Oxfam France, a répondu lors d’un tchat aux questions des internautes, expliquant que « les solutions pour répondre à l’urgence climatique existent et l’argent aussi ».A l’occasion du One Planet Summit qui se tient aujourd’hui à Paris, Armelle Le Comte, responsable climat et énergie d’Oxfam France, a répondu aux questions des internautes du Monde.fr. Selon elle, « les Etats, à commencer par la France, doivent donner l’impulsion, fixer des cadres ambitieux afin d’inciter les secteurs privé et public à réorienter leurs financements vers la transition bas carbone ».

One planet summit : Macron en chef d'orchestre - On va plus loin (12/12/2017)

En savoir plus sur 

A lire One Planet Summit : sept batailles que l'humanité a déjà perdues face ...One Planet Summit : où en est-on des financements internationaux ...

Et ce sont les mêmes pollueurs qui se présentent aujourd’hui comme les sauveurs potentiels de la planète. Ces imbéciles du show business subventionnés par les firmes multinationales essayent de nous convaincre qu’un simple changement de nos habitudes de vie suffirait à sauver la planète du désastre. Et pendant qu’ils nous culpabilisent, ils continuent à polluer sans cesse notre environnement et notre esprit. Ces pauvres thèses pseudo-écologiques sont reprises en cœur par tous les politiciens véreux à cours de slogan publicitaire. Mais ils se gardent bien de proposer un changement radical dans le système de production. Il s’agit comme toujours de changer quelques détails pour que tout puisse rester comme avant.

 

Climat. «On est en train de perdre la bataille» contre le réchauffement et le changement climatique, a averti le président Emmanuel Macron lors du sommet «One Planet Summit» à Paris devant des dizaines de dirigeants mondiaux. «On ne va pas assez vite et c’est ça le drame», a lancé le chef de l’Etat. «On doit tous bouger car on aura tous à rendre compte», a-t-il lancé à son auditoire.

Copenhague, l’impossible accord ? 1 Des millions d’hectares de forêt amazonienne ouverts à l’exploitation minière

Sommet sur le climat

Climat. Deux ans après la signature de l'accord de Paris, Emmanuel Macron organise ce mardi un nouveau rendez-vous, axé sur le financement de la transition énergétique, le One Planet Summit (photo AFP). Coup d'accélérateur ou simple outil de communication ?

Charline résume : à la COP21 on a pris des décisions, à la COP22 on a pris la peine de vérifier si on avait pris des bonnes décisions, et à la COP23 on se demande comment on va faire pour les appliquer…

"One Planet Summit", avec Jean-Yves Le Gall - France Inter

Le sommet OnePlanet s’ouvre aujourd’hui avec des chefs d’état, des banques et des entreprises pour développer la finance verte. « Jusqu’à présent c’est de polluer qui était rentable. Maintenant, c’est le développement durable qui peut rapporter du cash »… Le Billet de Charline dans le 7/9 par Charline Vanhoenacker (7h55 – 12 Décembre 2017) Retrouvez toutes les chroniques de Charline Vanhoenacker sur http://www.franceinter.fr

 

 

Hong-Kong, paradis pour le secret bancaire et place forte de HSBC qui y réalise la majeure partie de ses profits. 

 Charline demande pardon au monde de la finance ! Le Billet de Charline

Greenwashing : des entreprises apparemment plus vertes

A l'occasion du One Planet Summit à Paris, les entreprises, les banques et les investisseurs vont annoncer des initiatives pour le climat. Cela correspond-il pour autant à un véritable engagement de leur part ? Pas sûr.

Un manifestant tient un panneau annonçant le «green washing de Macron» le 26 septembre 2017 à Paris 

La France a lancé une obligation verte il y a six mois, un outil financier qui doit permettre de financer des projets verts. Une initiative qui ne vient qu'allonger la liste des produits réputés écologiques ou, à tout le moins, responsables. Mais qu'est-ce qui est réellement vert ?

En souscrivant à des produits financiers réputés respectueux de l'environnement, les investisseurs (banques ou assureurs) choisissent de financer des projets éoliens, solaires, de rénovation thermique ou encore de transports à faible émission de CO2. Mais ces projets ne sont soumis à aucune règle contraignante. Et certains, comme Attac, dénoncent déjà des pratiques assez floues.

 

A ce stade aucun label ne garantit ce qu'une obligation verte peut ou ne peut pas financer.

Même chez les trois premiers émetteurs d'obligations vertes, la Banque européenne d'investissements, KfW et la Banque Mondiale, il reste difficile d'avoir des garanties sur ce que leurs produits ont permis de financer et leurs résultats sur le terrain.

Un coup de peinture verte

Un coup de peinture verte qui permet à certains  de s'offrir une bonne conscience climatique à moindre coût : c'est le greenwashing. Et ça marche. 

 

Quand Total et EDF viennent parler climat - Le Moment Meurice ...

 
 

Le taux de croissance des obligations vertes est impressionnant : dix ans après l'émission de la « première obligation verte par la Banque européenne d'investissement, le marché, encore marginal, est en plein essor. Alors qu'il ne représentait que 4,5 milliards de dollars en 2012, il a dépassé les 100 milliards en novembre 2017 et pourrait atteindre 130 milliards d'ici à la fin de l'année, si l'on en croit les données publiées par la Climate Bond Initiative, qui promeut ce type d'instruments.

Du côté de Bercy, on reconnaît que ces projets financés vont du vert pale au vert foncé. Mais après la Pologne, la France est le premier Etat a avoir lancé une obligation verte de 7 milliards cette année, dont un comité indépendant sera chargé de garantir que l'argent finance bien des projets respectueux de l'environnement.

Le greenwashing à toutes les sauces

Au-delà de la finance et des investissements propres, le greenwashing touche aussi les pratiques internes des entreprises. Ce qui produit des exemples cocasses, comme le rappelle Attac dans son rapport : le nouvel aéroport de Mexico City, réputé neutre en carbone, ou encore, en Espagne, des raffineries et des usines chimiques du géant pétrolier Repsol, rénovées sur le plan thermique.

Car le greenwashing, c'est souvent simplement de la communication pour valoriser des actes "verts" ou des produits. Avec des astuces très répandues dans les campagnes marketing, comme le changement de l’emballage d'un produit, la mention "éco", "bio" ou "naturel", ou encore l'invention de son propre label, certifié par soi-même.

 Guillaume Meurice a écouté Emmanuel Macron au "One planet summit" et c'était beau. Maintenant, il est soulagé. Il sait que la finance va sauver la planète. Il a parlé aux gens de la croissance verte de suite après.

 

 La start-up planète green et tout le toutim - Le Moment Meurice ...

 

 bitcoin vert.

Sauvez le climat, inventez le bitcoin vert ! Bitcoin et autres cryptomonnaies, Crypto Monnaies, Pour sauver la planète, le climat, les ours polaires et les abeilles, "il est impératif d’instaurer un bitcoin vert". L’avenir de l’humanité en dépend. Quel est le rapport entre le climat et le bitcoin, vous demandez-vous ? Aucun, mais aujourd’hui pour attirer l’attention, il faut le mot magique « bitcoin ».

Enfin, en cherchant bien, vous pouvez trouver aussi un lien : le minage du bitcoin consomme de l’électricité. Minage et échanges consomment plus d’électricité que 159 pays, très exactement 30,23 TWh par an. Une seule transaction absorbe la consommation journalière de plus de neuf foyers américains, selon le Bitcoin Energy Consumption Index. Globalement, l’énergie électrique consommée pourrait alimenter 2 798 666 foyers.

Nul doute que les intervenants du One Planet Summit, regroupés à Paris (à grands coups de traces carbones larguées par leurs avions) vont se pencher sur cette question fondamentale pour l’avenir de l’humanité. Avec un nom aussi prétentieux que One Planet Summit, attendez-vous à ce qu’on y gaspille des milliers de milliards. Gaël Giraud, le flamboyant économiste de l’Agence française de développement (1), nous prévient (2) :

« Il est urgent de réorienter les flux financiers vers l’économie verte. Le but est d’arriver à des engagements forts en matière de financement, domaine où l’on est particulièrement en retard. Le coût des infrastructures qui permettront de limiter la hausse de la température mondiale à +2°C à la fin du siècle est situé entre 43 000 milliards d’euros et 77 000 milliards pour les 15 prochaines années. C’est l’ordre de grandeur du PIB mondial annuel. »

 

 

Cash investigation - Marketing vert : le grand maquillage / intégrale

Cash investigation – Climat: le grand bluff des multinationales / intégraleCash Investigation révèle les dessous d’un étrange marché, celui des «quotas carbone». Créé par l’Union européenne il y a dix ans, il était censé inciter les industries lourdes à réduire leurs émissions de CO2, ce gaz qui dérègle le climat. Mais ce système est aujourd’hui dévoyé au profit des plus gros émetteurs de CO2, pour lesquels polluer peut même s’avérer rentable. Total n’hésite pas à investir des milliards de dollars au Canada pour exploiter le pétrole le plus sale de la terre. Dans la région de Melbourne en Australie, Engie, qui cultive son image d’entreprise verte, exploite toujours l’une des plus vieilles centrales du monde. En février 2014, elle a provoqué un incendie qui a duré 45 jours, asphyxiant toute la région. Elise Lucet reçoit responsables politiques, experts et grands patrons. Présenté par Elise Lucet France 2 #cashinvestigation

 

Cash investigation – Climat: le grand bluff des multinationales / intégrale

 

Méditerranée: Les batailles du gaz – Le dessous des cartes – 03.05.14 (Arte)

 

 

Méditerranée orientale : gaz, le grand échiquier

 

 

How natural gas could be a geopolitical game-changer in the Mideast

Mots-clés :

 réchauffement climatique : toute l'actualité sur France Inter 

 climat : toute l'actualité sur France Inter 

Le climat et moi - France Inter 

Notre-Dame des Landes et le climat - France Inter 

Charline demande pardon au monde de la finance ! - 

Accueil -  Quels risques climatiques majeurs -  Avec Yamal, Total parie sur le gaz low-cost dans l'Arctique - cnikos

Arctique, la conquête glaciale Par Enkolo dans Accueil le Menace sur l’artique 25 novembre 2017 Arctique, la conquête glacialeArctique, la conquête glacial - indigné révolté
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu